Appel à contributions Missile n°2 « Résurgences »

Deadline : 16 décembre 2013

Argumentaire :

logo.pngRésurgence… D’après le dictionnaire Trésor de la langue française, « résurgence » est un terme de géographie. Il a comme sens premier : « réapparition à l’air libre, sous forme de grosse source, d’une nappe d’eau ou d’une rivière souterraine » et par métonymie « la source elle-même ». Dans un deuxième sens, dérivé du premier mais ressenti aujourd’hui comme littéraire, il signifie : « Fait de réapparaître, de ressurgir ».

Même s’il n’est à l’évidence pas propre au seul domaine de la géographie, ce terme peut surprendre quand on l’applique aux domaines des lettres, des langues et de l’art, et des sciences humaines et sociales. Il y a ainsi « résurgences » sous de multiples formes et dans tous les domaines. Il s’agira par exemple, des différentes manières dont une source, une inspiration, un classique de la littérature, une œuvre cinématographique, une lecture, un souvenir, une langue maternelle, une langue d’adoption, un pays d’attache, un fait historique, un symbole, la découverte d’un manuscrit, un événement ou encore l’inconscient collectif vient féconder une œuvre, inspirer un artiste, ou apporter un éclairage nouveau sur un élément actuel. On peut également se placer du côté de la réception, avec le fait que l’on voit ressurgir des œuvres, des événements ou encore des idées d’une autre époque, dans l’optique de valoriser un passé méconnu (c’est le principe des rétrospectives) ou pour instrumentaliser ce passé et lui faire servir des causes actuelles.

Cette résurgence peut être inconsciente. Pour ce qui est du domaine artistique, on sait qu’une œuvre peut échapper à l’artiste en ce sens où surgissent en elle des éléments incontrôlés, refoulés, oubliés. Cela permet de reposer à nouveaux frais la question du rapport entre l’artiste et son œuvre et la maîtrise qu’il a (ou n’a pas) sur elle. Notamment à travers l’idée de la résurgence inconsciente du souvenir : celui d’une langue qu’on ne peut oublier, celui d’un traumatisme refoulé qui ressurgit malgré la volonté de l’oblitérer, ou encore un souvenir oublié involontairement et qui ressurgit tout aussi involontairement. Pour ce qui est des sciences humaines, en histoire par exemple, les représentations collectives des civilisations lointaines (dans le temps ou dans l’espace) informent notre perception non seulement du passé, mais également du présent, voire du futur, agissant comme une résurgence inconsciente qui vient modeler notre regard sur le monde.

Si on élargit le sens du mot «résurgence », alors on peut dire que, d’une manière très générale, il s’agit de quelque chose qui était caché et qui réapparaît de manière abrupte, avec toute la force qu’il a accumulée, et surtout qui réapparaît de manière incontrôlée. On se demandera ainsi comment quelque chose peut-il rester « souterrain », parfois au point d’être oublié et inconnu de tous ? Comment peut-il cependant garder suffisamment de vitalité pour ressurgir un jour en pleine lumière ? Et comment cette force peut-elle ensuite devenir une source féconde ? Ce qui était caché réapparaît-il de lui-même, ou cette résurgence est-elle due à une volonté extérieure ? Cette volonté extérieure est-elle la même que celle qui a enfoui ce quelque chose ?

Enfin, cette résurgence peut également être consciente. En littérature, au théâtre, au cinéma, en photographie et de manière plus large dans les arts plastiques, il n’est pas rare de voir ressurgir une forme, un motif, un thème ancien, emprunté à une œuvre ou à une tradition antérieure. Que cet emprunt soit le signe d’un hommage, d’une parodie ou d’une critique sévère, il met en lumière la communication et l’échange entre les arts et bouscule la vision de l’artiste dans sa tour d’ivoire, créant ex nihilo. Pour les sciences humaines et sociales, l’idée de résurgence consciente est également féconde dans la mesure où le recours volontaire au passé afin de mieux éclairer le présent et l’avenir est au cœur de ces disciplines.

Le prochain numéro de Missile, le journal de l’association de doctorants Les Têtes Chercheuses, vous propose de vous emparer de ce terme de « Résurgences », d’explorer les champs d’investigation ouverts par cette notion. Ce prochain numéro intégrera donc les études des doctorants ou jeunes docteurs travaillant tant dans le domaine des arts, lettres et langues que dans celui des sciences humaines et sociales.

Les formes des contributions que nous vous invitons à nous soumettre sont ouvertes et variées. De l’article de 14 000 signes au billet d’humeur, du dessin à la photographie, en passant par la vidéo ou le document sonore, nous attendons que vous alliez esprit scientifique et liberté afin de faire surgir la contribution de votre choix. Ces dernières sont attendues pour le 16 décembre 2013.

Responsables du numéro

Comité éditorial du journal

Carole Mabboux-Sutton (Université de Savoie)

Benoît Kastler (Lyon 3)

Romain Perrin (Paris 1)

Comité scientifique du numéro

Florent Bréchet (Lyon 3)

Stéphane Caruana (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Isabelle Patroix (Université de Savoie)

                                                                                             

Modalités de soumission des articles :

Voici les trois conditions de publication qui rendent éligible l’auteur :

– Etre inscrit en Doctorat ou être jeune docteur (ayant soutenu dans les 5 ans).

– Ne pas dépasser 14000 signes, espaces compris pour publication dans la version papier.

– Les auteurs retenus pour ce numéro devront adhérer à l’association doctorante les Têtes Chercheuses. Ils se donnent ainsi la possibilité d’être informés, voire de participer à leurs nombreuses activités, les adhésions représentant un capital non négligeable pour mener à bien nos initiatives. Les frais de cotisation annuelle s’élèvent à 10 euros.

 

Les auteurs enverront leurs articles finalisés avant le 16 décembre 2013 au format .PDF et au format .doc(x) au comité éditorial à l’adresse électronique : teteschercheuses.journal[at]gmail.com

Le comité se tient à votre disposition pour toute question ou information complémentaires.

En suivant les liens suivants, vous trouverez plus de détails concernant l’adhésion et l’association, pour les modalités typographiques de présentation des articles (Charte du journal Missile) et pour découvrir le premier numéro de Missile.

Les auteurs recevront un courrier électronique de la part du comité éditorial pour les informer des choix du comité scientifique début janvier 2014.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Appel à contributions Missile n°1 « Célébrité »

Deadline : 15 décembre 2012

Argumentaire :

La célébrité touche les individus comme les objets et les évènements. Ce qui est célèbre est ce qui reste dans les mémoires du plus grand nombre car, selon l’étymologie latine, celeber renvoie à un nombre élevé de personnes. La célébrité est à la fois représentation et pratique sociales (au sens où elle fait appel au collectif, aux médias, aux acteurs, aux amateurs). Chaque domaine désigne ses célébrités sur des critères qui lui sont propres et qui varient en fonction de l’époque, du contexte social, culturel, politique et économique. Tout ce qui est célèbre n’est pas forcément « célébré » au sens de « glorifié » : il existe des hommes, des objets ou des événements « tristement célèbres », c’est-à-dire connus pour des choses négatives ou du moins perçues comme négatives à une certaine époque.

La célébrité est protéiforme et se décline en différents termes qui renvoient tous à cette même notion : la réputation, la gloire, l’héroïsme, le vedettariat, la starification, la notoriété, la peopolisation, etc. Tous ces états reflètent la valeur d’un homme au sein d’un groupe social. Dans son dernier ouvrage, la sociologue Nathalie Heinich (2012) propose un changement de paradigme pour désigner la célébrité et la visibilité, interrogeant ainsi les modalités techniques de construction et de diffusion du phénomène.

La gloire est une forme extrême de la célébrité et conduit souvent à une héroïsation. Le héros (du héros homérique, en passant par Roland à Roncevaux, jusqu’au Gaulois ou au soldat inconnu) devient alors porteur d’une mémoire collective, comme dans le cas du « héros national ». La gloire donne souvent lieu à des célébrations collectives ou privées ; il est donc intéressant d’interroger la vectorisation de l’objet célébré. Pourquoi utiliser l’image d’un héros? Dans quel but? Par quels processus? Quelles sont les cérémonies autour de ce personnage? Les rituels de la célébrité sont à mettre en question : à l’instar de Chris Rojek (2001), que dire du culte de la célébrité ? Quelle est sa place dans la société de consommation ? Peut-on la considérer comme un système de valeurs ?

Quand un individu, un objet ou un événement devient célèbre, il ne s’appartient plus, il (ou du moins son image) appartient au public, à une société ou une nation toute entière. Comment le public s’empare-t-il de cette image, comment la déforme-t-il ? Que dire de la mythification ? Comment les personnes qui connaissent la célébrité de leur vivant peuvent réagir face à cela ? La célébrité est le fruit de deux dynamiques, mais est-ce le public ou l’individu qui la construit ? Qu’en est-il des amateurs et des fans qui participent et sont acteurs de la célébration ? Quelles actions mettent-ils en œuvre pour exprimer et célébrer leurs goûts ? Que dire de l’utilisation des réseaux sociaux comme les forums et sites Internet ? Que dire du travail de la star ?

Alors que la célébrité est constamment envisagée comme un phénomène changeant, Su Holmes (2006) revient sur la pensée fondamentale de Richard Dyer (1979) afin d’interroger les discours contemporains sur la célébrité. En creux de ces discours se trouvent les enjeux relatifs à l’authenticité, l’individualité, l’identité. Ces deux dernières notions sont essentielles : de la pin up au visage sans identité à la star adulée au nom de sa sur-personnalité comme James Dean, quelle place est faite à l’individu ? Dans quelle mesure la célébrité interroge-t-elle les rapports de sexe? Questionner les rapports de la célébrité à l’art sera également essentiel : que dit-elle de la place du « beau » dans nos sociétés ? Comment dialoguent les dénominations de « classique », de « chef d’œuvre » avec la célébrité ?

Cette notion de célébrité recouvre des domaines très variés : cinéma, musique, littérature, histoire, peinture, sciences humaines, sociales, etc. Les réflexions théoriques comme les études de cas seront les bienvenues dans ce premier numéro.

Conditions de soumission :

Se référer à la charte du journal et à la notice de mise en forme des articles

Deadline : 15 décembre 2012

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook