Petite étude du silence. Non-dits, noms tus, évitements et hostilités muettes au sein de la Brigade.

Montage personnel à partir du portrait de Ronsard de l’éd. G. Buon de 1571 des Poemes de P. de Ronsard et du portrait de Du Bellay de l’éd. V. Pavie de 1841 des Œuvres choisies de Joachim du Bellay.

Le 7 septembre 2012, un journaliste de France Inter, qui faisait le point sur l’actualité entre midi et deux, expliquait que Barack Obama venait de faire un discours politique au cours duquel il avait bien pris soin de ne pas mentionner le nom de son adversaire Mitt Romney. L’historien François Durpaire, invité pour analyser ce discours, est revenu sur cette particularité de l’allocution de Barack Obama pour conclure : « C’est une bonne stratégie ». Le sujet que je vais traiter ici est donc d’une grande actualité… alors même qu’il va s’agir de la poésie de la Renaissance !

Mon travail de thèse porte sur l’émulation et la rivalité entre des poètes du XVIe siècle regroupés sous l’appellation « Brigade ». La Brigade peut être, à grands traits, définie comme un ensemble de poètes qui partagent des convictions esthétiques communes. Cette notion de groupe en tension avec la notion de revendication d’une singularité littéraire se trouvent au cœur de ma réflexion puisque je cherche à montrer que ces poètes ont dessiné les contours d’un espace commun poétique – rejetant hors de cet espace commun ceux qu’ils ne jugent pas dignes d’en faire partie – tout en défendant chacun un espace propre.

Cela se dit, s’affiche, se revendique dans leurs poèmes et ne va pas s’en s’accompagner de diverses tensions. Sont donc lisibles, ici ou là, quelques petits coups de griffe sous couvert d’éloge, des accents ironiques, des reproches voire des attaques ad hominem[1]. On se situe là du côté de ce qui est dit. Mais il y a d’autres révélateurs des tensions inhérentes à ce partage du champ littéraire que je tente de montrer dans ma thèse, à savoir les non-dits, les noms de poètes qui sont tus, les absences de réponse, en un mot : les silences.

Alors : quelles sont les différentes formes de « silences » que l’on peut relever dans les recueils des poètes de la Brigade ? Comment pouvons-nous interpréter ces silences ? Comment participent-ils de la structuration du champ littéraire ? Les poètes nous donnent-ils des clefs d’interprétation de ces silences ? Autant de questions auxquelles je vais tenter de répondre en focalisant brièvement mon attention sur cinq usages différents du silence.

La première partie s’attachera à montrer que les poètes de la Brigade ont précipité dans les oubliettes de l’histoire littéraire quantité de poètes dont ils ont refusé de parler dans leurs œuvres. La seconde montrera comment le fait de passer sous silence une partie de la production littéraire d’un confrère est un enjeu du partage des genres que tentent d’imposer certains poètes. La troisième soulignera que des silences mettent parfois à mal le système d’échange de pièces en vers entre poètes qui était une pratique courante au XVIe siècle. La quatrième partie envisagera le fait de réduire au silence l’adversaire comme un enjeu de la polémique protestante. La cinquième, enfin, évoquera l’éloge du silence fait par Du Bellay.

En somme, il s’agit d’un parcours qui ira de la revendication du bruit et de l’usage du silence par les poètes de la Brigade comme instrument de destruction de l’ennemi (le silence perçu négativement et dont la puissance négative est utilisée contre l’adversaire) à une valorisation du silence (le silence perçu positivement et revendiqué pour ses avantages dans certaines situations). C’est un itinéraire, en d’autres termes, qui ira du silence métaphorique au silence concret et des valeurs négatives qui y sont attachées aux valeurs positives qu’on peut lui trouver.

I TAIRE LE NOM : LES OUBLIETTES DE L’HISTOIRE LITTÉRAIRE SELON LA BRIGADE

1) Noms tus : une histoire littéraire sélective

C’est avec la Deffence et illustration de la langue françoise, signée des initiales de Du Bellay, que la jeune Brigade entre dans le champ littéraire en 1549[2]. Ce manifeste pour l’avènement d’une nouvelle école poétique est une opération de table rase. En effet, l’auteur feint quasiment d’ignorer toute la production poétique française qui l’a précédé. Il prend un soin tout particulier à ne pas nommer ses illustres devanciers qui, pour certains, sont encore vivants. A la place des noms des poètes réputés qui l’ont précédé on trouve des formulations vagues ou d’habiles périphrases qui permettent de faire référence à tel ou tel prédécesseur sans toutefois donner son nom[3].

La filiation dans laquelle veut s’inscrire la Brigade est autre : il s’agit pour ces poètes de revendiquer l’héritage antique. C’est ce que dit clairement la Deffence au chapitre 2 du livre II :

 Si j’etoy’ enquis de ce, que me semble de notz meilleurs Poëtes Françoys, […], je repondroy’ (dy-je) […] qu’on pouroit trouver en notre Langue (si quelque sçavant Homme y vouloit mettre la main) une forme de Poësie beaucoup plus exquise, laquele il faudroit chercher en ces vieux Grecz, et Latins, non point és Aucteurs Françoys[4].

             Cette filiation directe avec les poètes antiques est radicalisée par Baïf qui, dans sa pièce intitulée « A Monseigneur le duc d’Anjou »[5] publiée en 1572, trace l’histoire de la poésie amoureuse à grand trait. Il y eut d’abord, dit-il, Orphée (v. 73-180), puis Hésiode (v. 181-200), suivi de Homère (v. 201-224). Baïf fait ensuite un saut dans le temps pour arriver à Pétrarque (v. 263) et enfin, deux siècles plus tard, aux poètes français de sa génération, à savoir : Du Bellay, Tyard, Ronsard, Belleau, Desportes et évidemment lui-même, Baïf. Il inscrit donc les poètes de la Brigade dans une filiation directe avec la poésie antique – avec un bref passage toutefois par Pétrarque, poète de la Renaissance italienne – et, ce faisant, il escamote toute la poésie amoureuse française du Moyen Âge à 1550.

Mais les poètes de la Brigade ne font pas que rayer de l’histoire littéraire leurs prédécesseurs français. Ils ignorent également superbement certains de leurs contemporains qui mènent carrière en même temps qu’eux. Charles Fontaine (1515-après 1564) et Philibert Bugnyon (1530-1590) par exemple sont deux poètes importants qui ont publié sur la même période historique que la Brigade mais qui n’avaient pas les mêmes convictions esthétiques qu’elle. Dans toute la production poétique des poètes de la Pléiade, mis à part Guillaume Des Autels, pas un vers n’est écrit faisant mention de ces poètes. Si l’on s’en tenait à ce que les poètes de la Pléiade ont dit de l’activité poétique de leur époque, on croirait que ces deux hommes n’ont pas existé.

Un sort semblable est réservé dans les années 1575-1580, par les derniers représentants de la Brigade, à la nouvelle génération poétique émergente. Là encore, le silence est étourdissant. Pas un mot, par exemple, sur le poète Guillaume Du Bartas qui rencontre pourtant un vif succès. Si les derniers représentants de la Brigade n’ont rien publié qui le mentionne, deux pièces manuscrites ont cependant été retrouvées, l’une de Ronsard et l’autre de Baïf qui prouvent qu’ils avaient bien évidemment connaissance de l’existence de Du Bartas et de son œuvre mais qu’ils ne l’appréciaient pas. Le quatrain insultant de Baïf suffit à le faire entendre :

Baïf, despité de ce que du Bartas n’avoit voulu suivre en son livre ses corrections & s’en estoit moqué

                     BARTAS ose vantard en sa longue sepmaine[6]

                            Le chaos debrouiller, mais estonnant les sots

                            De ses vers hautstonnants, bouffis d’enflure vaine,

                            Il a plus que devant rebrouillé le chaos[7].

 Ce quatrain, qui n’a jamais été publié, tend à prouver que les silences que je viens de souligner dans les œuvres imprimées des poètes de la Brigade sont des silences hostiles. Ils sont le moyen de nier l’existence d’auteurs dont l’école de Ronsard a voulu que l’histoire littéraire oublie les noms.

2) La question du nom, de son immortalisation et de son « bruit »

La réflexion menée par les poètes de la Brigade sur le silence et sur le bruit est liée à la réflexion sur la postérité illustre. L’idée qu’ils martèlent dans leurs poèmes, c’est que l’écriture permet de faire passer à la postérité les noms et les actions des hommes[8]. C’est un discours publicitaire très répandu que l’on trouve par exemple chez Du Bellay dans une ode de 1549 où il rappelle que la mémoire des héros de l’Antiquité a traversé le temps grâce aux écrivains :

                             Qui eust sceu de Mars les enfans,

                             Leurs lauriers, leurs chars triumphans,

                             Si ores l’envieux silence

                             A leurs noms faisoit violence ?

                                                           (v. 29-32)[9]

             Le silence est ici associé à la question du nom : le silence sur le nom, le fait de taire le nom apparaît comme une violence (la rime « silence » / « violence » est très importante pour notre démonstration) imposée aux hommes puisque cela consiste à les engloutir dans l’oubli. Pour pallier cela, il y a l’action du poète.

En négatif, on tient donc une réflexion sur le fait de taire le nom. Si dire le nom permet de faire passer à la postérité un grand du royaume, la femme aimée, un confrère poète, en revanche, le fait de taire le nom permet de faire sombrer dans l’oubli une personne. Le silence est donc une violence qu’on lui impose.

Cet escamotage s’accompagne chez les poètes de la Brigade de la volonté d’immortaliser leur propre nom[10]. A la thématique du silence – ce silence qui engloutit dans l’oubli les noms tus – s’oppose en effet celle du « bruit » que revendiquent les poètes de la Brigade. Le « bruit » signifie alors, à la Renaissance, la renommée. Mais il est teinté du sens que nous lui donnons aujourd’hui, à savoir un ensemble de sons forts, comme on peut le voir par exemple dans un extrait de ce discours d’autopromotion de Ronsard qu’est l’ode intitulée « A sa Muse » :

                             Grossi-toi ma Muse Françoise,

                             Et enfante un vers resonant,

                             Qui bruie d’un telle noise

                             Qu’un fleuve débordé tonant[11].

 On voit bien dans ces quatre vers la volonté qu’a Ronsard de faire du bruit, un bruit puissant, un bruit « resonant » et « tonnant », bref, un bruit qui confine au vacarme pour couvrir les autres bruits et faire oublier le silence auquel les poètes de la Brigade réduisent ceux qu’ils ne considèrent pas dignes de leur estime.

Mais le silence ne frappe pas uniquement ceux qui sont rejetés hors des frontières de l’espace commun que revendiquent les poètes de la Brigade. Il joue aussi un rôle à l’intérieur de cet espace commun notamment lorsqu’il s’agit de passer sous silence une partie de la production poétique d’un confrère pour mieux établir un partage des genres.

II PASSER SOUS SILENCE UNE PARTIE DE LA PRODUCTION LITTÉRAIRE D’UN CONFRÈRE : LE RÔLE DU DÉNI  DANS LE PARTAGE DES GENRES

Les poètes de la Brigade se sont donnés comme objectif principal de renouer avec les genres antiques et d’acclimater ces derniers à la mode française. Ils opèrent alors une sorte de répartition des rôles superposée à un partage des genres. Ce partage des genres, on peut le lire dans un poème comme l’« Elégie à J. de La Péruse » de Ronsard (1553, Le cinquieme des odes de P. de Ronsard, augmenté) dans laquelle il rappelle qu’il a été le pionnier dans le genre de l’ode, suivi par Du Bellay, que Du Bellay, lui, a été pionnier en matière de sonnets amoureux, suivi par Tyard, Ronsard, Baïf et Des Autels. Puis Ronsard affirme que Jodelle a été précurseur en matière de théâtre français, suivi de près par La Péruse.

Cette répartition des rôles ne va pas sans tension, certains cherchant à imposer un partage des genres que d’autres ne sont pas tout à fait prêts à accepter. Et dans ce rapport de force, qu’implique la répartition des genres et des rôles dévolus à chacun, intervient de nouveau le silence dont on peut donner un exemple concernant le théâtre en vers.

Jean Bastier de La Péruse, après qu’il a fait représenter sa Médée, a intégré un temps la liste des membres de la Pléiade telle que la concevait Ronsard. Dans mon corpus de thèse qui réunit les textes dans lesquels les poètes de la Brigade s’évoquent les uns les autres ou s’adressent les uns aux autres, j’ai huit poèmes citant La Péruse : deux de Baïf[12] et un de Tahureau[13], deux d’Olivier de Magny[14] et trois de Ronsard[15]. Ils ne parlent que de son activité de poète dramatique. Or La Péruse a également écrit des odes – suivant la vogue lancée par Ronsard – des élégies et des sonnets amoureux. De tout cela il n’est dit mot par les poètes de la Brigade. Peut-être parce qu’ils faisaient peu de cas de ces pièces en vers qu’ils ne jugeaient que comme de pâles imitations des genres qu’ils avaient, eux, illustrés brillamment tandis qu’ils pouvaient volontiers lui faire une place comme poète tragique puisque c’était un genre qu’ils ne prétendaient pas, eux, illustrer. En effet, les fringants premiers membres de la nouvelle école poétique avaient déjà porté à leur excellence l’ode et le sonnet. Ils étaient donc plutôt enclin à reconnaître les talents s’illustrant dans d’autres genres et, tout particulièrement, ils cherchaient des auteurs capables de donner naissance au théâtre français. Quand La Péruse et Jodelle ont fait jouer leurs pièces[16] ils se sont alors empressés de les « embrigader », de les faire entrer dans leur « Brigade » mais, ce faisant, ils les ont cantonnés au genre théâtral : le théâtre comique et tragique pour Jodelle ; le théâtre tragique pour La Péruse.

L’évocation des confrères peut donc être sciemment réductrice. Mais la sanction est plus forte encore quand un poète refuse de parler d’un autre poète ou refuse de répondre à un confrère qui le sollicite.

III REFUSER L’ÉCHANGE : LA COMMUNICATION IMPOSSIBLE ET LA COMMUNICATION BRISÉE

Les poètes du XVIe siècle ont pour habitude d’échanger des poèmes dans lesquels ils s’adressent les uns aux autres et qu’ils publient dans leurs recueils.

Mais l’échange ne fonctionne pas toujours bien. Des silences sont repérables qui montrent que l’échange est impossible ou qu’il a été brisé à un moment donné.

En ce qui concerne l’échange impossible je prendrai le cas de Charles Fontaine, ce poète qui mène sa carrière en parallèle de celle des poètes de la Brigade sans que ces derniers semblent lui accorder la moindre attention[17]. Mais quelle était l’attitude de Charles Fontaine par rapport aux poètes de la Brigade ? Son recueil, paru en 1555, intitulé S’ensuyvent les ruisseaux de Fontaine, nous apporte quelques éléments de réponse. Il se compose de plusieurs sections. Dans la section des épigrammes, Fontaine compose des quatrains pour les membres de la Brigade. Il offre donc successivement un quatrain à Ronsard, Du Bellay, Jodelle, Des Autels, Forcadel, Gohorry, Tyard, Magny, Belleau, Dorat, Peletier, Baïf, Tahureau et Gruget. A la fin de son recueil, Fontaine place une section intitulée « Le passe-temps des amis, Livre contenant Epistre, & Epigrames en vers François, qu’ils ont envoyez les uns aux autres ». C’est une section qui illustre parfaitement cette volonté de montrer, dans le recueil de poésie, un dialogue entre poètes puisqu’il s’agit ici de placer les pièces en vers que les amis de Fontaine lui ont adressées puis de leur apporter une réponse, en vers elle-aussi. Mais, alors que dans la section des épigrammes il s’était adressé à une grande partie des poètes de la Brigade, ce qui frappe, dans cette section du « Passe-temps des amis », c’est l’absence totale de pièces adressées pas les poètes de la Brigade à Charles Fontaine. Il y a une seule exception : Guillaume Des Autels. Les autres gardent le silence. On comprend bien alors l’amertume de Fontaine qui émane du quatrain adressé à Du Bellay dans la section des épigrammes, quatrain qui souligne cette absence de réciprocité :

                                 A Ioachin du Bellay, Seigneur de Gonnor.

                                Pour escrire vers de hault pris

                                Tu entens mieulx que moy le poinct :

                                Si t’escri-je, & tu ne m’escris :

                                Mais tu escris, je n’escri point[18].

 Fontaine déplore l’échange impossible, le silence gardé par les poètes de la Brigade, et plus spécifiquement ici par Du Bellay : « Si t’escri-je, & tu ne m’escris ».

A l’intérieur de la Brigade, également, des silences brisent parfois l’échange. Je prendrai l’exemple de Du Bellay qui, parti à Rome comme secrétaire de son oncle, le cardinal Jean Du Bellay, regrette de ne plus se voir adresser de poèmes par Ronsard. Il s’en plaint d’abord de manière discrète avant de se déclarer furieux.

Le dix-septième sonnet des Regrets (1558), écrit alors que Du Bellay est à Rome, loin de Paris, émet une première plainte. Dans ce sonnet, Du Bellay fait de Ronsard un poète qui a réussi et qui jouit paisiblement de son bonheur tandis que tant d’autres, dont Du Bellay lui-même, tentent en vain, de traverser aussi le Styx pour parvenir aux Champs Elyséens et goûter au bonheur infini. Mais aux Champs Elyséens coule le Léthé auquel Ronsard a bu, oubliant du même coup ses anciens amis. C’est ce que dit le dernier tercet :

                            Tu bois le long oubly de tes travaux passez,

                            Sans plus penser en ceulx que tu as delaissez,

                           Criant dessus le port, ou tirant à la rame.

                                                                   (v. 12-14)[19]

 Du Bellay exprime ainsi son regret d’être « délaiss[é] », de ne plus recevoir de vers de Ronsard. Une autre version de cette plainte, en latin, est plus offensive. Il s’agit de l’épigramme 31 du Poematum libri quatuor (1558)  dont je livre la traduction donnée par Geneviève Demerson :

                                 Ad P. Ronsardum

                            Musae, deliciae mei sodalis,

                           Qui me plus oculis suis amabat,

                           Quem plus ipse oculis meis amabam,

                           Aut si quicquam oculis mage est amandum,

                          Quid causae esse putem repente quod sic

                         Totus exciderim meo sodali,

                         Vt cui tot modo miserim libellos,

                        Is ne uersiculum quidem remittat ?

                       […]

                      Ast huic, quandoquidem tacere pergit,

                     Nec sui amplius est memor sodalis,

                     Isthaec nomine uos meo referte :

                     Non iam hos Hendecasyllabos, sed illos

                    Expectet potius, furente Musa,

                    Versus Archilochi seueriores.

Ep. 31

A P. de Ronsard

Muses, délices de mon compagnon qui m’aimait plus que ses yeux, que moi j’aimais plus que mes yeux, ou que toute chose qu’on puisse aimer plus que ses yeux, quelle raison y a-t-il pour que, tout à coup, je sois si bien sorti de l’esprit de mon compagnon qu’il ne m’envoie pas même un petit vers, alors que, ces temps-ci, je lui ai envoyé tant de petits ouvrages ? […] Mais à lui, puisqu’il s’obstine à se taire et ne se souvient plus de son compagnon, emportez de ma part ce message : désormais, plus d’hendecasyllabes de moi, mais qu’il attende plutôt – car ma Muse est furieuse – des vers plus cruels que ceux d’Archiloque[20].

Du Bellay fait état d’une rupture entre le passé, où les deux amis s’adressaient réciproquement des vers, et le présent, où cette réciprocité a fait place à un don poétique unilatéral puisque Du Bellay continue d’offrir des poèmes à Ronsard tandis que ce dernier s’est tu. L’épigramme se termine sur une menace mi figue-mi raisin. On peut supposer qu’elle contient plus d’humour que de véritable colère, tout en témoignant d’un agacement réel face au silence de Ronsard.

Si le silence est parfois une absence de production versifiée adressée à un confrère, absence qui contrarie et qui est dénoncée, d’autres fois il peut être, tout au contraire, un idéal à imposer. C’est alors l’excès de paroles qui est dénoncé et le silence qui est souhaité. Cela est particulièrement saillant dans les guerres verbales ouvertes que se livrent certains poètes dans les années 1562-1563 alors que les guerres de religions font rage.

 

IV RÉDUIRE AU SILENCE L’ADVERSAIRE : MÉPRIS ET TENTATIVES D’INTIMIDATION DANS LES AFFRONTEMENTS OUVERTS

Dans le conflit, par poèmes interposés, qui a opposé Ronsard à plusieurs écrivains du camp protestant comme Antoine de la Roche-Chandieu, Florent Chrestien et Jacques Grévin le silence joue un rôle important à plusieurs titres.

D’abord il y a le silence de celui que Ronsard aimerait avoir pour adversaire direct à savoir Théodore de Bèze. Poète ayant fréquenté quelques membres de la Brigade dans sa jeunesse, Bèze a rapidement choisi le camp protestant et s’est s’impliqué activement, à Genève et en France, dans la défense de la religion réformée. Ronsard cherche à l’avoir comme adversaire et le provoque directement dans plusieurs de ses poèmes engagés pour la cause catholique. Mais Théodore de Bèze n’entre pas dans le jeu de Ronsard et ne prend pas la plume pour lui répondre. D’autres s’en chargent, qui prennent un malin plaisir à dire à Ronsard que le grand Théodore de Bèze ne s’abaissera pas à lui répondre.

Tel est le propos d’un certain I. D. N. qui s’adresse à Ronsard à l’orée d’un recueil de pamphlets contre ce dernier intitulé Response aux calomnies… faits par Messire Pierre de Ronsard (1563) pour lui dire : « Messire Pierre, Quand Theodore de Besze aura le vouloir et le loisir de te respondre, il t’apprendra à mieux parler, ou à te taire »[21]. Ronsard semble concevoir du dépit face à ce silence de sorte qu’il intitule un de ses pamphlets : Responce de P. de Ronsard Gentilhomme Vandomois, aux injures et calomnies, de je ne sçay quels Predicants & Ministres de Genève (1563). La formule « je ne sçay quels Predicants & Ministres de Genève » contient à elle seule tout le mépris que Ronsard conçoit pour des adversaires qu’il ne juge pas à sa taille[22]. Et il l’écrit clairement dans les premiers vers de sa Responce à un ministre de Genève qui a pris la plume contre lui :

                            Or je te laisse là, car je ne veux descendre

                           En propos contre toy, ny moins les armes prendre,

                           Tu es faible pour moy, si je veux escrimer

                          Du baston qui me fait par l’Europe estimer.

                          Mais si ce grand guerrier & grand soldat de Baize

                          Se presente au combat, mon cueur saultera d’aise,

                          D’un si fort ennemy je seray glorieux,

                          Et Dieu scait qui des deux sera victorieux

                                                                         (v. 23-30)[23]

            Quelques vers plus loin Ronsard ajoute : « C’est luy seul que je veux aux champs escarmoucher » (v. 45). Piqué au vif, donc, par le silence de Théodore de Bèze qu’il estime être le seul adversaire à sa taille, Ronsard prétend, lui aussi, se murer dans un silence méprisant face à ceux qui prennent la plume contre lui… mais tout en prétendant cela il s’adonne de nouveau à une violente diatribe qui va faire 1176 vers. C’est la figure de la prétérition : dire que l’on ne va pas faire ce que l’on fait quand même. Et même s’il conclut en affirmant « A tant je me tayrai »[24] (v. 1123), il n’en fera rien et répliquera encore à ses adversaires dans une « Epistre… à ses calomniateurs »[25]. En somme, Ronsard n’est pas encore prêt à se taire. Ses adversaires vont alors s’employer à le réduire au silence.

Dans une pièce intitulée « Response aux calomnies »[26], Antoine de la Roche-Chandieu métamorphose Ronsard en prêtre et l’imagine cloué sur la Croix :

                            Et voulant prendre un luth, ainsi comm’autresfois,

                           Il trouve que ses bras sont estendus en croix.

                                                                           (v. 365-366)[27]

 La Roche-Chandieu fantasme ici un Ronsard qui ne serait plus capable de saisir son instrument de musique – le luth, métaphore de la poésie -, donc un poète réduit au silence.

Florent Chrestien va plus loin encore dans son Apologie, ou Deffense d’un homme Chrestien pour imposer silence aus sottes reprehensions de M. Pierre Ronsard, soy disant non seulement Poëte, mais aussi maitre des Poëtastres (1564). Comme le titre l’indique, Florent Chrestien cherche à « imposer silence » à Ronsard. C’est ainsi qu’à la fin de son libelle d’une très grande violence il écrit :

Et maintenant qu’il est en ta puissance de ne sonner mot, & de ne rien repliquer, monstre tel que tu dis, assavoir contempteur des escrit d’un tel babouin que moy. Tu scais bien que tu n’as jamais esté provoqué, seulement on t’a respondu, & plus doucement encores que tes calomnies ne meritoyent. Si tu repliques de rechef, tu monstras bien un manifeste desir d’estre tousjours en guerre : & si outre cela nous avons encores Dieu merci dequoy respondre[28].

            Ronsard répliquera encore une fois puis se murera, effectivement, dans le silence quittant la bataille religieuse pour s’adonner à une poésie moins engagée et moins agressive.

D’ailleurs, même les amis de Ronsard l’avaient invité au silence. Dorat, dans une pièce latine intitulée « In laudem Ronsardi » parue en 1567, lui donne le conseil suivant :

                                         In laudem Ronsardi

                           Illisos fluctus rupes ut vasta refundit

                          Et varias circum latrantes dissipat undas

                          Mole sua, sic tu tacita gravitate minutos

                          Frangere debueras istos, Ronsarde, poetas

                          Nominis obscuri, audaces discrimine nullo,

                         Qui tecum certasse putant praeclarius, omnes

                         Quam vicisse pares […]

Éloge de Ronsard

Comme un large rocher refoule les flots qui le frappent et, de sa masse, disperse les muables eaux qui mugissent à l’entour, tu aurais dû opposer un silence plein de gravité à ces poétaillons, audacieux sans discernement, qui pensent qu’il est plus glorieux de combattre contre toi que de vaincre un adversaire de valeur égale[29].

Le silence a donc des vertus et peut être synonyme de hauteur, de grandeur et de force : c’est ce que dit l’image du large rocher qui refoule les flots qui le frappent. Du Bellay semble partager cet avis, qui prône à plusieurs reprises les avantages du silence.

 

V ÉLOGES DU SILENCE

En 1558, bien avant que n’éclatent les guerres de religions et que Ronsard n’élève sa voix tonitruante en faveur du camp catholique, Du Bellay lui avait déjà adressé ce conseil dans les premiers vers du sonnet 140 des Regrets :

                             Si tu veulx seurement en Court te maintenir, 

                            Le silence (Ronsard) te soit comme un decret.

                                                                                  (v. 1-2)[30]

             Le conseil n’est peut-être pas à prendre au pied de la lettre. Il est sans doute le moyen de dénoncer l’hypocrisie qui règne à la cour. Cependant il n’est pas anodin qu’il soit adressé à Ronsard qui est celui qui a le plus tendance à vouloir donner son avis sur tout et qui, par son caractère frondeur, n’évite jamais la querelle. Rapproché de la pièce latine de Dorat, ce sonnet peut donc être aussi lu comme un avertissement adressé à Ronsard.

La même année, Du Bellay offre à Ronsard un « Hymne de la surdité ». Tous deux étaient, comme l’écrit Du Bellay « demy sourd[s] » (v. 26). Ce qui aurait pu être considéré comme un handicap a été transformé par Du Bellay en avantage dans l’éloge (paradoxal) qu’il fait de la surdité dans cet hymne. Le mot « silence » y tient une grande place et il est présenté, cette fois-ci, sous un angle positif. Celui qui est malentendant, assure Du Bellay est « Privé d’un peu de bien & de beaucoup de mal » (v. 90) car, entre autres, sa surdité l’empêche d’entendre les « broquars d’une cour / Qui font cent fois le jour désirer d’estre sourd » (v. 109-110). Par ailleurs, la surdité est un bon prétexte pour garder le silence, écrit Du Bellay. C’est alors l’occasion de faire l’éloge du silence de l’étude, du travail solitaire. C’est pourquoi Du Bellay explique à Ronsard qu’il a de la chance d’être sourd :

                      Ayant avecques toy la Surdité compagne, 

                            Qui faict faire silence, & garde que le bruit 

                            Ne te vienne empescher de ton aise le fruict

                                                                             (v. 164-166)

 Cette fois-ci la notion de silence n’est plus du tout métaphorique. Ce n’est plus une image au service de l’analyse de ce qui ne se dit pas. Il s’agit désormais du silence réel, de l’absence de perceptions auditives dues à la surdité et c’est parce qu’il s’agit de ce silence là, « concret » peut-on dire, que des valeurs positives peuvent lui être attachées comme l’introspection, la méditation créative, une certaine forme de détachement, une indifférence à la bêtise, à la méchanceté, à tous ces « bruits » importuns qui viennent du monde. Voilà donc le silence devenu une valeur positive et le bruit un notion négative.

 

 

Cette sorte de terrorisme par le silence, que je viens de démontrer, ce silence qui jette dans les oubliettes de l’histoire littéraire quantité de poètes de qualité comme Marot, Scève, Saint-Gelais ou Fontaine, ce silence qui refuse de répondre à ceux qui sollicitent le dialogue, mais aussi ce silence interne au groupe qui fait oublier une partie de la production poétique des confrères, a très bien marché et a marqué l’histoire littéraire quasiment jusqu’à nos jours. En effet, celle-ci s’en est tenue aux propos les plus tonitruants des chefs de file de la Brigade et n’a retenu, en général, comme représentants de la poésie de la Renaissance que les membres de la Pléiade comme on peut le voir, par exemple, dans les manuels scolaires encore de nos jours.

Florence Bonifay

Doctorante en littérature

Lyon 2 – GRAC


[1] Voir, entre autres :

Raymond LEBÈGUE, « Les concurrences poétiques au XVIe siècle. Ronsard, Du Bellay, Baïf. », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 102e année, n°4, 1958, p. 339-345.

François ROUGET, « Ronsard et ses adversaires protestants : une relation parodique. », Seizième Siècle, Droz, Genève, 2006 – n°2, p. 79-94.

Louis-George TIN, « Les Amours de Cassandre : un concours poétique », BHR, tome LXII, Droz, Genève, 2000-n°2, p. 249-257.

[2] Joachim Du Bellay et Pierre de Ronsard ont cependant déjà publié quelques poèmes dans les années précédentes.

[3] Voir l’introduction de Jean-Charles Monferran à la La Deffence, et illustration de la langue françoyse, Droz, 2001, p. 37-40.

Voir le commentaire de la Deffence, et illustration de la langue françoyse dans : Joachim DU BELLAY, Œuvres Complètes I, éd. Francis Goyet et Olivier Millet, Champion, 2003, p. 120-126.

[4] Joachim DU BELLAY, La Deffence, et illustration de la langue françoyse & L’Olive, éd. J.-C. Monferran et E. Caldarini, Droz, 2007, p. 125-126. Extrait du chapitre 2 « Des Poëtes Françoys » du livre II.

[5] Jean-Antoine de BAÏF, Œuvres complètes II, éd. Jean Vignes, Champion, Paris, 2010, p. 171-180.

[6] La Sepmaine, ou création du monde est un poème encyclopédique qui a fait la renommée de Du Bartas en 1578.

[7] « Cette pièce se trouve au verso du 26e  feuillet du manuscrit in-folio du fonds français de la Bibliothèque nationale, qui, coté autrefois 7652, 33a, porte actuellement le n° 1662, et a pour titre au catalogue : Recueil de poësies satiriques sur Henri III & son époque. » [note de Charles Marty-Laveaux dans : Jean-Antoine de BAÏF, Euvres en rime, t. V, éd. Charles Marty-Laveaux, Slatkine Reprints, 1966 [1881], p. 288.]

[8] J. D. T. HALL, « L’usage des dédicaces chez Ronsard », Ronsard en son IVe centenaire. Ronsard hier et aujourd’hui, s. d. Y. Bellenger, J. Céard, D. Ménager, M. Simonin, Droz, Genève,  1988, p. 27-34.

Daniel MÉNAGER, Ronsard, le Roi, le Poète et les Hommes, Droz, Genève, 1979. Notamment le chapitre II de la Première Section.

Françoise JOUKOVSKY, La gloire dans la poésie française et néolatine du XVIe siècle, Genève, Droz, 1969, 637 p.

[9] « A Carles. Ode XII. » dans le Recueil de Poesie de 1549. Joachim DU BELLAY, Œuvres poétiques III, éd. critique d’H. Chamard, Nizet, 1983 [1912], p. 130-134.

[10] John O’BRIEN, « Louange, voix, je : rhétorique de la prosphonématique dans le Recueil de poésie de Du Bellay », Du Bellay, Actes du Colloque International d’Angers, Presses Universitaires d’Angers, 1990, p. 201-211.

Terence CAVE, « La Muse publicitaire dans les Odes de 1550 », Ronsard en son IVe centenaire. Ronsard hier et aujourd’hui, s. d. Y. Bellenger, J. Céard, D. Ménager, M. Simonin, Droz, Genève,  1988, p.9-16.

Diane DESROSIERS-BONIN, « Les lieux de l’immortalité héroïque »,  Nouvelle Revue du Seizième siècle n°12-1, Droz, Genève, 1994, p. 21-32.

[11] « A sa Muse », Livre II, ode 21 des Quatre premiers livres des odes, 1550. Pierre de RONSARD, Œuvres Complètes  I, éd. Laumonier, Didier, Paris, 1973, p. 236-237.

[12] Un poème commençant par « Francine a si bonne grâce… » dans Quatre livres de l’amour de Francine par Jan Antoine de Baif (1555) et « Sur la Médée de La Péruse » dans Les Passetems de Jan Antoine de Baif (1573).

[13] « A Jan de La Peruse, Premier Tragiq de la France. » dans Les premieres poësies de Jaques Tahureau (1554)

[14] « Hymne sur la naissance de Madame Marguerite de France » et « A Jan de La Peruse Poëte tragiq. Sonet. » dans Hymne sur la naissance de Madame Marguerite de France, fille du Roi treschrestien Henry en l’an 1553. Par Olivier de Magni Quercinois, avec quelques autres vers Liriques de luy. (1553)

[15] « Elégie à J. de la Péruse » dans Le cinquieme des odes de P. de Ronsard, augmenté (1553), « Les isles Fortunées à Marc Antoine de Muret » dans Les Amours de P. de Ronsard vandomois, nouvellement augmentées par lui (1553) et « Epitaphe de Jan de La Peruse, Angoulmois » dans Les quatre premiers livres des odes de P. de Ronsard Vandomois (1555)

[16] Jodelle s’est illustré dès février 1553 avec la représentation d’une comédie (La Reconnue) et d’une tragédie (Cléopâtre)

[17] Voir ci-dessus, p. 2.

[18] Sensuyvent les Ruisseaux de Fontaine : Œuvre contenant Epitres, Elegies, Chants divers, Epigrammes, Odes, & Estrennes pour cette presente annee 1555. Par Charles Fontaine, Parisien. Plus y a un traité du passetems des amis, avec un translat d’un livre d’Ovide, & de 28 Enigmes de Symposius, traduits, par le dict Fontaine. A Lyon, par Thibauld Payan. 1555. Avec privilege du Roy. Edition numérisée par Gallica, p. 199.

[19] Joachim DU BELLAY, Œuvres poétiques II, éd. critique d’Henri Chamard, 1993, p. 65.

[20] Joachim DU BELLAY, Œuvres poétiques VII, éd. établie par Geneviève Demerson, STFM, Nizet, 1984, pp.

100-101.

[21] Jacques PINEAUX, La polémique protestante contre Ronsard, édition des textes avec introduction et notes, Paris, Didier, 1973, p. 32.

[22] Alain DUFOUR, Théodore de Bèze, poète et théologien, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance vol. 78, Genève, 2006, p. 101.

[23] Pierre de RONSARD, Œuvres complètes XI, éd. Laumonier, Paris, Didier, 1973, p. 118.

[24] C’est-à-dire : maintenant je vais me taire.

[25] Épître qui ouvre, en 1564, Les Trois livres du Recueil des Nouvelles Poésies.

[26] Dans le recueil Response aux calomnies contenues au discours et Suyte du Discours sur les Miseres de ce temps, Faits par Messire Pierre Ronsard, jadis Poëte, et maintenant Prebstre. la premiere par A. Zamariel : Les deux aultres par B. de Mont-Dieu. Ou est aussi contenue la Metamorphose dudict Ronsard en Prebstre. 1563.

[27] Jacques PINEAUX, La polémique protestante contre Ronsard, édition des textes avec introduction et notes, Paris, Didier, 1973, p. 49.

[28] Jacques PINEAUX, La polémique protestante contre Ronsard, édition des textes avec introduction et notes, Paris, Didier, 1973, p. 497.

[29] Pierre de RONSARD, Œuvres complètes XIV, éd. Laumonier, Didier, Paris, 1949, p. 81-83. Cette pièce est insérée dans les Œuvres de Ronsard en 1567 après les Discours écrits par celui-ci pour défendre le camp catholique. La traduction en français est celle donnée dans le tome II de l’édition Pléiade des OC de Ronsard, p. 1611.

[30] Joachim du Bellay, Œuvres poétiques II, éd. critique d’Henri Chamard, 1993, p. 165.

Florence BONIFAY

Docteure en littérature et langue françaises, Florence Bonifay est professeure agrégée (PRAG) de Lettres modernes à l'Université Lyon 2 dans l'Institut de Communication (ICOM). Rattachée au laboratoire IHRIM-Lyon 2, elle a fait sa thèse sous la direction de Michèle Clément et mène des travaux de recherche sur les concurrences poétiques dans la seconde moitié du XVIe siècle français. Elle fut pendant 4 ans membre du CA des Têtes Chercheuses.

More Posts