Journée d’étude Identité/Identités

Cette publication en ligne est le prolongement d’une journée d’études qui a eu lieu le 28 mars 2013 à l’Université Lyon 3-Jean Moulin et qui avait pour titre : Identité/Identités, la construction identitaire dans les arts et la culture.

Fort du succès de cette journée, qui a rassemblé des universitaires français travaillant dans des champs fort divers tels que le cinéma, la littérature, la philosophie, il nous a paru opportun de garder une trace des communications.

Ce projet éditorial sur le Net n’aurait pas pu voir le jour sans le partenariat mené avec l’association Les Têtes Chercheuses, nous tenons ici à les remercier chaleureusement.

Nous tenons aussi à remercier le Groupe Marge, l’école doctorale 3LA, le conseil de la Recherche de l’Université Jean Moulin- Lyon 3, ainsi que les membres du comité scientifique qui ont permis la réalisation de cette journée.

Enfin, que soient remerciés également pour leur communication et leur contribution :

Elodie Chamauret, Sophie Limare, Emna Mrabet, Marie-Julie Catoir-Brisson, Leonor Eutzenberger, Manuel Billi,  et Nicolas Balutet, ainsi que Djamel Benkrid et Claire Mille.

La notion d’identité, issue plus particulièrement de la sociologie et de la psychanalyse, s’entend comme un ensemble de données, conscientes ou non, valorisées ou pas, qui permet à un individu à la fois de se construire comme tel mais aussi de se différencier des autres. On assiste depuis une petite vingtaine d’années à des questionnements de plus en plus importants sur cette notion. Les récents débats sur l’identité nationale ou les différentes prises de position sur les replis communautaires et donc identitaires en sont les preuves les plus patentes.

L’identité d’une personne peut se penser en termes de génération, de sexe biologique, de lieu de naissance et d’appartenance à un pays. Mais le concept est bien plus large et ses contours plus flous. En effet l’identité, c’est-à-dire cette reconnaissance de moi en l’autre, de l’autre en moi, dans un aller-retour de correspondances et de différences, peut aussi se faire par rapport au genre ou sexe social, orientation sexuelle, ethnie, langue… Car c’est bien là, à la frontière de ces notions complexes que sont l’individu, le groupe et la société, que l’identité se joue. L’identité est en mouvement, elle est même un mouvement.

On sait, depuis Foucault, que l’individu est composé d’un nombre important de composantes identitaires, on peut aussi penser à L’Homme Pluriel de Bernard Lahire. Les lignes de force de telle ou telle caractéristique se croisent créant des lignes de force formant une identité souvent changeante et en tout cas temporaire.

Dans la construction identitaire (de l’appropriation au rejet) plusieurs éléments comme la famille, l’école, les médias, l’art et la culture jouent un rôle primordial.  Dans la condition de l’exil – espace existentiel particulier, lieu culturellement hybride de déracinement et de re-positionnement de soi – les identités se reconstruisent. L’exil devient ainsi importante inspiration de création littéraire et artistique. .

L’objet d’art ou le produit culturel sont en effet à la fois l’émanation et l’écho du milieu socioculturel dans lequel ils sont produits ou interprétés. Ils sont aussi une marque de la trajectoire personnelle de leurs créateur-s. Du point de vue des artistes qui les produisent comme de ceux  qui les  « consomme », la construction identitaire se nourrit des pratiques culturelles, de la plus légitime à la plus populaire

Les contributions suivantes, portant sur divers domaines, enrichissent ce cadre de réflexion.

Nicolas Balutet revient sur la notion de «post-modernité» développée en France par Lyotard dans son ouvrage La condition post-moderne. Rapport sur le savoir, et sur celle d’hybridité qu’il fait résonner entre elles. Il montre comment, ces concepts peuvent permettre de mieux penser la notion d’identité et comment une parole peut alors émerger.

Cette contribution théorique nous permet alors de penser les champs artistiques tels que le cinéma.

Emna Mrabet analyse les représentations cinématographiques des Maghrébins dans les derniers ans en France. Du personnage stigmatisé de l’ouvrier en cherche de travail, victime du racisme, vivant dans des conditions précaires, à l’émergence des figures féminines qui vivent un racisme implicite et suggéré, souvent doublé par un malaise identitaire dans les années 80, à une quête contemporaine plus universelle, comme les films de Abdellatif Kechiche démontrent.

Un cinéma différent, hybride et transnational, est pris en considération par Marie-Julie Catoir-Brisson. Son article illustre les identités tactiques des cinéastes ainsi que  les identités palimpsestes et l’hybridité culturelle dans les films d’Alejandro Gonzalez-Iñarritù et Carlos Reygadas. La culture cinématographique transnationale, emblématique au Mexique se reflète de diverses façons dans l’esthétique de leurs fictions et dans leur parcours artistiques. L’approche de recherche basée sur la « poétique de l’étonnement »  met en place un décentrage culturel, pour étudier un objet appartenant à un contexte culturel autre.

En se penchant sur des films de F. Ripploh et C. Ackerman, Manuel Billi mène une réflexion sur le continuum entre cinéma, identité et altérité. L’auteur structure sa pensée autour des notions de Personnage-Rôle et Personnage-Caractère et nous fait alors entrevoir comment peut apparaître dans l’art cinématographique une construction identitaire. Il illustre   comment le cinéma peut participer à la visibilité de personnages reconnaissables comme homosexuel.

Les arts plastiques ont également été abordés avec les contributions de Leonor Atzenberger et Sophie Limare.

De son côté Leonor Atzenberger, développe une réflexion sur la notion de Neutre dans l’œuvre photographique de Claude Cahun. Pour ce faire elle élucide tout d’abord comment l’artiste a affirmé dans son travail l’importance de l’autoportrait en tant que travail plastique visant à la singularité. Puis elle poursuit sur le sujet du Neutre comme trouble identitaire alliant les pôles féminins et masculins et cessant, de ce fait, de les isoler. L’auteure explique comment pour la photographe l’indétermination sexuée peut devenir une exigence.

Une autre déclinaison du portrait polymorphe, instable et ambigu, est étudiée par Sophie Limare, qui aborde la question du devenir identitaire en peinture et en photographie.  A travers l’analyse d’œuvres très différentes entre elles, telles celles de David Bailly et son dédoublement iconique, Marcel Duchamp, Esther Ferrer, Jacques Damez, Laurence Demaison, est illustrée une allégorie de la complexité de l’être (et du non-être).

Elodie Chamauret se focalise, quant à elle, sur la reconstruction identitaire des acteurs, à travers l’analyse des expériences théâtrales menées par Armand Gatti dans les années 80 et 90. Fondé sur la problématique du langage (acte d’écriture et de représentation, comme re-découverte du soi), ce travail avec les exclus et les marginalisés devient d’autant plus  intéressant, que la (re)construction identitaire passe par des « portraits polymorphes ». La mise en écriture des identités amène les acteurs à suivre l’enseignement gattien « deviens ce que tu es …. sois le maître et le sculpteur de toi-même ».

Daniela RICCI-Docteur en Littératures Comparées-Université Lyon 3-Jean Moulin.

Thomas CEPITELLI-Doctorant en en Littératures Comparées-Université Lyon 3-Jean Moulin.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.