Présentation liminaire

Stéphane Caruana, Doctorant en études anglophones, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Laboratoire IMAGER.

Aurore Fossard, Docteure en études cinématographiques, Université Lumière Lyon 2. Laboratoire Passages XX-XXI.

Véronique Labeille, Docteure en études théâtrales, Université Lumière Lyon 2 et Université du Québec à Trois-Rivières. Intermittente du spectacle.

Créée en novembre 2010, l’association Les Têtes Chercheuses réunit des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s en Lettres, Langues, Linguistique et Arts. Elle a pour objectif de fédérer et de faire se rencontrer les jeunes chercheur-euse-s afin de discuter des problématiques liées à leur parcours et de donner de la visibilité à leurs travaux. Pour ce faire, les Têtes Chercheuses ont mis en place plusieurs initiatives. Outre l’organisation de manifestations scientifiques (colloques, journées d’études), l’association a développé de nombreux partenariats avec les établissements culturels et institutionnels de la région Rhône-Alpes et mis à disposition de ses adhérents différents outils de travail comme un forum Internet, un blog ou encore un comité de relecture. Ces dispositifs concourent à favoriser la recherche collective et les échanges entre doctorants. Ils permettent également de surmonter la solitude et l’isolement du / de la jeune chercheur-euse en sciences humaines et sociales.

Au-delà de l’envie de se frotter à l’un des événements incontournables de la vie universitaire, les Têtes Chercheuses ont pensé leur premier colloque comme une concrétisation des idéaux qui sous-tendent l’association. En réponse à des conditions de travail parfois pesantes, nous avons tenté de créer un environnement propice à l’émulation intellectuelle.

Ce colloque international et pluridisciplinaire s’est déroulé les 1er, 2 et 3 décembre 2011 autour du thème « L’Exploration du corps dans les arts ». Organisées sur les campus de Lyon 2 et de l’ENS de Lyon, ces trois journées ont permis d’explorer le corps dans les arts à travers différents médiums : projections d’images fixes et animées, expositions de réalisations artistiques, représentations de saynètes. Les articles réunis dans cet ouvrage sont le fruit des réflexions entamées par les jeunes chercheur-euse-s en Lettres, Photographie, Cinéma, Théâtre, Arts visuels, Musicologie et Sociologie lors de cette manifestation scientifique. En effet, la richesse des productions nous a incités à donner corps aux questionnements alors soulevés sous la forme d’un ouvrage pour que ces derniers ne restent pas lettre morte.

Interroger le corps n’est pas nouveau – les nombreuses représentations classiques et productions théoriques dont il est l’objet en attestent – toutefois cela reste un terrain fertile à l’éclosion de perspectives passionnantes et complexes tant sur des plans épistémologique, esthétique, sociologique, anthropologique que politique. À la lecture des différents textes proposés par les jeunes chercheur-euse-s, plusieurs axes ont émergé autour du corps et des enjeux de sa représentation.

Tout d’abord, certains contributeurs ont choisi d’interroger la représentation du corps à travers le prisme des évolutions scientifiques et techniques. En retraçant l’histoire du matériel optique, Alice Leroy propose d’élaborer une archéologie du corps en référence aux travaux de Michel Foucault sur « le corps utopique ». À sa suite, Nicolas Thys mène un questionnement sur l’ontologie du cinéma en interrogeant les enjeux des différentes techniques de représentation du corps dans le cinéma d’animation de Ryan Larkin. Entre l’étude de Floriane Lopez sur Minority Report de Steven Spielberg et les analyses de Sophie Limare consacrées aux photographies de Liu Bolin, Désirée Palmen et Wim Delvoye, s’installe un dialogue qui met en lumière les imbrications entre transparence et surveillance, quand, dans la société panoptique, le regard est synonyme de pouvoir coercitif.

Dès lors, la représentation du corps revêt des enjeux politiques que Mélanie Guérimand propose d’explorer dans son article sur le public lyonnais du Grand-Théâtre de Lyon entre la Première et IIe République, ouvrant ainsi un deuxième axe consacré au corps spectateur. Observer les observateurs s’avère être une démarche qui rend visible un hors-champ/scène/cadre où les corps, collectivement et individuellement, sont à la fois une entité subversive et un miroir de l’œuvre en représentation. L’étude de Laure Ferrand sur les pratiques de scène et du public dans les concerts de rock envisage la foule comme une masse à la fois réceptrice et créatrice de séduction et de ritualisation. En s’intéressant aux photographies de Muriel Bordier, de Laurence Aërgerter ou encore d’Arno Gisinger, Raphaële Bertho explore l’intégration du spectateur dans l’espace muséal et interroge la capacité de l’image à mettre en abyme la posture spectatorielle. De son côté, Adeline Thulard se penche sur les avancées neuroscientifiques pour tracer un parcours émotionnel dans la réception d’écritures scéniques contemporaines et fait ainsi émerger un lien perceptif et onirique entre le spectateur et les œuvres, notamment chez Pippo Delbono et Jan Lauwers.

Dans le troisième axe, nous avons choisi de regrouper des articles qui, par le biais de la littérature et des arts visuels, développent une réflexion sur un corps déprécié, bafoué, dégradé, mutilé. Ainsi, Gaëlle Le Gal se penche sur Guitón Onofre, le récit picaresque de Gregorio González qui propose une lecture originale – pour le XVIe siècle – de la théorie humorale d’Hippocrate, en établissant un lien entre éducation et tempérament. Plus près de nous, les écrits de Gisèle Pineau, Malika Mokeddem et Jamaica Kincaid auxquels s’intéresse Kamila Bouchemal s’emparent du sujet du corps pour dénoncer les violences symboliques, psychologiques et physiques ayant cours dans un système de genres normatif. Peggy Larouche nous emmène ensuite outre-Atlantique pour explorer le cinéma du canadien Guy Maddin qui, dans son film The Saddest Music in the World (2003), réactualise la figure de l’infirme diabolique du cinéma de genre des années 1920, la transforme en fétiche, la parodie, la radicalise. La mutilation et l’infirmité sont également au cœur de la réflexion d’Ada Ackerman qui tente de saisir l’influence des corps ravagés par la Première Guerre mondiale sur les représentations artistiques contemporaines. Les prothèses et les masques font alors émerger une nouvelle image du corps dont les traits s’avèrent instables et insaisissables.

Poursuivant l’idée de dégradation des corps, le quatrième axe s’attaque au corps cadavre. Comment représenter la mort sur scène et à l’écran ? Que faire pour donner vie à des corps morts ? Aurélie Coulon et Maud Desmet tentent de répondre à ces questions en s’appuyant respectivement sur des œuvres théâtrales et cinématographiques. La première, à travers l’étude de Sallinger et de Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, propose de déployer les enjeux dramaturgiques et esthétiques des procédés qui donnent toute leur présence aux morts, en analysant le corps personnage tel qu’il se dessine dans le texte dramatique. La seconde s’intéresse à la représentation du cadavre lors des scènes d’autopsie au cinéma et dans les séries télévisées. L’auteure met ainsi en lumière les tabous de la société occidentale liés à la mort en général et au corps mort en particulier. L’image cinématographique offre, de cette manière, la possibilité d’une catharsis.

Dans le cinquième et dernier axe de cet ouvrage, le corps se fait matière – minérale, végétale – se fond dans des paysages élaborés par les images photographiques et cinématographiques. En examinant le cinéma d’Apichatpong Weerasethakul, David Vasse dresse un parallèle entre la maladie des corps et le délitement de l’intrigue narrative, que le soin et l’attention des personnages viennent panser. L’infection et l’affection affleurent dans les images de la nature tropicale de Weerasethakul. Enfin, les incursions du corps du photographe Arno Rafael Minkkinen intègrent la chair au cœur de paysages dénués d’humanité. Dans l’article qu’elle lui consacre, Danièle Méaux développe une réflexion sur les conditions photographiques extrêmes par lesquelles le photographe cherche à se fondre dans une nature hostile. L’image est à la fois le prétexte d’une fusion entre le corps et la nature ainsi que le vecteur des sensations éprouvées lors de l’acte photographique.

Remerciements

Les Têtes Chercheuses remercient pour leur soutien l’école doctorale 3LA, ainsi que les laboratoires Passages XX-XXI, CELEC et LIRE, la faculté LESLA, le département des Arts du spectacle de Lyon 2, l’Université Lumière Lyon 2, l’ENS de Lyon et le PRES de Lyon.

Nos projets n’auraient pu voir le jour sans le soutien indéfectible de Michèle Clément, de Martine Boyer-Weinmann et de Faiza Bettaieb.

Enfin, un grand merci pour le travail de qualité de nos quatre relectrices : Florence Bonifay, Mélanie Guérimand, Véronique Labeille et Miléna Mogica.



Citer ce billet
Têtes Chercheuses (2016, 22 février). Présentation liminaire. Le blog des Têtes Chercheuses. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/upw7

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Publié par

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search