Saillance, priorité, ambiguïté : la syntaxe et ses évolutions

 Saillance, priorité, ambiguïté : la syntaxe et ses évolutions

 

1 – Une modélisation de l’ambiguïté en langue

 

Nicolas Boileau, dans l’Art Poétique, énonce cette maxime célèbre : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement // Et les mots pour le dire arrivent aisément[i] ». Ce principe, que l’on peut ramener à celui de la « clarté de l’expression », sera le point de départ de nos réflexions. Les grammairiens du xviie siècle, et notamment Vaugelas dans ses Remarques[ii], avaient une certaine « obsession de l’ambiguïté[iii] ». Rien n’était plus contraire à l’esprit de la langue française, croyaient-ils, qu’une expression obscure car « […] on eƒt trompé, & on entend [l’énoncé] tout autrement que ne le veut dire celuy qui l’eƒcrit[iv]. »

Cette « obsession » de la grammaire classique n’est pas absente de la langue moderne, et très régulièrement entend-on dire de certains textes qu’ils sont « ambigus ». Mais qu’entend-on cependant derrière ce terme ? Nous proposons ici, en nous inspirant notamment des réflexions de Pierre Le Goffic[v], de modéliser ce concept afin de cerner notre problématique.

Comme le souligne alors Pierre Le Goffic, « le premier problème de l’ambiguïté est de savoir si un énoncé est ambigu[vi]». Nous allons étudier, rapidement, un énoncé qui ne saurait l’être et qui ne se prête qu’à une et une seule interprétation, du moins, en théorie. Ainsi, dans l’exemple (1) :

(1) Le loup mange les agneaux.

 

Si nous effectuons une analyse formelle et syntaxique de cet énoncé, nous pouvons dire que le loup est sujet du verbe mange, qui a lui-même un objet, les agneaux. Nous le pouvons car :

       – D’une part, le français est une langue positionnelle où l’on s’attend à trouver généralement une structure de type Sujet-Verbe-Objet, surtout dans le cadre de la phrase simple et assertive comme ici.

       – D’autre part, les règles d’accord demandent à ce que le verbe manger soit accordé avec le sujet et que les noms communs soient précédés d’un déterminant précisant leur genre et leur nombre.

Grâce à ces indices syntaxiques, nous inférons une interprétation sémantique de l’énoncé, du type (1a) :

(1a) A1 (le loup) fait une action sur (mange) A2 (les agneaux).

Partant, si nous appelons « SYN » la structure syntaxique de l’énoncé et « INT » son interprétation sémantique, nous aurions un schéma générique du type (2) :

(2) SYN => INT.

Bien évidemment, il est rare qu’un énoncé ait toujours un seul sens. À dire vrai, il s’agit davantage d’un cas particulier que d’une régularité : à chaque instant de la lecture ou du décryptage d’un énoncé, nous résolvons par différents moyens des « micro-ambiguïtés » syntaxiques (voire sémantiques, mais nous nous plaçons ici surtout d’un point de vue formel). De plus, un énoncé peut être considéré, d’un point de vue linguistique, comme ambigu ou source d’ambiguïté mais ne pas avoir pour autant provoqué d’équivoque lors de la performance langagière : aussi, il convient plutôt de considérer que « [d]ire qu’un énoncé est ambigu, c’est considérer qu’à un stade donné (généralement au terme du processus de compréhension) il subsiste des problèmes non résolus, des facteurs d’incertitude ou d’indétermination non levés[vii]. »

Quoi qu’il en soit, si l’on se place au plus haut point de l’analyse, « un énoncé (une phrase) est ambigu quand il possède une description (représentation) à un niveau donné, et deux ou plusieurs descriptions (représentations) à un autre niveau[viii]. » Si nous reprenons alors notre modèle précédent, à une structure de surface SYN correspondrait (au moins) deux interprétations sémantiques.

(3) SYN => INT1

               => INT2

Nous nous plaçons ici dans le cadre où ces deux interprétations sont construites à partir de deux lectures différentes de la structure syntaxique primordiale. Pour illustrer cela, considérons (4) :

(4) Je mets l’assiette sur la tasse et je la casse.

Toute l’ambiguïté, ici, réside dans l’antécédent, ou le substantif repris, par le pronom objet la. Renvoie-t-il à assiette et doit-on alors analyser (4) comme (4a) :

(4a) Je mets l’assiette sur la tasse et je casse l’assiette.

Ou à tasse (4b) :

 

(4b) Je mets l’assiette sur la tasse et je casse la tasse.

Les deux interprétations sont acceptables car la seule indication syntaxique existante ici concerne le genre et le nombre du référent repris : puisqu’ils sont tous deux au féminin singulier, nous ne pouvons véritablement trancher. Aussi, même si l’énoncé ne varie point, nous avons en réalité deux lectures syntaxiques, chacune invitant à produire une interprétation sémantique distincte.

 

(5) ÉNONCÉ (4)    => SYN1 (4a) => INT1

                             => SYN2 (4b) => INT2

 

C’est à ce type d’énoncé, susceptible de produire deux interprétations, auquel nous nous intéresserons ici. Plus particulièrement, nous allons considérer des énoncés tels (6) et (7) et mettant en jeu des pronoms relatifs :

(6) Je parle du fils de Paul, qui/lequel a fait tant de mal.

(7) C’est la maison de Marie, qui/laquelle est fort belle.

Dans ces deux phrases, le pronom relatif qui ou lequel exige de reprendre un substantif auparavant cité. L’analyse hésite alors : doit-on reprendre fils ou Paul dans (6), maison ou Marie dans (7) ? La chose est d’autant plus compliquée qu’aucun indice sémantique dans les subordonnées introduites a fait tant de mal et est fort belle peut nous aider à trancher : dans le premier cas, autant le fils que le père peuvent être mauvais, dans le second, autant une maison qu’une personne peuvent être belles. Choisir, de même, le pronom-déterminant lequel, concurrent de qui qui peut, par sa morphologie particulière, lever certaines de ces ambiguïtés en apportant des précisions de genre et de nombre absentes de qui, n’est d’aucune aide.

Il faut cependant pondérer l’impression donnée par ces exemples forgés. Comme le précise Pierre Le Goffic toujours : « il n’y a pas d’ambiguïté qui ne puisse être levée par un contexte adéquat, et l’idée d’une ambiguïté insoluble n’est qu’une chimère[ix]. ». Autrement dit, quand bien même pourrait-il exister, d’un point de vue ponctuel, une ambiguïté potentielle, les locuteurs, comme nous le verrons plus loin, peuvent toujours faire appel à tout un faisceau d’indices pour résoudre certains problèmes interprétatifs.

Les deux hypothèses, cependant, que nous présenterons et défendrons ici, concernant tout du moins ces structures comme en (6) et (7), sont les suivantes :

       – Premièrement, même sans contexte, les locuteurs exploitent certaines préférences d’analyse qui permettent, à la lecture même, de privilégier une interprétation plutôt qu’une autre.

       – Deuxièmement, ces préférences d’analyse ont évolué sensiblement avec le temps et notamment entre la période classique et la période contemporaine, et ont partie liée avec toute une représentation de l’énoncé et du continuum textuel.

 

2 – Les « structures imaginaires »

Ce type de structure, du type [N1 de N2 qui] se trouve régulièrement dans les textes, comme en témoignent les occurrences suivantes (8), (9) :

(8) « Avec des travaux estimés à 7 millions à l’ambassade, nous en tirerions une soulte (un gain) de 7 à 10 millions, que l’on pourrait affecter à d’autres travaux sur nos bâtiments dans le monde » assure, sans se démonter, un fonctionnaire de la Direction des affaires immobilières du Quai d’Orsay. Qui admet toutefois qu’il faudra aussi chiffrer la baisse d’activité de l’Institut due au transfert, ainsi que le coût de la rupture des conventions avec le cinéma et le restaurant… (Canard enchaîné, n°4839, 2013, p.5)

 

(9) […] [il] me conviait à manger ma part de la chair de son ennemi, qui se trouverait accompagné le lendemain de quatre perdrix chez une menuisière du bourg, qui était de ses bonnes amies et qui nourrissait chez elle une nièce qui n’était pas trop désagréable (T. L’Hermite, Le Page disgracié, Paris, Folio Classique, 1643 [1994], p.240)

 

Et nous observons les mêmes choses avec lequel, concurrent de qui (10), (11). Le choix de l’un et non de l’autre n’est pas anodin cependant, comme nous le verrons par la suite.

(10) Ce qui n’est pas seulement a desirer pour l’invention d’une infinité d’artifices, qui feroient qu’on jouiroit sans aucune peine des fruits de la terre, et de toutes les commoditez qui s’y trouvent : Mais principalement aussy pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien, et le fondement de tous les autres biens de cete vie : Car mesme l’esprit depend si fort du temperament, et de la disposition des organes du cors, que s’il est possible de trouver quelque moyen, qui rende communement les hommes plus sages, et plus habiles qu’ils n’ont esté jusques icy, je croy que c’est dans la Medecine qu’on doit le chercher. (R. Descartes, Le Discours de la Méthode, Paris, Fayard, Cote Frantext S581, 1637, p.55-56)

(11) Ce dernier avait déjà eu la riche idée, à la fin des années 80, alors qu’il était simple adjoint à l’urbanisme, de vendre cet hôtel particulier au CNPF du Gard, prédécesseur du Medef local. Lequel a fini par le céder, cette année, à l’un de ses membres influents et grand promoteur du coin, le dénommé Alain Penchinat, et sa société familiale Les Villégiales. (Canard enchaîné, n°4843, 2013, p.2)

 

Cette série d’occurrences, similaires dans le fait que l’antécédent du pronom relatif qui/lequel est inclus dans une structure du type [N1 de N2], pose un problème d’analyse concernant l’identité du substantif antécédent. Si, parfois et comme en (9), un indice dans la proposition subordonnée permet de retrouver le bon antécédent grâce à sa morphosyntaxe ou son sémantisme (ici le participe passé accompagné qui permet de se fixer sur l’antécédent ennemi), ce n’est pas le cas des autres exemples, même en présence d’un co(n)texte élargi. L’alternance, cependant, entre qui et lequel au sein de ces structures nous invite à croire qu’il y a bien là une spécialisation syntaxique de ces deux objets, puisqu’il ne saurait exister de concurrents ou de synonymes parfaits dans la langue, à quelque niveau que ce soit, chaque permutation créant de la déformation[x].

Afin d’appuyer nos hypothèses, nous avons effectué un grand nombre de relevés et d’analyses, les unes à l’époque classique, les autres à l’époque moderne, afin d’observer s’il existait effectivement un prototype, soit une interprétation préférentielle des locuteurs pour ces structures particulières[xi]. Nous avons donc analysé des occurrences où le contexte permet, a contrario des exemples donnés ici, de lever après coup l’équivoque en monnayant une lecture à rebours de l’énoncé. Nous avons ainsi pu déterminer qu’en français classique, dans l’enchaînement du type [N1 de N2 qui], qui renvoie préférentiellement à N2 ((9), mon ennemi), alors qu’en français moderne, il renvoie à N1 ((8), un fonctionnaire…).

À l’inverse, pour un enchaînement de type [N1 de N2, lequel], lequel reprend préférentiellement N1 à l’époque classique ((10), conservation), et N2 à l’époque moderne ((11), du MEDEF local).

(12)        xviie siècle :      N1 de N2, qui => N2, lequel => N1

               FM :                N1 de N2, qui => N1, lequel => N2

 

Autrement dit, même sans présence d’un contexte élargi, à l’emploi de cette structure en particulier, les locuteurs ont préférentiellement tendance à suivre un patron d’analyse spécifique. Il est intéressant de replacer alors ce canevas dans une théorie plus vaste de la construction du continuum textuel, ce que nous allons tâcher de faire ici par l’intermédiaire de la notion de structure imaginaire.

La notion de structure imaginaire, dans la terminologie de Gilles Siouffi[xii], renvoie principalement à l’opposition saussurienne entre langue et discours. Dans cette opposition, la langue est un système abstrait de signes, de règles, de codes alors que le discours est l’actualisation, par l’écrit ou par l’oral, de ce code. La structure imaginaire est, précisément, l’un des lieux de passage de l’un à l’autre. Il s’agit d’une représentation de la langue que les locuteurs appliquent au discours pour le décrypter et l’interpréter.

C’est-à-dire qu’au-delà des règles et de la norme qui sont explicitement édictées et qui permettent au discours d’exister, les locuteurs exploitent de façon inconsciente souvent une série de concepts tacites qui les aidera à l’interpréter. Il en existe nombre, mais ceux qui nous intéressent ici sont les notions de saillance et de priorité syntaxique qui fonctionnent de concert.

Le terme de priorité, peut-être le plus évident à saisir d’instinct, se définit[xiii] comme étant l’élément de l’enchaînement phrastique (ou périodique pour l’époque classique) qui sera préférentiellement choisi lors d’une reprise anaphorique. Ce principe de priorité est intimement lié au principe de saillance syntaxique, qui est, quant à lui, l’ensemble des mécanismes et des structures syntaxiques qui permet à un élément de l’enchaînement phrastique (ou périodique) d’avoir une haute accessibilité de reprise anaphorique, autrement dit, qui sera considéré comme prioritaire dans l’interprétation du continuum textuel.

Ainsi, le nœud du problème, ici, est de déterminer ce qui, dans les structures [N1 de N2], permet de donner à N1 ou à N2 le caractère [+prioritaire] ou [+saillant]. Afin de déterminer cela, il nous faut nous intéresser alors plus précisément à la construction du continuum textuel, à ses caractéristiques et surtout à la façon dont il est perçu en diachronie par les locuteurs.

3 – Linéarité et hiérarchisation du continuum textuel

 

Si nous reprenons des éléments théorisés par Noam Chomsky[xiv] et par Émile Benveniste[xv], le discours, et notamment le discours écrit, est tiraillé entre deux niveaux d’analyse qui doivent être considérés simultanément malgré leurs tensions :

                   – Le premier niveau est celui de la linéarité du texte. Le support écrit exige une spatialisation de ses éléments faite d’avant ou d’après. Qu’on lise de gauche à droite, de droite à gauche ou d’autres façons encore, la langue se construit de façon continue et linéaire. Nous lisons les mots les uns après les autres dans un ordre immuable, et cet ordre est signifiant. Cela est on ne peut plus vrai pour les langues positionnelles comme le français (1), mais on retrouve également ce principe par exemple en latin : quand bien même le système casuel permettrait de reconstituer la structure syntaxique de la phrase, l’ordre des mots, bien que libre, n’est pas indifférent et les interprétations varient entre deux phrases présentant les mêmes constituants mais organisées différemment.

                   – Le second est celui de la grammaire et de la syntaxe, et notamment de la façon dont certains éléments vont régir, ou commander, les autres. La préposition commande le GN qui suit ; le sujet dicte l’accord du verbe, et ainsi de suite. Aussi, nous avons là une logique de hiérarchie qui peut ne pas suivre la linéarité du texte.

Après la disparition du système casuel de l’Ancien français, la tendance globale de la langue, accélérée par les locuteurs et observée par les grammairiens, a été de concilier ces deux aspects. L’ordre linéaire du tissu textuel devait correspondre, autant que faire se pouvait, à l’ordre grammatical. Grossièrement, cela exigeait de placer constamment les éléments « régis » directement à la suite des éléments « régissants ».

Cette tendance, notamment décrite par Gilles Siouffi[xvi], est apparue semble-t-il afin de contrecarrer « l’exubérance » du Moyen français qui pouvait, à la façon du latin ou de l’Ancien français, espacer sensiblement ses constituants, ce qui donnait une écriture « entortillée et fleurie » qui demandait au lecteur de reconstruire constamment la syntaxe de l’énoncé (et ce notamment pour des effets de style[xvii]).

En ordonnant cette règle dite « de proximité », la syntaxe devenait plus claire, le texte plus compréhensible, et la langue française s’approchait d’un idéal de beauté propre à « l’ordre de la pensée[xviii]. » Il est possible de résumer alors les choses en disant qu’en français classique linéarité textuelle et priorité d’analyse vont de pair. Si nous reprenons alors le modèle donné plus haut (12), nous pouvons donc considérer que qui est le pronom « non-marqué », car il reprend d’office le substantif le plus saillant, alors que lequel est le pronom « marqué », reprenant, au contraire, le moins saillant. C’est ce que notait déjà Vaugelas dans ses Remarques, son impression de grammairien confirmant un fait de discours observable, du moins dans ces cas particuliers d’équivoque où le contexte ne peut guider l’interprétation.

Exemple, C’est un effet de la divine Providence, qui est conforme à ce qui nous a esté prédit. Je dis que ce premier qui, se rapporte à effet, & non pas à Providence, & neantmoins comme de sa nature il se rapporte au plus proche, on auroit sujet de croire, qu’il s’y rapporteroit en cét exemple, ce que toutefois il ne fait pas […] C’est pourquoy au lieu de qui, il faut tousjours mettre lequel, & dire, c’est un effet de la divine Providence, lequel, &c[xix].

Cependant et comme nous l’avons indiqué, ce modèle évolue avec le temps. Puisque qui, comme il demeure le pronom relatif non-marqué car (notamment) le plus fréquent en langue, s’associe toujours au substantif [+saillant], et que lequel, à l’inverse, étant marqué, reprend le [saillant], cela nous permet de considérer que dans la langue moderne et au contraire, c’est la hiérarchisation des syntagmes qui dicte leur priorité d’analyse. Autrement dit, le locuteur contemporain a tendance à reprendre le substantif régissant et non le substantif régi. C’est déjà ce qu’observaient Keenan et Comrie dans un célèbre article[xx], et c’est un phénomène régulièrement rencontré dans les langues qui possèdent des structures assimilées aux subordonnées relatives.

Il y a peu d’hypothèses, cependant, sur les raisons ayant conduit à ce renversement ou à cette permutation concernant la langue française. Si l’on peut observer dans le discours de la grammaire française l’instant où la modification s’accomplit (par exemple, l’abbé Régnier-Desmarais[xxi] propose une toute autre analyse de la phrase C’est la misericorde de Dieu qui nous a sauvez et considère que qui renvoie à misericorde, et non à Dieu) et si les études, notamment, de Nathalie Fournier[xxii], référencent et décrivent fort bien cette évolution des préférences d’analyse des locuteurs par l’intermédiaire de la construction même du continuum textuel et de la dynamique anaphorique, nous avons peu d’élément sur le « pourquoi ». Selon Gilles Siouffi[xxiii], la conception linéaire de l’énoncé aurait obligé les auteurs à veiller constamment et mot à mot à la compréhension de leur texte, ce qui est en réalité un processus impossible à mettre en œuvre : toute interprétation d’un énoncé exige la résolution de « micro-ambiguïtés » successives[xxiv] et l’on ne peut en réalité jamais construire un énoncé un tant soit peu complexe sans trouver de façon artificielle mille problèmes interprétatifs.

Cette artificialité aurait alors contraint les locuteurs, en quelque sorte, à revenir vers une pratique langagière moins normative, sans toutefois retrouver l’exubérance du Moyen français : l’idéal presque politique de la langue française était passé par là, mais cela sort de notre analyse linguistique[xxv]. Ce phénomène témoigne cependant de la plasticité de la notion de structure imaginaire et révèle que celle-ci évolue et a évolué au fur et à mesure du temps : à la fin de la période classique, c’est le principe de hiérarchie qui prime sur la vision linéaire du continuum textuel.

4 – Saillance, priorité, ambiguïté… et exceptions

 

Ce rapide panorama effectué, nous aimerions revenir sur les quelques remarques faites ici et les nuancer. Car, à la lecture de ces notes, l’on pourrait croire, rapidement, que les choses sont très simples : au xviie siècle, ainsi, qui reprend le substantif le plus proche, lequel le plus lointain ; et après cela, qui reprend le plus lointain, lequel le plus proche. Et pourtant, nous avons les exemples (13) et (14), qui remettent en cause ce principe, du moins en français classique :

(13) […] [il] me conviait à manger ma part de la chair de son ennemi, qui se trouverait accompagné le lendemain de quatre perdrix chez une menuisière du bourg, qui était de ses bonnes amies et qui nourrissait chez elle une nièce qui n’était pas trop désagréable (T. L’Hermite, op.cit., p.240)

(14) A peine avait le bond Apollon étendu sur la face de l’ample et spacieuse terre les tresses dorées de ses beaux cheveux, et à grand’peine les petits et diaprés oisillons avec leurs langues mélodieuses avaient salué d’une douce et melliflue harmonie la venue de la rosine Aurore, laquelle abandonnant la délicate couche de son jaloux mari, se montrait aux mortels par les portes et balcons du manchègue horizon, quand le renommé chevalier don Quichotte de la Manche, laissant les plumes paresseuses, monta sur son fameux cheval Rossinante et commença de cheminer par l’ancien et bien connu champ de Montiel. (César Oudin, L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, Édition de Jean Canavaggio, Paris, Folio Classique,1614 [1988], p.74)

 

Et nous pouvons trouver, de même aujourd’hui et à tout moment en réalité de l’histoire de la langue française, des occurrences qui mettent à mal le modèle syntaxique que nous avons présenté et qui trouve pourtant un véritable écho au sein des corpus. Toutes les études cherchant, ainsi, à résoudre ces problèmes relevant du domaine des reprises anaphoriques dans la langue[xxvi] se heurtent aux mêmes constats, à savoir :

                   – La fluctuation des règles et des structures imaginaires observées. Ces phénomènes nous ramènent au fait qu’il n’existe pas de « mathématiques de la langue », et que ce qu’on appelle en réalité « règle » ne renvoie qu’à une tendance majoritaire du discours, qui peut certes permettre de prédire certaines constructions et interprétations syntaxiques, mais qui ne peut parfaitement éliminer les exceptions qui ne sont, en réalité, que des phénomènes certes minoritaires, mais vivaces dans le système et qui ne portent ce nom que vis-à-vis de cette norme artificielle[xxvii].

                   – L’interconnexion des différents niveaux de l’analyse linguistique, le système étant multidimensionnel : jamais les locuteurs ne se rattachent qu’à la seule syntaxe pour interpréter les structures de la langue, et ils font appel à de nombreux indices pour parvenir à leurs fins, tels le sémantisme de l’occurrence (13) ou les propriétés intrinsèques des antécédents repris (14). De là, il est impossible de mener une étude linguistique qui n’opérerait qu’à un niveau purement syntaxique, ou sémantique, ou référentiel, ou stylistique… sans prendre en compte l’ensemble du système, dans toute sa complexité et dans toutes ses nuances[xxviii].

Ces deux principes font la difficulté, mais également la richesse, de la discipline linguistique. Le problème présenté dans cet exposé en a donné une illustration : et si notre connaissance de la langue et de ses mécanismes s’enrichit constamment, nous ne pourrons jamais qu’approcher la vérité, sans la toucher parfaitement.

 

Goux Mathieu

« Le pronom-déterminant lequel en français préclassique et classique (1580-1720) : de la langue au discours »

Dir : Nathalie Fournier et Denis Vigier

GRAC (Lumière Lyon II) et ICAR (ENS Lyon).

[i] Chant 1, 1674.

[ii] C.F. de Vaugelas, Remarques sur la Langue françoise (fac-similé de l’édition originale),Genève, Droz, 1647 (1934).

[iii] G. Siouffi, « Quelques remarques sur la phrase au  xviie siècle », in J, Dürrenmatt et C., Rannoux (dir), La Phrase. Mélanges offerts à Jean-Pierre Seguin, Poitiers, La Licorne, 1997, p. 233 – 243 (p.237).

[iv] C.F. de Vaugelas, op.cit., p.113.

[v] P. Le Goffic, Ambiguïté Linguistique et activité de langage.Contribution à une étude historique et critique des conceptions sur l’ambiguïté du langage et à l’élaboration d’une théorie linguistique de l’ambiguïté, avec application au français, Thèse de doctorat d’état préparée sous la direction de Monsieur le Professeur A. Culioli, Paris, Université de Paris VII, 1981.

[vi] Ibid., p.179.

[vii] Ibid., p.197.

[viii] Ibid., p.182.

[ix] Ibid., p.197.

[x] C. Fuchs, La Paraphrase, Paris, Presses Universitaires de France, 1982, p.9.

[xi] Ce relevé se fonde sur un corpus de textes littéraires de 6 096 881mots. Les textes sont issus des bases Frantext et Gallica, et les occurrences ont été relevées et analysées manuellement.

[xii] G. Siouffi, Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, 2010.

[xiii] N. Fournier, « Norme et usage de l’anaphore pronominale en français classique : principe de proximité et principe de saillance du référent », in J. Baudry et P. Caron (dir.), Problèmes de Cohésion syntaxique de 1550 à 1720, Limoges, PULIM, 1998a, p. 191 – 214, et « La gestion des anaphoriques en discours au xviie siècle : l’exemple du Cardinal de Retz », in O. Bertrand et al. (dir.), Discours, Diachronie, stylistique du français. Études en hommage à Bernard Combettes, Bern, Peter Lang, 2008, p. 325 – 341 (328 sq.).

[xiv] N. Chomsy, Aspects de la Théorie syntaxique, traduit de l’anglais pas Jean-Claude Milner, Paris, Éditions du Seuil, 1965 (1971).

[xv] É. Benveniste, Problèmes de Linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966.

[xvi] G. Siouffi, op. cit.

[xvii] A. Lorian, Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, Paris, Klincksieck, 1973, p.228 sq.

[xviii] D. Bouhours, Entretiens d’Ariste et d’Eugène. Dialogues, Paris, Honoré Champion, 1671 (2003), p.55.

[xix] C. F. de Vaugelas, op.cit., p.115 – 116.

[xx] E. L. Keenan et B. Comrie, « Noun, Phrase, Accessibility and Universal Grammar », in Linguistic Inguiry, vol.8, n°1 d’hiver 1977, Cambridge, MIT Press, 1977, p. 63 – 99.

[xxi] Abbé Régnier-Desmarais, Grammaire Françoise, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1706, p.284.

[xxii] N. Fournier, « Quelques problèmes concernant l’anaphore et les marqueurs anaphoriques dans Nicomède », in L’Information grammaticale n°76 de janvier 1998, Louvain, Peeters, 1998b, p. 25 – 28 et N. Fournier, op.cit.

[xxiii] G. Siouffi, op.cit., 2010, p.77.

[xxiv] P. Le Goffic, op.cit., p.197 – 200.

[xxv] Pour une étude de ces phénomènes, voir notamment A. Collinot et F. Mazière, Un Prêt à parler : le Dictionnaire, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 15 sq.

[xxvi] Pour n’en citer qu’un petit nombre : G. Kleiber, Problèmes de Référence. Descriptions définies et nom propres, Paris, Klincksieck, 1981 ; M.-J. Reichier-Beguelin, « Anaphore, cataphore et mémoire discursive », dans Pratiques n°57 de mars 1988, Metz, Cresef, 1988, p. 15 – 43 ; D. Apothéloz, Rôle et Fonctionnement de l’anaphore dans la dynamique textuelle, Paris, Droz, 1995 ; F. Corblin, Les Formes de reprise dans le discours. Anaphores et chaînes de références, Genève, Droz, 1995 ; N. Fournier, art. cit., 1998b ; M. Charolles, La Référence et les expressions référentielles en français, Paris, Ophrys, 2002.

[xxvii] Le Goffic, op.cit., p.197.

[xxviii] Ibid., p.199.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search