Missile n°8 : « Double » Appel à contribution

MISSILE n°8 : APPEL À CONTRIBUTIONS

Argumentaire 

D’un point de vue thématique, les arts narratifs (cinéma, littérature) ont décliné le thème du double à travers de nombreuses fictions qui, de Poe à Lynch, en passant par Dostoïevski ou Wilde, interrogent notamment le caractère dual de l’humain·e. Ces nombreuses variations sur ce thème dans la fiction installent le double comme un adversaire, un ennemi ou un rival plus ou moins intérieur. Pourtant, le double masque qui allégorise les possibilités tragiques et comiques du théâtre ne vient-il pas, dans le même temps, signaler un rapport de complémentarité ?

En art, cette figure peut être d’abord comprise comme la projection de l’auteur·ice une forme d’alter ego possiblement polymorphe, comme l’établissement ou l’ostentation d’une forme, quelconque mais possible, d’identification de l’auteur·ice au sujet même de son œuvre. Cette figure du double peut être aussi vue comme la représentation, l’incarnation ambivalente d’une œuvre qui se nourrit de ses créateur·ice·s même, ou menace de les supplanter. Dès lors, le double est à la fois figure de substitution, ou une forme subtile de distanciation de soi à soi, voire la représentation discrète d’un écartèlement. Entre séparation et autonomie, fascination provoquée par la duplication, réitération, (re)production du même, et étonnement de l’altérité découverte, le double manifesterait l’éclatement, l’extase, l’emphase ou la démultiplication du sujet : tout à la fois son affirmation douteuse et son altération certaine.

Mais le double peut aussi faire système et devenir le motif, le principe, la dynamique même de la création et s’avérer être une forme de matrice ambigüe, en perturbant, voire en niant la possibilité d’une seule et unique origine au geste créateur. Ainsi, de reflet du·de la créateur·ice, ou de la création même, à moteur de la réflexion, voire principe de création, le double pourrait s’interpréter et s’incarner de multiples façons, dans ses diverses manières d’établir un jeu et de semer le trouble sur les notions d’unique et d’unicité, de sujet, d’invention, d’origine et de primauté.

Ces tropes, embrassés par les arts plastiques autant que narratifs, trouvent un prolongement ontologique dans la poétique de Baudelaire ou de Rimbaud : le « double postulat » baudelairien comme l’altérité intérieure rimbaldienne (« Je est un autre ») posent la dualité existentielle comme condition même de l’acte poétique. Cette richesse thématique s’augmente d’une fertilité formelle et métalittéraire : la répétition, la rime, l’anaphore, la citation, etc. ne se donnent-elles pas à penser comme des phénomènes de dédoublements lisibles dans la forme même du texte ? Sur le plan macropoétique, des réflexions peuvent également être menées, notamment du point de vue de la dialectique vie/œuvre, écrivain/écriture, éthos/fiction. La nature des relations qu’entretiennent Céline ou Proust avec respectivement Bardamu ou le Narrateur, par exemple, nous encouragent à interroger la notion de « double littéraire » et ses limites. Cette intrusion du réel dans la représentation peut prendre des formes autoréférencielles : en littérature comme en art, la mise en abyme (métapiction, métafiction), l’inscription de l’œuvre dans l’œuvre, peuvent se comprendre comme des effets de dédoublement. En amont de la conception de l’œuvre, un regard génétique sur les productions artistiques révèle parfois des collaborations (entre illustrateur·ice·s et écrivain·e·s notamment) qui donnent à penser certains objets culturels (livre illustré, bande dessinée…) comme le résultat de coopérations à deux.

Les textes littéraires, les dialogues du cinéma, mais aussi plus largement la communication ordinaire peuvent être abordés d’un point de vue plus spécifiquement linguistique : la langue française, par exemple, nous permet-elle de percevoir et de concevoir le double ? En phonologie, la gémination correspond à un segment vocalique ou consonantique qui double. Ce doublement peut être perçu ou non selon les locuteur·ice·s en fonction des langues dont ils et elles ont acquis le système phonologique. La grammaire nous permet à travers des unités lexicales ou des affixes d’envisager et de concevoir la possibilité d’un pluriel, et nous permet d’ajouter du sens. Parmi ses différents emplois, la réduplication morphologique double dans le but d’exprimer l’emphase, d’imiter (à travers certaines onomatopées comme coin-coin ou tchou-tchou), d’ajouter de l’information aspectuelle ou modale. Toutes les langues ne véhiculent pas les mêmes concepts à travers le double bien qu’il reste utilisé principalement pour matérialiser la répétition, la réitération. Le double, du latin duplus signifiant « deux fois aussi grand », est un mot hautement polysémique en français. Il peut être à la fois un adjectif, un adverbe, un substantif masculin ou un verbe conjugué. Le double fait référence à une action, à un nom mais aussi une qualité, lui conférant un large éventail d’acceptions donnant lieu à une infinité de possibilités d’utilisations.

En dépit de son éventuelle performativité, le langage permet de penser un ancrage du double dans le domaine de la virtualité que l’on peut étendre à notre environnement contemporain. Immergé et interagissant dans les différents mondes numériques, l’individu accepte de se dédoubler au profit des nouveaux potentiels d’action et de représentation de son avatar. De l’avatar qui projette une image de nous à distance (internet, jeux vidéo) à l’avatar nous servant de corps (réalité virtuelle), le double répondant ici à la logique computationnelle et à une formule techno-sémiotique peut cerner les possibilités interactives et représentationnelles de l’individu. Dans une perspective davantage politico-sociale, le double numérique dissimule notre identité réelle. Celle-ci se dérobe au regard d’autrui au profit de l’anonymat ou de la construction médiatique (l’identité numérique), élargissant de fait le concept du double identitaire à celui du « double discours » sur soi-même, qui obscurcit et trompe celui ou celle qui s’y confronte par son caractère souvent contradictoire et à celui d’une « double vie » prise dans un contexte situationnel virtuel (Second Life, les super-héro·ïne·s) ou réel (l’espion·ne).

Les expressions artistiques, narratives ou non, les phénomènes de langue ou de société, sont également appréhendés depuis une position qui peut être elle-même duale. Un examen de certaines pratiques universitaires peut en effet être mené. Les champs disciplinaires que nous pratiquons pour parvenir à nos objets d’études hybrident parfois deux champs académiques préexistants, rencontre lisible dès leurs intitulés et dont ils exploitent les possibilités : de la sociocritique à l’épistémocritique en passant par la sociolinguistique, le jeu du dorica castra pourrait nous mener loin. Les dernières décennies ont vu se multiplier les approches bidisciplinaires, inaugurant de nouveaux rapports, intrinsèquement duals, avec nos objets de recherches.

 

Bibliographie indicative 

Baltrušaitis, Jurgis, Le Miroir. Révélations, science-fiction et fallacies, Paris, Elmayan/Le Seuil, 1978

Blanchet, Jean-Paul, Foray, Jean-Michel, Francblin, Catherine, L’œuvre re-produite : Aspects de l’art au XXe siècle, Mike Bildo, Sherrie Levine, Richard Pettibone, ElaineSturtevant, Philip Taaffe, Meymac, Centre d’art contemporain de Meymac, 1991

Blanchet, Jean-Paul, Bissière, Caroline, Un Art de la distinction, Meymac, Centre d’art contemporain de Meymac, 1990

Bouvier, Pascal, L’Ombre, le double : psychanalyse, philosophie, théorie littéraire, esthétique de l’art, Malissard, Éditions Aleph, 2005

Campany, David, « “Almost the Same Thing”. Some Thoughts on the Collector-Photographer », in Emma Dexter et Thomas Weski dir., Cruel and Tender, catalogue d’exposition, Londres, Tate, 2003, p. 33-35

Compagnon,, Antoine, La Seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1977

Crimp, Douglas, « Appropriating Appropriation », Images Scavengers : Photography, Institute for Contemporary Art, University of Pennsylvania, Philadelphia, 1982

Cuzin, Jean-Pierre (dir.), Copier/créer. De Turner à Picasso, 300 œuvres inspirées par les maîtres du Louvre, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993

Deleuze, Gilles, Différence et Répétition, Paris, PUF, 1968

Duborgel, Bruno (dir.), Figures de la répétition. Recherches en esthétique et sciences humaines, Saint-Étienne, CIEREC/ PUSE, 1992

Dupuy, Michel, Makarius, Michel (dir.), La Question du double (actes du colloque organisé les 26, 27 et 28 mars 1996), Le Mans, École des Beaux-arts, 1996

Durante, Erica, Duhoux, Amaury (dir.), Le Double : arts, cinéma, littérature : nouvelles approches, Paris, Honoré Champion éditeur, 2018

Frontisi-Ducroux, Françoise, « Du simple au double », Revue d’esthétique, 1980, n°1/2, p. 111-129

Fuchs, Philippe, Moreau, Guillaume, Donikian, Stéphane. Le traité de la réalité virtuelle : les humains virtuels. Vol. 5 (Ed. 3), Paris, Presses des Mines, 2009

Georges, Fanny, « Avatars et identité », Hermès. 2012/1, n° 62, p. 33-40

Goudinoux, Véronique,Weemans, Michel, Reproductibilité et irreproductibilité de l’œuvre d’art, Bruxelles, Éditions La Lettre Volée, 2001

Hayes-Harb, Rachel. « Optimal L2 speech perception: Native speakers of English and Japanese consonant length contrasts. » Journal of Language and Linguistics 4, no. 1, 2005, p. 1-29

Jourde, Pierre, Tortonese, Paolo, Visages du double un thème littéraire, Paris, Nathan, 1996

Kihm, Christophe, « Une politique de la reprise : Jérémy Deller », Multitude, hors-série n° 1, 2007, p. 245-250

Kintzler, Catherine, « La copie et l’original », DEMéter, décembre 2003, Université de Lille-III. En ligne : <http://demeter.revue.univ-lille3.fr/copie/kintzler.pdf>

Lascault, Gilbert, « Quelques jeux avec le deux », Revue d’esthétique, 1980, n° 1/2, p. 31-46

Macias, Manuel, « Double création, création du double », Topique n° 50, Dunod, 1992, p. 275-292

McCarthy, John J., and Prince, Alan S. « Faithfulness and reduplicative identity »,1995

Melchior-Bonnet, Sabine, Histoire du miroir, Paris, Hachette, 1998

Moeglin-Delcroix, Anne, « Du couple au double », Revue d’esthétique, 1980, n° 1/2, p. 227-254

Morin, Edgar, « L’Image et le double », Le cinéma, ou l’homme imaginaire. Essaid’anthropologie, Paris, Minuit, 1956, p. 31-42

Nadarajan, Shanthi. « A Crosslinguistic study of Reduplication. » Journal of Second Language Acquisition and Teaching 13, 2006, p. 39-53

Rank, Otta (1932), Don Juan et le double, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1973

PhayVakalis, Soko, Le Miroir dans l’art, de Manet à Richter, Paris, L’Harmattan, 2001

Py, Jacques, Gruau, Maurice, Souchier, Emmanuel, Durand, Micheline (dir.), L’Image-sosie. L’original et son double (actes du premier colloque international Icône-Image, Musées de Sens, 8-10 juillet 2004), Sens, Éditions Obsidiane, 2005

Richter, Anne, « Les métamorphoses du double », in Histoires de doubles : d’Hoffmann à Cortázar, Bruxelles, EditionsComplexe,  1995, p. 9-24

Roegiers, Patrick (dir.), L’Ère du double (actes du colloque, 23 et 24 novembre 1996, Maison européenne de la Photographie), Paris, Marval, 1996

Rosset, Clément, Impressions fugitives. L’ombre, le reflet, l’écho, Paris, Minuit, 2004

Rosset, Clément, Le Réel et son double, Paris, Gallimard, 1976

Ruddel, Carolin, The Besieged ego : doppelgangers and split identity on screen, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2014

Sangsue, Daniel, La Relation parodique, Paris, José Corti, 2007

Schwartz, Hillel, The culture of the copy : striking likenesses, unreasonable facsimiles, New York, Zone Books, 1996

Stoichita, Victor, Das Double, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2006

Tisseron, Serge (dir.). Subjectivation et empathie dans les mondes numériques, Paris, Dunod, 2013

Weelmans, Michel, Gamboni, Dario, Martin, Jean-Hubert, Voir double : pièges et révélations du visible, Paris, Hazan, 2016

Zazzo, René, Reflets de miroirs et autres doubles, Paris, PUF, 1993

 

Informations pratiques

Ce prochain numéro intégrera les travaux de doctorant·.e·.s ou jeunes docteur·ice·s tant dans les domaines des Arts, Lettres, Linguistique et Langues que, plus généralement, dans ceux des Sciences Humaines et Sociales, toutes périodes d’étude confondues. Il est possible de proposer des contributions réalisées à plusieurs.

Les productions peuvent prendre des formes variées : propositions d’articles scientifiques (environ 600 mots, accompagnés d’une notice bio-bibliographique et d’une esquisse de plan) ou contributions graphiques (dessin, peinture, photographie, etc.).

 

Calendrier 

  • Propositions d’articles et contributions graphiques sont attendues pour le 1er juin 2020
  • Sélection des propositions d’articles par le comité scientifique, puis réponse du comité de lecture composé du comité scientifique et éditorial le 15 juin
  • Envoi de la première version des articles avant le 3 août
  • La publication de Missile n° 8 est prévue au début de l’année 2021

 

À noter :

  • Vous aurez la possibilité de joindre des documents sonores ou vidéo à votre proposition qui seront publiés sur le blog des Têtes Chercheuses
  • Les contributions graphiques seront publiées en noir et blanc, la couleur étant réservée à la version numérique.

 

Responsables du numéro

Comité éditorial :                    Comité scientifique :

Sofia Belkacem                    Emmanuel Boldrini

Rémi Bernard                        Ariane Carmignac

Santiago Guillen                    Rémi Anselme

Tessa Vermeir                        Léa Dedola

 

Conditions de soumission des articles

– Être inscrit·.e en doctorat ou être jeune docteur·.e (ayant soutenu dans les 5 ans) ;

– Les auteur·ice·s retenu·e·s pour ce numéro devront adhérer à l’association doctorante des Têtes Chercheuses. Ils et elles se donnent ainsi la possibilité d’être informé·e·s et de participer à ses nombreuses activités. Les frais de cotisation annuelle s’élèvent à 10 euros.

Les auteur·ice·s enverront leurs propositions avant le 1er juin 2020 au format .pdf et au format .doc(x) au comité éditorial à l’adresse électronique :

teteschercheuses.journal@gmail.com

Le comité se tient à votre disposition pour toute question ou demandes d’informations complémentaires.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook