Missile n°4 « Fantômes »

Le quatrième numéro du journal des Têtes Chercheuses, Missile, consacré aux figures du fantôme est enfin disponible !

Sa version papier est distribuée durant nos réunions mensuelles et plusieurs exemplaires sont à consulter dans les bibliothèques et laboratoires lyonnais et stéphanois de même que dans certaines bibliothèques parisiennes.

Nous vous proposons  ci-dessous un lien vous permettant de télécharger ce quatrième numéro au format PDF, et vous pouvez également cliquer directement sur la couverture du numéro ci-dessus.

Consulter la revue en PDF ici

Consulter l’appel pour le comité scientifique ici

Consulter l’appel à contributions ici

Vous trouverez, au sommaire de Missile n°4 « Fantômes » :

– l’article de Julien Cobos, titulaire d’un master en études cinématographiques à Lille 3 Charles de Gaulle et de Nicolas Cvetko, doctorant en études cinématographiques à Paris 8 Vincennes Saint Denis « Lorne Malvo, a serious ghost » ;

– la contribution graphique de LMG Névroplasticienne, docteure en art et sciences de l’art à Paris 1 Panthéon Sorbonne, « Les Épitaphes » ;

– l’article de Marine Achard-Martino, doctorante en lettres modernes à Jean Monnet Saint-Étienne, « Ferdinand parmi les fantômes : figures de revenants dans L’Enfant Méduse de Sylvie Germain » ;

– l’article de Vincent Lecomte, doctorant en sciences de l’art à Jean Monnet Saint-Étienne : « Dans l’œil de l’animal mort, manifestations d’une conscience fantomatique ». En complément de son article, l’auteur présente une pièce sonore en forme de chimère, baleine-usine :

– l’article d’Aurore Desgranges, doctorante en littérature francophone et comparée à Lyon 2 et Ouaga I Pr. Joseph Ki-Zerbo : « Fantômes et dramaturgie du monologue dans l’œuvre d’Aristide Tarnagda » ;

– la contribution graphique de Charlotte Limonne, doctorante en arts plastiques à Jean Monnet Saint-Étienne : « Spectres » ;

– l’article d’Anne-Sophie Riegler, doctorante en philosophie à l’ENS d’Ulm et à Grenoble 3 : « Présence du fantôme dans le flamenco : figure, horizon, expérience ».

Nous remercions les FSDIE de Lyon 2 et deLyon 3, l’école doctorale 3LA et les laboratoires CRTT, GADGES, ICAR, IHRIM et MARGE pour leur soutien dans l’élaboration de ce numéro.

Argumentaire :

« C’était tremblant, c’était troublant,
C’était vêtu d’un drap tout blanc,
Ça présentait tous les symptômes,
Tous les dehors de la vision,
Les faux airs de l’apparition,
En un mot, c’était un fantôme ! »
(George Brassens, « Le Fantôme »)

« Image trompeuse », « illusion », « vision » ou même « fantasme » comme le désigne son origine étymologique phantasma, le fantôme est une figure nébuleuse, éphémère, porteuse de nostalgie et potentiellement effrayante ou trompeuse. Hanter désigne l’action d’un fantôme lorsqu’il apparaît en un lieu, mais être hanté par quelque chose signifie aussi qu’une idée, un souvenir, une personne peut occuper notre esprit jusqu’à l’obsession.

L’imaginaire du fantôme est profondément ancré dans les mentalités humaines : symbole d’un passé qui refuse de s’évanouir, on le retrouve dans nombre de cultures à travers l’espace et le temps où il joue souvent le rôle d’un révélateur social, comme le montre Sabine Doering-Manteuffel en soulignant la corrélation entre attractivité des sciences occultes et périodes de crise[1]. Les histoires de fantômes, dont il est toujours difficile de savoir quel degré de croyance leur accordaient leurs contemporains, existent depuis l’Antiquité gréco-romaine[2]. C’est d’ailleurs un enjeu du christianisme médiéval que de remplacer progressivement les conceptions païennes en la matière par le culte des saints et des visions envoyées par Dieu[3]. Par la suite, les fantômes restent un objet de croyance mais surtout de représentations, en particulier entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle[4]. La maison hantée s’insère ainsi d’abord dans une « culture gothique » sous l’influence du roman noir anglais avant de constituer l’envers sombre du Home sweet home[5]. Devenu entre-temps une attraction touristique, le fantôme continue à apparaître dans les productions culturelles jusqu’à aujourd’hui.

Difficulté à congédier les morts, à faire son deuil, à trouver une place matérielle et spirituelle pour les défunts… Toutes ces épreuves réelles auxquelles doit faire face l’individu contemporain rejaillissent aujourd’hui tant en littérature, au cinéma que dans les séries télévisées, l’art contemporain ou la musique, à travers les spécificités narratives et esthétiques qui y sont engagées pour représenter la figure du fantôme.

Alors que le fantôme incarne un passage spirituel, qu’en est-il de sa représentation ? Peut-on parler de figure du fantôme ? Car si le fantôme est empreint d’une mémoire, il est aussi celui qui, par l’absence de corps, questionne la désincarnation. De l’esprit, immatériel, à l’enveloppe évoquée par le drap de façon assez caricaturale, les multiples tentatives de représentations du fantôme essaient de rendre compte de ce que l’on ne voit pas ou de ce que l’on voit mal. Détourer, envelopper c’est aussi et surtout poser la question du corps, du volume. Le fantôme serait-il l’image d’un corps ? Plus particulièrement, dans le champ des arts plastiques, l’ombre, l’empreinte, la trace, le processus d’apparition d’une forme sont autant d’évocations possibles et d’outils de résistance face au joug de l’incarnation. Bien plus qu’une question de composition, intensifiant la forme et ce qu’elle enveloppe, le drapé, par exemple, amplifie le mouvement du corps. Vers une représentation fantomatique, entre matériel et immatériel, visible et invisible, qu’en est-il de ce passage de la présence au corps ? De l’image au paysage fantôme, de ce que nous ne voyons pas ou peu à ce qui semble nous regarder, peut-on penser la disparition comme condition de l’apparition ?

Dès L’Aventure de Mme Muir en 1947, la figuration du fantôme au cinéma se révèle ambigüe : celui-ci prend parfois l’apparence du revenant, qui dans toute sa concrétude corporelle se démarque peu des vivants, parfois jusqu’à la méprise entre les deux statuts (Les Autres, Sixième Sens). De Ghostbusters au célèbre masque de la trilogie des Scream, la face du fantôme peut aussi revêtir les apparats de la comédie en même temps que de l’effroi et évoquer les traits caricaturaux des cartoons. Dans les séries télévisées (Afterlife, Medium), devenu répétitif, le retour des morts n’y frôle-t-il pas la banalité, la familiarité ? Narrateur, grand bavard, le fantôme est aussi une voix d’outre-tombe à écouter, un inconnu qui réclame justice, un proche venu conseiller ceux qui lui survivent…

En littérature également, le fantôme se rit des frontières génériques : loin de n’être présent que dans des récits fantastiques (comme Un chant de Noël de Dickens), on le retrouve aussi au théâtre (tragédies antiques) et en poésie (« Je serai sous la tombe et fantôme sans os » écrit Ronsard), dans des œuvres savantes (Hamlet) ou populaires (Harry Potter). Dématérialisé, le fantôme peut être chargé de valeurs symboliques variées : symbole de mort dans la tragédie, objet de peur, comme dans le roman gothique anglais, il fait aussi rire dans des textes comiques ou parodiques (comme Trois Sœurcières de Terry Pratchett). C’est cette plasticité, tant formelle que symbolique, que le présent appel à contribution vous propose d’interroger.

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal

Basile Bayoux (Tours)
Claire Fonvieille (Lyon 2)
Mathieu Goux (Lyon 2)

 

Comité scientifique du numéro

Zoé Commère (Lyon 2-Laval)
Maud Desmet (Poitiers)
Edith Magnan (Sorbonne)
Bertrand Aman Affi (Limoges)

[1] Sabine Doering-Manteuffel, L’Occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Gutenberg au World Wide Web, Olivier Mannoni (trad.), Paris, Éditions de la MSH, « Bibliothèque allemande », 2011, 288 p.

[2] Thomas Marlier, « Histoires de fantômes dans l’Antiquité », Bulletin de l’association Guillaume Budé, n° 1, 2006, p. 204-224.

[3] Claude Lecouteux, Fantômes et revenants au Moyen Âge, Éditions Imago, Paris, 1996, p. 10.

[4] Comme en témoigne par exemple la vogue des nouvelles fantastiques en Europe à cette période, dont Poe et Maupassant sont d’éminents représentants.

[5] Stéphanie Sauget, Histoire des maisons hantées. France, Grande-Bretagne, États-Unis – 1780-1940, Paris, Tallandier, 2011, 269 p.

 

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.