Le vin, sujet d’analyse à la croisée des sciences humaines et sociales : l’apport de la sémiotique à l’étude de cet objet complexe.

« Le vin est hypothèse, promesse et réalité, en tant qu’il suppose une réflexion sur la nature de son existence, ses modalités d’évolution, ses virtualités, ses potentialités, sa vérité, son efficacité. Autant dire que dans ses trois temps qui permettent une métaphysique singulière, une éthique confondue à une esthétique, on pourra s’interroger sur trois des modalités possibles de l’incarnation ontologique du temps l’être, le devenir, la présence. La forme, l’avènement, l’existence[i]. »

 

Le vin, aujourd’hui boisson de large consommation mondiale, est un constituant ancré dans le patrimoine culturel et gastronomique français. Dans sa séance du 11 avril 2014, le sénat a voté un amendement relatif au vin et à notre patrimoine culturel ainsi rédigé : « Art. L. 665-6. – Le vin, produit de la vigne et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager protégé de la France ». Il convient également de rappeler que la gastronomie française est inscrite par l’Unesco, depuis 2010, au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Porteur d’une histoire millénaire, le vin est étroitement associé à la culture, au patrimoine, au paysage, à la littérature ou encore à l’économie de notre pays. La France se distingue par ses performances économiques sur le marché mondial : elle est le premier pays viticole au monde en ce qui concerne les volumes produits, la valeur de ses exportations ainsi que pour la consommation de cette boisson polymorphe.

Le vin peut à la fois être qualifié d’objet ordinaire ainsi que d’objet particulier en ce qu’il fait partie intégrante de notre quotidien[ii] tout en bénéficiant d’une place centrale dans la relation nature/culture par son statut porteur de médiations, à la croisée des liens qu’entretiennent l’homme et son environnement.

Que se cache-t-il sous le concept d’ « objet-vin », funambule des représentations entre les pôles naturels et culturels ?

 

Le vin : un objet complexe et porteur d’hétérogénéité

L’homme est en recherche constante de systèmes définitoires qui lui permettent d’ordonner et de classer la multiplicité du réel. Au fil de nos lectures, nous avons plusieurs fois été confrontés au concept d’ « objet-vin[iii] » et il nous semble important de clarifier cette dénomination tant elle fait l’objet de questionnements et d’indéterminations lexico-sémantiques. Il semble hors de portée d’émettre une définition claire et précise de l’objet car, comme le souligne A. Zinna, il « […] échappe à toute définition parce que chaque définition est avant tout une spécificité de propriétés[iv].»

Etymologiquement, objectum renvoie à l’idée de « chose possédant un caractère matériel et existant en dehors de nous-même[v] ». Ce concept renferme une complexité définitoire mais nous pourrions, dans un premier temps, communément définir l’objet par son caractère tridimensionnel, solide, concret et indépendant, par sa dimension esthétique et par sa faculté à solliciter voire à affecter nos sens en ce qu’il est principalement perceptible par la vue et par le toucher.

« Les objets (…) sont des structures matérielles, dotées d’une morphologie, d’une fonctionnalité et d’une forme extérieure identifiable, dont l’ensemble est « destiné » à un usage ou une pratique plus ou moins spécialisés[vi]. »

 

C’est ce dernier point essentiel, qui différencie l’objet de la chose. Les objets peuvent être également envisagés comme une réponse matérielle et/ou technologique à un problème culturel d’ordre fonctionnel, esthétique, etc. Disjoint du sujet mais fabriqué par l’homme (à l’échelle de ce dernier pour lui permettre une manipulation optimale tel un prolongement du geste) et à destination des êtres vivants, l’objet appartient à l’expérience quotidienne et relève de la perception extérieure tout en possédant une identité propre dans sa catégorisation et parfois même dans les strates internes de de cette dernière. En effet, comme nous le verrons par la suite, l’objet générique « vin » (que nous pouvons distinguer comme objet d’analyse et comme objet d’usage) est porteur de significations et de valeurs.

Les objets quotidiens[vii], tel que le vin, sont entrés dans nos pratiques de vie ordinaires et semblent solidaires de notre environnement et des structures signifiantes de l’homme[viii]. Cependant, ce ne sont plus seulement les caractéristiques physiques et organoleptiques qui déterminent l’objet-vin mais également le fait qu’il soit associé à des pratiques culturelles telles que la vinification, la dégustation ou encore l’œnotourisme

 Le philosophe allemand E. Cassirer, précurseur des sciences de la culture[ix], affirme que l’homme ne vit pas dans « un univers purement matériel, mais dans un univers symbolique[x] » constitué de textes, d’objets, de mythes, d’éléments artistiques, etc. Bien que le vin soit un produit structurellement stable voué à disparaître lors de son utilisation principale (excepté lorsqu’il est envisagé comme un objet de collection), ce bien de consommation est un témoin historico-culturel privilégié porteur de marques signifiantes, symboliques et identitaires.

Il est également un sujet de patrimonialisation culturelle qui repose sur la construction sociale de l’identité à des fins de valorisation aujourd’hui principalement commerciales et touristiques. Le rôle du territoire dans la production vinicole repose essentiellement sur des caractéristiques naturelles mais l’effet de patrimonialisation reflète la « culturalisation » de notre objet. Cependant, parler du vin comme d’un objet pose un problème terminologique. Il nous faut reconnaître et prendre en compte que l’expression « objet-vin » est un raccourci sémantico-cognitif courant et utile mais quelque peu sibyllin de par la multiplicité des figures inhérentes à notre objet. Il semblerait ainsi plus approprié d’utiliser le terme d’ « univers vitivinicole ». En effet, dans ce contexte physique, historique et technique, l’objet-vin contient à la fois, explicitement et implicitement, toutes les pièces du scénario, tous les espaces signifiants, qui participent à la construction graduelle du vin et de ses motifs chargés de valeurs et de représentations.

De plus, la substance liquide « vin » est un savant mariage entre plusieurs éléments et acteurs qui le constituent : l’alcool, l’eau, le tannin, la glycérine, le sucre, le polyphénol, le raisin, ou encore le levain. Néanmoins, l’objet nommé « vin » regroupe de surcroît des éléments bien plus hétérogènes, où le visible occupe une part essentielle,  tels que la bouteille, l’étiquette, les pratiques qui l’entourent (pratiques de vinification, de dégustation, pratiques œnotouristiques, etc.), ainsi que des composantes abstraites telles que les valeurs qui circulent au sein du domaine vitivinicole.

 

 Le vin et les Sciences Humaines et Sociales

L’univers du vin est au centre des préoccupations d’un environnement social que des chercheurs de tout horizon tentent de décrypter. Dès l’antiquité, la vigne et le vin sont entrés dans l’orbite des sciences physiques et naturelles. C’est à partir de la Renaissance, avec le développement des échanges en Europe et avec l’Asie et l’Amérique puis au XVIe siècle, grâce à l’apparition de l’imprimerie, que fleurissent les écrits scientifiques et les traités de viticulture. La vigne et le vin sont plus récemment devenus des objets d’études juridiques, historiques et géographiques suite à la crise du début du XXe siècle[xi]. C’est à ce moment précis que nous avons pu observer des boissons anonymes devenir des « Bordeaux » ou des « Bourgognes » ou encore d’honnêtes crus se transformer en « Château ». Il est intéressant de rappeler que le vignoble est devenu en lui-même et demeure un véritable objet d’intérêt pour l’analyse géographique à partir du moment où la plante et son produit ont fortement contribué à la formation de véritables régions et au renforcement de leur identité respective.

Il n’est maintenant plus aucune science humaine et sociale qui ne s’intéresse aux vignobles et au vin à la suite des géographes et des historiens. La vigne et les raisins sont depuis l’Antiquité un sujet d’inspiration et de nombreuses et récentes publications ont pour thème de recherche « l’art et le vin ». Mais l’art a très tôt pénétré l’univers du vin par le biais de l’étiquette comme c’est le cas au château Mouton-Rothschild à Pauillac (Médoc, Gironde) transformant depuis 1945 l’étiquette en réelle œuvre d’art originale avec la participation d’artistes tels que Miro, Chagall, Braque, Picasso ou encore Warhol.

La littérature n’est pas en reste si nous prenons en compte le nombre d’œuvres à la gloire du vin aux quatre coins du monde. La linguistique elle-même s’intéresse au vocabulaire vigneron, rejoignant même les préoccupations des ethnologues et des sociologues (outils, pratiques, fêtes du vin, etc.).

De même, les préoccupations de chercheurs d’horizons étrangers commencent à converger. A titre d’exemple, nous pouvons déclarer que les revues œnologiques ou de viticulture ne peuvent plus se passer d’articles à préoccupation culturelle.

L’univers vitivinicole est un terrain heureux d‘expériences de pensée et il convient alors d’affirmer que la vigne et le vin se trouvent être aujourd’hui les piliers d’une filière culturelle offrant un matériel riche et dynamique aux diverses analyses en cours et aux nombreuses études à venir.

 

La sémiotique : une méthodologie de recherche

 La sémiotique s’apparente bien plus à une méthodologie de recherche qu’à une discipline des Sciences Humaines et Sociales stricto sensu. Elle se donne pour tâche de comprendre la « production de sens » c’est-à-dire de décrire et de comparer les manières dont les êtres humains articulent et assignent du sens à certaines instances de leur vécu. Que se passe-t-il sous et entre les signes ? D’où jaillissent le sens et les nuances qui l’accompagnent ?

« L’objet de la sémiotique est donc de construire une théorie générale des modes de signifier sur la base du postulat affirmant une identité principielle entre les différents systèmes de signes[xii] ».

Ainsi, « aborder certains phénomènes [du monde vitivinicole, dans notre travail] sous leur aspect sémiotique c’est considérer leur mode de production de sens, en d’autres termes la façon dont ils provoquent des significations, c’est-à-dire des interprétations […][xiii]».

 « La théorie sémiotique doit se présenter, d’abord pour ce qu’elle est, c’est-à-dire comme une théorie de la signification. Son souci premier sera donc d’expliciter, sous forme d’une construction conceptuelle, les conditions de la saisie et de la production du sens.[xiv] »

 

L’idée de mettre au point une science des signes (même si nous préférons aujourd’hui le terme de « sciences de la signification »), appelée « sémiotique » ou « sémiologie » est récente. « Sémiotique » ou « Sémiologie » ? Ces deux mots viennent du grec « semêion » qui signifie « signe ». Les deux grands précurseurs de la sémiotique moderne sont, pour l’Europe, le linguiste Suisse Ferdinand de Saussure et le scientifique américain Charles Sanders Peirce. Les deux termes, historiquement et épistémologiquement distincts et issus d’une opposition inter-atlantique, sont souvent confondus dans la tradition française mais ne sont pas pour autant synonymes. Le premier terme, d’origine américaine, est le terme canonique qui désigne la sémiotique comme philosophie du langage et comme discipline s’intéressant à l’intention et à la convention du signe, ainsi qu’au rapport que celui-ci entretient avec l’objet qu’il cite. Le signe est alors définit comme une relation triadique entre trois termes (représentamen, objet, interprétant). La sémiotique ne s’occupe pas seulement de l’analyse langagière et sociale mais s’intéresse à la manière de construire le sens. L’usage du second terme, sémiologie, d’origine européenne est à appréhender comme l’étude des langages particuliers ; le signe y est défini comme une relation binaire entre un signifiant et un signifié.

Qu’une « discipline » se reconnaisse un double héritage et que les fondateurs aient construit leur théorie respective sans se connaître, cela n’est pas en soi un problème, ils auraient pu converger dans leurs vues. Cependant, c’est tout l’inverse qui s’est produit : ces deux « pères fondateurs » ont construit des fondations théoriques, des objets et des méthodes quasiment incompatibles. D’où la difficulté à définir ce qui pourrait être le socle commun de cette discipline à deux noms ou de cette double discipline, « sémiologie, sémiotique ». Il existe toutefois un point commun sur lequel les sémioticiens de toute obédience s’accordent : quel que soit le nom qu’on lui donne, sémiotique ou sémiologie, il s’agit d’étudier l’interprétation, de décrire ses modes de fonctionnement et le rapport qu’elle entretient avec la connaissance et l’action.

 

La sémiologie a des racines anciennes et, depuis l’Antiquité grecque, elle a toujours été étudiée en médecine dans le cadre de l’analyse des symptômes des différentes maladies. Nous pouvons alors observer que, dès cette époque, le concept de signe désignait déjà quelque chose que l’on percevait et à quoi on donnait une signification (des couleurs, des formes, des températures, etc.). « Sémiotique » est le terme qui a pris progressivement le relais de celui de « sémiologie ». Les vocables de «sémiologie» et de « sémiotique » sont souvent aujourd’hui employés indifféremment dans un grand nombre de situations. Toutefois, en janvier 1969, le comité international qui a fondé l’«Association internationale de sémiotique» a accepté le terme de «sémiotique» comme celui recouvrant toutes les acceptions de ces deux lexèmes, sans toutefois exclure l’emploi de «sémiologie».

La sémiotique française, voire européenne, s’est construite au milieu du XXe siècle comme une discipline à la croisée de la linguistique, de la philosophie et de l’anthropologie mais demeure toujours l’objet de questionnements et de doutes quant à ses propres frontières. De manière minimale, on peut considérer que ce qui définit une discipline, c’est à la fois un objet d’étude stabilisé et des méthodes unifiées. La sémiotique peine à remplir l’une ou l’autre de ces conditions, et il n’est de ce fait pas paradoxal de se poser la question de son statut disciplinaire. Cela n’enlève rien à la puissance des outils théoriques qu’elle a historiquement forgés, mais il faut bien reconnaître que la sémiotique aujourd’hui doit affronter une situation problématique, instable, qui fait sa spécificité.

Une des grandes découvertes de F. de Saussure réside dans le fait que ce dernier a proposé une analyse de la langue (et par extension de tout système de signes) comme un système de pures différences[xv]. Il faut donc connaître le système avant de rigoureusement percevoir les différences et de pouvoir leur attribuer une valeur.

C.S Peirce, quant à lui, a mis en place une théorie générale des signes (« semiotics ») et une typologie du même ordre. La sémiotique est alors un autre nom de la logique et d’une théorie de la connaissance et peut être décrite comme « la théorie générale des signes et de leur articulation dans la pensée[xvi] ». Le signe est définit comme « […] quelque chose qui tient lieu pour quelqu’un de quelque chose sous quelque rapport ou à quelque titre ». (Pierce 1906)

Il est important de noter que le signe n’est pas la chose représentée (comme un autoportrait n’est pas la personne représentée). Ce n’est pas une réalité matérielle mais une construction ou représentation mentale, fruit d’une perception rendue possible par les sens. Les sémioticiens ont permis l’élargissement de l’analyse du signe linguistique à tous les phénomènes signifiants interprétable dans notre société.

Les deux composantes de toute sémiotique sont le plan de l’expression (le signifiant saussurien, les formes d’expression visibles de l’objet) et le plan du contenu (le signifié chez Saussure, la partie non accessible à l’observation et qui rend compte de la signification), comprenant des systèmes de dépendances internes autant sur l’axe syntagmatique que paradigmatique. Ainsi, à la suite de Saussure, persiste l’idée que l’analyse d’un objet sémiotique implique toujours une distinction entre deux composantes qui doivent être analysées simultanément.

La sémiotique concerne ainsi tous les types de signes et pas uniquement les mots, domaine de la sémantique. Même un geste ou un son sont considérés comme des signes.

Nous sommes désormais loin de la position textualiste, inhérente au célèbre adage Greimassien « Hors du texte, point de salut[xvii] ! », mais bien dans l’ère des sémiotiques-objets, c’est-à-dire des ensembles signifiants (possédant un plan du contenu et un plan de l’expression) et de leurs contextes telles que les pratiques individuelles, collectives ou encore rituelles. Cette évolution, souvent qualifiée de nécessaire, a permis d’étendre le champ d’application de la sémiotique à d’autres sémiotiques-objets qui n’était pas visées par le passé et d’enrichir les bases théoriques de notre discipline. La limite, arbitrairement introduite, entre l’univers textuel et celui des objets, des pratiques ou encore des contextes est aujourd’hui bien moins précise.

Le statut disciplinaire de la sémiotique offre à cette dernière une place un peu à part dans le monde des sciences humaines et sociales. S’affranchissant dans une certaine limite de la tutelle linguistique et philosophique, la sémiotique s’est développée en s’appliquant à des objets, qui n’avaient pas pour intention première de communiquer, tel un paysage. La place de la sémiotique dans le champ des sciences humaines est centrale car elle permet la traductibilité entre les différents systèmes et elle constitue, d’une certaine manière, la méthodologie des sciences humaines qu’elle appréhende comme autant de systèmes signifiants. De manière générale, la science et les nombreuses méthodes scientifiques ont en commun, dans cette diversité qui les caractérise, un puissant intérêt dans la description et la définition du réel.

 

 

Vin et sémiotique : enjeux et perspectives

Depuis 5 500 ans avant notre ère, le vin est au cœur de la civilisation humaine. Il façonne nos paysages, entoure nos croyances, nos traditions, nos pratiques sociales et envahit nos imaginaires. Universel et à la fois pluriel, il traverse les frontières, les siècles et impose systématiquement sa marque matérielle et immatérielle. Depuis des siècles symbole d’accueil et de partage, il se réinvente sans cesse sous des formes nouvelles ainsi que dans divers usages.

Le vin et les pratiques qui l’entourent sont un terrain de recherche récent mais fécond pour les sémioticiens. De R. Barthes, pour qui « le vin [qu’il qualifie de « boisson-totem »] est senti par la nation française comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses trois cent soixante espèces de fromages et sa culture[xviii]» dans un article intitulé « Le lait et le vin », en passant par l’analyse des étiquettes[xix], du marketing[xx] ou encore des marques de vin jusqu’aux travaux de sémiotique culinaire et syncrétique. Cet objet à la fois usuel, dynamique et luxueux est au centre de nombreuses études mais il n’y a aucun travail sémiotique qui embrasse tout le processus de signification en partant du monde naturel (territoire, terroir, paysage) jusqu’à la pratique de dégustation.

 

L’espace sémiotique du vin se présente comme une intersection de divers ensembles signifiants et notre objet d’étude doit ici être appréhendé comme une « construction » reposant sur un assemblage de sens. Pour la sémiotique, le sens résulte des interactions entre les systèmes de relations qui ne pourraient avoir lieu sans la relation ou plus précisément sans la réunion de deux plans que possède tout langage : le plan de l’expression (le signifiant, l’ensemble des formes de l’expression, la partie perceptible du signe, les interprétants) et le plan du contenu (le signifié, la partie intelligible du signe, le contenu sémantique associé au signifiant).

De plus, comprendre la valeur sémiotique de l’objet vin ne consiste pas en l’identification d’une présumée « signification objectale » mais implique une considération du mode de production du sens (la façon dont le vin provoque des significations et par conséquent des interprétations) et une mise en lumière des relations intersémiotiques c’est-à-dire des réseaux et des articulations internes et externes.

En guise de prémisse à une analyse sémiotique complète de l’univers viti-vinicole, et dans l’optique de démontrer l’apport de notre méthodologie de recherche à l’analyse d’un objet culturel aussi complexe, nous pourrions nous demander comment s’effectue la circulation du sens à partir du paysage (et les propriétés principalement visuelles du monde naturel) en passant par la bouteille et jusqu’aux commentaires de dégustation (activité de par nature poly-sensorielles) ?

Il semblerait que le passage d’une composante à l’autre s’articule principalement grâce à un concept médiateur appelé « terroir ».

Le lexème « terroir » est un ancien mot français, très souvent sans équivalent dans d’autres langues, qui désigne une étendue limitée de terre considérée du point de vue de ses aptitudes agricoles (Dictionnaire Robert, 2009). D’après l’Organisation Internationale de Vigne et du Vin (OIV)[xxi], le « terroir » vitivinicole est un concept qui se réfère à un espace sur lequel se développe un savoir collectif des interactions entre un milieu physique et biologique identifiable et les pratiques vitivinicoles appliquées, qui confèrent des caractéristiques distinctives aux produits originaires de cet espace. Le « terroir » inclut ainsi des caractéristiques spécifiques du sol, de la topographie, du climat, du paysage et de la biodiversité mais également le travail de l’homme.

Premièrement, certaines caractéristiques du monde naturel viti-vinicole sont présentes sur la bouteille à la fois dans la forme (chaque région possède historique une forme particulière de bouteille même si cela tend à s’uniformiser) et sur l’étiquette voire la contre étiquette. En effet, le paysage et par extension le terroir peuvent être convoqués sur l’étiquette :

JE2014BassoImage3

Cette bouteille, issue d’une coopérative, évoque le paysage viticole et le caractère naturel du vin par le biais d’un terroir particulier. Nous pouvons, sur le plan de l’expression, observer la représentation d’un paysage typique de la vallée du Rhône sous forme d’un tableau ou d’une aquarelle.

JE2014BassoImage2Dans ce deuxième exemple, l’étiquette désigne également le vin par l’intermédiaire du paysage (et donc d’une partie terroir) qui semble ainsi avoir un statut analogue au sein du couple nature/culture. La bouteille et l’étiquette forment ainsi un réel packaging à des fins commerciales orientant le produit vers des valeurs de typicité.

Le monde naturel vitivinicole est ainsi présent à différents niveaux de l’axe syntagmatique de l’univers du vin et sous différentes formes. A présent, voyons comment ce dernier est invoqué dans les commentaires de dégustation.

Telle qu’elle est définie par le Conseil de la langue française, la dégustation est « une opération consistant à expérimenter, analyser et apprécier les caractères organoleptiques et plus particulièrement les caractères olfacto-gustatifs d’un produit. Elle peut être plus ou moins analytique et détaillée, c’est-à-dire tendre à décomposer ses caractères en éléments simples, à rattacher tel ou tel goût à telle substance ou ensemble de substances de référence (dégustation analytique). Elle peut être au contraire plus ou moins globale, c’est-à-dire tendre à exprimer le plaisir ou le déplaisir ressenti (dégustation hédonique)[xxii]  ».

Nous retrouvons, au sein des commentaires de dégustation (présents à la fois dans les ouvrages et revues spécialisés et même parfois sur la contre-étiquette) de nombreuses figures de style, telles que des métaphores et des métonymies traditionnellement employées dans des discours poétiques, qui renvoient subtilement au domaine naturel et aux valeurs sous-jacentes et qui nous renvoient, tout comme les étiquettes, aux propriétés organoleptiques des vins.

« A 2km du château de Malromé, le château de Cappes veille sur un vignoble de 20ha, dont les vendanges de merlot et de cabernet-sauvignon, assemblés à parts égales, ont produit ce bordeaux rouge profond, au bouquet naissant de fleur de vigne et de violette. La bouche ample laisse encore percevoir un rempart de tannins, avant de s’achever dans la gamme épicée. Une bouteille qui trouvera son élégance après une garde de cinq ans. (Notice « Château de Cappes 2000 », Le guide Hachette des vins 2003, p. 183[xxiii]).

La construction sémiotique de notre objet d’étude repose sur l’éventualité de ces “passages” d’une composante à l’autre, du monde naturel vitivinicole à la bouteille ou encore du monde naturel vitivinicole à la pratique de dégustation. Dans l’exemple cité ci-dessus, ce « passage » est une métonymie, entre le château de Cappes vieille et les tannins.

La mise à jour des valeurs sémiotiques de l’objet « vin » implique de dégager des articulations, des agencements, des relations et des réseaux (internes et externes) tissés le plus souvent dans des pratiques. Le travail du sémioticien consiste donc à dégager des catégories différentes de signes et des lois propres d’organisation qui permettent de décrire certaines conditions dans lesquelles se développent les pratiques signifiantes. Cet outil méthodologique offre la possibilité d’étudier et de rendre compte d’un « chaos » d’observations hétérogènes et d’unifier certains phénomènes dans cette nébuleuse qu’est l’univers du vin.

Cet article laisse entrevoir la possibilité d’une mise à jour puis d’une analyse des processus sémiotiques et des interrelations entre les différentes performances signifiantes. Un travail de recherche en cours[xxiv] se concentre ainsi sur la mise à jour des opérations de transposition sémiotique les plus problématiques et donc les plus intéressantes d’un point de vue analytique afin de comprendre les mécanismes de conversion et d’intégration entre niveaux, qu’il s’agisse d’internalisations ou d’externalisation. En effet, il semble que chaque propriété externe par rapport à une sémiotique-objet soit une propriété interne pour une autre au sein d’un parcours sémiotique d’une hétérogénéité remarquable.

Annexes :

 

 

JE2014BassoImage1

Bibliographie :

BARTHES, R., Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

BORBIE, F., Qu’est-ce qu’une marque de vin ? Approche sémiotique du développement comparé des vins européens, australiens, sud-africains, américains et chinois In La revue des sciences de gestion, n°242, 2010.

DION, R., Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle, Flammarion, 1990.

ECO, U., La structure absente, Introduction à la recherche sémiotique, Paris, Mercure de France, 1972.

FLOCH, J-M. Sémiotique, marketing et communication. Sous les signes, les stratégies. Paris : PUF. 1990.

FONTANILLE, J., Pratiques sémiotiques, PUF « Formes sémiotiques », 2008.

GREIMAS, A.J., Du sens, Paris, Editions du seuil, 1970.

GREIMAS, A. J. ET COURTES, J. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Paris : Hachette, 1993.

HENAULT, A., Questions de sémiotique, PUF, 2002.

JEANNERET, J., SOUCHIER, E., L’étiquette des vins : analyse d’un objet ordinaire In: Communication et langages. N°121, 3ème trimestre 1999.

JOLY, M., Introduction à l’analyse de l’image, Broché, 2014.

KLINKENBERG, J-M., Précis de sémiotique générale, Bruxelles, De Boeck & Larcier S.A., 1996.

ORIGGI, G. & DARBELLAY, F, Repenser l’interdisciplinarité, Broché, 2009.

[i] ONFRAY M., Les formes du temps : Théorie du sauternes, Lgf, 2009.

[ii]  Cf. annexe.

[iii] Voir par exemple :

– JEANNERET, Y. & SOUCHIER, E., L’étiquette des vins : analyse d’un objet ordinaire, In : Communication et langages. N°121, 3ème trimestre 1999, p. 74.

-SIMMONET-TOUSSAINT, C., LECIGNE, A., KELLER, P-H., Les représentations sociales du vin chez de jeunes adultes : du consensus aux spécificités de groupes, Bulletin de psychologie, n°45, 2005, p. 535.

-LEROYER, P., & GOUWS, R., En termes de vin : lexicographisation du guide œnotouristique en ligne, In : Revue française de linguistique française appliquée, Vol. XIV, 2009, p.100.

-PINTO, M-P., MOUTAT, A., TSALA EFFA, D., Le vin en bouteille : de l’emballage au packaging, lecture sémiotique et marketing, In : Journées d’études : Figures et images dans le discours sur le vin en Europe, Dijon, 2010, p.121.

-HENNION, A., & TEIL, G., Le goût du vin. Pour une sociologie de l’attention, In : Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique, l’Homme, 180, Les éditions de la MSH, 2006, p.120.

-TADDEI, J-C., Les territoires du vin, L’Harmattan, 2014, p.19.

[iv] ZINNA, A., L’objet et ses interfaces, Rivista dell’ Associazone Italiana di Studi Semiotici on-line, 2004.

[v] MOLES A., Objet et communication. In: Communications, 13, 1969. Les objets. p. 1-21.

Ob-jectum signifie « jeté contre » et renvoie ainsi à l’idée de « chose placée devant ».

[vi] FONTANILLE, J., Pratiques sémiotiques, Paris, PUF, 2008.

[vii] Le vin relève de la classe des objets quotidiens mais possède la particularité de ne pas disposer d’exemplaire(s) unique(s) (le pluriel est-il volontaire ?) stricto sensu, tant pas ses caractéristiques objectives que subjectives. De plus, il a un rapport très particulier avec l’axe temporel : contrairement à la grande majorité des objets vivants du quotidien, le temps n’opère généralement pas sur notre objet d’étude comme une restriction mais contribue et prolonge son processus de création.

[viii] Si nous nous rapportons aux travaux sur la proxémique de E.T. HALL, nous pouvons placer l’objet vin, en fonction de ses pratiques et de son utilisation, au centre des quatre distances spatiales que sont les sphères : publique (plus de 3.6 mètres), sociale (de 1.2 mètres à 3,6 mètres), personnelle (de 45centimètres à 1,2 mètres) et intime (de 15centimètres à 45 centimètres).

[ix]  « Kultur Wissenschaften ».

[x] CASSIRER, E., Le langage, le mythe, l’art, la religion sont des éléments de cet universLogique des sciences de la culture, Cerf, 1991 (1936-1939).

[xi] (Crise de surproduction qui a entrainé l’effondrement du prix des vins).

[xii] HENAULT A., Questions de sémiotique, PUF, 2002.

[xiii] JOLY M., Introduction à l’analyse de l’image, Broché, 2014.

[xiv] GREIMAS, A. J. et COURTÉS J., Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, tome 2, Paris, Hachette, 1986.

[xv] Principe de base du carré sémiotique. Il s’agit de saisir le sens d’un concept en mettant à jour son contradictoire et son contraire. Le carré sémiotique est formé de deux opérations (négation et assertion) et de trois relations (de contrariété, de contradiction et de complémentarité).

[xvi] PEIRCE C.S, Écrits sur le signe, Paris, Seuil, 1978 (vers 1906).

[xvii] « HDTPDS » rappelle que la sémiotique est avant tout une relation concrète à des réalités analysables telles que le sens et les objets signifiants appréhendés comme des textes.

[xviii] BARTHES R., Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 69.

[xix] JEANNERET J., SOUCHIER E., L’étiquette des vins : analyse d’un objet ordinaire In: Communication et langages. N°121, 3ème trimestre 1999. p. 72-85.

[xx] BORBIE F., Qu’est-ce qu’une marque de vin ? Approche sémiotique du développement comparé des vins européens, australiens, sud-africains, américains et chinois, In La revue des sciences de gestion, n°242, 2010.

[xxi] http://www.oiv.int/oiv/cms/index

[xxii] PEYNAUD E., Le goût du vin, Dunot, 1980.

[xxiii] J’emprunte cet exemple à une analyse de J. Fontanille dans un article intitulé « Paysages, terroirs et icônes du vin », L’harmattan, 15 p., 2005.

[xxiv] À venir : N.Basso, Le parcours sémiotique du vin : du cépage à la dégustation.  Deux appellations de référence : Bordeaux et Bourgogne, Thèse de doctorat sous la direction de J. Fontanille, Université de Limoges, CeReS.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search