Missile nº2 « Résurgences »

Le deuxième numéro du journal des Têtes Chercheuses, Missile n°2, consacré à la question de la résurgence est enfin disponible au format papier.

Il est distribué durant nos réunions mensuelles et plusieurs exemplaires sont à consulter dans les bibliothèques et laboratoires lyonnais et stéphanois de même que dans certaines bibliothèques parisiennes.

Nous vous proposons également ci-dessous un lien vous permettant de télécharger ce deuxième numéro au format PDF mais vous pouvez également cliquer directement sur la couverture du numéro pour y accéder.

Vous trouverez, au sommaire de Missile n°2 “Résurgences” :

– l’article de Lucie Genay, doctorante en civilisation américaine à Grenoble 3, “L’industrie nucléaire au Nouveau-Mexique : résurgence d’un pacte faustien”,

– l’article de Mathieu Goux, doctorant en sciences du langage à Lyon 2, “Les ajouts après le point : résurgences et bredouillements,

– l’article de Laurent Laffont, doctorant en sociologie de la culture à Toulouse 2, “Résurgence et retour sur soi : la musique en tant que madeleine de Proust”,

– L’article de Étienne Bourel, doctorant en anthropologie à Lyon 2, “Endoréisme et usage politique : de la parole de travailleurs forestiers gabonais”,

– Les contributions graphiques de Vincent Lecomte, doctorant en sciences de l’art et de Ariane Carmignac, doctorante en esthétique et histoire de l’art, tous deux à Jean Monnet, Saint-Étienne.

Pour télécharger le deuxième numéro de Missile, le journal des Têtes Chercheuses, cliquez sur le lien suivant : Missile n°2 “Résurgences”

Consultez l’appel à contributions :  Appel à contributions Missile nº2

Consulter la version PDF du nº2 de Missile « Résurgences » de 2015 : http://teteschercheuses.hypotheses.org/?p=1524

Argumentaire :

Résurgence… D’après le dictionnaire Trésor de la langue française, « résurgence » est un terme de géographie. Il a comme sens premier : « réapparition à l’air libre, sous forme de grosse source, d’une nappe d’eau ou d’une rivière souterraine » et par métonymie « la source elle-même ». Dans un deuxième sens, dérivé du premier mais ressenti aujourd’hui comme littéraire, il signifie : « Fait de réapparaître, de ressurgir ».

Même s’il n’est à l’évidence pas propre au seul domaine de la géographie, ce terme peut surprendre quand on l’applique aux domaines des lettres, des langues et de l’art, et des sciences humaines et sociales. Il y a ainsi « résurgences » sous de multiples formes et dans tous les domaines. Il s’agira par exemple, des différentes manières dont une source, une inspiration, un classique de la littérature, une œuvre cinématographique, une lecture, un souvenir, une langue maternelle, une langue d’adoption, un pays d’attache, un fait historique, un symbole, la découverte d’un manuscrit, un événement ou encore l’inconscient collectif vient féconder une œuvre, inspirer un artiste, ou apporter un éclairage nouveau sur un élément actuel. On peut également se placer du côté de la réception, avec le fait que l’on voit ressurgir des œuvres, des événements ou encore des idées d’une autre époque, dans l’optique de valoriser un passé méconnu (c’est le principe des rétrospectives) ou pour instrumentaliser ce passé et lui faire servir des causes actuelles.

Cette résurgence peut être inconsciente. Pour ce qui est du domaine artistique, on sait qu’une œuvre peut échapper à l’artiste en ce sens où surgissent en elle des éléments incontrôlés, refoulés, oubliés. Cela permet de reposer à nouveaux frais la question du rapport entre l’artiste et son œuvre et la maîtrise qu’il a (ou n’a pas) sur elle. Notamment à travers l’idée de la résurgence inconsciente du souvenir : celui d’une langue qu’on ne peut oublier, celui d’un traumatisme refoulé qui ressurgit malgré la volonté de l’oblitérer, ou encore un souvenir oublié involontairement et qui ressurgit tout aussi involontairement. Pour ce qui est des sciences humaines, en histoire par exemple, les représentations collectives des civilisations lointaines (dans le temps ou dans l’espace) informent notre perception non seulement du passé, mais également du présent, voire du futur, agissant comme une résurgence inconsciente qui vient modeler notre regard sur le monde.

Si on élargit le sens du mot «résurgence », alors on peut dire que, d’une manière très générale, il s’agit de quelque chose qui était caché et qui réapparaît de manière abrupte, avec toute la force qu’il a accumulée, et surtout qui réapparaît de manière incontrôlée. On se demandera ainsi comment quelque chose peut-il rester « souterrain », parfois au point d’être oublié et inconnu de tous ? Comment peut-il cependant garder suffisamment de vitalité pour ressurgir un jour en pleine lumière ? Et comment cette force peut-elle ensuite devenir une source féconde ? Ce qui était caché réapparaît-il de lui-même, ou cette résurgence est-elle due à une volonté extérieure ? Cette volonté extérieure est-elle la même que celle qui a enfoui ce quelque chose ?

Enfin, cette résurgence peut également être consciente. En littérature, au théâtre, au cinéma, en photographie et de manière plus large dans les arts plastiques, il n’est pas rare de voir ressurgir une forme, un motif, un thème ancien, emprunté à une œuvre ou à une tradition antérieure. Que cet emprunt soit le signe d’un hommage, d’une parodie ou d’une critique sévère, il met en lumière la communication et l’échange entre les arts et bouscule la vision de l’artiste dans sa tour d’ivoire, créant ex nihilo. Pour les sciences humaines et sociales, l’idée de résurgence consciente est également féconde dans la mesure où le recours volontaire au passé afin de mieux éclairer le présent et l’avenir est au cœur de ces disciplines.

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal

Carole Mabboux-Sutton (Université de Savoie)

Benoît Kastler (Lyon 3)

Romain Perrin (Paris 1)

Comité scientifique du numéro 

Florent Bréchet (Lyon 3)

Stéphane Caruana (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Isabelle Patroix (Université de Savoie)

                                                                                             

 

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.