Missile n°5 “Nous”

Le cinquième numéro de Missile, “Nous”, a paru en janvier 2018.

Comme de coutume, le journal est distribué gratuitement lors des événements organisés par les Têtes Chercheuses, et est aussi disponible dans un certain nombre de bibliothèques de Rhône-Alpes, de la région parisienne, et d’ailleurs.

Nous vous proposons ici la version électronique de la revue, que nous souhaitons comme d’habitude disponible au plus grand nombre : Missile n°5, “Nous”, version web mais vous avez également la possibilité de cliquer directement sur la couverture du numéro ci-dessus.

Voici le sommaire du numéro :

  • Ugo Pais, doctorant à l’université Lumière (Lyon-II – IHRIM) : Le Convoy de Monsieur le duc de Joyeuse de Christofle de Beaujeu : quand la communauté devient un « nous » déchiré ;
  • Tatiana Fauconnet, doctorante à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (Triangle) : « À nous Peuple, à nous Prolétaires, à nous Pauvres et Paysans ». « Nous » ou les conditions de l’union fraternelle dans la profession de foi électorale de 1849 de Jules Leroux ;
  • Alexandre Melay, docteur de l’université Jean-Monnet (Saint-Etienne), contribution graphique : Same and Different, but Together: We, The People ;
  • Mehdi Djallal, doctorant à l’université Charles-de-Gaulle (Lille-III) : « Nous sommes tous le Portugal. » Fiction lusotropicaliste dans le discours militaire pendant les dernières guerres coloniales portugaises, 1961-1974 ;
  • Damien Delorme, doctorant à l’université Jean-Moulin (Lyon III – IRPhil) : Quel(s) « nous » pour l’Anthropocène ?
  • Lauriane Mouraret-Maisonneuve, doctorante à l’Université-Grenoble-Alpes (Litt&Arts) : « Nous » ou le masque du « je » dans les comédies de Marivaux ;
  • Anamaria Fernandes Viana, docteure de l’université de Rennes-II et de l’université Unicamp (Brésil), et Benoît le Bouteiller, doctorant à l’université Paul-Valéry (Montpellier) : Nous, une expérience du sensible. Éthique de la création d’un espace en commun avec des personnes hors norme.

Nous remercions l’école doctorale 3LA, les FSDIE des universités Lyon-II et Lyon-III ainsi que le laboratoire IHRIM pour leur soutien financier.

Argumentaire

Et M. de Favergues en disant : « Nous voulons,
nous ferons, nous comptons bien » représentait un groupe.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet.

Qu’est-ce que dire « nous » ? Employer le pronom « nous » revient à créer une fiction énonciative : celle d’un groupe qui affirmerait « vouloir » et « faire » par la bouche d’un seul personnage.

On pourrait distinguer trois principaux types d’emploi du pronom : soit le locuteur unique d’une phrase qui contient « nous » énonce, avec sa voix singulière, une parole collective (la sienne et celle d’au moins un autre) ; soit il exprime la parole d’un « je » à travers un « nous » de convention qui lui confère un statut de légitimité ou d’autorité (« nous » de majesté, « nous » de modestie) ; enfin, et c’est un cas paradoxalement plus rare, plusieurs locuteurs peuvent porter à l’unisson une parole collective (chœur antique, manifeste publié dans la presse).

L’émergence d’un « nous » dans un discours se fait presque nécessairement en rapport avec un « vous » ou un « eux », avec lesquels le « nous » forme un système dynamique. Posant des démarcations, créant des identités, incluant des personnes dans une parole plurielle ou les en excluant, un « nous » participe de reconfigurations du réel. Autrement dit, le « nous » agit dans un « partage du sensible » tel que le définit Jacques Rancière1. Ce que propose le philosophe est de porter attention aux mécanismes corrélés de partage et d’exclusion (quelles personnes le « nous » inclut-il et exclut-il ?), de visibilité et d’invisibilité (qui le « nous » rend-il visible ?), afin d’analyser les conditions de la prise de parole « au nom du commun ».

L’énonciation d’un « nous », toujours révélatrice d’un positionnement du locuteur, mérite d’être analysée dans ses effets littéraires et esthétiques, dans ses implications politiques ainsi que dans ses enjeux éthiques.

D’un point de vue littéraire et esthétique, le « nous » permet les nuances d’expression les plus diverses. Il peut relever de l’atténuation, comme dans l’aveu du poème « Amours » d’Henri Michaux : « Je me suis abandonné à un nouveau ″nous″ »2. Et à l’inverse, un « nous » peut porter la plus franche emphase, ainsi l’utopie universaliste de la chanson L’Internationale : « Groupons-nous, et demain / L’Internationale / Sera le genre humain »3.

En s’intéressant aux rhétoriques politiques, aux groupes qu’elles visent et construisent, on cerne différents critères idéologiques du « commun ». Ainsi Maurice Barrès utilise abondamment le « nous » pour faire du nationalisme français une évidence naturelle, dans sa conférence « Les Traits éternels de la France »4 : « c’est vrai, nous sommes la nation qui, la première de toute l’Europe, a eu l’idée qu’elle formait une patrie ». Et avec un projet bien différent, Edwy Plenel, dans l’ouvrage-manifeste Dire nous5, estime que cette énonciation particulière peut redonner confiance en un système démocratique qui ne reposerait pas uniquement sur le « je » présidentiel.

En termes d’éthique, le pronom « nous » implique à la fois l’expression subjective et la prise en compte d’une altérité. Du point de vue de l’individu donc, qu’est-ce qui pousse à dire « nous » ou à se reconnaître dans un « nous » ? L’usage du « nous » permet à un énonciateur de porter une parole plurielle, et en cela, d’être véritablement « porte-parole ». Tous les individus impliqués dans le « nous » peuvent avoir le sentiment de renforcer leur pouvoir, ou au contraire d’être dépossédés de leur parole. Ainsi, dans certains cas, rompre avec le « nous » ne s’éprouve-t-il pas comme une nécessité ?

Ces problèmes éthiques de représentation et de légitimité, pensés ou impensés, trouvent dans les œuvres artistiques (littéraires, cinématographiques, scéniques, plastiques, musicales…) un lieu privilégié de mise en tension.

Nous invitons les auteur.e.s à centrer leur réflexion sur la spécificité de l’acte d’énonciation du « nous », dans la variété de ses contextes d’apparition, genres de discours, formes d’expression.

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal :
Lauralie Chatelet (Lyon 3)
Zoé Commère (Lyon 2-Laval)
Hélène Lannier (Lyon 2)

Comité scientifique du numéro :
Pierre Causse (Lyon 2)
Aurore Desgranges (Lyon 2)
Charlotte Triou (Lyon 2)

1 Le Partage du sensible, Paris, La Fabrique éditions, 2000, p. 12 13.

2 La Nuit remue, « Amours », Paris, Gallimard, 1987, p. 174.

3 Eugène Pottier, 1871.

4 La Revue des Deux Mondes, t. 34, 1916, p. 482.

5 Dire nous, Paris, Don Quichotte, 2016.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook