Missile nº3 « Bizarrerie »

Le troisième numéro du journal des Têtes Chercheuses, Missile, consacré à la question de la bizarrerie est enfin disponible au format papier.

Il est distribué durant nos réunions mensuelles et plusieurs exemplaires sont à consulter dans les bibliothèques et laboratoires lyonnais et stéphanois de même que dans certaines bibliothèques parisiennes.

Nous vous proposons ci-dessous un lien vous permettant de télécharger ce troisième numéro au format PDF mais vous pouvez également cliquer directement sur la couverture du numéro ci-dessus.

Vous trouverez, au sommaire de Missile n°3 « Bizarrerie » :

– l’article de Mathilde Bedel, doctorante en littérature comparée à Aix-Marseille, « l’invention d’une Afrique empreinte de bizarrerie » ;

– l’article de Luisa Messina, docteure en littérature française, « Les fées bizarres dans Ma-gakou de François-Antoine Chevrier » ;

– l’article de Nikol Dziub, doctorante en littérature comparée en Haute-Alsace, « Sur la route de Gauthier en Andalousie : fantaisies et fragments de caprices » ;

– l’article de Zoé Commère, doctorante en lettres modernes à Lyon 2 et Laval au Québec, « Dans la peau d’un autre… D’une bizarre technique d’usurpation d’identité dans trois romans populaires de la Belle Époque » ;

– la contribution graphique de Cécile Poirson, docteure en arts et sciences de l’art, « Dessiner ».

Pour télécharger le troisième numéro de Missile, le journal des Têtes Chercheuses, cliquez sur le lien suivant : Missile3pdf

Consulter l’appel pour le comité scientifique ici

Consulter l’appel à contribution ici

Argumentaire :

« Bizarre, bizarre, comme c’est bizarre » déclare Louis Jouvet dans Drôle de drame, faisant se perdre le bizarre dans ses propres méandres. Une telle redondance se retrouve également dans la définition de la « bizarrerie » entendue comme « caractère de ce qui est bizarre[1] ». Notion indéfinie, ce terme viendrait révéler les déficiences du langage lorsque « les mots pour le dire » ne nous viennent pas « aisément[2] » et ce puisqu’il serait finalement de l’ordre de l’inconcevable. Autant dire que le bizarre ne se laisse pas enfermer dans une catégorie unique : mieux vaut encore parler de bizarreries plurielles. Même l’étymologie du terme échappe : l’hypothèse la plus probable serait l’emprunt à l’italien bizarro qui signifie d’abord « coléreux » puis « extravagant ». Quoi qu’il en soit, le bizarre présente en essence une composante psychologique permettant de caractériser opinions, idées et sentiments. Par la suite, le sens de bizarre se précise par affinité avec celui de « bigarré » : la variété sera dès lors associée aux bizarreries. Il faut encore ajouter dans cette tentative de définition du bizarre la singularité et l’irrégularité : autrement dit, les bizarreries correspondent aux différents écarts qui peuvent intervenir face à la norme en vigueur, toujours dépendante du récepteur. En ce sens, la notion de bizarre est d’autant plus instable qu’elle voisine avec l’étrange ou le grotesque. Comme le souligne Régine Borderie[3], il importe de ne pas rabattre le bizarre sur ces différentes notions et, en définitive, oublier sa spécificité. Ainsi, à côté de ces caractérisations (relativement) objectives du bizarre, la variété, la singularité et l’irrégularité, il faut tenir compte également d’un « bizarre subjectif » qui a trait à l’entendement. Le bizarre est alors ce qui nous interpelle et demande en retour une explication. C’est peut-être ce double mouvement d’appel et de résistance à l’entendement qui permet de créer tout à la fois le trouble et le charme du bizarre.

Après les bizarreries en musique et les cabinets de curiosité des xve-xviiie siècles, le bizarre est mis à l’honneur au xixe siècle, avec Baudelaire en figure de proue, traducteur de L’Ange du bizarre d’Edgar Allan Poe. Mais Baudelaire n’a pas attendu Poe pour associer le bizarre à l’esthétique, comme en témoigne son affirmation à propos de l’Exposition universelle de 1855 : « Le beau est toujours bizarre[4] ». Bien qu’elle revête chez Baudelaire une dimension provocatrice, cette association entre le beau et le bizarre fait référence à un charme qui opère véritablement à cette époque : sur le plan esthétique, notamment, la promotion du bizarre correspond à la valorisation de la beauté « exotique » – d’un corps, d’un objet, d’un son… – et peut conduire à un éloge plus général du nouveau.

Héritier de cette conception baudelairienne, le xxe siècle valorise d’autant plus le bizarre qu’il le mobilise comme un outil de détournement, voire de dépassement du réel et de ses normes comme a pu faire le mouvement surréaliste, ce dont témoignent des sculptures telles Le Déjeuner en fourrure de Meret Oppenheim (1936) ou le Loup-table de Victor Brauner (1939-1947). Plus tard, la notion dépasse le cadre artistique et littéraire pour intéresser plus largement la pensée contemporaine. Évoluant au même titre que la norme, le bizarre fonctionne comme une pensée périphérique qui se déplace et se transforme en même temps que le centre. La bizarrerie s’immisce dans la langue écrite et parlée, créant par exemple « l’oraliture » caribéenne ; elle est au fondement des démarches de « l’ex-centricité » telles que la théorie queer. Il nous semble ainsi que la bizarrerie au xxie siècle se construit comme un lieu de renouveau, de résistance au centre, un lieu de hors-norme. Mais le bizarre ne peut-il pas, paradoxalement, être une forme de rétablissement de la norme ?

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal

Basile Bayoux (Université de Tours)

Claire Fonvieille (Lyon 2)

Mathieu Goux (Lyon 2)

Comité scientifique du numéro

Kamila Bouchemal (Paris 8)

Célia Clermont (Saint-Étienne)

Elodie Martinez (Lyon 3)

Guillaume Rousseau (Paris 4)

[1] Dictionnaire historique de la langue française.

[2] Voir Nicolas Boileau, L’Art poétique.

[3] Dans Bizarre, bizarrerie : de Constant à Proust, Grenoble, ELLUG, 2011.

[4] Curiosités esthétiques.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.