La figure dérivative dans « La Vie de Marianne de Marivaux ». Un cas de recomposition sémantique et énonciative

Nous nous proposons d’étudier aujourd’hui la figure dérivative qui, pour le dire simplement, consiste à employer dans un contexte proche des mots de la même famille. Cette figure se fonde sur la dérivation lexicale, c’est-à-dire un procédé de construction lexicale, de recomposition à partir d’une base et d’affixes (préfixes et suffixes). Cette figure semble donc bien être une recomposition, terme qu’on peut définir comme le fait de composer avec des éléments existants autre chose, créer à partir de l’ancien du nouveau, « restructuration sur des bases nouvelles[1] ». Il ne s’agit pas ici d’étudier la dérivation d’un point de vue proprement linguistique, dans la langue quotidienne par exemple, mais bien dans un usage stylistique, notamment lorsqu’elle recompose la parole d’autrui dans un échange dialogique. En effet, la figure dérivative qui s’apparente à la répétition intervient comme un moyen de faire varier un terme alors que l’on attendait une reprise à l’identique et ainsi, de composer avec la parole dérangeante d’autrui, de faire face et de la transformer par un simple changement d’affixes, souvent révélateur. Le changement de catégorie grammaticale qui s’opère dans la plupart des cas de dérivation du roman La Vie de Marianne de Marivaux permet de bloquer certaines potentialités de sens d’un terme, de jouer sur les connotations. La variation dans la reprise permet de faire émerger des distorsions sémantiques et des stratégies énonciatives sous-jacentes. C’est particulièrement intéressant dans le cas de Marivaux qui parvient ainsi, semble-t-il, à montrer la différence entre les clichés littéraires et la réalité et celle entre le vernis moral de façade du monde et la vérité cachée. Grâce notamment, au changement de catégorie grammaticale que peut opérer la dérivation, le romancier nous dépeint son temps, loin des attentes de la « haute romancie[2] ». Au cœur de la querelle des anciens et des modernes, l’œuvre de Marivaux compose avec une langue qu’on aurait voulu figer. En effet, Marivaux était surtout connu à l’époque pour son style audacieux et personnel, qui recompose la langue par des emplois inédits de termes existants plus que par de véritables néologismes, donc dans une esthétique dynamique qui ne correspond pas aux théories du siècle classique. Dans cette étude, nous nous proposons de faire résonner le terme recomposition au sein de la sémantique comme procédé à la fois microstructural et macrostructural de l’œuvre La Vie de Marianne. La dérivation apparait souvent au cœur des échanges dialogiques des romans, dans la microstructure. Le dramaturge n’étant pas loin du romancier, elle revêt alors un caractère argumentatif important et contribue à la vivacité de l’échange. Mais lorsque des termes récurrents sont repris et dérivés dans l’entier des œuvres, ils portent alors le poids de la durée romanesque et de l’expérience des personnages et soulignent leur évolution, notamment pour le personnage narrateur, Marianne. La dérivation se joue donc aussi dans la macrostructure. Nous donnerons donc quelques éléments de définition de la figure dérivative puis nous considérerons les enjeux de cette figure chez Marivaux.

I Recomposer le mot… : éléments de définitions de la dérivation

La dérivation, une recomposition lexicale

La figure dérivative consiste à faire figurer dans son discours un mot appartenant à la même famille qu’un autre mot précédemment énoncé. En lexicologie, on parle de « dérivation ». Certains mots de notre langue sont dits « simples », c’est-à-dire que nous en avons directement hérités, souvent du latin, et qu’ils ne peuvent être décomposés. La plupart des mots français néanmoins sont construits. La dérivation est un des procédés de construction sémantique qui consiste à ajouter des affixes (préfixes ou suffixes) sur une base ou sur un radical, le radical étant l’ultime stade de décomposition du mot. Ces affixes sont porteurs d’une valeur sémantique et apportent donc une nuance de sens à la base. La valeur sémantique d’un préfixe comme re– est facilement perceptible. Néanmoins, même les affixes qui semblent purement grammaticaux, comme –tion, qui nominalise le verbe « recomposer » pour en faire « recomposition », amènent du sens car le changement de catégorie grammaticale (dérivation hétérocatégorielle et non homocatégorielle) est signifiante. D’ailleurs, pour Danielle Corbin, par exemple, même si un affixe ne fait pas varier la nature du mot, il est quand même porteur d’une valeur catégorielle, il porte la marque d’une nature. Or, ces natures de mots qu’on appelait à l’âge classique les partes orationes font sens en elles-mêmes.

La sémantique des partes orationes

Marivaux fait résonner un même sème dans différentes classes grammaticales pour apporter des nuances à son propos. Les nombreuses dérivations suffixales présentes dans le corpus sont dans une large majorité hétérocatégorielles ce qui signifie que le changement de catégorie est fondamental. Les adjonctions suffixales sont alors des « opérateur(s) constructeur(s) de sens[3] » et infléchissent le signifié. Le sens de la dérivation, comme modalité de la reprise, doit être induit par la taxinomie grammaticale, classement par nature des mots qu’on nommait au XVIIIe siècle, partes orationes. Ce classement imparfait persiste car il est fondé sur quelques règles syntaxiques élémentaires et surtout sur des éléments sémantiques essentiels. Les catégories contiennent par essence un substrat sémantique que le mot revêt lorsqu’il entre dans l’une des catégories. Le verbe, par exemple, est le lieu de l’expression de la temporalité. La seule appartenance à la catégorie verbale insuffle donc un ersatz de sens au mot. La grande majorité du corpus est constituée par des dérivations du nom vers l’adjectif, ou vice-versa, ce qui n’est pas étonnant au regard de l’importance du substantif dans l’écriture de Marivaux[4]. L’adjectif et le substantif[5] ont historiquement fait partie de la même catégorie, les noms-adjectifs étant une sous partie des noms-substantifs[6]. Néanmoins, leur séparation n’est plus discutée aujourd’hui grâce à deux critères. Le premier est syntaxique, il s’agit de « l’incidence externe » de l’adjectif, décrit par Gustave Guillaume, qui nécessite un support alors que le nom se suffit à lui-même :

L’adjectif, est pourvu, et c’est là un élément important de sa définition catégorielle, d’une incidence externe, c’est-à-dire d’une incidence à un support qu’il n’est pas compétent intrinsèquement à signifier[7].

Le second critère est sémantique. Il est déjà évoqué par Arnauld et Lancelot dans la grammaire de Port-Royal. Le substantif décrit une substance, l’adjectif un accident touchant cette substance. Le nom est donc de l’ordre de l’essence et l’adjectif du contingent.

Les objets de nos pensées sont ou les choses, comme la terre, le soleil, l’eau, le bois ce que l’on appelle ordinairement substance ; ou la manière des choses, comme d’être rond, d’être rouge […] ce que l’on appelle accident[8].

C’est finalement de ce critère sémantique dont est issu le critère syntaxique puisque « les substances subsistent par elles-mêmes, au lieu que les accidents ne sont que par les substances[9] ». Nous le verrons, cette distinction fondamentale est extrêmement utile pour éclairer le texte de Marivaux qui démasque par un constant va-et-vient entre ces deux catégories, une façade essentielle et une réalité contingente. Par le biais de la reprise avec variante grammaticale, Marivaux semble montrer le relativisme de certaines valeurs axiologiques très présentes dans la tragédie ou le roman d’analyse avant lui, comme la charité et l’honnêteté qui deviennent les masques des bassesses humaines. La dérivation de l’adjectif au substantif ou inversement y tient une grande place car elle permet de montrer comment l’essence même de la valeur affichée est perdue. L’adjectif en devient l’avatar dégradé dans les agissements des personnages.

L’emploi stylistique de la dérivation

La dérivation fait partie du trope de la répétition (« la figure dérivative est une […] variété de répétition[10] ») comme elle, elle peut être porteuse de musicalité, de lyrisme ou, comme chez Marivaux, d’une force argumentative importante et d’un pouvoir heuristique. Si une répétition est un signe d’écoute, de compréhension entre deux locuteurs ou même d’opposition frontale, la dérivation comme modalité de la répétition qui transforme légèrement le terme repris est un moyen de composer avec la parole d’autrui, de légèrement modifier les enjeux du terme recomposé. Par exemple, Marianne, jeune orpheline, est confiée aux bons soins de Monsieur de Climal, qui sous ses dehors vertueux, cherche à la séduire. Marianne peu à peu comprend ses vues mais fait semblant de ne pas les entendre pour ne pas devoir y répondre.

Oui, parlez, je me fais un devoir de suivre en tout les conseils d’un homme aussi pieux que vous.

Laissons là ma piété, vous dis-je, reprit-il en s’approchant d’un air badin pour me prendre la main. Je vous ai déjà dit dans quel esprit je vous parle. Encore une fois, je mets ici la Religion à part ; je ne vous prêche point, ma fille, je vous parle de raison ; je ne fais ici auprès de vous que le personnage d’un homme de bon sens, qui voit que vous n’avez rien, et qu’il faut pourvoir aux besoins de la vie, à moins que vous ne vous déterminiez à servir ; ce dont vous m’avez paru fort éloignée, et ce qui effectivement ne vous convient pas[11].

La première reprise de l’extrait est une dérivation. Marianne rappelle à Monsieur de Climal son rôle de dévot, rôle avec lequel il s’est présenté à elle, par le terme religieux « pieux ». Monsieur de Climal reprend le terme « pieux » par son dérivé nominal « piété ». L’on peut considérer qu’il met ainsi à distance cette vertu. L’adjectif qualificatif, comme nous l’avons dit précédemment, n’est pas syntaxiquement autonome et a une incidence externe. Par conséquent, lorsque Marianne emploie l’expression « homme pieux », la piété est inséparable de la personne de Monsieur de Climal, elle est présentée comme intrinsèque au personnage du fait de l’emploi de l’adjectif incident au nom « homme ». Monsieur de Climal, au contraire, choisit d’utiliser le nom, la « piété », qui même s’il est employé avec un possessif devient une entité autonome et détachée de la personne même de Climal. Par cette dérivation, le séducteur se défait de sa façade de dévot et se détache de l’image à laquelle Marianne voudrait le cantonner, comme le montre aussi le reste de l’extrait.
Avec cet exemple, on peut voir que, comme la répétition, la dérivation influe sur les rapports de force au sein des échanges dialogiques mais elle permet de modifier la donne, de manipuler légèrement la parole d’autrui.

II …pour composer avec le monde : les enjeux de la dérivation

La figure dérivative, une stratégie de défense

Les échanges dialogiques réels ou fictifs sont le lieu d’un rapport de force plus ou moins conscient, plus ou moins marqué entre les locuteurs. La reprise d’un terme est un signe de crispation et traduit le conflit sous-jacent. La reprise d’un terme par son dérivé agit de la même façon que la répétition mais en biaisant quelque peu l’enjeu, en apportant une légère modification qui devient une arme argumentative. Revenons à la tentative de séduction de Monsieur de Climal.

Ce serait une triste ressource, me dit-il, je ne saurais moi-même y penser sans douleur ; car je vous aime, ma chère enfant, et je vous aime beaucoup.

J’en suis persuadée, lui dis-je ; je compte sur votre amitié, Monsieur, et sur la vertu dont vous faites profession, ajoutai-je pour lui ôter la hardiesse de s’expliquer plus clairement.

Mais je n’y gagnerai rien. Eh ! Marianne, me répondit-il, je ne fais profession de rien que d’être faible, et plus faible qu’un autre ; et vous savez fort bien ce que je veux dire par le mot d’amitié ; mais vous êtes une petite malicieuse, qui vous divertissez, et qui feignez de ne pas m’entendre : oui, je vous aime, vous le savez ; vous y avez pris garde, et je ne vous apprends rien de nouveau. Je vous aime comme une belle et charmante jeune fille que vous êtes. Ce n’est pas de l’amitié que j’ai pour vous, Mademoiselle ; j’ai cru d’abord que ce n’était que cela ; mais je me trompais, c’est de l’amour et du plus tendre ; m’entendez-vous à présent, de l’amour et vous ne perdrez rien au change ; votre fortune n’en ira pas plus mal : il n’y a point d’ami qui vaille un Amant comme moi.

Vous, mon amant ! m’écriai-je en baissant les yeux[12] ;

Monsieur de Climal avoue son amour à Marianne par l’emploi du verbe « aimer ». Marianne tente encore une fois de jouer la dupe en reprenant le verbe « aimer » par le nom « amitié ». Le verbe « aimer », en effet, couvre plusieurs sens possibles, de l’amour filial à l’amour passion. En reprenant le terme par un dérivé, elle bloque le sens potentiel de l’amour passion pour ne permettre qu’au sens d’affection de se déployer. Nous disons « dérivé » mais cela est impropre car c’est dans la langue latine que le verbe amare a donné le nom amicitia, néanmoins, il nous semble que le lien est encore perceptible et que le fonctionnement est le même. De plus, en choisissant de passer du verbe au nom, Marivaux nous fait sentir que Marianne temporise la force de l’aveu. Il ne s’agit plus d’être dans l’action. Le « je vous aime » dit que tout l’être de Climal est pris par cet amour alors que l’amitié est mise à distance. Pourtant la ruse ne fonctionne pas cette fois-ci car Marivaux fait reprendre à son personnage le terme « amitié » mais avec le sens d’amour-passion encore enregistré sous l’Ancien Régime, pour très vite revenir à la force du verbe « aimer ». Pour achever, son tour de force énonciatif, Monsieur de Climal va définitivement se détacher de « l’amitié » dans son sens fraternel en lui opposant le dérivé direct du verbe, le nom « amour ». Plus d’équivoque possible ! D’ailleurs le nom est vite actualisé en déverbal « amant » qui montre que toute la personne de Monsieur de Climal est prête à l’action amoureuse.

Une figure révélatrice

La reprise est souvent le lieu de la reconnaissance du jeu de l’hypocrite et du personnage de mauvaise foi. Nous avons pu le constater dans les échanges de M. de Climal par exemple. Donc, la figure dérivative permet de révéler une discordance entre ce qu’affichent les mots et la réalité d’une pensée. Or, Marivaux reprend, notamment à travers des dérivations, beaucoup de termes à connotations morales ou religieuses comme « honnête », « honnêteté », « charité », « charitable », « dévot », « dévotion ». Dans le corpus, la dérivation s’effectue surtout entre le nom et l’adjectif, ce qui permet à Marivaux de jouer sur l’essentiel et l’accidentel ou sur l’autonome et l’incident. À travers ce jeu, il va montrer la vacuité de certaines vertus proprement romanesques que l’on trouve dans des œuvres du Grand Siècle par exemple, telles la charité, la fidélité éternelle, la générosité désintéressée. C’est ce qui fait dire à la narratrice ces paroles :

J’ai ri de tout mon cœur, Madame, de votre colère contre mon infidèle. […] C’est qu’au lieu d’une histoire véritable, vous avez cru lire un roman. Vous avez oublié que c’était ma vie que je vous racontais. […] Un Héros de Roman infidèle ! on n’aurait jamais rien vu de pareil[13].

Il va ainsi dresser un constat moral, sans amertume, sans pessimisme car au fond, les protagonistes se servent aussi de ses failles, d’un univers complexe et non-manichéen, une image de la réalité différente de la littérature. La figure dérivative met à distance le modèle littéraire. Prenons l’exemple d’un terme récurent : « charité ». C’est au XIIe siècle qu’il commence à prendre une valeur concrète d’aide apportée aux pauvres et c’est à la même époque qu’apparait le dérivé « charitable ». L’acte de charité est une assistance et plus particulièrement l’aumône faite aux démunis. C’est donc un mot qui devrait être auréolé de sainteté et qui est pourtant dans notre corpus frappé de suspicion. Marivaux ne cesse d’en souligner les perversions et de l’associer à des termes dégradants.

Il ne leur avait jamais entendu prononcer le mot de charité, c’est que c’était un mot trop dur et qui blessait la mignardise des sentiments qu’elles avaient. […] ce n’avait été qu’un plaisir de passage, et au bout de six mois, cette aimable enfant ne fut plus qu’une pauvre orpheline, à qui on n’épargna pas alors le mot de charité : on disait que j’en méritais beaucoup[14].

Dès les premières pages, Marivaux souligne la blessure d’amour-propre engendrée par le fait de recevoir le mot de charité (car d’acte, il n’y en a plus lorsque les dames en parlent). Cet implicite péjoratif perdure tout au long du roman. Au contraire, l’adjectif « charitable » est majoritairement pris en bonne part. La vertu idéale des romans n’existe pas dans le monde marivaudien, en revanche une personne peut être charitable. C’est d’ailleurs ainsi que Madame de Miran est présentée et ainsi que le Père Saint-Vincent présente naïvement Monsieur de Climal, « un homme de considération, charitable et pieux »[15]. Marianne, et Marivaux derrière elle, différencient clairement l’adjectif du nom notamment dans le passage de la première partie où Marianne interroge véritablement l’acte de charité.

Est-ce qu’on est charitable à cause qu’on fait des œuvres de charité ? […] voilà ce que vous appelez faire une œuvre de charité ; et moi je dis que c’est une œuvre brutale et haïssable[16].

La vertu réside dans l’adjectif, dans la réalité d’une personne, d’un acte et non plus dans l’absolu du nom, dans la vertu idéale, allégorisée par l’absence de déterminant, qu’on trouve encore dans le discours de la dupe Madame Dutour.

Dieu est le père de ceux qui n’en ont point. Charité n’est pas morte. Par exemple, n’est-ce pas une providence que ce M. de Climal[17].

Cette distinction entre les deux termes, et la dégradation que cela entraîne du concept traditionnel de « charité », n’est perceptible que parce que Marivaux joue des dérivations et laisse entendre la différence. Madame Dutour loue par exemple le bon cœur de Monsieur de Climal en des termes qui font réagir Marianne.

Marianne, me dit-elle, vous avez fait là une bonne rencontre quand vous l’avez connu ; voyez ce que c’est, il a autant de soin de vous que si vous étiez son enfant ; cet homme-là n’a peut-être pas son pareil dans le monde pour être bon et charitable.

Le mot de charité ne fut pas fort mon goût[18].

Logiquement, le lecteur s’attend à une répétition stricto sensu des termes de Madame Dutour afin que le personnage puisse montrer son désaccord et répondre. Néanmoins, Marivaux utilise une dérivation. Deux interprétations complémentaires peuvent découler de cet exemple. Marianne tire de l’adjectif utilisé en bonne part le sème négatif qu’elle fait ressortir dans l’utilisation du nom. Elle montre ainsi son désaccord sur la description du tartuffe. Mais, le personnage réagit aux termes du discours ; non pas à ce qui est dit sur Monsieur de Climal, mais à ce qui est dit sur elle par rapport aux actes de son bienfaiteur. S’il est charitable, c’est parce qu’elle reçoit la charité et donc, se place en position d’infériorité. La dérivation soulignerait donc la différence de position entre celui qui fait et celui qui reçoit. Néanmoins, lorsqu’elle reçoit l’aide de Madame de Miran, Marianne ne s’offusque pas du terme. L’un n’empêche pas l’autre, toujours est-il que l’usage de la reprise par dérivation souligne souvent la vacuité de vertu autrefois brandie par la littérature et montre son usage positif, actuel dans la réalité d’un monde complexe où amour-propre et mauvaise-foi sont souvent les maîtres mots.

La figure dérivative est donc un procédé de recomposition, tout d’abord dans son fonctionnement interne puisqu’elle permet de construire un mot à partir d’une base et d’affixes. Elle l’est aussi dans ses effets sur le texte puisqu’elle permet de recomposer une parole et de construire une stratégie défensive efficace dans les rapports de force dialogiques, ce qui permet de composer avec le monde qui nous entoure. En ce qui concerne son emploi dans l’oeuvre de Marivaux, elle semble être un outil pour ôter des yeux de ses lecteurs le filtre idéalisant de la littérature avant lui. Comme Marianne le dit à son amie, Valville n’est pas un héros de roman, c’est un homme, donc infidèle, Varthon, n’est pas une amie parfaite, c’est une femme, donc orgueilleuse, Marianne elle-même n’est pas d’une sincérité héroïque, elle fait des choses à dessein. Marivaux s’il ne fait pas référence explicitement à un texte du passé, est pétri de littérature et garde en tête des modèles qu’il ramène à la réalité et complexifie. Par l’usage de la reprise, une figure en perte de vitesse au XVIIe siècle, Marivaux parvient à révéler la réalité derrière la façade des mots. Le langage n’est pas transparent, n’est pas clarté dans le sens classique, au contraire, il est codé, il est fait de couches, d’implicite, de faux-sens guidés par la mauvaise foi et l’amour-propre. La figure dérivative signale que le sens n’est pas évident mais singulier et, par la variation, révèle l’individu et le monde au sein de l’univers intra-diégétique comme en dehors. L’auteur réussit le pari paradoxal de faire une pantomime d’œuvre littéraire en révélant le monde vrai. Il recompose autant l’unité lexicale que la langue elle-même pour mieux recomposer la scène littéraire.

Alice Dumas
Doctorante en Littérature,
Université Jean Moulin Lyon 3 – MARGE

[1] Définition du dictionnaire Larousse en ligne, http://www.larousse.fr/, consulté le 28/03/2016.
[2] Martin, Christophe, Mémoires d’une inconnue, étude de La Vie de Marianne, Mont-Saint-Aignan, PHUR, 2014, p. 21.
[3] Riegel, Martin, Pellat, Jean-Christophe, Rioul, René, Grammaire méthodique du français (1994), France, PUF, 2004, p. 542, « Sémantiquement, les préfixes et les suffixes jouent le double rôle de constituant d’une forme construite et d’opérateur constructeur de sens par rapport à la base auxquels ils s’ajoutent. En effet, en vertu de leur sens codé, ils véhiculent une instruction sémantique qui spécifie le type d’opération sémantique à effectuer sur le sens de la base pour construire le sens global de la forme dérivée. »
[4] Deloffre, Frédéric, « Une préciosité nouvelle : Marivaux et le marivaudage » (1971), op. cit., p. 318, « Le substantif surtout jouit d’un traitement spécial. Ses fonctions s’étendent, et le « style substantif » s’impose souvent là où on ne l’attendrait pas. »
[5] Goes, Jan, « À la recherche d’une définition de l’adjectif », L’Information grammaticale, n° 58, 1993, p. 11-14.
[6] Ibid., p. 11, « Au début, il y avait donc le nom, et le « nom adjectif » figurait comme une espèce à l’intérieur de la classe du nom. »
[7] Guillaume, Gustave, Leçons de linguistique, 1946-47 et 1947-48, Paris, Klincksieck, 1997, p. 105.
[8] Lancelot, Claude, Arnauld, Antoine, Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, par Arnauld et Lancelot, précédée d’un Essai sur l’origine et les progrès de la langue françoise, par M. Petitot, et suivie du commentaire de M. Duclos, Paris, Perlet, 1803, p. 273, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6117192g/f13.image.r=grammaire%20de%20port%20royal, consulté le 3/02/2016.
[9] Ibid., p. 274.
[10] Molinié, Georges, Dictionnaire de rhétorique (1992), Paris, Le livre de poche, 2013, p. 112.
[11] Marivaux, La Vie de Marianne [1781], Paris, Le livre de poche, 2007, p. 175-176. Nous soulignons.
[12] Marivaux, La Vie de Marianne [1781], op. cit., p. 175-176. Nous soulignons.
[13] Marivaux, La Vie de Marianne [1781], op. cit., p. 457.
[14] Ibid., p. 64.
[15] Ibid., p. 78.
[16] Ibid., p. 83.
[17] Ibid.
[18] Ibid., p. 98.

 


Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une réflexion au sujet de « La figure dérivative dans « La Vie de Marianne de Marivaux ». Un cas de recomposition sémantique et énonciative »

  1. Ping : Actes en ligne du colloque « Recomposition » (20-21 mai 2016) | Le blog des Têtes Chercheuses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *