Actes des journées d’étude 2012 des Têtes Chercheuses

Les 21 septembre et 5 octobre 2012, l’association des Têtes Chercheuses, fidèle à sa volonté de fédérer les doctorants de l’ED3LA (Lettres, Langues, Linguistique et Arts) et de donner de la visibilité à leurs travaux, a organisé deux journées d’étude aux cours desquelles les membres de l’association qui le souhaitaient ont pu présenter une communication.

Ces journées d’étude n’imposaient aucun thème de sorte que les propositions qui ont été retenues touchaient à des domaines extrêmement variés. Comme les Têtes Chercheuses ont à cœur de faire dialoguer les disciplines, nous avons toutefois rapproché par paire des interventions abordant des thématiques ou des problématiques proches comme en atteste le programme de ces journées consultables sur ce blog.

Nous publions ici les textes issus de quelques-unes de ces communications.

Thomas Cepitelli (Lyon 3) analyse les (rares) représentations d’homosexuel-le-s dans les pièces de théâtre françaises des années 1930 à 1970. Son article intitulé « Quand le récit ne dit pas : l’indétectable » montre que l’homosexualité est comme décentrée voire parfois quasiment indétectable dans Un Taciturne de Roger Martin du Gard, La Cage aux Folles de Jean Poiret et Les Œufs de l’Autruche d’André Roussin.

La contribution d’Aurore Fossard (Lyon 2) relève également des gender studies puisqu’elle s’intéresse aux (rares) représentations de femmes paparazzi dans les fictions cinématographiques et focalise son étude sur la femme photographe mise en scène par Tom DiCillo en 2006 dans son film Delirious. Elle montre, dans « Paparrazza ? Approche genrée d’un personnage photographe dans Delirious (Tom DiCillo, 2006) » que le personnage de la photographe développe des comportements masculins pour s’imposer dans un monde d’hommes.

Toujours dans le domaine des études cinématographiques, Daniela Ricci (Lyon 3) analyse, dans son article intitulé « Les cinémas contemporains d’Afrique et de la diaspora : films transmationaux et écriture de ‘l’entre-deux‘ », les productions cinématographiques des cinéastes africains transnationaux pour essayer de comprendre comment ils représentent l’hybridité culturelle dans leurs films.

Carlos Henrique Silveira (Lyon 2), de son côté, s’intéresse à la réception des films et se demande comment la musique d’une fiction cinématographique peut créer une attente chez le spectateur. « On entend et on attend : musiques de film et analyse des attentes du spectateur » met ainsi au jour des régularités sonores dans le cinéma hollywoodien.

Si Edith Magnan (Paris 1) s’intéresse elle aussi au spectateur, c’est pour montrer combien il peut agir sur l’œuvre. Dans « Lorsque le spectateur déplie l’espace » elle présente ses propres installations artistiques en plein air qui nécessitent d’être « déclenchées » par les spectateurs.

La réflexion d’Aline Venneman (Rennes 2/ FU Berlin) entre en écho avec celle d’Edith Magnan puisqu’elle interroge à son tour la notion de « pli » mais cette fois-ci dans le domaine de l’écriture dramatique. Son article « Lecture(s) du théâtre. Penser le ‘pli’ dans le texte et sur la scène » explore ainsi conjointement les éléments périphériques du texte dramatique et ceux de la mise en scène – ces points aveugles qu’elle appelle « plis » – dans Mars. Le 24 de Peter Wagner et dans Rechnitz (L’ange exterminateur) d’Elfriede Jelinek, deux pièces qui évoquent le massacre de 180 Juifs une nuit de mars 1945 dans la commune autrichienne de Rechnitz.

Elodie Gaden (Grenoble 3) s’intéresse à des temps un peu plus anciens. Elle est interpellée par une pratique artistique peu commune : celle de Maurice Rollinat et Marie Krysinska qui consiste à interpréter et mettre en scène des poèmes dans les cabarets parisiens à la fin du xixe siècle. Elle analyse le potentiel humoristique de cette pratique dans « Gueuler pour écorcher les règles de l’art : l’humour musical de Maurice Rollinat et Marie Krysinska sur la scène des Hydropathes et du Chat Noir ». Cet humour, qui consiste à envisager tout avec détachement et qui se montre parfois blasphématoire, révèle les penchants nihilistes de ces marginaux du champ littéraire.

Rien de tel avec Chateaubriand et son idéal de noblesse et de grandeur qu’analyse Florent Bréchet (Lyon 3) dans « Aspects politiques de la question du sublime dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand ». Son article montre un Chateaubriand qui évalue le monde post-Révolution française à l’aune de la notion de sublime.

Florence Bonifay (Lyon 2) analyse elle aussi des manifestations littéraires du jugement et de la hiérarchisation. Toutefois, il s’agit moins, sous la plume des poètes de la seconde moitié du xvie siècle qu’elle étudie, de juger tous les contemporains que le petit monde des confrères poètes.  Dans « Petite étude du silence. Non-dits, noms tus, évitements et hostilités muettes au sein de la Brigade » elle montre comment la concurrence dans le champ poétique de la Renaissance française peut être révélée par quelques silences éloquents.

S’il est également question de lutte dans l’article « ‘Series Finale’, une certaine idée de la fin », il s’agit cette fois d’une lutte contre le temps. Ce temps c’est celui de la durée des séries qui permet le foisonnement des possibles narratifs mais qui fait courir le risque de l’épuisement. La question de la « fin » de série est donc cruciale : c’est ce qu’explore Vladimir Lifschutz (Lyon 2) dans son article.

Benoît Kastler (Lyon 3) s’intéresse aussi, entre autres, aux séries mais uniquement à celles destinées aux enfants (comme Dora l’exploratrice) et par un biais détourné : leurs produits dérivés et, parmi ceux-là, les cartables d’école. Son article « Cartables d’école et cinéma : entre goût, intégration et socialisation » montre que le choix d’un cartable à l’effigie d’un héros de film ou de dessin animé pour aller à l’école primaire est un enjeu de la relation affective entre parents et enfants et un enjeu de socialisation, notamment au CP.

Florence Bonifay (Lyon 2),
pour l’équipe d’organisation des journées d’étude 2012.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.