Séminaire des doctorants de Marge : « Formes et fonctions du préconstruit (clichés, stéréotypes, lieux communs, …) »

please-stereotype-me-300x203

Les doctorants de Marge, centre de recherches en littérature, théâtre et cinéma de l’Université Lyon 3, organisent de manière inédite un séminaire autour de la notion de préconstruit[1]. Ce séminaire se déroulera tout au long de l’année et sera principalement composé d’interventions de doctorants dont les propositions ont été sélectionnés par un comité scientifique.

La notion de préconstruit se décline en une liste conséquente de synonymes : clichés, stéréotypes, lieux communs mais aussi idées reçues, poncifs, doxa, topoï, préjugés, archétypes, mythes, banalité, code, forme fixe, etc. Tous s’articulent autour d’un noyau commun : les images et les formules préconstruites qui peuplent notre imaginaire et, partant, traversent aussi bien les champs de la production que ceux de la réception artistiques. La variété des termes et leur polysémie soulignent l’importance du phénomène et mettent en lumière son caractère transdisciplinaire. Si l’on se réfère à l’ouvrage de Ruth Amossy, les notions de stéréotype et de préjugé concernent davantage la théorie de la communication interculturelle. La sociologie les décline et les traite en termes de constructions et de représentations sociales. Le cliché désigne, quant à  lui, « un fait de style ou une figure de rhétorique usée[2] » et le poncif un « thème purement littéraire[3] » conventionnel, signalant le domaine de la littérature. En rhétorique, le lieu commun consiste en l’ « opinion partagée et couramment énoncée par le vulgaire »[4]. D’où provient la dernière citation ?

Quels liens unissent ces termes liés au préconstruit ? Que révèle le fait d’en employer un plutôt qu’un autre ? Quelles sont les connotations attachées à ces termes ? D’un point de vue diachronique, comment les époques et les courants artistiques se sont-ils situés par rapport à ces concepts ? Telles seront pour partie les interrogations que ce séminaire proposera d’étudier par le biais des interventions suivantes :

Séance 1 : jeudi 28 novembre 2013 :

– Séance d’introduction par les organisateurs

– Emeline Miller : « Place et fonction des topoi homériques dans le discours aristophanien sur l’Athènes contemporaine »

Séance 2 : mercredi 29 janvier 2014 : Samy Coppola : « Lieux communs, clichés et stéréotypes dans l’œuvre de Musset »

Séance 3 : jeudi 27 février  2014 : Germain Collombet : « Aux sources de la création de l’imaginaire d’une nation : le préconstruit du Gaulois »

Séance 4 : jeudi 27 mars 2014 : Raphael Luis : « Le préconstruit générique comme outil polémique : les stratégies littéraires de Stevenson, Borges et Bloy Casares »

Séance 5 : jeudi 24 avril 2014 :

– Andreea Blaga : « Les idées reçues dans la traduction française d’Emile Cioran

– Aurélien Pasquier : « L’archétype du japonais dans l’industrie culturelle cinématographique sud-coréenne »

 

L’équipe organisatrice du séminaire doctoral de Marge:

Florent Bréchet, Sabrina Giai-Duganera, Benoît Kastler, Agathe Mezzadri et Merve Sehirli


[1] AMOSSY Ruth, Les Idées reçues, Paris, Nathan, 1991.

[2] AMOSSY Ruth, Ibid., p. 33.

[3] Ibid.

[4] Ibid.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Appel à contributions Missile n°2 « Résurgences »

Deadline : 16 décembre 2013

Argumentaire :

logo.pngRésurgence… D’après le dictionnaire Trésor de la langue française, « résurgence » est un terme de géographie. Il a comme sens premier : « réapparition à l’air libre, sous forme de grosse source, d’une nappe d’eau ou d’une rivière souterraine » et par métonymie « la source elle-même ». Dans un deuxième sens, dérivé du premier mais ressenti aujourd’hui comme littéraire, il signifie : « Fait de réapparaître, de ressurgir ».

Même s’il n’est à l’évidence pas propre au seul domaine de la géographie, ce terme peut surprendre quand on l’applique aux domaines des lettres, des langues et de l’art, et des sciences humaines et sociales. Il y a ainsi « résurgences » sous de multiples formes et dans tous les domaines. Il s’agira par exemple, des différentes manières dont une source, une inspiration, un classique de la littérature, une œuvre cinématographique, une lecture, un souvenir, une langue maternelle, une langue d’adoption, un pays d’attache, un fait historique, un symbole, la découverte d’un manuscrit, un événement ou encore l’inconscient collectif vient féconder une œuvre, inspirer un artiste, ou apporter un éclairage nouveau sur un élément actuel. On peut également se placer du côté de la réception, avec le fait que l’on voit ressurgir des œuvres, des événements ou encore des idées d’une autre époque, dans l’optique de valoriser un passé méconnu (c’est le principe des rétrospectives) ou pour instrumentaliser ce passé et lui faire servir des causes actuelles.

Cette résurgence peut être inconsciente. Pour ce qui est du domaine artistique, on sait qu’une œuvre peut échapper à l’artiste en ce sens où surgissent en elle des éléments incontrôlés, refoulés, oubliés. Cela permet de reposer à nouveaux frais la question du rapport entre l’artiste et son œuvre et la maîtrise qu’il a (ou n’a pas) sur elle. Notamment à travers l’idée de la résurgence inconsciente du souvenir : celui d’une langue qu’on ne peut oublier, celui d’un traumatisme refoulé qui ressurgit malgré la volonté de l’oblitérer, ou encore un souvenir oublié involontairement et qui ressurgit tout aussi involontairement. Pour ce qui est des sciences humaines, en histoire par exemple, les représentations collectives des civilisations lointaines (dans le temps ou dans l’espace) informent notre perception non seulement du passé, mais également du présent, voire du futur, agissant comme une résurgence inconsciente qui vient modeler notre regard sur le monde.

Si on élargit le sens du mot «résurgence », alors on peut dire que, d’une manière très générale, il s’agit de quelque chose qui était caché et qui réapparaît de manière abrupte, avec toute la force qu’il a accumulée, et surtout qui réapparaît de manière incontrôlée. On se demandera ainsi comment quelque chose peut-il rester « souterrain », parfois au point d’être oublié et inconnu de tous ? Comment peut-il cependant garder suffisamment de vitalité pour ressurgir un jour en pleine lumière ? Et comment cette force peut-elle ensuite devenir une source féconde ? Ce qui était caché réapparaît-il de lui-même, ou cette résurgence est-elle due à une volonté extérieure ? Cette volonté extérieure est-elle la même que celle qui a enfoui ce quelque chose ?

Enfin, cette résurgence peut également être consciente. En littérature, au théâtre, au cinéma, en photographie et de manière plus large dans les arts plastiques, il n’est pas rare de voir ressurgir une forme, un motif, un thème ancien, emprunté à une œuvre ou à une tradition antérieure. Que cet emprunt soit le signe d’un hommage, d’une parodie ou d’une critique sévère, il met en lumière la communication et l’échange entre les arts et bouscule la vision de l’artiste dans sa tour d’ivoire, créant ex nihilo. Pour les sciences humaines et sociales, l’idée de résurgence consciente est également féconde dans la mesure où le recours volontaire au passé afin de mieux éclairer le présent et l’avenir est au cœur de ces disciplines.

Le prochain numéro de Missile, le journal de l’association de doctorants Les Têtes Chercheuses, vous propose de vous emparer de ce terme de « Résurgences », d’explorer les champs d’investigation ouverts par cette notion. Ce prochain numéro intégrera donc les études des doctorants ou jeunes docteurs travaillant tant dans le domaine des arts, lettres et langues que dans celui des sciences humaines et sociales.

Les formes des contributions que nous vous invitons à nous soumettre sont ouvertes et variées. De l’article de 14 000 signes au billet d’humeur, du dessin à la photographie, en passant par la vidéo ou le document sonore, nous attendons que vous alliez esprit scientifique et liberté afin de faire surgir la contribution de votre choix. Ces dernières sont attendues pour le 16 décembre 2013.

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal

Carole Mabboux-Sutton (Université de Savoie)

Benoît Kastler (Lyon 3)

Romain Perrin (Paris 1)

Comité scientifique du numéro

Florent Bréchet (Lyon 3)

Stéphane Caruana (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Isabelle Patroix (Université de Savoie)

                                                                                             

Modalités de soumission des articles :

Voici les trois conditions de publication qui rendent éligible l’auteur :

– Etre inscrit en Doctorat ou être jeune docteur (ayant soutenu dans les 5 ans).

– Ne pas dépasser 14000 signes, espaces compris pour publication dans la version papier.

– Les auteurs retenus pour ce numéro devront adhérer à l’association doctorante les Têtes Chercheuses. Ils se donnent ainsi la possibilité d’être informés, voire de participer à leurs nombreuses activités, les adhésions représentant un capital non négligeable pour mener à bien nos initiatives. Les frais de cotisation annuelle s’élèvent à 10 euros.

 

Les auteurs enverront leurs articles finalisés avant le 16 décembre 2013 au format .PDF et au format .doc(x) au comité éditorial à l’adresse électronique : teteschercheuses.journal[at]gmail.com

Le comité se tient à votre disposition pour toute question ou information complémentaires.

En suivant les liens suivants, vous trouverez plus de détails concernant l’adhésion et l’association, pour les modalités typographiques de présentation des articles (Charte du journal Missile) et pour découvrir le premier numéro de Missile.

Les auteurs recevront un courrier électronique de la part du comité éditorial pour les informer des choix du comité scientifique début janvier 2014.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Missile n°1 « Célébrité » au format PDF

logo

Le premier numéro du journal des Têtes Chercheuses, Missile, consacré à la question de la célébrité a vu le jour en cette rentrée 2013 au format papier. Plusieurs exemplaires sont disponibles dans les bibliothèques de l’agglomération lyonnaise ainsi que sur les sites de Lyon 2, Lyon 3 et de l’université Jean Monnet à Saint-Etienne.

Néanmoins, afin de rendre Missile le plus visible possible, nous vous proposons ci-dessous un lien vous permettant de télécharger le premier numéro au format PDF.

Vous trouverez, au sommaire de Missile n°1 « Célébrité » :

– l’article de Rana El Gharbie, docteure en Littératures françaises de l’université Paris-Sorbonne, « De la célébrité mondaine à la gloire posthume dans Le Passé défini de Jean Cocteau »,

– l’article d’Eva-Marie Goepfert, docteure en sciences de l’information et de la communication de l’université Lyon 2, « La célébrité people »

– l’article de Lola Gonzalez-Quijano, docteure en histoire de l’EHESS, « Amours, scandales et célébrité : les grandes courtisanes de la fête impériale et de la Belle époque (1851-1914) ».

Pour télécharger le premier numéro de Missile, le journal des Têtes Chercheuses, cliquez sur le lien suivant : Missile n°1 « Célébrité »

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque international Identité/Identités : appel à communications

Daniela Ricci et Thomas Cepitelli, membres des Têtes Chercheuses, organisent du 26 au 28 mars 2014 un colloque international à Lyon ayant pour thème : Identité/Identités et dont voici l’appel à communications :

« Lidentité sera convulsive ou ne sera pas » 

Marx Ernst

« Ma quête didentité : la quête de celles et ceux que jemplirai et qui me peupleront »

Vincent Cespedes

 

 

La notion d’identité, issue plus particulièrement de la sociologie et de la psychanalyse, s’entend comme un ensemble de données, conscientes ou non, valorisées ou pas, qui permet à un individu à la fois de se construire comme tel mais aussi de se différencier des autres. On assiste depuis une petite vingtaine d’années à des questionnements de plus en plus importants sur cette notion. Les récents débats sur l’identité nationale ou les différentes prises de position sur les replis communautaires et donc identitaires en sont les preuves les plus patentes.

L’identité d’une personne, comme l’indiquent assez nettement d’ailleurs les cartes du même nom, peut se penser en termes de génération, de sexe biologique, de lieu de naissance et d’appartenance à un pays. Mais le concept est bien plus large et ses contours plus flous. En effet l’identité, c’est-à-dire cette reconnaissance de moi en l’autre, de l’autre en moi, dans un aller-retour de correspondances et de différences, peut aussi se faire par rapport au genre ou sexe social, orientation sexuelle, ethnie, langue… On construit son identité, elle est le fruit d’une appropriation d’un certain nombre de codes, de règles qui servent en général à la vie en société, ou du moins, dans un groupe donné. Car c’est bien là, à la frontière de ces notions complexes que sont l’individu, le groupe et la société, que l’identité se joue. L’identité est en mouvement, elle est même un mouvement.

On sait, depuis Foucault, que l’individu est composé d’un nombre important d’identités, on peut aussi penser ici à LHomme Pluriel de Bernard Lahire. Les lignes de force de telle ou telle caractéristique se croisent formant une identité souvent changeante et en tout cas temporaire. Dans la condition de l’exil – espace existentiel particulier, lieu culturellement hybride de déracinement et de re-positionnement de soi – les identités se reconstruisent. L’exil devient ainsi une importante source d’inspiration et de création littéraire et artistique.

Dans la construction identitaire (de l’appropriation au rejet) plusieurs éléments comme la famille, l’école, les médias jouent un rôle primordial. L’art et la culture aussi. Du point de vue des artistes qui produisent des objets comme de ceux qui les « consomment », la construction identitaire se nourrit des pratiques culturelles, de la plus légitime à la plus populaire.

L’objet d’art ou le produit culturel sont en effet à la fois l’émanation et l’écho du milieu socioculturel dans lequel ils sont produits ou interprétés. Ils sont aussi une marque de la trajectoire personnelle de leur-s créateur-s.

Les constructions identitaires sont au coeur des problématiques contemporaines sociétales. Elles interrogent, bien sûr le rapport de soi à soi, mais plus largement, le rapport de soi aux autres. Qui suis je  dans la société ?  est la question primordiale avant de  pouvoir proposer une forme durable, sereine, apaisée et fructueuse de vivre ensemble. De plus, s’interroger, questionner, et comprendre les constructions identitaire et ses mécanismes chez l’autre sont autant de façon de l’accepter et de le comprendre. C’est pour ces raisons qu’il nous semble opportun d’interroger par la voie de la création artistique et des pratiques spectatorielles la construction identitaire à l’heure de la montée des extrêmismes et des communautarismes il nous paraît important de voir en l’autre, dans sa culture, les arts qui font ses pratiques quotidiennes, non pas tant un étranger que l’un semblable avec qui je partage un socle commun.

Ce colloque international se fera dans le prolongement de la journée d’études organisée à l’université Lyon 3 Jean Moulin le 28 mars 2013, avec le soutien du Groupe de recherche Marge, de l’Ecole Doctorale 3LA, du Conseil de la Recherche, de l’Université Jean Moulin-Lyon3.

Lors ce cette journée sont apparus nombre de sujets dont le colloque pourra se faire écho avec des pistes de recherche telles que la construction culturelle de l’identité dans la pensée philosophique et les théories développées dans la suite du post-modernisme, enrichies des concepts de créolisation, hybridation, hétérogénéité, tant du côté de la réception que de la production ou encore, les différentes mises en scène de soi comme l’autoportrait, l’auto-fiction, le ré-engendrement du soi, ou les relations entre sujet et objet dans la création littéraire et artistique. Les riches communications de cette journée nous ont aussi amené à ouvrir la réflexion sur la place des artistes qui travaillent dans l’espace interstitiel d’un exil ou d’un exil intérieur, les marginaux, les oubliés, les exclus, les minorités et sur une hybridation esthétique et transculturelle. L’esprit du colloque sera donc basé sur une approche interdisciplinaire et polyphonique, porteur d’une vision décentrée, qui puisse amener à de nouveaux points de vue et à de nouvelles perspectives de recherche.

Les champs de recherches des interventions pourront donc tout aussi bien concerner les arts, la littérature, le cinéma, le théâtre, les arts plastiques mais aussi des champs scientifiques comme la sociologie, l’anthropologie, la philosophie. Les communications pourront venir aussi bien d’artistes interrogeant dans leur(s) pratique(s) la notion d’identité que d’universitaires et chercheurs qui travaillent sur cette notion. Une place toute particulière sera accordée aux interventions qui s’inscriront dans des champs de recherches comme les gender studies et les cultural studies.

Le colloque, qui sera, à nouveau, soutenu par le Groupe de recherche Marge, l’Ecole Doctorale 3LA, le Conseil de la Recherche, l’Université Jean Moulin-Lyon3, se déroulera sur deux jours et demi, et verra a participation de key-note speaker et des manifestations culturelles dans la ville de Lyon. Il aura lieu dans différents lieux culturels de la ville de Lyon’

Les communications pourront porter sur les axes de recherches suivants (liste non restrictive) :

–      La place des institutions, qui sous tendent les directives, contraintes, programmation, financement dans la production des œuvres.

–      Lien entre la visibilité des dites communautés sur la scène sociale et dans les représentations dans les arts (rejet, accord, évolution … ).

–      Les communautés d’interprétation (« horizon d’attente », construction, histoire …).

–      Les outils à disposition du chercheur pour faire émerger une parole autour de l’identité.

–      Lien entre la place de l’intime et la reconnaissance dans une communauté.

–      Les esthétiques, les procédés littéraires ou encore les figures de style qui mettent à jour la construction identitaire des personnages.

–      La réception critique des œuvres pouvant être entendue comme prisme identitaire.

–      L’évolution (thématique, stylistique, linguistique) des personnages et des formes qui abordent la question identitaire.

–      L’impact des nouvelles technologies dans la mise en scène de soi sur la scène sociale et sur la scène artistique.

–      Les esthétiques nourries d’un/des Ailleurs (imaginaires, rêvés, éxotisés)

Comité scientifique : Benoit Auclerc, Gilles Bonnet, Jean-Pierre Esquenazi, Régine Jomand Baudry, Domingo Pujante

Comité d’organisation : Thomas Cepitelli, Daniela Ricci

Logistique : Frédérique Lozanorios

Les propositions de communication pourront se faire en anglais ou en français, dans un maximum de 300 mots. Elles seront accompagnées d’une courte biographie de l’auteur.

Les propositions de communication et une courte biographie seront à envoyer avant le 01 novembre 2013 à : Thomas Cepitelli et Daniela Ricci à l’adresse  : colloque.identiteidentites@gmail.com

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les Têtes Chercheuses font leur rentrée

IMG_0507

Comme chaque année, les activités des Têtes Chercheuses reprennent dès le mois de septembre. Ainsi, le planning des réunions mensuelles du premier semestre a d’ores et déjà été établi. Notez que les réunions ont toujours lieu de 17h à 19h30 mais que les jours de la semaine varient afin de permettre au plus grand nombre d’y assister. Les informations concernant les lieux de réunion seront données au fur et à mesure, sur la page d’accueil du Forum des Têtes Chercheuses ainsi que sur notre page Facebook.

Les dates des prochaines réunions sont donc :

  • jeudi 26 septembre 2013 : Réunion de rentrée de l’association
  • mercredi 23 octobre 2013 : Volet méthodologique : la veille scientifique/Volet théorique : place à pourvoir ! Manifestez-vous !
  • mardi 26 novembre 2013 : Réunion en cours de constitution
  • jeudi 30 janvier 2014 : AG des Têtes Chercheuses : présentation des bilans de l’association et élection du nouveau CA et du nouveau Bureau

A vos agendas ! Nous vous attendons nombreuses et nombreux. N’hésitez pas en parler aux nouvelles et nouveaux doctorant-e-s que vous connaissez.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque « L’auteur(e) et ses doubles » (4 et 5 octobre 2013)

affiche_version defL’auteur(e) et ses doubles –

Stratégies de mise en scène de la figure auctoriale dans l’espace franco-germanophone

***

les 4 et 5 octobre 2013

à la Maison de la Recherche, Paris Sorbonne

 ***

organisé par Aline Vennemann et Delphine Klein

en partenariat et avec le soutien du CIERA dans le cadre des colloques juniors, et avec le soutien de l’ED ALL de l’Université Rennes 2 et du CELEC (EA 3069 de l’Université Jean Monnet, St Etienne)

***

Présentation du colloque

Antoine Compagnon nous rappelle que l’auctor désigne « celui qui se porte garant de l’œuvre » et, du fait de sa dérivation de auctoritas, aussi « celui qui par son œuvre détient l’autorité »1. On se gardera cependant de confondre l’écrivain, celui qui compose une œuvre, avec l’auteur qui, lui, est une construction historique et sociale dont la conception change selon les codes dominants d’une époque. Le concept de l’auteur(e) ne renvoie pas à un individu réel mais à une figure auctoriale qui n’existe qu’au travers et qu’au sein de la création littéraire/artistique2. Comment une fiction auctoriale peut-elle se porter garant de l’œuvre, voire lui conférer une certaine cohésion, construite dans la durée ?

Depuis les débats sur la propriété intellectuelle et sur les droits d’auteur dans un monde où l’accès au savoir, aux textes et réalisations audio-visuelles est presque universel, où les frontières s’estompent sur le plan virtuel de la toile, l’autorité auctoriale est plus que jamais en discussion. La prétendue « mort de l’auteur », annoncée par Roland Barthes, est remise en question (Bouju, L’autorité en littérature, 2010) et le concept de l’auteur(e) se modifie sensiblement3. Assisterait-on là à un retour en force de l’auteur (Jannidis, Rückkehr des Autors, 1999) ? Il nous semble opportun de questionner l’autorité de l’auteur(e) par le truchement de ses autofictions dans le processus de création (voire moyennant ses mises en scène dans le monde réel) et dans le processus de réception (nous pensons ici au lecteur, au spectateur et au visiteur d’un site ou d’un musée). A quelles stratégies l’artiste a-t-il recours pour mettre en relief ses doubles ? Par ailleurs, nous tâcherons de définir les positionnements possibles de la figure auctoriale dans le champ littéraire et l’espace public. Au-delà de l’image personnelle que chaque récepteur peut se forger de l’auteur(e) d’une œuvre, il conviendrait de dévoiler le « masque d’autorité »4 de l’auteur(e) ou sa « posture », comme le dirait Jérôme Meizoz5. Partant, la question de la réception s’impose : comment le lecteur-spectateur considère-t-il dans sa quête de sens la figure de l’auteur(e), issue d’une construction collective et individuelle ?

***

L’objectif de ce colloque est la mise en réseau de jeunes chercheurs qui, dans le cadre de leurs recherches actuelles, se confrontent à la question vaste et épineuse de l’auctorialité dont il n’existe pas encore de définition qui fasse « autorité ». La perspective du colloque sera double : d’une part synchronique (pour comparer divers phénomènes d’auctorialité), d’autre part diachronique (afin de saisir l’évolution de la figure de l’auteur(e) au fil des siècles). Ce colloque junior est conçu comme un prélude au colloque de 2014 qui recentre ces mêmes problématiques sur l’œuvre d’Elfriede Jelinek.

***

Programme

Vendredi 4 octobre 2013

14h30 : Ouverture officielle

14h45 : Conférence inaugurale de Mme Véronique GELY (PR de Littérature Générale et Comparée, Directrice du Centre de Recherche en Littérature Comparée EA 4510, Université Paris-Sorbonne, Présidente de la Société Française de Littérature Générale et Comparée) : L’auteur(e) : entre héros culturel et personnage de fiction

  •  Échanges autour de la conférence

1. Les doubles de l’auteur(e) au sein de ses œuvres

Président de séance : Bernard BANOUN, PR de littérature allemande à l’Université Paris-Sorbonne, traducteur littéraire

15h45 : Bénédicte TERRISSE (docteure en Études Germaniques, MCF à l’Université de Nantes) : Institution postale, meurtre et métalepse : Wolfgang Hilbig et ses fictions d’une auctorialité est-allemande

  • échanges

16h50 : Isabelle PATROIX (doctorante en Lettres et Art, Université Grenoble 3) : Définir les figures auctoriales de Wajdi Mouawad dans ses pièces à la lumière de l’autofiction

17h15 : Frédérique GIRAUD (doctorante en Sociologie, ENS de Lyon) : L’auteur dans son œuvre : les doubles fictifs au service de la promotion de soi

  •  Échanges

18h00 : Bilan de la première journée

***

Samedi 5 octobre 2013

9h45 : Accueil et présentation de la deuxième journée

2. L’artiste dans l’espace public : le jeu du droit,  le droit en jeu

Présidente de séance : Bénédicte MASELLI, doctorante en Histoire de l’art contemporain à l’Université Rennes 2

10h00 : Communication à deux voix de Delphine KLEIN (doctorante en Études Germaniques, Lyon 2) et Aline VENNEMANN (doctorante en Études Germaniques et Arts du Spectacle, Rennes 2 / Freie Universität Berlin) : Nouvelles stratégies éditoriales ? Les enjeux de la publication en ligne à travers l’exemple du site d’Elfriede Jelinek

10h25 : Bouboucar DIONGUE (doctorant en Droit, Université de Picardie) : La crédibilité de l’accès libre aux œuvres face aux « droits réservés »

11h20 : Antoine MOREAU (docteur en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication, MCF en SIC et Arts Numériques à l’Université de Franche-Comté, Montbéliard, initiateur de Copyleft Attitude et de la Licence Art Libre) : Du copyright au copyleft ou de l’Auteur aux auteurs

  •  Échanges

3. Situer l’auteur(e) dans le champ artistique : stratégies de contrôle de la réception d’une œuvre

Présidente de séance : Diane WATTEAU, artiste et critique d’art, MCF en Arts plastiques à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne

13h30 : Cécile LAMBERT (doctorante en Littérature Française, Université Paris IV / Humboldt-Universität) : Oser le matérialisme : La Mettrie face à la République des Lettres du XVIIIe siècle

13h55 : Marie PUREN (doctorante en Histoire, École Nationale des Chartes, Paris) : L’auteur et ses pseudonymes. Stratégies d’écriture et mise en scène chez Jean de la Hire

  • Échanges

15h00 : Marie-Christine GAY (doctorante en Études Théâtrales, Université Paris-Nanterre) : Le passage de l’autorité de la plume aux planches : Jean Genet et les créations scéniques ouest-allemandes de son œuvre (1957-1975)

15h25 : Séverine LEROY (doctorante en Études Théâtrales et chargée de projet du Centre d’Études et de Ressources Numériques pour les Arts du Spectacle, Université Rennes 2) : Création de ressources numériques sur le processus de création : quels enjeux ?

  • Échanges

16h15 : Clôture du Colloque

CIERA_Logo_2013(1)        CelecLogo

logorennes2_noir

Logo_Paris4_CouleurRVB_2013


  1. Voir le cours de Antoine COMPAGNON, Qu’est-ce qu’un auteur ? IV. Généalogie de l’autorité URL : http://www.fabula.org/compagnon/auteur4.php []
  2. Voir à ce titre Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969), Dits et Écrits, tome 1, Gallimard, Paris, 1994. []
  3. Voir par exemple E. BROUDOUX, P. BOOTZ, J. CLEMENT et. al., « Auctorialité : production, réception et publication de documents numériques », La redocumentarisation du monde, éd. par Roger PEDAUQUE, 2005, URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/12/06/99/PDF/08PSI-auteur-V3.pdf []
  4. Claude CALAME, Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Les Belles Lettres, Paris 2005. []
  5. Jérôme MEIZOZ, « Ce que l’on fait dire au silence : posture, ethos, image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2009, Consulté le 27 octobre 2011. URL : http://aad.revues.org/667 ; Jérôme MEIZOZ, Postures littéraires : Mises en scène modernes de l’auteur, Slatkine érudition, Genève, 2007. []

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Soutenance de thèse d’Aurore Fossard

DonHallu

Aurore Fossard a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse de doctorat qui aura lieu le lundi 10 juin 2013 à 14h, à l’Université Lumière Lyon 2, dans l’amphithéâtre Benveniste (7  rue Raulin 69007 Lyon) :

Paparazzi à l’écran.
Présence et disparition d’un personnage photographe dans la fiction cinématographique et télévisée occidentale (1940-2008)

Résumé de la thèse :
Si le paparazzi est le parent pauvre de l’histoire de la photographie, il est une source précieuse d’inspiration pour la fiction cinématographique et télévisuelle. Personnage avant même d’apparaître à l’écran, le paparazzi instaure une tension à la fois narrative et visuelle qui autorise un questionnement sur ses modalités de représentations. À l’aide d’un corpus de films et de séries télévisées occidental allant de 1940 à 2008, notre étude entend repérer et analyser les récurrences des représentations du paparazzi dans une approche socio-historique et culturelle. Séducteur, sauveur… chasseur, voleur ? Revenir sur l’imaginaire de l’appareil photographique et sur le caractère hybride de sa pratique permet de comprendre comment se construit l’image d’un « mauvais » photographe. Masse impersonnelle ou personnage principal du récit, mi-animal, mi-machine, les différentes formes que prend le paparazzi à l’écran révèlent et menacent l’humanité de la star. À l’heure où les chances d’accéder au statut de célébrité sont aussi fortes que les probabilités de « faire le paparazzi », la fiction révèle une lutte à mort dans laquelle chaque partie se bat pour une valeur devenue absolue : la visibilité.

Cette thèse sera soutenue devant un jury composé de :

  • Martin Barnier (Directeur), Professeur en Études Cinématographiques, Université Lumière Lyon 2
  • Laurent Jullier, Professeur en Études Cinématographiques, Université Nancy 2
  • Raphaëlle Moine, Professeure en Études Cinématographiques, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
  • Ginette Vincendeau, Professeure en Études Cinématographiques, King’s College, Londres
  • André Gunthert, Maître de Conférence en Histoire Visuelle, E.H.E.S.S., Paris
  • Roger-Yves Roche, Maître de Conférence en Photographie, Université Lumière Lyon 2

La soutenance est publique.

Aurore Fossard

Doctorante en Études Cinématographiques

Chargée de cours en Photographie

Université Lumière Lyon 2

Blog personnel : http://culturevisuelle.org/paparazzi/

Co-Fondatrice et Vice-Présidente de l’association des Têtes Chercheuses : http://teteschercheuses.hypotheses.org/

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Appel à communication « Concurrence(s) » Colloque 2013 des Têtes Chercheuses

logo.png

Les Têtes Chercheuses organise les 12, 13 et 14 décembre 2013 leur deuxième colloque pluridisciplinaire ayant pour thème « Concurrence(s) » à Lyon 2 et Lyon 3.

L’appel à communication, qui court jusqu’au 30 avril 2013, est actuellement en ligne sur notre blog. Nous attendons vos propositions !

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Vidéos des Journées d’étude 2012 des Têtes Chercheuses

Les vidéos de la journée d’étude des Têtes Chercheuses qui s’est tenue le 21 septembre 2012 à l’ Amphi Huvelin de Lyon 3 sont disponibles en ligne.

Thèmes abordés durant la journée :

  • Imaginaires féminins (Aurore Fossard et Annabelle Ruiz)
  • L’homosexualité au théâtre (Stéphane Caruana et Thomas Cepitelli)
  • Regards sur l’Afrique (Daniela Ricci et Francesca Rondinelli)
  • Art, jeunesse et société (Benoît Kaslter et Romain Perrin)
  • Et le spectateur dans tout ça ? (Edith Magnan, Carlos Henrique Silveira et Elodie Gaden)

Retrouvez les interventions et les échanges de cette journée ici.

Les vidéos de la journée d’étude des Têtes Chercheuses qui s’est tenue le 5 octobre 2012 à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne sont disponibles en ligne.

Thèmes abordés durant la journée :

  • La Pléïade et ses ambiguités (Florence Bonifay et Marjorie Broussin)
  • Le romantisme et sa résurgence (Florent Brechet et Pauline Jurado Barroso)
  • Citer et réécrire les classiques (Emeline Miller et Delphine Klein)
  • Recréer, mettre en scène et mettre en voix (Aline Vennemann)
  • Contraintes et créations (Anne-Céline Callens et Vladimir Lifschutz)

Retrouvez les interventions et les échanges de cette journée ici.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Appel à contributions Missile n°1 « Célébrité »

Deadline : 15 décembre 2012

Argumentaire :

La célébrité touche les individus comme les objets et les évènements. Ce qui est célèbre est ce qui reste dans les mémoires du plus grand nombre car, selon l’étymologie latine, celeber renvoie à un nombre élevé de personnes. La célébrité est à la fois représentation et pratique sociales (au sens où elle fait appel au collectif, aux médias, aux acteurs, aux amateurs). Chaque domaine désigne ses célébrités sur des critères qui lui sont propres et qui varient en fonction de l’époque, du contexte social, culturel, politique et économique. Tout ce qui est célèbre n’est pas forcément « célébré » au sens de « glorifié » : il existe des hommes, des objets ou des événements « tristement célèbres », c’est-à-dire connus pour des choses négatives ou du moins perçues comme négatives à une certaine époque.

La célébrité est protéiforme et se décline en différents termes qui renvoient tous à cette même notion : la réputation, la gloire, l’héroïsme, le vedettariat, la starification, la notoriété, la peopolisation, etc. Tous ces états reflètent la valeur d’un homme au sein d’un groupe social. Dans son dernier ouvrage, la sociologue Nathalie Heinich (2012) propose un changement de paradigme pour désigner la célébrité et la visibilité, interrogeant ainsi les modalités techniques de construction et de diffusion du phénomène.

La gloire est une forme extrême de la célébrité et conduit souvent à une héroïsation. Le héros (du héros homérique, en passant par Roland à Roncevaux, jusqu’au Gaulois ou au soldat inconnu) devient alors porteur d’une mémoire collective, comme dans le cas du « héros national ». La gloire donne souvent lieu à des célébrations collectives ou privées ; il est donc intéressant d’interroger la vectorisation de l’objet célébré. Pourquoi utiliser l’image d’un héros? Dans quel but? Par quels processus? Quelles sont les cérémonies autour de ce personnage? Les rituels de la célébrité sont à mettre en question : à l’instar de Chris Rojek (2001), que dire du culte de la célébrité ? Quelle est sa place dans la société de consommation ? Peut-on la considérer comme un système de valeurs ?

Quand un individu, un objet ou un événement devient célèbre, il ne s’appartient plus, il (ou du moins son image) appartient au public, à une société ou une nation toute entière. Comment le public s’empare-t-il de cette image, comment la déforme-t-il ? Que dire de la mythification ? Comment les personnes qui connaissent la célébrité de leur vivant peuvent réagir face à cela ? La célébrité est le fruit de deux dynamiques, mais est-ce le public ou l’individu qui la construit ? Qu’en est-il des amateurs et des fans qui participent et sont acteurs de la célébration ? Quelles actions mettent-ils en œuvre pour exprimer et célébrer leurs goûts ? Que dire de l’utilisation des réseaux sociaux comme les forums et sites Internet ? Que dire du travail de la star ?

Alors que la célébrité est constamment envisagée comme un phénomène changeant, Su Holmes (2006) revient sur la pensée fondamentale de Richard Dyer (1979) afin d’interroger les discours contemporains sur la célébrité. En creux de ces discours se trouvent les enjeux relatifs à l’authenticité, l’individualité, l’identité. Ces deux dernières notions sont essentielles : de la pin up au visage sans identité à la star adulée au nom de sa sur-personnalité comme James Dean, quelle place est faite à l’individu ? Dans quelle mesure la célébrité interroge-t-elle les rapports de sexe? Questionner les rapports de la célébrité à l’art sera également essentiel : que dit-elle de la place du « beau » dans nos sociétés ? Comment dialoguent les dénominations de « classique », de « chef d’œuvre » avec la célébrité ?

Cette notion de célébrité recouvre des domaines très variés : cinéma, musique, littérature, histoire, peinture, sciences humaines, sociales, etc. Les réflexions théoriques comme les études de cas seront les bienvenues dans ce premier numéro.

Conditions de soumission :

Se référer à la charte du journal et à la notice de mise en forme des articles

Deadline : 15 décembre 2012

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Dates à retenir : réunion de rentrée et rendez-vous mensuels

Les Têtes Chercheuses vous convient à leur réunion de rentrée qui aura lieu le mercredi 24 octobre de 17h à 19h30 à Lyon en salle 274 (Manufacture des Tabacs, Lyon 3).

Cette première réunion de l’année sera l’occasion de faire le point sur les projets passés (colloque 2011, JE 2012) et les projets futurs de l’association (colloque 2013, Journal des Têtes Chercheuses …).
Il s’agira également d’accueillir les nouveaux adhérents et de rencontrer tous ceux qui souhaitent obtenir davantage d’information sur l’association.
N’hésitez pas à venir nombreux à notre rencontre.

En outre, les prochaines réunions mensuelles des Têtes Chercheuses se dérouleront :

A Lyon :

  • Le mercredi 21 novembre de 17h à 19h30
  • Le mercredi 19 décembre de 17h à 19h30

A Saint-Etienne :

  • Le jeudi 25 octobre de 17h30 à 19h (salle 003, Maison de l’Université, 10 rue Tréfilerie)
  • Le mardi 4 décembre

A Grenoble :

  • Le jeudi 25 octobre de 14h à 16h30 (salle des colloques, Université Stendhal, bât. G, 4ème étage)

Composées d’un volet méthodologique et d’un volet théorique, ces réunions sont destinées à répondre aux attentes des doctorants. Si vous souhaitez aborder un point méthodologique précis ou si vous souhaitez présenter un point de votre recherche, un article ou une communication en cours, manifestez-vous rapidement auprès du bureau des Têtes Chercheuses (onglet contact)

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook