Colloque et manifestations culturelles autour de Jelinek

COLLOQUE

&

MANIFESTATIONS CULTURELLES et PÉDAGOGIQUES

Artwork: Camille Poisson

Artwork: Camille Poisson

 

« Faites ce que vous voulez ! »

Faire, défaire, contrefaire

l’autorité.

Regards croisés sur Elfriede Jelinek

 

25, 26, 27, 28 et 29 mars 2014

Lyon, Saint-Etienne


Du 25 au 29 mars 2014 auront lieu à Lyon et Saint-Etienne des manifestations culturelles et scientifiques autour de l’œuvre de la prix Nobel de littérature 2004, Elfriede Jelinek. Ces manifestations sont ouvertes à tous, l’entrée est libre :

         du 25 mars au 8 avril 2014

exposition : « Pouvoirs de l’image, images de pouvoir », œuvres des élèves de l’École Supérieure d’Art et de Design de Saint-Etienne (ESADSE), exposées dans l’Atrium de la bibliothèque Tréfilerie de Saint-Etienne ;

         mardi 25 mars 2014

19h00 : soirée lectures à la Médiathèque Tarentaize de Saint-Etienne avec les traductrices et biographes d’Elfriede Jelinek, M. Jourdan et M. Sobottke ;

         mercredi 26 mars 2014

20h30 : projection du film « La Pianiste » de Michael Haneke au cinéma Le Comoedia de Lyon (grand prix du Jury, Festival de Cannes 2001), suivie d’un échange avec le public (entrée payante) ;

          jeudi 27 mars 2014

8h30-18h00 : ateliers de « traduction », « jeunes chercheurs & artistes » et pour « doctorants » à l’Université Lyon 2 (amphithéâtre Benvéniste)

          vendredi 28 mars 2014 

dès 8h45 : colloque scientifique international à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne (amphithéâtre E01) qui permettra l’échange entre chercheurs, universitaires, et professionnels de la traduction et de la scène.

17h30-18h30 : table ronde avec des traductrices et metteurs en scène

19h00 : représentation de la pièce « Jackie » sur Jackie Kennedy, mise en scène : Pauline Laidet, salle de spectacle de l’Université Jean Monnet  (entrée payante, réservations au 0477421845) ;

          samedi 29 mars 2014 

dès 9h00: suite du colloque international à l’Auditorium de la Cité du Design de Saint-Etienne

16h30-18h00 : table ronde avec des dramaturges, acteurs et metteurs en scène

 lien vers le PROGRAMME DETAILLE

 Comme son titre le suggère, le colloque « Faites ce que vous voulez ! » Faire, défaire, contrefaire l’autorité. Regards croisés sur Elfriede Jelinek interroge nos rapports à l’autorité, sous toutes ses formes, et plus spécifiquement la relation de l’artiste au pouvoir politique, son rapport à sa propre « classicisation » ou canonisation, ou encore les enjeux des structures de pouvoir qui régissent le champ médiatique et éditorial dans lequel l’auteur s’inscrit.

En prenant pour cible les discours de cet auteur controversé, nous proposons de réfléchir sur la notion d’auteur et de son autorité à l’ère du tout numérique et des productions de la grande distribution. Ceci inclut également une analyse des représentations du pouvoir (l’autorité dans son aspect normatif) individuel et collectif au sein des œuvres ainsi que des moyens auxquels l’écrivain a recours pour l’asseoir, le contredire, ou le déconstruire.

Ouvert au grand public, le projet invite au décloisonnement de la recherche et offre au public stéphanois et lyonnais un programme culturel très varié.

Pour d’informations sur le site du colloque, qui dispose d’une interface en français et en allemand : http://jelinek2014.sciencesconf.org 

Contact : jelinek2014@sciencesconf.org

 

ORGANISATION :

Delphine Klein, en collaboration avec Aline Vennemann ; laboratoires de recherche CELEC de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne  et LCE de l’Université Lyon 2

PARTENAIRES :

Université Jean Monnet, Université Lyon 2, Freie Universität de Berlin, Université Paris Sorbonne, Université Lyon 3, Université de Strasbourg, Canal C2, Laboratoire ERIMIT, Université Rennes 2, École Supérieure d’Art et de Design de Saint-Etienne (ESADSE), Laboratoire Images – Récits – Documents de l’ESADSE, Forschungsplattform Elfriede Jelinek, Université de Vienne, Autriche, Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ), Forum Culturel Autrichien, Consulat Général d’Allemagne de Lyon, Goethe Institut de Lyon, Médiathèque Municipale Tarentaize de Saint-Etienne, Société Goethe de France, Association GIRAF-IFFD, Cinéma Le Comoedia (Lyon), Bibliothèque Universitaire Tréfilerie (Saint-Etienne), École Doctorale 3LA (Lyon/Saint-Etienne), Association France-Autriche de Saint-Etienne, UFR ALL et SCAS de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque « Le Street Art au féminin pluriel »

Miss TicComme le street art est initialement une expression de rue, dans la rue et pour la rue, l’idée reçue est que cette pratique artistique n’est pas pour les femmes, pour peu que, selon l’opinion commune, la rue ne soit pas la place des femmes. Cette idée reçue semble corroborée par le fait que les précurseurs ou les pionniers dustreet art, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, sont des hommes (Cornbread, Taki 183, Zlotykamien, Pignon-Ernest, Blek le rat). Elle semble s’appuyer sur l’idée que le graffiti est une pratique « vandale », des mauvais lieux, des mauvais garçons.

Malgré leur persévérance et leur créativité les pionnières (Lady Pink, Miss.Tic) restent encore trop souvent méconnues en regard d’une reconnaissance internationale qui réitère les discriminations de genres. Dans un domaine et un milieu qui se prétend pourtant atypique et qui représente en un sens une contre-culture ouverte à une alternative politique, les femmes continuent de rester mineures : elle ne font pas nombre, elles ne font pas autorité. En un sens le marché de l’art du street art répète le conformisme du marché de l’art traditionnel : priorité aux artistes masculins. Comment se fait-il que cette minorité perdure alors même que bon nombre de femmes artistes ont investi la rue, et ont réfléchi leur liberté ?

Notre hypothèse sera donc que le street art est un enjeu pour le féminisme comme lieu d’expression et de diffusion d’une revendication égalitaire ou d’une demande de reconnaissance.  Contre l’idée d’une fatalité du sort réservé aux femmes, nous verrons donc différentes tactiques d’affirmation.

Informations :

Paris 1/Panthéon-Sorbonne

UMR ACTE/Institut du genre

Samedi 9 novembre 2013 9h-17h

Centre Saint Charles 47 rue des Bergers 75015 Paris

Suivez le lien suivant pour télécharger le programme : Programme PDF

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque international Identité/Identités : appel à communications

Daniela Ricci et Thomas Cepitelli, membres des Têtes Chercheuses, organisent du 26 au 28 mars 2014 un colloque international à Lyon ayant pour thème : Identité/Identités et dont voici l’appel à communications :

« Lidentité sera convulsive ou ne sera pas » 

Marx Ernst

« Ma quête didentité : la quête de celles et ceux que jemplirai et qui me peupleront »

Vincent Cespedes

 

 

La notion d’identité, issue plus particulièrement de la sociologie et de la psychanalyse, s’entend comme un ensemble de données, conscientes ou non, valorisées ou pas, qui permet à un individu à la fois de se construire comme tel mais aussi de se différencier des autres. On assiste depuis une petite vingtaine d’années à des questionnements de plus en plus importants sur cette notion. Les récents débats sur l’identité nationale ou les différentes prises de position sur les replis communautaires et donc identitaires en sont les preuves les plus patentes.

L’identité d’une personne, comme l’indiquent assez nettement d’ailleurs les cartes du même nom, peut se penser en termes de génération, de sexe biologique, de lieu de naissance et d’appartenance à un pays. Mais le concept est bien plus large et ses contours plus flous. En effet l’identité, c’est-à-dire cette reconnaissance de moi en l’autre, de l’autre en moi, dans un aller-retour de correspondances et de différences, peut aussi se faire par rapport au genre ou sexe social, orientation sexuelle, ethnie, langue… On construit son identité, elle est le fruit d’une appropriation d’un certain nombre de codes, de règles qui servent en général à la vie en société, ou du moins, dans un groupe donné. Car c’est bien là, à la frontière de ces notions complexes que sont l’individu, le groupe et la société, que l’identité se joue. L’identité est en mouvement, elle est même un mouvement.

On sait, depuis Foucault, que l’individu est composé d’un nombre important d’identités, on peut aussi penser ici à LHomme Pluriel de Bernard Lahire. Les lignes de force de telle ou telle caractéristique se croisent formant une identité souvent changeante et en tout cas temporaire. Dans la condition de l’exil – espace existentiel particulier, lieu culturellement hybride de déracinement et de re-positionnement de soi – les identités se reconstruisent. L’exil devient ainsi une importante source d’inspiration et de création littéraire et artistique.

Dans la construction identitaire (de l’appropriation au rejet) plusieurs éléments comme la famille, l’école, les médias jouent un rôle primordial. L’art et la culture aussi. Du point de vue des artistes qui produisent des objets comme de ceux qui les « consomment », la construction identitaire se nourrit des pratiques culturelles, de la plus légitime à la plus populaire.

L’objet d’art ou le produit culturel sont en effet à la fois l’émanation et l’écho du milieu socioculturel dans lequel ils sont produits ou interprétés. Ils sont aussi une marque de la trajectoire personnelle de leur-s créateur-s.

Les constructions identitaires sont au coeur des problématiques contemporaines sociétales. Elles interrogent, bien sûr le rapport de soi à soi, mais plus largement, le rapport de soi aux autres. Qui suis je  dans la société ?  est la question primordiale avant de  pouvoir proposer une forme durable, sereine, apaisée et fructueuse de vivre ensemble. De plus, s’interroger, questionner, et comprendre les constructions identitaire et ses mécanismes chez l’autre sont autant de façon de l’accepter et de le comprendre. C’est pour ces raisons qu’il nous semble opportun d’interroger par la voie de la création artistique et des pratiques spectatorielles la construction identitaire à l’heure de la montée des extrêmismes et des communautarismes il nous paraît important de voir en l’autre, dans sa culture, les arts qui font ses pratiques quotidiennes, non pas tant un étranger que l’un semblable avec qui je partage un socle commun.

Ce colloque international se fera dans le prolongement de la journée d’études organisée à l’université Lyon 3 Jean Moulin le 28 mars 2013, avec le soutien du Groupe de recherche Marge, de l’Ecole Doctorale 3LA, du Conseil de la Recherche, de l’Université Jean Moulin-Lyon3.

Lors ce cette journée sont apparus nombre de sujets dont le colloque pourra se faire écho avec des pistes de recherche telles que la construction culturelle de l’identité dans la pensée philosophique et les théories développées dans la suite du post-modernisme, enrichies des concepts de créolisation, hybridation, hétérogénéité, tant du côté de la réception que de la production ou encore, les différentes mises en scène de soi comme l’autoportrait, l’auto-fiction, le ré-engendrement du soi, ou les relations entre sujet et objet dans la création littéraire et artistique. Les riches communications de cette journée nous ont aussi amené à ouvrir la réflexion sur la place des artistes qui travaillent dans l’espace interstitiel d’un exil ou d’un exil intérieur, les marginaux, les oubliés, les exclus, les minorités et sur une hybridation esthétique et transculturelle. L’esprit du colloque sera donc basé sur une approche interdisciplinaire et polyphonique, porteur d’une vision décentrée, qui puisse amener à de nouveaux points de vue et à de nouvelles perspectives de recherche.

Les champs de recherches des interventions pourront donc tout aussi bien concerner les arts, la littérature, le cinéma, le théâtre, les arts plastiques mais aussi des champs scientifiques comme la sociologie, l’anthropologie, la philosophie. Les communications pourront venir aussi bien d’artistes interrogeant dans leur(s) pratique(s) la notion d’identité que d’universitaires et chercheurs qui travaillent sur cette notion. Une place toute particulière sera accordée aux interventions qui s’inscriront dans des champs de recherches comme les gender studies et les cultural studies.

Le colloque, qui sera, à nouveau, soutenu par le Groupe de recherche Marge, l’Ecole Doctorale 3LA, le Conseil de la Recherche, l’Université Jean Moulin-Lyon3, se déroulera sur deux jours et demi, et verra a participation de key-note speaker et des manifestations culturelles dans la ville de Lyon. Il aura lieu dans différents lieux culturels de la ville de Lyon’

Les communications pourront porter sur les axes de recherches suivants (liste non restrictive) :

–      La place des institutions, qui sous tendent les directives, contraintes, programmation, financement dans la production des œuvres.

–      Lien entre la visibilité des dites communautés sur la scène sociale et dans les représentations dans les arts (rejet, accord, évolution … ).

–      Les communautés d’interprétation (« horizon d’attente », construction, histoire …).

–      Les outils à disposition du chercheur pour faire émerger une parole autour de l’identité.

–      Lien entre la place de l’intime et la reconnaissance dans une communauté.

–      Les esthétiques, les procédés littéraires ou encore les figures de style qui mettent à jour la construction identitaire des personnages.

–      La réception critique des œuvres pouvant être entendue comme prisme identitaire.

–      L’évolution (thématique, stylistique, linguistique) des personnages et des formes qui abordent la question identitaire.

–      L’impact des nouvelles technologies dans la mise en scène de soi sur la scène sociale et sur la scène artistique.

–      Les esthétiques nourries d’un/des Ailleurs (imaginaires, rêvés, éxotisés)

Comité scientifique : Benoit Auclerc, Gilles Bonnet, Jean-Pierre Esquenazi, Régine Jomand Baudry, Domingo Pujante

Comité d’organisation : Thomas Cepitelli, Daniela Ricci

Logistique : Frédérique Lozanorios

Les propositions de communication pourront se faire en anglais ou en français, dans un maximum de 300 mots. Elles seront accompagnées d’une courte biographie de l’auteur.

Les propositions de communication et une courte biographie seront à envoyer avant le 01 novembre 2013 à : Thomas Cepitelli et Daniela Ricci à l’adresse  : colloque.identiteidentites@gmail.com

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque « L’auteur(e) et ses doubles » (4 et 5 octobre 2013)

affiche_version defL’auteur(e) et ses doubles –

Stratégies de mise en scène de la figure auctoriale dans l’espace franco-germanophone

***

les 4 et 5 octobre 2013

à la Maison de la Recherche, Paris Sorbonne

 ***

organisé par Aline Vennemann et Delphine Klein

en partenariat et avec le soutien du CIERA dans le cadre des colloques juniors, et avec le soutien de l’ED ALL de l’Université Rennes 2 et du CELEC (EA 3069 de l’Université Jean Monnet, St Etienne)

***

Présentation du colloque

Antoine Compagnon nous rappelle que l’auctor désigne « celui qui se porte garant de l’œuvre » et, du fait de sa dérivation de auctoritas, aussi « celui qui par son œuvre détient l’autorité »1. On se gardera cependant de confondre l’écrivain, celui qui compose une œuvre, avec l’auteur qui, lui, est une construction historique et sociale dont la conception change selon les codes dominants d’une époque. Le concept de l’auteur(e) ne renvoie pas à un individu réel mais à une figure auctoriale qui n’existe qu’au travers et qu’au sein de la création littéraire/artistique2. Comment une fiction auctoriale peut-elle se porter garant de l’œuvre, voire lui conférer une certaine cohésion, construite dans la durée ?

Depuis les débats sur la propriété intellectuelle et sur les droits d’auteur dans un monde où l’accès au savoir, aux textes et réalisations audio-visuelles est presque universel, où les frontières s’estompent sur le plan virtuel de la toile, l’autorité auctoriale est plus que jamais en discussion. La prétendue « mort de l’auteur », annoncée par Roland Barthes, est remise en question (Bouju, L’autorité en littérature, 2010) et le concept de l’auteur(e) se modifie sensiblement3. Assisterait-on là à un retour en force de l’auteur (Jannidis, Rückkehr des Autors, 1999) ? Il nous semble opportun de questionner l’autorité de l’auteur(e) par le truchement de ses autofictions dans le processus de création (voire moyennant ses mises en scène dans le monde réel) et dans le processus de réception (nous pensons ici au lecteur, au spectateur et au visiteur d’un site ou d’un musée). A quelles stratégies l’artiste a-t-il recours pour mettre en relief ses doubles ? Par ailleurs, nous tâcherons de définir les positionnements possibles de la figure auctoriale dans le champ littéraire et l’espace public. Au-delà de l’image personnelle que chaque récepteur peut se forger de l’auteur(e) d’une œuvre, il conviendrait de dévoiler le « masque d’autorité »4 de l’auteur(e) ou sa « posture », comme le dirait Jérôme Meizoz5. Partant, la question de la réception s’impose : comment le lecteur-spectateur considère-t-il dans sa quête de sens la figure de l’auteur(e), issue d’une construction collective et individuelle ?

***

L’objectif de ce colloque est la mise en réseau de jeunes chercheurs qui, dans le cadre de leurs recherches actuelles, se confrontent à la question vaste et épineuse de l’auctorialité dont il n’existe pas encore de définition qui fasse « autorité ». La perspective du colloque sera double : d’une part synchronique (pour comparer divers phénomènes d’auctorialité), d’autre part diachronique (afin de saisir l’évolution de la figure de l’auteur(e) au fil des siècles). Ce colloque junior est conçu comme un prélude au colloque de 2014 qui recentre ces mêmes problématiques sur l’œuvre d’Elfriede Jelinek.

***

Programme

Vendredi 4 octobre 2013

14h30 : Ouverture officielle

14h45 : Conférence inaugurale de Mme Véronique GELY (PR de Littérature Générale et Comparée, Directrice du Centre de Recherche en Littérature Comparée EA 4510, Université Paris-Sorbonne, Présidente de la Société Française de Littérature Générale et Comparée) : L’auteur(e) : entre héros culturel et personnage de fiction

  •  Échanges autour de la conférence

1. Les doubles de l’auteur(e) au sein de ses œuvres

Président de séance : Bernard BANOUN, PR de littérature allemande à l’Université Paris-Sorbonne, traducteur littéraire

15h45 : Bénédicte TERRISSE (docteure en Études Germaniques, MCF à l’Université de Nantes) : Institution postale, meurtre et métalepse : Wolfgang Hilbig et ses fictions d’une auctorialité est-allemande

  • échanges

16h50 : Isabelle PATROIX (doctorante en Lettres et Art, Université Grenoble 3) : Définir les figures auctoriales de Wajdi Mouawad dans ses pièces à la lumière de l’autofiction

17h15 : Frédérique GIRAUD (doctorante en Sociologie, ENS de Lyon) : L’auteur dans son œuvre : les doubles fictifs au service de la promotion de soi

  •  Échanges

18h00 : Bilan de la première journée

***

Samedi 5 octobre 2013

9h45 : Accueil et présentation de la deuxième journée

2. L’artiste dans l’espace public : le jeu du droit,  le droit en jeu

Présidente de séance : Bénédicte MASELLI, doctorante en Histoire de l’art contemporain à l’Université Rennes 2

10h00 : Communication à deux voix de Delphine KLEIN (doctorante en Études Germaniques, Lyon 2) et Aline VENNEMANN (doctorante en Études Germaniques et Arts du Spectacle, Rennes 2 / Freie Universität Berlin) : Nouvelles stratégies éditoriales ? Les enjeux de la publication en ligne à travers l’exemple du site d’Elfriede Jelinek

10h25 : Bouboucar DIONGUE (doctorant en Droit, Université de Picardie) : La crédibilité de l’accès libre aux œuvres face aux « droits réservés »

11h20 : Antoine MOREAU (docteur en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication, MCF en SIC et Arts Numériques à l’Université de Franche-Comté, Montbéliard, initiateur de Copyleft Attitude et de la Licence Art Libre) : Du copyright au copyleft ou de l’Auteur aux auteurs

  •  Échanges

3. Situer l’auteur(e) dans le champ artistique : stratégies de contrôle de la réception d’une œuvre

Présidente de séance : Diane WATTEAU, artiste et critique d’art, MCF en Arts plastiques à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne

13h30 : Cécile LAMBERT (doctorante en Littérature Française, Université Paris IV / Humboldt-Universität) : Oser le matérialisme : La Mettrie face à la République des Lettres du XVIIIe siècle

13h55 : Marie PUREN (doctorante en Histoire, École Nationale des Chartes, Paris) : L’auteur et ses pseudonymes. Stratégies d’écriture et mise en scène chez Jean de la Hire

  • Échanges

15h00 : Marie-Christine GAY (doctorante en Études Théâtrales, Université Paris-Nanterre) : Le passage de l’autorité de la plume aux planches : Jean Genet et les créations scéniques ouest-allemandes de son œuvre (1957-1975)

15h25 : Séverine LEROY (doctorante en Études Théâtrales et chargée de projet du Centre d’Études et de Ressources Numériques pour les Arts du Spectacle, Université Rennes 2) : Création de ressources numériques sur le processus de création : quels enjeux ?

  • Échanges

16h15 : Clôture du Colloque

CIERA_Logo_2013(1)        CelecLogo

logorennes2_noir

Logo_Paris4_CouleurRVB_2013


  1. Voir le cours de Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? IV. Généalogie de l’autorité URL : http://www.fabula.org/compagnon/auteur4.php []
  2. Voir à ce titre Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969), Dits et Écrits, tome 1, Gallimard, Paris, 1994. []
  3. Voir par exemple E. BROUDOUX, P. BOOTZ, J. CLEMENT et. al., « Auctorialité : production, réception et publication de documents numériques », La redocumentarisation du monde, éd. par Roger PEDAUQUE, 2005, URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/12/06/99/PDF/08PSI-auteur-V3.pdf []
  4. Claude CALAME, Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Les Belles Lettres, Paris 2005. []
  5. Jérôme MEIZOZ, « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, Consulté le 27 octobre 2011. URL : http://aad.revues.org/667 ; Jérôme MEIZOZ, Postures littéraires : Mises en scène modernes de l’auteur, Slatkine érudition, Genève, 2007. []

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook