Missile n°7 “Frontière(s)”

Le septième numéro de Missile, « Frontière(s) » (décembre 2019) vient de paraître avec un tout petit peu de retard ! Plus fourni que les numéros précédents, Missile 7 vous propose six articles scientifiques et trois contributions graphiques qui mettent en valeur la transversalité de la notion de frontière, nos auteur.e.s couvrant un large panel des sciences humaines : littérature comparée et études cinématographiques, arts esthétiques et contemporains, littérature française ou encore anthropologie.

Le numéro sera distribué gratuitement aux membres de l’association et présenté lors des événements organisés par l’association (toujours en recherche de forces vives !). Vous pourrez également le retrouver dans un certain nombre de bibliothèques de Rhône-Alpes et d’ailleurs. La soirée officielle de lancement aura lieu jeudi 19 février de 17h à 19h et sera annoncée prochainement sur cette plateforme !

La version électronique de la revue se trouve sous le lien suivant :  https://teteschercheuses.hypotheses.org/files/2020/02/missile7_web_pages.pdf ! Mais vous pouvez comme d’habitude cliquer directement sur la couverture du numéro ci-dessus.

Voici le sommaire du numéro, après les traditionnels éditoriaux du comité éditorial et du comité scientifique :

  • Lucile Combreau, doctorante en Littérature Comparée et en Études Cinématographiques (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Université Toulouse Jean Jaurès), Atiq Rahimi, vers un langage hors frontières ?
  • Johanna Elalouf, diplômée de l’école Estienne en arts appliqués et de l’ENSATT en conception costumes, World in progress #elanaveva
  • Alexandre Melay, docteur en arts, esthétique et théorie des arts contemporains, Représenter les frontières par la cartographie : à la frontière de l’art, de la science et de la politique
  • Léa Dedola, doctorante en arts (Université Lumière Lyon II), Fondements et bornes de l’environnement de réalité virtuelle : quelles conséquences esthétiques ?
  • Antonin Guillot, diplômé en 2014 de l’École lyonnaise Émile Cohl, Ligne creuse
  • Delphine Déjean, doctorante en design-couleur (Université de Toulouse Jean Jaurès), De la peau au corps-d’expérience : interfaces de couleurs
  • Alice Calm, musicienne et compositrice, membre de Fiber Art Fever et de Trame de soi, Cartes – Changement d’état
  • Marianne Braux, docteure en littérature française (Université d’Adélaïde, Australie), L’épreuve de l’altérité dans Ailleursde Henri Michaux
  • Simon Latendresse, docteur en anthropologie (Université de Montréal), Les créatures dans la marge : une ethnographie à la frontière pak-afghane

Nous remercions les FSDIE de l’Université Lyon-III pour leur soutien financier ainsi que l’école doctorale 3LA.

 

Comité scientifique : Emmanuel Boldrini, Charlotte Limonne, Bastien Mouchet, Virginie Pfeiffer

Comité éditorial : Mathilde Bedel, Raluca Dinca (rédactrice en chef), Chloé Dubost, Piotr Płocharz

Conception graphique : Aude Caruana (studio Topica).

Impression : RIME (reprographie de Lyon-II).

Argumentaire

À l’heure où la (géo)politique mondiale se polarise sur la question de la frontière, il
nous a paru intéressant d’engager une réflexion transdisciplinaire sur les problématiques
liminaires. Le concept de frontière, dispositif de délimitation souvent arbitraire et violent,
mais également outil de mise en ordre du monde, a des implications historiques et
géographiques, mais également littéraires, cinématographiques ou plastiques susceptibles de nourrir les réflexions de jeunes chercheur.euse.s en vue de la publication d’articles dans le prochain numéro de la revue Missile (parution prévue fin 2019).

Pays et régions existent par leurs frontières qui séparent un espace géographique donné en différents territoires. Ces frontières peuvent être induites par la nature (la limite d’un pays s’appuyant sur un front de mer ou une chaîne de montagnes) ou bien, dessinées par les peuples eux-mêmes, au fil de leur histoire. Elles se situent au carrefour de différentes législations, langues ou cultures. Elles ont donc un rôle essentiel dans la détermination identitaire des individus, qu’elles soient ressenties comme une zone de clivage douloureuse ou comme une indispensable manière de structurer et de séparer ce qui ne peut coexister.

Cependant, au-delà des questions politiques et géographiques, la réflexion sur la
frontière peut s’étendre aux problématiques de transitions entre les mouvements et les genres, artistiques ou littéraires. Plus spécifiquement, c’est une notion à travers laquelle nous pouvons appréhender le langage, par ses variations, les évolutions linguistiques ou dialectales, la possibilité d’une intercompréhension ou encore, en s’interrogeant sur le statut du traducteur.

Un autre exemple de frontière, à laquelle nous sommes confronté.es quotidiennement,
est la démarcation que constitue notre peau. Celle-ci nous protège et nous isole du reste du monde, tout en permettant pourtant certaines communications avec lui1. Les gender studies placent également l’ensemble du corps au centre de nombreuses interrogations sur l’identité.

D’ordre mental, sociétal, artistique, sensible ou physiologique, la frontière pourra donc intéresser des chercheur.euse.s aux champs d’études variés et par sa nature même induire des interventions interdisciplinaires. À la manière de Marcel Duchamp et de son « inframince », nous proposons d’aborder les frontières les plus subtiles et les plus diverses qui soient, ainsi que leurs déplacements ou effacements. En effet, il semble que dans nos
sociétés émergent des zones particulièrement créatives qui échappent aux balisages traditionnels2 entre nature et culture, vivant et artificiel, civilisé et sauvage, animal et humain, masculin et féminin, réel et fictif, etc.

Par ces quelques pistes, les contributeur.trice.s sont amené.e.s à penser la frontière à la
fois comme une limite, et comme un seuil. Dans ce second cas, il sera possible de la
comparer à une interface, c’est-à-dire à une zone de contact et de rencontres. Au lieu de
séparer, la frontière acquiert alors la capacité de transmettre. En informatique, par exemple, une « interface » définit la frontière de communication entre deux entités, comme des éléments de logiciel, des composants de matériel informatique, ou un ou une utilisateur.trice. La polysémie du terme interroge les différentes modalités du cloisonnement et de la division d’un espace, qui peuvent être tant littéral que métaphorique.

Dans le tome IV de Dits et Écrits (1954-1998), Michel Foucault perçoit l’exercice critique comme une confrontation d’espaces : « On doit échapper à l’alternative du dedans et du dehors : il faut être aux frontières. La critique, c’est bien l’analyse des limites et la réflexion sur elles.3 » Tout objet épistémologique porte en lui sa ligne de démarcation, sa lisière que le commentateur doit traquer. « Être aux frontières » implique d’accepter l’ambivalence, d’exclure et de rapprocher dans un même mouvement. Cette notion serait finalement essentielle au positionnement même du ou de la chercheur.euse vis-à-vis de son sujet d’étude. C’est pourquoi nous invitons les auteur.e.s à parcourir leur sujet « à la frontière », en n’hésitant pas à s’appuyer sur des disciplines ou/et des méthodologies qui n’ont pas été abordées dans ce présent appel.

1 À ce propos, le psychanalyste Didier Anzieu a montré que c’est sur la peau que notre moi psychique s’appuie pour se penser.

2 Voir Dumas, Stéphane. Les Peaux créatrices, Esthétique de la sécrétion, Klincksieck, Paris, 2014, p.29.

3 Foucault, Michel. Dits et écrits, tome IV, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque des Sciences humaines, Paris,
1994, p. 575.

Références bibliographiques

Antoine, Philippe et Nitsch, Wolfram (dir.). Le Mouvement des Frontières. Déplacement,
brouillage, effacement. Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, coll.
« Littératures », Paris, 2015.
Anzieu, Didier. Le Moi-peau [1984], Paris, Dunod, 1995.
Bennafla, Karine, et al. Frontières et logiques de passage: l’ordinaire des transgressions,
L’Harmattan, Paris, 2009.
Bigo, Didier, et al. Frontières, marquages et disputes, L’Harmattan, Paris, 2009.Bonnet, Eric (ed.). Frontières et oeuvres, corps et territoires, L’Harmattan, Paris, 2014.
Brunet, Roger. Les Phénomènes de discontinuité en géographie, CNRS, Paris, 1967.
Burridge, Andrew, et al. “Polymorphic borders”. Territory, Politics, Governance, vol. 5, n°3,
2017.
Centre d’Etudes des Relations Interculturelles. Frontière et Frontières dans le monde
anglophone, Presses de l’Université de Sorbonne, Paris, 1992.
Dardel, Eric. L’Homme et la terre. Nature de la réalité géographique, Editions du CTHS,
Paris, 1952.
Davila, Thierry. De l’inframince : Brève histoire de l’imperceptible, de Marcel Duchamp à
nos jours, Paris, Éditions du Regard, 2010.
Dumas, Stéphane. Les Peaux créatrices, Esthétique de la sécrétion, Klincksieck, Paris, 2014.
Fouchet, Michel. L’obsession des frontières, Perrin, Paris, 2012.
Hachour, Hakim, et al. Frontières numériques et savoir, L’Harmattan, Paris, 2015.
Gay, Jean-Christophe. Les Discontinuités spatiales, Economica, Paris, 2004.
Ingold, Tim. Marcher avec les dragons, trad. Pierre Madelin, Jette (Belgique), Zones
sensibles, 2013.
Jalabert, Laurent, et al. Revisiter les frontières, PUPPA, Pau, 2017.
Mora Luna, Antonia Maria, et al. Arts et frontières: Espagne et France : XXe siècle,
L’Harmattan, Paris, 2016.
Puig, Nicolas, et al. « Composer (avec) la frontière: passages, parcours migratoires et
échanges sociaux ». Revue européenne des migrations internationales, Poitiers, 2014.
Sur, Serge (ed.). Le réveil des frontières : des lignes en mouvement, La Documentation
Française, Paris, 2016.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search