Soutenance de thèse de Mélanie Guérimand

 Grand théâtre de Lyon

Mélanie Guérimand

Soutiendra publiquement sa thèse intitulée :

Les programmations du Grand-Théâtre de Lyon (1815–1848) :
une identité en construction ?

Vendredi 23 mai à 14h
À l’université Lumière Lyon 2, amphithéâtre Jean-Baptiste Say
(16 quai Claude Bernard, bâtiment D, 69007 Lyon).

 

Devant un jury composé de :

M. Olivier Bara, professeur des universités — Université Lumière Lyon 2

M. Hervé Lacombe, professeur des universités — Université Rennes 2

M. Denis Reynaud, professeur des universités — Université Lumière Lyon 2 (directeur de thèse)

M. Patrick Taïeb, professeur des universités — Université Paul Valéry Montpellier 3

 

Résumé de la thèse

Depuis le début du Premier Empire, la création artistique française est régentée, à quelques exceptions près, par les théâtres de Paris. À l’instar de bon nombre de scènes provinciales, le Grand‑Théâtre de Lyon est contraint, à défaut de pouvoir proposer des œuvres locales, de composer ses programmations lyriques en fonction des productions de la capitale et de construire son affiche en prenant pour modèles celles de l’Opéra et de l’Opéra‑Comique.

À l’aide des différents témoignages retrouvés dans les textes de presse de l’époque, cette étude s’interroge sur l’identité des programmations du Grand‑Théâtre de Lyon entre 1815 et 1848. Qu’il s’agisse de la représentation de ce répertoire ou de sa réception, les performances des artistes et les jugements des spectateurs lyonnais sont influencés par les succès de la capitale : les programmations de la Restauration laissent la part belle à l’opéra‑comique ainsi qu’aux compositeurs de l’Ancien Régime et de l’Empire ; celles de la Monarchie de Juillet se renouvellent avec le grand opéra et s’enrichissent d’ouvrages donnés en version originale et de traductions d’opéras étrangers. Mais, bien que la composition et la réussite des saisons soient largement tributaires de la référence parisienne, il existe une identité des programmations lyonnaises, qui est à chercher dans l’originalité du cadre spécifique que constituent l’économie du Grand‑Théâtre et les prescriptions de la presse locale.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Une réponse sur “Soutenance de thèse de Mélanie Guérimand”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.