Cartables d’école et cinéma : entre goût, intégration et socialisation

Noelle fontaine image

L’enfant au regard des évolutions sociales

Les décennies cinquante et soixante retiennent notre attention pour plusieurs raisons. La mortalité baisse comparé au début du siècle grâce, entre autres, au développement progressif de la protection sociale sous forme de lois successives et à l’application d’une meilleure hygiène de vie. La croissance économique et les avancées technologiques entraînent de meilleures conditions de logement ainsi qu’une optimisation du temps de travail de la femme au foyer, temps qu’elle va pouvoir réinvestir dans l’éducation de ses enfants. Les sciences humaines et plus spécifiquement la psychologie et la pédagogie imprègnent l’institution scolaire en maternelle et en primaire. La démocratisation de ces disciplines est corrélative de l’expansion de la presse féminine et des ouvrages de vulgarisation. Alain Prost suppose, de plus, qu’elles sont à l’origine d’une émancipation du sentiment envers l’enfant comme envers son propre conjoint et le décrit en ces termes :

«La sexualité, autrefois concession à la nature […] est devenue le langage de l’affection et trouve sa légitimité dans le sentiment […]. On commence à faire du désir de l’enfant le critère de la normalité de l’amour conjugal. Dans les années 50 : on reconnaît désormais qu’on a des enfants pour être heureux[1]».

L’éducation était stricte et distante dans la première moitié du xxe siècle. Stricte parce qu’il fallait préparer l’enfant dès son plus jeune âge à la rudesse de la vie. Distante parce que la mortalité infantile étant élevée, il était rare de forger des liens affectifs précoces avec l’enfant avant sa cinquième année car la douleur de sa perte n’en eut été que plus grande. Puéricultrices et institutrices favorisent désormais l’éveil par la socialisation entre pairs, laissent les enfants courir, jouer, dessiner ; pratiques qui s’instaurent également au sein des familles. Richard Hoggart ajoute, lorsqu’il parle des enfants issus de la classe populaire anglaise des années cinquante, que les parents savent pertinemment bien que ce temps ne durera pas et que cette joie et cette naïveté enfantines peuvent leur être accordés étant donné la vie de labeur qui les attend par la suite[2].

L’école, d’une manière générale, est en mutation durant ces décennies car elle fait l’objet de plus vives préoccupations, d’une part des politiques successives étant donné la conjoncture d’après-guerre, d’autre part des familles qui aspirent à ce que leurs enfants fassent des études[3].

Nous pouvons par conséquent – et suite à cette taxinomie récapitulative – émettre l’hypothèse suivante : ces différents éléments combinés amènent les familles à repenser leurs pratiques éducatives dans un sens qui sied à l’épanouissement de l’enfant. La conjoncture étant globalement plus favorable et la mortalité étant en baisse, des liens affectifs précoces vont se créer entre parents et enfants. L’image de ce dernier se transforme : considéré comme une contrainte dans ses premiers âges au début du siècle, il devient le fruit de l’amour conjugal et un « élément positif » au sein du foyer pour reprendre les termes d’Alain Prost[4].

Les dispositions éducatives actuelles s’inscrivent dans la continuité logique de cette construction sociale et affective, avec peut-être en prime, le désir d’enrichir le capital matériel apporté à l’enfant au sein du foyer.

« A parcourir en perspective quelques textes sur les quinze dernières années, la « famille moderne » est difficile à décrire et plus encore à juger. La seule constante est que les ménages ne cessent d’améliorer leur confort intime, leur « nid », et qu’ils le font surtout pour enrichir l’environnement matériel et symbolique des enfants et des adolescents, qui sont ainsi les premiers bénéficiaires de l’équipement des ménages[5]».

L’amour de l’enfant, qui, on l’a vu, est une construction sociale, va devenir une variable intéressante si l’on se penche sur le matériel scolaire qu’on lui achète. C’est Edgar Morin qui, dès 1972 dans les stars, affirmait, de manière quelque peu digressive, que l’amour, même s’il s’apparente à la niaiserie et s’il est délaissé de ce fait des sociologues, n’est pas négligeable dans l’étude des sociétés parce qu’il en constitue « leur humanité profonde et le cœur même de nos sociétés civilisées[6]. »

Les cartables issus du marché des produits dérivés du cinéma

Nous allons maintenant nous attacher à décrire le marché du matériel scolaire issu de produits dérivés d’oeuvres cinématographiques. Nous délaisserons trousses et manteaux, stylos billes et stylos encre pour nous focaliser plus exclusivement sur les cartables et les sacs à dos. L’offre est abondante en la matière et cela depuis plus de vingt ans. En effet, le secteur, tous produits dérivés confondus, a montré qu’il était très fructueux. Sébastien Denis nous rappelle que Disney fut précurseur en matière de produits dérivés dans les années trente, que la vague de ces produits grimpa en flèche dans les années 80 aux Etats-Unis, « passant de 9,9 milliards de dollars en 80 à 59 milliards en 86 et qu’en France, cette source représenterait aujourd’hui 40 à 50% du financement du secteur de l’animation[7]. »

Néanmoins qu’il s’agisse d’une peluche ou d’un cartable, ces objets répondent à différentes fonctions et donc à différents usages. Pour donner une idée plus précise du marché des cartables et sacs tel qu’il est à l’heure actuelle, il s’est avéré intéressant de parcourir les rayons des grands magasins, des boutiques spécialisées et des sites de vente en ligne durant les semaines qui ont précédé la rentrée des classes. Cette observation faite, on peut affirmer que ces produits ont toute leur place dans les points de vente puisqu’ils représentent en moyenne, tous héros confondus, au moins un tiers de l’offre dans le pire des cas[8].

Les cartables sont très typés. Du point de vue des coloris les dominantes sont le bleu, le rouge et le noir pour les garçons, le rose et plus rarement le mauve pour les filles ce qui marque très nettement et très tôt, de manière symbolique, la différenciation entre les sexes. Ils le sont également du point de vue des œuvres représentées. Les héros présents sur ces cartables proviennent majoritairement de films ou de dessins animés d’action : Spiderman, Batman, Transformers, Power Rangers, Astérix, Dora l’exploratrice, Winx, winnie l’ourson, Mickey, Shrek, Cars…

 Ceci n’a rien d’étonnant à en croire Jean-Michel Guy qui montre que 85% des jeunes ayant moins de 18 ans sont attirés par ce qu’il appelle les films et séries « à grand spectacle » et qu’il définit comme un mélange d’action et d’aventure. Il en conclut par la suite qu’il existe bel et bien une culture cinématographique spécifiquement jeune[9].

Le prix le moins cher de ce type de produit débute dans les environs de neuf euros, la majorité d’entre eux se situent dans une fourchette allant de vingt à quarante euros, et on en trouve, plus rarement pour des sommes allant de cinquante à quatre-vingt euros (Transformers, Mickey), les matériaux de bonne facture utilisés (du cuir notamment) expliquent le prix de vente.

Il est à noter que certains de ces héros font l’objet d’une programmation faible ou reléguée sur les chaînes du câble tandis que d’autres, diffusés tous les matins, apparaissent comme assez rares sur le marché des produits dérivés scolaires. Il n’y a donc a priori pas de corrélation directe entre récurrence de programmation et marketing de vente.

Voici donc la problématique à laquelle je vais tenter à présent d’apporter des éléments de réponse : qu’est-ce qui fait que ces produits dérivés remportent une telle adhésion et comment cet achat entre-t-il explicitement ou tacitement en adéquation avec les exigences des parents et de l’enfant ?

Pour répondre à cette problématique, nous avons mis en place une enquête de terrain dans une école élémentaire publique où plusieurs enfants ont été interrogés sur la base d’un questionnaire à réponses fermées. Ce type de questionnement semblait plus approprié face à des enfants de six ans. Ont aussi été interviewées, plus officieusement, les directrices et maîtresses d’école pour avoir leur point de vue professionnel ainsi que celui, plus personnel, de mères de famille. Enfin, nous avons feuilleté des forums dédiés à l’échange autour du matériel scolaire. L’un d’eux ciblait tout particulièrement les cartables de classe et va servir notre propos. Un échantillon d’une dizaine d’enfants ne suffit évidemment pas à asseoir cette recherche. A la manière de Bernard Lahire lorsqu’il étudie les corrélations entre échec scolaire et pratiques familiales, dans son ouvrage Tableaux de famille[10], il était plus question de se pencher sur quelques portraits d’élèves pour nous permettre d’ouvrir des pistes de réflexion que d’aboutir à une véritable étude statistique. Le fait de n’avoir rencontré que des enfants de milieux populaires constitue une seconde limite de recherche. La variété du corpus et le recours à une bibliographie ciblée permettront cependant d’émettre des hypothèses qui, d’une certaine manière, semblent transcender les classes sociales.

 Jeunesse et cinema

Le cinéma est le plus fédérateur des arts. Dès le plus jeune âge l’enfant et le jeune se tournent vers lui et toute la société leur décerne une technique bien spécifique qu’ils s’approprient et qu’ils apprécient sans peine : l’animation. Ce phénomène se constate assez facilement lorsqu’on se penche sur leur vidéothèque, sur la programmation télévisuelle, sur l’offre cinématographique qui leur est dédiée et, bien sûr, sur leurs cartables ou leurs sacs d’école lorsqu’ils sont encore en maternelle ou en primaire.

Le cinéma et les œuvres que l’on met à leur portée fondent très tôt des goûts susceptibles de créer des affinités par le biais d’une culture commune et, pourrait-on dire communautaire. Celle-ci va socialement servir à dessein les différents partis en présence ; les enfants et leurs parents.

Il est à noter que la grande majorité des élèves qui possédaient un sac à l’effigie d’un héros de film ou de série étaient scolarisés en classe de CP. Ceci n’est pas anodin et c’est à partir de maintenant que les chapitres précédents, sur l’amour de l’enfant, sur les cartables et sur le cinéma vont faire sens commun. En effet l’enfant entre dans la cours des grands et parents et professionnels s’accordent pour dire que cette étape peut être intimidante pour lui. On peut supposer que ce type d’objets, qui n’édifie pas seulement le héros potentiel d’une communauté mais à travers lui l’art le plus fédérateur et dont on sait qu’il appartient à une culture largement partagée, est susceptible de favoriser l’élève à une intégration dans ce nouveau milieu. Les parents, le plus souvent la mère, accordera à son enfant le droit de porter un tel sac pour des raisons qui viendront souvent s’imposer au fait qu’elle n’aime pas personnellement l’esthétique de ce type de produits. Dans le contexte actuel où l’amour et le bien-être de son enfant prime sur tout autre considération, où la socialisation entre pairs à cet âge revêt une certaine importance comme on l’a vu lors du premier chapitre, où le passage à un autre établissement peut être périlleux et où il est légitime que l’enfant cultive des goûts propres à sa communauté, il paraît somme toute logique que la mère se tourne, même à contre cœur, vers ce type de produits étant donné ses propriétés symboliques d’intégration. Laurent Jullier le signifiait déjà de manière générale dans Qu’est-ce qu’un bon film[11] en disant qu’« il y a toujours un enjeu dans l’énoncé public du goût. ».

Les indices d’une socialisation par l’objet dérive

Regardons de plus près deux portraits en guise d’exemple.

L., jeune fille de 6 ans, regarde Dora l’exploratrice le matin avec son petit frère avant de se rendre à l’école. Pour son entrée au CP, sa tante lui a envoyé par colis un sac neuf à l’effigie de « Dora l’exploratrice » et « Babouche », le petit singe qui l’accompagne dans ses aventures. Elle dit parler parfois des épisodes avec ses copines. Ce premier portrait nous rappelle que l’on peut cultiver déjà très tôt le goût d’une oeuvre. Le message passe dans la famille et la tante résidant à l’étranger, décide de lui faire ce cadeau pour lui faire plaisir dans cette nouvelle étape de scolarité. C’est par ailleurs probablement aussi l’occasion de faire quelques économies sur le produit : double avantage donc, un bénéfice affectif comme dirait Jean-Claude Kaufmann, et à moindre coût[12].

A contrario, N. jeune garçon de 7 ans, possède un sac Spiderman mais ni lui, ni sa maman avec qui il vit seul n’ont vu ou lu d’œuvres cinématographiques ou littéraires concernant ce héros. Son sac est de gamme moyenne ce qui nous laisse supposer qu’il n’a pas été choisi par défaut ou par manque de moyens. Et pourtant, la directrice nous confiera par la suite que cette famille est relativement pauvre et qu’il arrive que l’enfant manque d’habillements appropriés lorsque vient l’hiver. Ce cas particulier nous montre en quoi l’achat de ce type d’objet prédomine au point de s’imposer sur d’autres priorités. Il a été acheté pour la rentrée de CP. N. ne parle pas de ce héros avec ses copains mais possède tout de même son sac.

Nous allons continuer à appuyer notre propos en utilisant les dialogues de mères de famille. Pour ce faire, nous utilisons le blog de Sabine, hébergé sous l’enseigne « haut et fort ». Elle l’a appelé « Sabine et associés, le journal interne détonnant d’une entreprise… familiale[13]».

Zorro, son fils, va entrer au CP. Sabine poste un billet le 5 août 2010 qu’elle intitule « le premier cartable… »  et qui concerne l’achat d’un cartable pour son fils. Le voici.

Le premier cartable…

Zorro va entrer au CP en septembre prochain. Oh la vache les devoirs à surveiller, les poésies, au secooouuurs ! Mais là n’est pas le sujet. Qui dit entrée au CP, dit rendez-moi mon tout-petit achat d’un cartable.

Zorro, lundi, il voulait un cartable Cars, mardi il en voulait un Spiderman, mercredi un Batman et moi  de lui répondre, lundi « non !! pas Cars, c’est pour les maternelles » , mardi « non ! pas Spiderman, c’est pour les maternelles ! » et mercredi « non ! pas Batman, c’est pour les maternelles ! »

Arrêtons nous ici pour faire une première remarque : l’argumentation qu’utilise la mère pour convaincre est une argumentation liée à l’âge. Une stratégie est déjà efficiente qui légitime l’achat d’un autre cartable afin de se valoriser en tant que grand ou si l’on préfère de reléguer la maternelle par laquelle on vient de passer, au rang des petits, d’autant plus petits qu’ils portent ce type de cartables.

« Je trouve très laids tous ces cartables/sacs aux couleurs criardes. »

Elle poste la photo d’un premier cartable Spiderman et le commente : « ouuhh ! Pas beau !!! Et puis ces cartables coûtent presque aussi chers que les mignons Tann’s ou Kickers ! ». Elle poste un cartable Tann’s, un cartable Kickers et un second commentaire : «  Ahhhh ils sont beaux !! » Voici comment l’article se fini ;

Zorro les trouve un peu nuls.

Tous ses potes auront un Spiderman ou un Batman sur le dos le 2 septembre.

Il a déjà pas très envie d’aller au CP « va falloir travailler toute la journée ! », alors qu’est-ce que je fais, je lui fais plaize ou j’investis dans la qualité ??? »

Les commentaires qui s’ensuivent étant homogènes, je les ai regroupé pour servir mon argumentation.

– bbflo : fais-lui plaisir !

– Madame zazaofmars : Fais lui plaisir, moi je crois que je vais avoir droit a Buzz l’ eclair

– Marjolie Maman : même dilemme chez moi. je trouve Cars très moche mais mon enfant adore. Hier, j’ai acheté une casquette cars (chez H&M) à contre-coeur mais il la porte tout le temps donc c’est une réussite finalement.  ( A entendre sous forme de réussite affective pour les deux partis)

– Maman@home : C’est important le passage au CP, il devient un grand et je pense que c’est tout aussi important de le laisser décider de son cartable, nous on a eu droit à spiderman, mais on a acheté du solide, bien renforcé… et cette année au CE1 c’était Batman… Les Tann’s ça les tente pas et puis c’est pas notre cartable c’est le leur 😉

Ces commentaires montrent bien la marge de manœuvre dont l’enfant dispose à l’heure actuelle. Cette marge se définit et prend son sens dans l’amour qu’on porte à son enfant, dans le désir d’un plaisir partagé, notre plaisir étant de lui faire plaisir, dans la liberté qu’on lui laisse d’adhérer à des œuvres cinématographiques de son âge et de le faire valoir.

Voici un regroupement d’autres commentaires qui révèlent d’autres enjeux :

BloodyMary : Fais lui plaiz, faudrait pas qu’il passe pour un gros naze devant ses potes, purée c’est que le CP…

Alorom : (imitant les enfants) t’as ton tannsssss
Bon bah spo toi qui va te ridiculiser dans la cour de récré : je vote pour le cartable laid..

Et s’ensuit le commentaire suivant de Miss Brownie.

Miss Brownie :Si ça peut t’aider, TiBiscuit a un cartable « Dragon Ball Z »… C’est moche… et encore, je préfère largement ça à un cartable catch.
Je préfère qu’il soit content avec son cartable DBZ plutôt que de l’entendre râler tous les jours.
Le fils d’une amie vit mal de devoir aller à l’école avec un T-Shirt des rolling stone parce que les autres lui font des réflexions…

Enfin un dernier de « Madame Parle »

Madame Perle : J’avais un Tann’s pour mon entrée en…6 ème!! 10 ans d’analyse ça m’a coûté c’bordel!!:D

La culture commune, si elle peut s’avérer un bon moyen de s’intégrer en communauté, peut tout aussi bien être source d’exclusion. En l’occurrence les mères parlent ici de pressions exercés par les autres enfants. On croirait, une fois de plus, lire Richard Hoggart qui, lorsqu’il parle de conformisme dans les classes populaires montre en quoi le non-respect de certaines règles peut être mal apprécié.

«On a vu que le sentiment de solidarité et d’appartenance au groupe tel qu’il s’exprime dans les classes populaires peut conduire au conformisme : si le groupe est un foyer de chaleur humaine et si la fraternité qu’il suscite permet de surmonter les difficultés de l’existence, il est aussi le lieu d’apparition d’une répression parfois brutale à l’égard de ceux qui, en son sein, sont portés à remettre ses valeurs en question[14]».

Il serait hâtif de dire que la culture populaire est déjà profondément intégrée par les jeunes garçons et les jeunes filles entrant en cours préparatoire au point qu’ils en perpétuent certains aspects. Nous ne nous risquerons pas non plus à parler d’une « nature » spécifiquement enfantine. Néanmoins, il arrive qu’exclure du groupe soit l’une des manières de renforcer le groupe, ce qui irait dans le sens de cette démonstration.

Enfin et toujours dans l’idée d’associer objet, pratiques et école, il est intéressant d’ajouter que l’enfant ramène une part culturellement symbolique des pratiques du foyer à l’école, ce que ne peut pas faire un sac dépersonnalisé. Cela lui permet de créer un pont entre deux univers bien différenciés. Tout se passe comme si l’objet permettait à l’enfant et au parent de distiller de la douceur au changement.

Cette étude nous renseigne sur différents versants d’une culture commune à l’enfance poussée par un rapport particulier que les parents entretiennent avec lui dans la société actuelle. Cette culture, activée en société par certains objets comme les cartables issus de produits dérivés d’œuvres cinématographiques, est susceptible par là même de favoriser l’intégration au groupe, le partage des goûts, le dialogue comme ils peuvent au contraire être source d’exclusion s’ils ne sont pas conformes à une norme établie en fonction des milieux.

L’étude ne s’arrête cependant pas là. Comme le dit Pierre Mayol en l’introduisant par une séduisante métaphore :

«Le conformisme est la corde de l’arc où prend appui la flèche de la rébellion. Pas l’un sans l’autre : c’est de leur alternance que naît l’expérience de l’autonomie qui est comme un compromis entre ces deux extrêmes. Ces pôles opposés ont une sorte de parenté, ils s’envoient des tirs croisés[15]».

Quand bien même vous posséderiez un sac Spiderman, vous ne seriez pas tranquille pour autant. Certains enfants attachent très tôt de l’importance à un héros, à une série ou à un film et tentent de faire reconnaître les qualités supérieures de cette œuvre par rapport à d’autres. Il y a donc d’emblée et dès la classe de CP, des luttes de légitimité de la qualité artistique. Lorsqu’on entend L. s’adresser à R. (Ce sont deux garçons de 6 ans qui sont entrés en CP) afin de lui signifier que « son super héros est le plus fort » et en le justifiant par les superpouvoirs qu’il détient, on prend conscience d’un jugement de la valeur artistique de l’œuvre fondée sur la force supposée des héros. Le doctorant que je suis l’entends, de plus, comme une valorisation de soi à travers la supériorité éprouvée du personnage et ceci nous renvoie directement à la distinction chère à Pierre Bourdieu[16].

Le cinéma est en effet un bon tremplin pour l’affirmation de soi au social et la confrontation des goûts. La culture commune fait office de toile de fond. Amener ses propres goûts à l’école c’est les rendre publiques, c’est potentiellement proposer d’échanger des conversations autour, et c’est donc s’initier, via les terrains favorables que sont le cinéma et l’école, à un apprentissage des habiletés sociales. Les objets qui permettent d’établir ces rapports sont corrélatifs, pour l’enfant, d’une construction sociale autant que d’une construction de soi. Certains objets, comme le cartable à l’effigie d’un héros agissent comme des détonateurs sociaux en même temps qu’ils apportent de la douceur aux transitions scolaires. L’école, que Durkheim voyait comme une petite société, semble s’imposer comme lieu privilégié pour cultiver ces apprentissages. Il est, me semble-t-il, intéressant de constater que cette initiation débute très tôt et qu’on lui donne aujourd’hui les moyens, par le biais d’objets, de s’accomplir.

 «Le développement humain impose un double impératif : engager des relations avec autrui et participer à la vie collective, affirmer son individualité et se différencier des autres. Ce double mouvement d’attachement et de séparation commence dès la naissance et imprègne toute la vie[17]».

Benoît Kastler

Dirigé par J.-P. Esquenazi

Laboratoire Marge

Université Lyon 3.

BIBLIOGRAPHIE

BOURDIEU Pierre, La distinction : critique sociale du jugement, Editions de Minuit, Le sens commun, Paris, 1979.

DENIS Sébastien, Le cinéma d’animation, Armand Colin, collection cinéma/arts visuels, 2007, 2011 (2nde édition).

GUY Jean-Michel, la culture cinématographique des français, la documentation française, Paris, 2000.

HOGGART Richard, la culture du pauvre, Editions de Minuit, le sens commun, Paris, [1957] 1970.

JULLIER Laurent, Qu’est-ce qu’un bon film ?, La dispute, Paris, 2002.

KAUFMANN Jean-Claude, La trame conjugale, Nathan, essais et recherches, Paris, 1992.

LAHIRE Bernard, Tableaux de famille, heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, éditions du seuil, Points, Paris, [1995], 2012.

MAYOL Pierre, Les enfants de la liberté, l’Harmattan, Débats jeunesses, Paris, 1997.

MORIN Edgar, Les stars, éditions du Seuil, collection points, Paris,1972.

PROST Alain, Education, société et politique, une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours, éditions du Seuil, Points, [1992] 1997.

WEBOGRAPHIE

URL : http://sabineetassocies.hautetfort.com/archive/2010/08/05/le-premier-cartable.html

URL : http://sabineetassocies.hautetfort.com/tag/premier+cartable


[1] PROST Alain, Education, société et politiques :  une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours, éditions du Seuil, Points, [1992] 1997 Editions du Seuil, collection Points, version 1997 p. 20-21

[2] HOGGART Richard, la culture du pauvre, Editions de Minuit, le sens commun, Paris, [1957] 1970.

[3] Bourdieu avait fort bien étudié ces nouvelles aspirations sociales en les traitant sous l’égide du concept de « reclassement ». (Cf. : BOURDIEU Pierre, La distinction, critique sociale du jugement de goût, Minuit, le sens commun, Paris, 1980).

[4] PROST Alain, Education, société et politique, une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours, éditions du Seuil, Points, [1992] 1997.

[5] MAYOL Pierre, Les enfants de la liberté, l’Harmattan, Débats jeunesses, 1997, p.61.

[6] MORIN Edgar, Les stars, éditions du Seuil, collection points, Paris, 1972, p.96.

[7] DENIS Sébastien, Le cinéma d’animation, Armand Colin, collection cinéma/arts visuels, 2007, 2011 (2nde édition), p.246

[8] Les grands magasins n’étaient pas disposés à fournir la part de vente des cartables issus de produits dérivés cinématographiques. Néanmoins, ce qui va importer dans cette étude est moins la part exacte du marché que la symbolique culturelle et les pratiques que ces objets mettent en œuvre comme on le verra plus tard.

[9] GUY Jean-Michel, la culture cinématographique des français, la documentation française, Paris, 2000.

[10] LAHIRE Bernard, Tableaux de famille, heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, éditions du seuil, Points, Paris, [1995], 2012.

[11] JULLIER Laurent, Qu’est-ce qu’un bon film ?, La dispute, Paris, 2002, p.8.

[12] KAUFMANN Jean-Claude, La trame conjugale, Nathan, essais et recherches, Paris, 1992.

[13] http://sabineetassocies.hautetfort.com/archive/2010/08/05/le-premier-cartable.html

Depuis l’étude que j’avais mené à la rentrée scolaire 2012, Sabine a posté une suite toute aussi intéressante afin de raconter le dénouement de l’histoire concernant l’achat du cartable. Elle a effectivement réussi à imposer son choix concernant le cartable de rentrée de son fils, mais au prix d’un échange de bons procédés ; celui de l’achat d’une trousse « Lucky Luke ». Cet heureux dénouement est accessible au lien suivant : http://sabineetassocies.hautetfort.com/tag/premier+cartable

[14] HOGGART Richard, La culture du pauvre, Editions de Minuit, le sens commun, Paris, [1957] 1970, p. 231.

[15] MAYOL Pierre, Les enfants de la liberté, l’Harmattan, Débats jeunesses, Paris, 1997, p. 121.

[16] BOURDIEU Pierre, La distinction : critique sociale du jugement, Editions de Minuit, Le sens commun, Paris, 1979.

[17] CLAES, Michel, l’univers social des adolescents, Paramètres, Québec, 2003, p.20.

Benoît kastler

Benoît Kastler est doctorant au sein du laboratoire MARGE (marges de l'écriture, écriture de la marge) basé à l'université Lyon III et chargé de cours au sein du département des sciences de l'éducation à l'université Jean Monnet. Sa thèse "Des âges au cinéma : jeunes spectateurs et culture cinématographique" porte sur les manières de cultiver l'amour du septième art lorsqu'on est jeune. L'étude insiste sur la perspective d'une interrelation complexe entre les âges dans la socialisation à l'art. Les données permettant d'alimenter la démonstration émanent principalement d'une enquête de terrain en cours depuis février 2010. Benoît Kastler est également membre de l'association "Les têtes chercheuses". Il est à l'origine de la conception de MISSILE, le journal des Têtes chercheuses et fait partie de son comité éditorial pour les deux premiers numéros, "célébrité" et "résurgence".

More Posts


5 réponses sur “Cartables d’école et cinéma : entre goût, intégration et socialisation”

  1. Bonjour M. Pacaud,

    Et merci pour votre réaction. Je suis heureux de voir que cet article, si humble soit-il, est capable de susciter des débats aussi passionnants. Votre première question a été également soulevée dans l’audience lors de la présentation en journée d’étude de ce travail. Cette relation privilégiée entre l’enfant et sa mère semble moins relever du stéréotype que d’une prolongation traditionnelle de la répartition des tâches au sein du foyer comme le rappelait Jean-Pierre Esquenazi. En effet, le temps consacré à son enfant en fonction du sexe du parent est resté sensiblement le même ces dernières décennies en France, le père restant objectivement beaucoup moins mobilisé que la mère concernant le quotidien de l’enfant. Il semble en effet que le forum utilisé comme source le montre bien puisque la question n’appelle que la participation de mères de familles.

    Je vous rejoins cependant sur la question du rôle du père, notamment dans l’initiation et la transmission d’un certain type de contenu cinématographique, comme le cinéma d’action par exemple. Cette question pourrait à elle seule faire l’objet d’un autre article. Elle constitue, et vous faites bien de le rappeler, une réalité que j’ai déjà pu observer (même si elle reste minoritaire) dans le cadre de mes enquêtes de terrain.

    Enfin, concernant les maîtresses et les institutrices, ce sont sur les chiffres récents de l’INSEE que je me base : en effet, l’organisme montre qu’aujourd’hui, en France, dans les établissements scolaires publics et privés, les femmes représentent plus de 80 % du personnel, toute profession confondue. S’il m’est possible de terminer ce billet sur une simple intuition, je pense que cet état de fait mériterait effectivement d’être questionné dès lors qu’on s’attache à penser la pédagogie dans le contexte socioculturel qui est le nôtre.

    Bien à vous,
    Benoît Kastler

  2. Bonjour,

    Bravo et merci pour ce billet très intéressant.

    Un point, qui peut sans doute être considéré comme marginal dans ce contexte, m’a néanmoins fait tiquer : pourquoi ne parler que du rôle des mères de famille relativement au choix du cartable de l’enfant ? Nous sommes là, il me semble, au cœur d’un stéréotype que ces mêmes mères entretiennent elles-mêmes en discutant entre elles de ce choix sur les forums que vous évoquez, mais tout de même, la question de la place et du rôle du père de famille (dans le cas d’un couple hétérosexuel) dans ce type de choix est certainement à prendre en considération, non ?
    De même et plus largement, il semble transparaître dans vos propos une vision de l’amour parental construit autour du rapport mère-enfant et occultant ici encore la place du père, ce qui m’interpelle.
    Enfin – mais ceci est peut-être davantage due à la composition de votre échantillon qu’à un relais sémantique, conscient ou non, de certains stéréotypes genrés – pourquoi parler uniquement des maîtresses et des directrices d’école ?

    Merci d’avance pour vos éclairages et au plaisir de lire vos futurs billets !

  3. Je tiens à remercier Noëlle Fontaine qui m’a gracieusement autorisé à utiliser une de ses photographies pour illustrer cet article. Elle possède un site internet qui expose son travail ; je vous invite à le découvrir à cette adresse : http://www.noellefontaine.com/

  4. Bonjour,

    Et merci pour l’intérêt que vous portez à ma recherche. L’auteur sur lequel je m’appuie dans ce premier chapitre est Antoine Prost ; il est aisé de retrouver la référence bibliographique utilisée en fin d’article. Nombre d’auteurs néanmoins la réaffirment : Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot dans leur ouvrage « Philosophie des âges de la vie » (je n’ai pas la possibilité d’utiliser l’italique ici et m’en excuse) y consacrent quelques lignes. Olivier Galland, dans « sociologie de la jeunesse » rédige un premier chapitre qui porte sur l’histoire de la jeunesse et y fait aussi allusion, si ma mémoire est bonne. Je ne saurais retrouver moi-même cette historienne, mais en effet, un texte consacrant une étude sur les moeurs envers les enfants au XVIIIe siècle pourrait m’intéresser bien que tout mon propos, ici, repose sur une analyse du XXe. N’hésitez pas à me transmettre cette documentation orale si vous parvenez à mettre la main dessus ; j’aurais plaisir à la consulter car elle pourrait effectivement enrichir ma connaissance historique vis-à-vis des siècles précédents.

    Bien cordialement,
    Benoît Kastler

  5. Bonjour,

    Votre billet m’a intéressé. Ma question ne porte que sur un point anecdotique au regard de votre propos.
    Vous écrivez « (…)Distante parce que la mortalité infantile étant élevée, il était rare de forger des liens affectifs précoces avec l’enfant avant sa cinquième année car la douleur de sa perte n’en eut été que plus grande. »
    Sur quelles recherches vous basez-vous pour l’affirmer ?
    Pour ma part, c’est ce que j’ai toujours lu ou entendu, et par là toujours cru.
    Hors un(e) historien(ne) sur France culture contestait cette affirmation sur la base de ses recherches (XVIII eme siècle ?)dans les milieux populaires (travail sur des notes de police, des traces administratives ..). Il (ou elle) avait donné pour exemple le chagrin éprouvé par une mère trouvant son nourrisson mort à l’arrivée d’une barge qui lui ramenait son enfant placé en nourrice (apparemment ile existait des barges sur la Seine dédiées au transport de nourrissons). Désolée de ne pas pouvoir citer cette source … c’est un souvenir d’écoute.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.