Vous avez un projet en tête, mais vous manquez de financement ?

Nos collègues du Service de Vie Etudiante Lyon 2 vous livrent le message suivant…

 

Les inscriptions au Concours des bourses Déclics jeunes sont ouvertes jusqu’au 30 novembre 2017.
Le concours s’adresse à tous les jeunes de 18 à 30 ans, porteurs d’un projet individuel, original, innovant et altruiste, quel que soit son domaine d’application.

Pour candidater, les jeunes porteurs de projet doivent s’inscrire en ligne et renseigner un questionnaire auquel ils doivent joindre une lettre de recommandation.
Les candidats sont donc invités à se connecter  sur le site internet de la Fondation de France.

Au terme d’un long processus de sélection, les 20 lauréats dont le projet aura été sélectionné recevront chacun une bourse de 7600 euros.

Vous pouvez trouver ci-dessous les différents éléments constituant l’appel à candidatures, c’est-à-dire :

– l’affiche (Cette affiche peut être diffusée ou affichée dans vos locaux)

– le règlement du Concours

– les questions fréquentes sur le concours.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque « Input Pictura Poesis » (MARGE)

Les 16 et 17 novembre prochains aura lieu le colloque « Input Pictura Poesis », organisé par Gilles Bonnet et Jérôme Thélot de l’équipe MARGE, dont les Têtes Chercheuses sont proches – Gilles Bonnet avait présenté une passionnante communication lors de la première séance du séminaire 2017-2018 de l’association.

Ce colloque aura lieu de 9h à 17h les deux jours, en salle Caillemer (15 quai Cl. Bernard, 69007 LYON).

input pictura poesis

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Prochaine réunion des Têtes Chercheuses !

La prochaine réunion de l’association, la deuxième depuis la rentrée, aura lieu le mercredi 15 novembre, de 17h30 à 20h, dans notre nouveau QG, en salle 410 de la MILC (35 rue Raulin, dans un bâtiment flambant neuf).


Nous revenons à un format plus traditionnel, puisqu’elle se composera d’un volet méthodologique et d’un volet scientifique.

Le volet méthodologique portera sur une des problématiques qui touchent le plus aux difficultés des doctorant.e.s : « incontournable bibliographie : comment s’y prendre sans se pendre ? ». Nous réfléchirons ensemble à comment faire face à l’hydre que semblent parfois constituer les immenses sommes de littérature secondaire auxquelles nous avons affaire pendant le doctorat.

Le volet scientifique sera présenté par Lauralie Chatelet (doctorante en littérature comparée à Lyon 3), qui nous fera réfléchir sur « Le cri chez Cioran, ou comment dialoguer dans un monde absurde »


Après ces heures réflexives et si ces dernières n’ont pas suffit à apaiser vos angoisses de doctorants, nous vous proposons de venir échanger plus légèrement autour d’une bière (ou toute autre boisson, alcoolisée ou non) dans un des merveilleux bars du 7ème arrondissement.

Nous espérons vous voir nombreux !

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire « administrer la vérité » – MARGE

Le mardi 24 octobre 2017, débutera le séminaire annuel portant sur « Administrer la vérité », organisé par Fabienne Boissiéras du groupe MARGE.

Lors de cette séance, Fabienne Boissiéras fera une présentation du séminaire. Puis M. Hugues Constantin de Chanay interviendra sur « Rappels à la vérité dans le début d’entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen: le « fake », du mensonge à la bêtise et à l’insinuation ».

Marida Di Crosta interviendra enfin sur le thème « Des vidéoblogs « mensongers » ? interprète, personnage, et « personae internet » ».

La séance aura lieu de 17h à 20h, en salle de la Rotonde (18 rue Chevreul, 6è étage).

Si vous avez le temps, rendez-vous à cet événement qui traite de sujets on-ne-peut-plus actuels !

administrer la vérité

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Calendrier séminaire « Les chemins actuels de la critique 1968-2018 » ENS-Lyon 2, Jérémie Majorel, Laurent Demanze

Calendrier : le séminaire Les Chemins actuels de la critique 1968-2018 est pensé sur au moins deux années universitaires.
Il aura lieu les vendredis de 14h à 16h en alternance à l’ENS Lyon et à l’Université Lumière Lyon 2.
Il comprendra chaque année deux séances avec un invité extérieur à l’UDL.

Rendez-vous de l’année 2017-2018 :
– 29 septembre (Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, salle B147) : séance introductive.
– 27 octobre (ENS, D2 117, ex salle F104) : Adeline Thulard (docteure en études théâtrales) sur l’intérêt de l’École de Toulouse pour les études théâtrales.
Justine Huppe (université de Liège) : « Documenter la vie quotidienne. Enjeux critiques d’une littérature “attentive” chez Marielle Macé et Yves Citton ».
– 24 novembre (Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, salle B147) : Florent Coste (École française de Rome) autour de son essai Explore. Investigations littéraires (Questions théoriques, 2017).
– 2 février (ENS, D2 117, ex salle F104) : Claude Burgelin (professeur émérite à Lyon 2) sur le reflux de la psychanalyse dans la critique littéraire actuelle.
– 30 mars (Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, salle BER11) : Alexandre Gefen (THALIM, Sorbonne Nouvelle) autour de son essai Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle (José Corti, à paraître).
– 27 avril (ENS, D2 117, ex salle F104) : bilan provisoire.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Soirée Didier George Gabily, jeudi 5 octobre 19h-23h, Lavoir Public

L’équipe du laboratoire MARGE, à Lyon 3 annonce que, le jeudi 5 octobre, aura lieu la soirée sur le thème « L’écriture de Gabily », organisée par Elisa Bernard, doctorante de MARGE. Cette soirée d’études aura lieu au théâtre du lavoir Public (4 impasse Flesselles, 69001 LYON), et débutera à 19h jusque minuit.

La soirée est gratuite, merci de vous inscrire auprès par mail à l’adresse frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr

PRE-PROGRAMME DE LA SOIREE D’ETUDE DEDIEE A DIDIER-GEORGES GABILY

Lieu de la manifestation : Le Lavoir Public/ Lyon 1er

Date et Horaires : Le Jeudi 5 Octobre 2017 de 19h à 23h

19h : Accueil du public

19h15/19h30 : Présentation de la soirée par Elisa Bernard

19h30/20h : Intervention de Patricia Audouy autour de la parenté du théâtre avec le cinéma : la mise en espace du rêve

20h30/21h : Projection et performance par le collectif Midi/Minuit

21h30/22h : Intervention de Lucie Thevenet « Gibiers du temps : fragments de mythes »

22h/22h30 : seconde performance par le collectif Midi/Minuit

22h30/23h : Intervention par Gui Jourdan  « écrire après l’invention de la musique sérielle »

23h/00h : remerciement par Elisa Bernard et temps d’échange convivial

Venez nombreux et nombreuses!

Affiche Gabily-1

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire 2017-2018 « Les chemins actuels de la critique » ENS, Lyon 2

Laurent Demanze (ENS de Lyon, CERCC) et Jérémie Majorel (Université Lyon 2, Passages XX-XXI) organiseront à partir de septembre 2017 un séminaire « Les chemins actuels de la critique (1968-2018) ».

Le séminaire est pensé sur au moins deux années universitaires. Il aura lieu les vendredis de 14h à 16h en alternance à l’ENS Lyon et à l’Université Lumière Lyon 2. Il comprendra chaque année deux séances avec un invité extérieur à l’UDL. Rendez-vous de l’année 2017-2018 : 29 septembre (Lyon 2) ; 27 octobre (ENS) ; 24 novembre (Lyon 2, invité Florent Coste) ; 2 février (ENS) ; 30 mars (Lyon 2, invité Alexandre Gefen) ; 27 avril (ENS).

La participation des doctorants est fortement souhaitée, si vous souhaitez intervenir, merci de contacter Jérémie MAJOREL, l’enseignant référent pour ce séminaire commun avec l’ENS jeremie.majorel@univ-lyon2.fr 

Voici l’appel à contributions: Séminaire Les Chemins actuels de la critique LD JM

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Programme du séminaire 2017-2018 des Têtes Chercheuses

Nous avons le plaisir de vous faire part du prochain rendez-vous scientifique des Têtes Chercheuses! Dès la rentrée universitaire nous organiserons un séminaire autour du thème:

« Métamorphoses du document et Pratiques de recherche à l’ère des Humanités numériques »

L’émergence des Humanités numériques au milieu du XXe siècle a résulté de l’intégration, par les chercheurs et chercheuses en Sciences Humaines et Sociales, de l’informatique dans leurs activités de recherche. Les supports de recherche qui servent de fondement à leurs analyses, et que nous appelons ici « document », se sont renouvelés, passant de l’état analogique au numérisé, voire au numérique natif. Les métamorphoses alors engendrées ont conjointement conduit à certaines mutations des pratiques de recherche. Ce séminaire propose de mener une réflexion épistémologique sur les transformations de nos pratiques de recherche induites par l’évolution numérique du document, en donnant l’occasion à des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s d’exposer et de conceptualiser leurs pratiques de recherche, en dialogue avec des chercheur.se.s plus exprimenté.e.s.

Programme
Séance 1
16 octobre 2016 : « Le texte hors les livres : création littéraire en contexte numérique ».
Intervenante : Gaëlle Debeaux (CELLAM – Université de Rennes 2)
Senior speaker : Gilles Bonnet (MARGE – Université Jean Moulin Lyon 3)

Salle 410 de la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC)

Séance 2
15 décembre 2017 (date à confirmer) : « Recomposition et sérialisation de masse à l’ère numérique : enjeux de la base de données »
Intervenante : Miriam Speyer (Université Caen Normandie)
Senior speaker : Jean-Pierre Dedieu (LARHRA – Directeur de recherche au CNRS)

Salle 410 de la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC)

Séance 3
Mi février 2018 : « La génétique et le document numérique : nouvelles explorations des processus de création ».

Séance 4
Fin mars 2018 : « Interactivité, réticularité et ouverture dans l’édition numérique critique ».

Séance 5
Début Mai 2018 : « Sources, méthodes et apports de la restitution virtuelle ».

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire « Les relations science-société en pratique » – 21 juin 2017, à Lyon (ISH)

Le mercredi 21 juin 2017 de 10h à 17h aura lieu le séminaire TRANSVERS-HN « Les relations science-société en pratique :quelles nouvelles configurations ? »
au Centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (salle 303, bât. L)
organisé par l’Institut des Sciences de l’Homme (axe Numérique) et la MSH-Alpes.

TRANSVERS-HN est un séminaire transversal de recherche et de formation en humanités numériques organisé par l’Institut des Sciences de l’Homme (Lyon) dans le cadre de son axe scientifique Numérique et la MSH Alpes (Grenoble). Il est destiné aux enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs et doctorants. Cette 2e séance intitulée « Les relations science-société en pratique » vise à réfléchir et discuter les définitions des rapports entre activité scientifique et monde extra-académique, à partir de leurs médiations numériques. Elle est organisée en collaboration avec le Pôle régional de l’ISCC Communication et information, numérique et industries créatives (CINIC).

Il n’est pas nouveau de dire que la production des connaissances scientifiques est perméable aux évolutions de l’organisation du champ scientifique, à travers, par exemple, des réseaux de coopération scientifique (Vinck,1992), interdisciplinaires et multipartenariaux autour du principe organisateur du projet. Ainsi, tenir une posture critique facilite l’analyse des relations entre notre activité scientifique et la société à partir des transformations des modalités de financement ou d’orientations stratégiques par exemple. Même si les impacts structurants de ces implications socio-économiques de la recherche publique la transforment, l’objectif du séminaire sera différent et posera la question centrale à notre réflexion : selon quelles médiations les rapports entre science et société s’organisent-ils ?

Il s’agira donc de nous intéresser à l’hybridation des pratiques scientifiques, à d’autres formes de production de savoir et d’innovation : observatoires, fablab, social medialab, dont certaines sont en fait constitutives de nouvelles formes de productions industrielles, portées par les industries créatives par exemple.

Programme

Matinée (10h-12h) :

Anne Piponnier, Sciences de l’information et de la communication (CREM, Université de Lorraine)

Françoise Paquienséguy, Sciences de l’information et de la communication (ELICO, SciencesPo Lyon)

Après-midi (14h-17h) :

Expérimentation pratique de méthodologies non académiques sur et avec le numérique

Atelier autour des croisements des arts numériques et des sciences humaines et sociales.
Séance animée par Pierre Amoudruz, directeur artistique (Laboratoire des usages, AADN | Arts et Cultures Numériques) et Jeanne Drouet (Centre Max Weber, CNRS)
>> Programme complet & informations ci-joints

Pour plus d’information sur l’axe scientifique Numérique : www.ish-lyon.cnrs.fr/axes1620/numerique

Pour des raisons d’organisation, les organisateurs vous prient de vous inscrire sur le formulaire en ligne suivant: ISH_20170621_AxeNumerique_Seminaire_Programme
 http://enquetes.ish-lyon.cnrs.fr/index.php/542882/lang-fr

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Prochain café jeunes chercheur.e.s ENthèSe lundi 26 juin 2017 au Johnny’s Kitchen de 17h à 19h

La prochain Café Jeunes Chercheur·e·s de l’association EnthèSe aura lieu le lundi 26 juin 2017. Comme à l’ordinaire, c’est au Johnny’s Kitchen, de 17h à 19h. Le thème sera: « Doctorat et vie privée : retours d’expérience ».

L’équipe organisatrice recherche encore des doctorant·e·s pour témoigner: qui auraient eu un (ou plusieurs !) enfants durant la thèse, qui se sont marié·e·s, ont acheté une maison, ont eu à gérer l’éloignement d’avec leur conjoint·e, qui ont eu à assumer un vrai-faux-job (alimentaire ou pas) en plus. Ou bien tout à la fois ! Le ton sera informel, le témoignage durera environ 5 minutes.

affiche_enthese_cafe_JC_26juin_cs3

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Vivaldi re-produit : l’interprétation comme recomposition de l’œuvre

L’article suivant est issu d’une communication présentée dans le cadre du colloque consacré à la notion de recomposition, organisé par l’association des Têtes Chercheuses le 21 mai 2016. Il s’insère dans le large champ de la musicologie de l’interprétation et des performance studies anglo-saxonnes, c’est-à-dire des études menées sur l’interprétation en tant qu’exécution musicale – en opposition à l’analyse sémantique de la musique, bien que ces notions soient évidemment liées. Ce travail vise également, pour une part au moins, à compléter l’histoire de la redécouverte des musiques anciennes et notamment celles des xviie et xviiie siècles, c’est-à-dire du répertoire dit « baroque » (s’étendant chronologiquement pour le domaine musical d’environ 1600 à 1750). Enfin, cette étude s’appuie fondamentalement sur la proposition théorique du sociologue de la musique Antoine Hennion, qui suggère une nouvelle manière d’envisager l’historiographie et l’analyse de l’interprétation des musiques anciennes, une alternative à la dichotomie sur laquelle elles reposent, qui sera présentée en détail un peu plus loin.

Re-composition ou restitution ?

Nous commencerons par quelques définitions préalables. Outre les sens premiers accordés au terme d’interprétation, la traduction, d’une part et l’explication de texte d’autre part, le Trésor de la langue française informatisé donne la définition suivante dans le domaine artistique :

Action de jouer un rôle ou un morceau de musique en traduisant de manière personnelle la pensée, les intentions d’un auteur ou d’un musicien[1].

Dans les ouvrages musicologiques la question est bien sûr plus approfondie. Andrew Parrott, dans le Dictionnaire encyclopédique de la musique, introduit la définition ainsi :

La notion d’interprétation […] peut être considérée comme l’ensemble des mécanismes d’une exécution [c’est-à-dire le tempo, l’ornementation, le phrasé, etc.] qui permettent d’en définir le style[2].

Certes, la notion de recomposition n’est pas encore présente de façon explicite dans ces définitions mais intéressons-nous maintenant au rôle de l’interprète en tant qu’intermédiaire entre le compositeur ou l’œuvre d’un côté et le public ou l’auditeur de l’autre. Antoine Hennion souligne ce caractère propre à la musique qui, contrairement à la littérature,

déploie une masse d’intermédiaires, tant dans l’espace (scène, public, interprètes, instruments…) que dans le temps (partition-interprétation-écoute), et non ce papier plat du texte qui force les théoriciens de la littérature à y rentrer ou à en sortir[3].

Sans vouloir résumer ici l’ensemble des écrits sur l’interprétation musicale, en restant dans le cadre de la musique savante occidentale de tradition écrite – notée sur partition – et particulièrement pour les œuvres composées avant le xixe siècle, l’interprète du xxe siècle a pu schématiquement adopter deux attitudes opposées. La première serait « postromantique » : l’interprète utilise ses propres codes musicaux pour jouer l’œuvre et s’insère ainsi dans une tradition de jeu instrumental, transmise par l’enseignement théoriquement ininterrompu depuis le xixe siècle. Par « code », nous entendons les techniques de jeu, les mécanismes d’exécution, dont parlait Andrew Parrott, relevant de la tradition orale, les éléments non écrits sur la partition. Alfred Cortot, dans un article intitulé « Attitude de l’interprète » en 1939, décrit parfaitement cette première démarche :

[…] chaque génération de virtuoses s’est inconsciemment employée à conformer à la sensibilité spécifique de son temps les modalités expressives du passé. Fécond anachronisme qui permet d’attester, au cœur des formes périmées, la persistance d’un message d’éternelle signification[4].

Il ajoute plus loin que « cette féconde illusion porte l’interprète à se croire pour un instant l’auteur de l’œuvre qui requiert sa collaboration ». Ici, Cortot entend bien l’interprétation comme recomposition de l’œuvre au sens le plus littéral.

Mais revenons à la seconde attitude possible de l’interprète : « historisante » ou « historiquement informée », « baroque » ou « baroqueuse » au sens esthétique des termes cette fois, elle a longtemps été appelée « authentique », en Italie on parle d’« interprétation philologique ». L’interprète tente de retrouver les codes présumés contemporains de l’œuvre, phénomène tout à fait moderne, s’opposant à la tradition postromantique. Elle est fondée sur un retour aux textes et aux traités d’époque, ce qui n’exclut pas évidemment des divergences d’interprétation des sources, sur le plan sémantique cette fois.

L’histoire de la redécouverte des musiques anciennes, mentionnée en introduction, semble correspondre à l’histoire des interprètes de cette deuxième catégorie, et tente de la faire coïncider parfaitement avec l’histoire de l’utilisation d’instruments anciens ou copie d’anciens (cordes en boyaux, cuivres sans pistons, etc.) excluant dès lors toute interprétation sur instruments modernes, nécessairement postromantique. Nikolaus Harnoncourt, auteur de l’ouvrage, considéré comme l’un des manifestes de l’interprétation historisante, intitulé Le Discours musical, en donne une explication simple :

Les premiers pas, et les plus importants [c’est-à-dire la connaissance des traités, des codes, des techniques de jeu d’époque etc.], vers une interprétation musicale sensée [authentique] sont donc invisibles […]. Seul le dernier pas, le travail avec les instruments originaux est visible[5].

Il se trouve que l’équation suivante, interprétation postromantique = utilisation d’instruments modernes / interprétation historisante = utilisation d’instruments anciens,  n’est pas tout à fait exacte comme nous pourrons le constater.

Il s’agit bien là encore d’une recomposition de l’œuvre musicale, mais visant théoriquement cette fois à s’approcher au maximum des conditions de sa création. On emploie d’ailleurs souvent le terme de « restitution ». Non seulement cet objectif est en réalité inatteignable, puisque ce phénomène de recomposition de « jeu musical ancien » ne peut être obligatoirement qu’un « jeu social moderne[6] » pour reprendre la distinction de Hennion pour qui, lorsqu’il y a transmission, il y a nécessairement déformation[7] :

Qu’ont fait les baroqueux ? Ils n’ont pas reproduit la musique baroque. Ils ont re-produit, produit à nouveau à nos oreilles, les moyens, les objets de la musique ancienne [nous pourrions ajouter re-composé][8].

Mais en plus, cette recomposition comme reprise à l’identique, pour reprendre les termes de l’appel à communication du colloque, semble pour le moins paradoxale et contradictoire à la fonction même d’interprète – nous avions souligné, dans la définition de l’interprétation, les termes « de manière personnelle » – car l’interprète aura toujours une interrogation esthétique contrairement à l’analyste ou au musicologue.

Notons que le rapport au temps, si fondamental dans la musique, le rapport entre présent et passé – l’anachronisme mentionné par Cortot – au regard des analyses sociologiques du phénomène général de retour au passé du xxe siècle qui est on ne peut plus moderne voire postmoderne est évidemment passionnant mais nous ne pouvons malheureusement pas approfondir cela dans le cadre de cet article.

Produire l’original

Dans ce contexte, Antoine Hennion propose un point de vue particulièrement intéressant, selon nous, dans son article de 1998 intitulé « Hercule et Bach, la production de l’original ». En voici les grandes lignes. Se fondant sur les travaux des théoriciens de l’art Nelson Goodman et Gérard Genette, le sociologue rappelle en introduction une définition du caractère allographique de la musique, qui impose aux œuvres musicales de « “supporter” une interprétation actuelle pour être re-jouées[9] » :

c’est-à-dire la séparation possible entre l’œuvre elle-même et ses diverses occurrences (rendues actuelles par des interprétations, des lectures, une notation, etc.), par opposition à ce qui se passe pour les arts “autographiques”, comme la peinture, où cette séparation est impossible, où toute copie est un “faux”, non une nouvelle version de la même œuvre[10].

Puis l’auteur présente une démonstration de Francis Haskell et Nicholas Penny qu’il qualifie lui-même de virtuose, à propos de la co-production de l’œuvre et du contexte, à la fois synchroniquement et diachroniquement, qui pourraient être selon lui utilement transposées au cas de la musique. Cette démonstration porte sur l’évolution des statues romaines[11] :

La linéarité auteur-texte-lecteur fait place à la transformation continue et réciproque d’un corpus d’œuvres et du cadre de leur appréciation. Présentées par Haskell et Penny, les statues imposent une histoire mêlée, qui ne peut s’en tenir ni à la création, ni à la réception, ni à la seule logique des œuvres[12].

Chaque modification des statues antiques (taille, matériau, ajout, « restaurations actives[13] », on pense aux floraisons des feuilles de vigne au xviie siècle par exemple) fait l’original selon Hennion. Rappelons que Genette qualifie cet original allographique d’« objet idéal[14] ». Hennion renforce cette idée :

Le point décisif dans ce progrès analytique, c’est l’abandon de l’œuvre comme un donné. Loin d’effacer de l’histoire les œuvres “elles-mêmes”, la prise en compte croisée de leur construction et de leur parcours leur rend de façon inattendue la vedette : non pas en les figeant encore plus sous l’excès des exégèses, mais grâce à leur mobilité, leur souplesse, leur perpétuelle transformation[15].

Ces modifications peuvent être comparées aux différentes interprétations d’une œuvre baroque, du choix des effectifs aux ajouts de notes ornementales. Ainsi, « l’infidélité cré[ant] la fidélité, les embellissements font d’abord connaître, puis appellent une démarche plus pure sur les œuvres connues, et se développe un mouvement continu pour un retour plus fidèle au passé[16]. »

La transposition de la méthode d’étude des copies de statues antiques aux interprétations musicales est à notre sens très fertile pour sortir de la dichotomie que nous avons présentée plus haut. Puisqu’elle inclut l’ensemble des versions existantes, elle permet non seulement de se prémunir des notions de goût et d’esthétique, mais surtout de compléter pour ainsi dire l’histoire de la redécouverte des musiques anciennes. La recherche continue de toujours plus de fidélité à l’œuvre musicale nous semble bien plus proche de la réalité qu’une rupture soudaine entre interprétation postromantique et interprétation historisante ou même qu’une évolution par paliers telle qu’elle est présentée actuellement. La méthode permet ainsi d’inclure nombre d’interprètes qui ont participé à la découverte et à la promotion de ce répertoire sur instruments modernes. C’est le cas notamment, dès le début des années 1950, des chefs d’orchestre à cordes Jean-François Paillard en France et Claudio Scimone en Italie, qui ont consacré leur carrière à l’enrichissement et la diffusion de leur répertoire patrimonial et qui ont suffisamment influencé la société pour que leur rôle au sein de cette histoire soit étudié (plus de 300 disques enregistrés dont de nombreuses œuvres inédites au disque, obtention de plusieurs grands prix, carrières internationales de plus de cinquante années pour les deux ensembles, etc.).

Cas pratique : Les Quatre Saisons de Vivaldi

Tâchons maintenant d’appliquer la théorie du sociologue à un exemple particulier : Les Quatre Saisons de Vivaldi. Pourquoi ce choix ? Quelques mots très brefs sur l’œuvre en tant que telle d’abord : Les Quatre Saisons constituent les quatre premiers de douze concertos pour violon publiés sous le nom Il Cimento dell’armonia e dell’invenzione, op. 8 d’Antonio Vivaldi, célèbre compositeur vénitien né en 1678 et mort en 1741. Les quatre concertos sont édités en 1725 à Amsterdam mais composés plusieurs années auparavant. Ce sont les seuls à reposer sur de véritables programmes, c’est-à-dire sur une idée extra-musicale[17], en l’occurrence des sonnets démonstratifs anonymes, « sonetti dimostrativi » dans la source.

Nous avons choisi ces saisons car elles font indéniablement partie des œuvres les plus enregistrées au monde – pour donner un ordre d’idée, en 2010, Wikipedia en dénombre environ mille enregistrements[18] – et illustrent ainsi de manière assez évidente cette recomposition permanente d’une œuvre « idéale » par de multiples interprétations ou « copies ». Chaque nouvelle copie augmente la célébrité de l’œuvre qui devient dès lors incontournable pour les interprètes, en particulier ceux spécialisés dans le répertoire baroque. Cela fait écho aux « spirales de la renommée[19] » de Hennion. Les divers enregistrements d’une œuvre célèbre augmentent sa notoriété en même temps qu’enregistrer cette œuvre ajoute au succès des interprètes, dont l’interprétation pourra être comparée aux versions considérées par la critique comme étant celles de référence.

Les deux chefs d’orchestre dont nous avons parlé enregistrent Les Quatre Saisons plusieurs fois au cours de leur carrière et ont participé en ce sens à ce que sont devenus aujourd’hui ces concertos. Il est même difficile de dénombrer précisément le nombre d’enregistrements pour chacun, ne pouvant pas toujours faire la distinction entre nouvelle captation ou réédition sans écouter la musique. Mais il semble selon les discographies officielles de leurs ensembles et le recoupement avec les catalogues des bibliothèques nationales françaises et italiennes que l’orchestre de chambre Jean-François Paillard les grave au moins six fois et que I Solisti Veneti, l’orchestre de Claudio Scimone, les enregistrent au moins cinq fois.

Jean-François Paillard versus Claudio Scimone

Dès lors, on peut se demander quels sont les enjeux d’une interprétation au disque, pourquoi en faire plusieurs, en particulier pour Paillard et Scimone ? Correspondent-elles à différentes compréhensions de l’œuvre ? Est-ce une volonté de se distinguer des autres interprétations ? Sans oublier l’aspect commercial des ventes bien entendu. Le chef d’orchestre italien, à qui nous avons pu poser la question, ajoute un élément non négligeable :

Vous savez, la question est posée d’une mauvaise façon. Ce n’est jamais nous qui décidons d’enregistrer plusieurs façons de faire une œuvre. C’est une compagnie, une firme de disque qui nous demande d’enregistrer la même œuvre, parfois c’est la même compagnie de disque comme pour le cas d’Érato, généralement après une évolution de la technique du disque[20].

Ainsi le passage du disque 33 tours au cd ou du cd au dvd justifie-t-il souvent la production d’une nouvelle version pour les maisons de disques, tout comme d’autres contraintes esthétiques ou économiques qui leur sont directement liées.

Il serait intéressant de comparer entre elles les différentes versions de chaque orchestre mais dans le cadre qui nous est imparti, nous nous contenterons des premiers enregistrements de chaque ensemble et particulièrement quelques mesures de l’adagio du deuxième concerto en sol mineur, L’été, op. 8, nº 2, RV 315, car les différences d’interprétations sont particulièrement sensibles comme nous pourrons le constater.

Le sonnet italien de L’Été, est présenté de la manière suivante, en préface de la première édition de 1725 (fig. 1).

Figure 1 : A. Vivaldi, Il Cimento dell’Armonia e dell’inventione, concerti a 4 e 5
opera ottava, libro primo, [Michel-Charles Le Cène, Amsterdam, 1725], p. 2 © BnF.

En voici une traduction française :

Pendant cette ardente saison, où flamboie le soleil,
L’homme languit, ainsi que les troupeaux, et les pins sont brulants.
Le coucou retrouve sa voix. Dès le matin,
La tourterelle roucoule et le chardonneret chante.

Le Zéphyr souffle doucement, mais tout à coup,
Borée cherche querelle à son voisin ;
Le berger déplore son destin,
Et craint le violent orage qui menace.

La peur des éclairs et du tonnerre
Prive de repos ses membres fatigués,
Et des essaims furieux de mouches et de moucherons le harcèlent.

Hélas ! Ses craintes ne sont que trop fondées.
Le ciel tonne et fulmine, la grêle
Brise la tête des épis et abat les graines.

Il s’agit de la traduction proposée dans la partition du concerto éditée chez Heugel & Cie éditeurs en 1961, préfacée par Jean-François Paillard, et celle naturellement qu’il utilise avec son orchestre. C’est l’occasion de signaler que Paillard comme Scimone feront tous les deux un travail éditorial très sérieux autour de la musique baroque (écrits sur la musique, édition critiques de partitions, catalogues de compositeurs, etc.), une autre façon donc de contribuer à sa redécouverte.

Le sonnet raconte la chaleur et les orages de l’été. Le mouvement lent que nous proposons d’étudier met en musique la troisième strophe. Jean-François Paillard enregistre les concertos pour la première fois en 1970. Il ne s’agit pas du cœur de son répertoire, qui est surtout patrimonial et donc français. Son orchestre existe déjà depuis dix-sept ans (fondé en 1953) et a déjà enregistré cent trente-six disques, ce qui prouve encore le statut de chef-d’œuvre des Quatre Saisons : on attend d’avoir une certaine légitimité avant d’enregistrer cette œuvre pour pouvoir supporter les comparaisons. L’ensemble consacre tout de même au moins treize disques à d’autres œuvres de Vivaldi entre 1953 et 1970.

Gérard Jarry est soliste, c’est le premier violon de l’orchestre de 1969 à 2004. Le disque paraît chez Érato[21], avec qui l’orchestre a un contrat d’exclusivité jusque dans les années 1980. C’est l’orchestre « maison[22] » de la firme, il enregistre pour elle plus de trois cent disques, diffusés internationalement (ces Quatre Saisons sont d’ailleurs disque d’or au Japon en 1971).

Figure 2 : Pochette du disque Les Quatre Saisons de Vivaldi, dir. Jean-François Paillard,
Costallat, Érato, coll. « Fiori musicali », EFM 8041, 1970.

La pochette (fig. 2) ne contient qu’un résumé des propos sur les œuvres de Marc Pincherle, musicologue spécialiste de Vivaldi. Pas de justification particulière liée à l’interprétation, ce que l’orchestre n’avait pas manqué de faire les années précédentes. Ainsi se donnait-il pour but premier de

[faire] revivre dans la lettre et dans l’esprit les plus belles œuvres instrumentales françaises du répertoire trop méconnu mais combien riche qui s’est constitué du règne de Henri IV à la Révolution.

[Sans exclure pour autant] de ses programmes les Œuvres des grands musiciens étrangers de l’époque baroque tels que Scarlatti, Vivaldi, Bach[23].

Voici ce qu’on peut lire dans la presse lors de la sortie du disque :

Les Saisons ont de la chance. Depuis 1951 (version anthologique de Munchinger–Barchet disponible en version économique), les versions s’accumulent. Sans parler de la vieille exécution de Kaufmann (Classic). Munchinger à deux reprises (Decca), I musici avec Ayo (Philips), Auriacombe, Josefowitz, Kuentz, Redel, Ephrikian, (Erato), l’Ensemble instrumental de France avec Wallez (Classic), l’English Chamber Orchestra avec Szeryng (Philips) les ont exécutées. Tout récemment, l’orchestre de chambre slovaque (Supraphon), le Collegium de Genève (G.I.D.) et J.-F. Paillard sont venus sur les rangs. Quelque jour, I Solisti Veneti trouveront le moyen de coiffer tout le monde sur le poteau ! Pour l’heure, accueillons la version de Paillard avec enthousiasme, le mot n’est pas trop fort. […] Avec Paillard, nous possédons, servie avec magnificence par les ingénieurs, la version de synthèse des Saisons[24].

L’« Adagio » de Jean-François Paillard est lent, le tempo est battu à la croche et régulier. Le thème du berger aux membres fatigués, au violon concertant, est joué tel qu’il est écrit dans la première édition de 1725 : aucun ornement n’est ajouté, le trille final étant indiqué « t » dans la source. Le jeu de Gérard Jarry est très legato et soutenu. La figure 3 présente, en bleu, les éléments liés à l’interprétation :

Figure 3 : A. Vivaldi, Concerto pour violon L’Été, op. 8 nº 2, « Adagio », mes. 1-9, vln concertant,
interprété par Gérard Jarry, 1970.

Les « mouches et moucherons », pianissimo aux violons qui accompagnent le thème, sont assez serrés et très articulés et le « tonnerre », fortissimo à l’orchestre, indiqué « presto » dans la première édition, est droit – le tempo est quadruplé (croche = blanche) mais reste très régulier – articulé et net lui aussi avec une réalisation de la basse continue au clavecin en accords plaqués en croches très présents.

Figure 4 : A. Vivaldi, Concerto pour violon L’Été, op. 8 nº 2, « Adagio », mes. 1-9,
interprétation de l’Orchestre de chambre Jean-François Paillard, Érato, EFM 8041, 1970.

Trois ans plus tard, Claudio Scimone répond à l’appel du journaliste et enregistre les concertos en 1973, toujours chez Érato, avec son violoniste Piero Toso, premier violon des Solisti Veneti de 1962 à 1982. Contrairement à la situation précédente, Vivaldi est au cœur du répertoire patrimonial vénitien que le chef, originaire de Padoue, s’est engagé à défendre. Lui aussi attend une certaine renommée avant de se confronter aux Quatre Saisons, enregistrées quatorze ans après la création de l’orchestre en 1959.

Figure 5 : Pochette du disque Vivaldi, Les Quatre Saisons,
dir. Claudio Scimone, Costallat, Érato, STU 70 679, 1973

La pochette du disque (fig. 5) présente cette fois une véritable note d’intention de Claudio Scimone, dont les mots font particulièrement écho aux revendications des interprètes de notre fameuse deuxième catégorie :

Il nous est nettement plus difficile d’oublier trente ans d’“interprétations” vivaldiennes récentes pour se replonger deux siècles en arrière, au delà du grand gouffre romantique et de regarder ces partitions avec les yeux des contemporains de l’auteur […]
Selon l’usage de l’époque, nous avons voulu orner un des mouvements lents, celui de l’Été ; nous avons pris pour guide Giuseppe Tartini dont quelques exemples d’improvisation ont été récemment publiés par nous, sans toutefois perdre de vue le caractère particulier de la page ornée[25].

L’interprétation italienne est aux antipodes de la version française. Le tempo général est plus lent est surtout très libre, sans pulsation régulière, résultat d’une partie de violon concertant très ornementée : en bleu les ajouts de la première phrase musicale (fig. 6).

Figure 6 : A. Vivaldi, Concerto pour violon L’Été, op. 8 nº 2, « Adagio », mes. 1-3, vln concertant,
interprété par Piero Toso, 1973.

 Par conséquent, les insectes aux premiers et seconds violons sont un peu plus « mous » que dans la version française mais l’intervention du tutti est plus imagée, correspondant à un coup de tonnerre puis son écho diminuendo en tremolo, le clavecin n’intervenant que sur le premier temps de l’orchestre.

Figure 7 : A. Vivaldi, Concerto pour violon L’Été, op. 8 nº 2, « Adagio », mes. 1-9,
interprétation des Solisti Veneti, dir. Claudio Scimone, Érato, STU 70 679, 1973.

Vous l’aurez constaté, les deux versions sont très différentes et il s’agit pourtant bien de la même œuvre. L’interprétation française est très proche du texte original, très articulée et propre, nette ; en opposition à une version italienne pleine de liberté, d’inventivité et de fougue mais nettement moins précise. Il est très intéressant de constater que le travail érudit et esthétique des deux chefs d’orchestre les aient amené à reproduire dans leur interprétation musicale la « longue histoire passionnelle et donc déraisonnable de la rivalité culturelle franco-italienne » qui existe depuis la fin du xviie siècle selon les mots de Sylvie Bouissou[26]. Cette opposition est merveilleusement décrite par Johann Joachim Quantz en 1752 dans son essai, concernant notamment la « maniére dont on doit jouer l’adagio », ce qui convient particulièrement bien ici :

On peut considérer l’Adagio par rapport à la maniére dont il faut le jouer & le broder, de deux façons ; la premiére selon le gout François, la seconde selon celui des Italiens. La premiére maniére demande une expression nette & soutenuë dans tout le chant, & un gout toujours accompagné des agrémens essentiels, […] mais d’ailleurs il n’y faut point de grands roulemens, ni beaucoup d’agrémens arbitraires. Dans la seconde maniére, c’est à dire dans celle du gout Italien, on ne se contente pas de ces petits agrémens François ; mais on tache de trouver de ces grands agrémens travaillés & raffinés, lesquels doivent pourtant toujours s’accorder avec l’harmonie[27].

Pour conclure, malgré un travail sur instruments modernes les deux chefs d’orchestre centrent leur répertoire notamment sur la découverte et la valorisation d’œuvres patrimoniales des xviie et xviiie siècles, dont l’interprétation est fondée sur la revendication d’une démarche historisante, et méritent ainsi d’être inclus dans la grande histoire de la redécouverte du répertoire baroque.

La recomposition à l’identique n’existe pas en musique. Chaque interprétation, c’est-à-dire chaque version d’une œuvre est nécessairement unique, et peut être très différente des autres notamment lorsque qu’il y a réalisation d’éléments improvisés, non écrits.

Claire Fonvieille
Laboratoire IHRIM, Université Lumière Lyon 2

[1]  TLFi, « Interprétation », disponible en ligne : http://www.cnrtl.fr/ (mai 2016). Nous soulignons les termes « de manière personnelle », nous y reviendrons.
[2]  A. Parrott, « Interprétation », dans D. Arnold (dir.), Dictionnaire encyclopédique de la musique, M.-S. et A. Pâris (trad.), Paris, Robert Laffont, 1988, vol. 1, p. 1082.
[3] A. Hennion, « Hercule et Bach, la production de l’original », Revue de Musicologie, nº 84, vol. 1, 1998, p. 98.
[4] A. Cortot, « Attitude de l’interprète », Revue internationale de musique, avril 1939, p. 885-886.
[5] N. Harnoncourt, Le Discours musical, pour une nouvelle conception de la musique, D. Collins (trad.), Paris, Gallimard, 1984, p. 93
[6]  A. Hennion, « À propos de la réinterprétation d’un répertoire oublié : objections musicales » dans H. Dufourt et J.-M.  Fauquet (dir.), La Musique : du théorique au politique, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1991, p. 205.
[7] Ibid., p. 188.
[8] Ibid., p. 205.
[9] A. Hennion, « Hercule et Bach, la production de l’original », op. cit., p. 94.
[10] Ibid., p. 93.
[11] F. Haskell et N. Penny, Pour l’amour de l’antique, la statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, F. Lissarrague (trad.), Paris : Hachette, 1988.
[12] A. Hennion, « Hercule et Bach, la production de l’original », op. cit., p. 100.
[13] Ibid., p. 105-106.
[14] Voir G. Genette, « Immanence et Transcendance [1994] » dans L’Œuvre de l’art, Paris, éditions du Seuil, 2010.
[15] A. Hennion, « Hercule et Bach, la production de l’original », op. cit., p. 102.
[16] Ibid., p. 109.
[17] « Préface dans un langage intelligible ajoutée à une pièce de musique instrumentale, au moyen de laquelle le compositeur désire […] attirer l’attention [de l’auditeur] sur l’idée poétique de l’ensemble ou sur une partie spécifique. » G. M. Tucker, « Musique à programme », dans D. Arnold (dir.), Dictionnaire encyclopédique de la musique, op. cit., vol. 2, p. 215-216.
[18] « Les Quatre Saisons », Wikipédia, disponible en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Quatre_Saisons (mai 2016).
[19] A. Hennion, « Hercule et Bach, la production de l’original », op. cit., p. 103.
[20] Entretien avec C. Scimone, 27 février 2016.
[21] Faisant partie des nombreuses firmes de disque françaises qui voient le jour au début des années cinquante conséquemment à l’arrivée du microsillon 33 tours, Érato est fondée en 1952 par Philippe Loury et consacre la majeure partie de son catalogue aux œuvres des xviie et xviiie siècles.
[22] L’expression est de T. Merle, fréquemment utilisée dans son ouvrage, Le Miracle Érato, [Paris], E.M.E., [2004].
[23] Document de présentation de l’Ensemble instrumental Jean-Marie Leclair [premier nom de l’orchestre de chambre Jean-François Paillard, qu’il gardera de 1953 à 1959], s. d., Paris : imprimerie Frazier-Soye.
[24] R. A. Lacassagne, Le Midi libre, s. d., article conservé dans le fonds de l’orchestre de chambre Jean-François Paillard.
[25] C. Scimone, Pochette du disque Vivaldi,  Les Quatre Saisons, Érato, STU 70679, 1973.
[26] S. Bouissou, « Platée de Rameau à l’avant-garde d’une évolution du goût » dans A. Fabiano (dir.), La « Querelle des Bouffons » dans la vie culturelle française du xviiie siècle, Paris, CNRS éditions, « Sciences de la musique », p. 25.
[27] J. J. Quantz, Essai d’une méthode pour apprendre à jouer de la flûte traversière, Berlin, 1752, p.138-139.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Appel à contributions colloque international « Travail social et minorités en Europe »

Colloque International: TRAVAIL SOCIAL ET MINORITES EN EUROPE

– Les 12 et 13 octobre 2017 –

Institut Social de Lille / Université Catholique de Lille &  ERIS (European Research international Social work)

Ce colloque international organisé les 12 et 13 octobre 2017 à l’Université Catholique de Lille s’attachera à mettre en lumière les logiques politiques, sociales et identitaires qui contribuent à l’apparition du fait minoritaire dans différents pays d’Europe. Nous chercherons à réfléchir les rapports entre nationalisme, citoyenneté, démocratie et mode de gestion de la diversité culturelle. De plus, nous souhaitons que cette rencontre internationale, croisant des points de vue et savoirs diversifiés, puisse favoriser le passage de l’invisibilité à la reconnaissance des situations et groupes minoritaires et ouvrir de nouveaux horizons pour le travail social en Europe. Minorités ethniques, minorités sexuelles, minorités linguistiques, minorités nationales, religieuses, personnes âgées, personnes en situation de handicap etc. Voici, les thèmes qui seront abordés concernant les deux journées organisées avec les collègues Européens du Groupe ERIS (European International Social Work), à l’Institut social de Lille/Université Catholique.

APPEL A CONTRIBUTION:

Les organisateurs invitent les chercheurs de toutes les disciplines en sciences humaines et sociales, professionnels de l’action sociale, sanitaire et médico-sociale et cadres pédagogiques des instituts de formation en travail social à soumettre des propositions de communication s’inscrivant dans le questionnement suivant :

–    Comment se sont construites les minorités en Europe ?

–    Quel modèle d’Etat permettrait le mieux vivre ensemble et la reconnaissance des minorités ?

–    Comment instaurer le « vouloir-vivre » collectif qui est le support de l’unité de la nation?

–    Pourquoi et comment assurer le respect des droits des minorités ?

–    Peut-on parler d’une égalité de droit ? Quel traitement de la différence dans les différents pays européens ?

–    Dans le secteur de la santé et du social, quelle prise en compte de la différence dans le processus d’accompagnement ? Quelles pratiques professionnelles en Europe ?

–    Quels enjeux éthiques face à la diversité et au fait minoritaire ?

MODALITES DE PROPOSITION:

Les contributions prendront la forme de communications orales de 20 mn regroupées en différentes sessions thématiques.

Les propositions de communication en français ou en anglais (1 à 2 pages) accompagnées d’un court CV (max 4 pages), sont attendues avant le 2 juin 2017.

Elles devront être envoyées par courrier électronique à l’adresse suivante : eris@institut-social-lille.fr Réponse du comité scientifique : 7 juillet 2017

FRAIS D’INSCRIPTION AU COLLOQUE:

2 jours > 160 euros ;  1 journée > 80 euros ; étudiants > 40 euros

GESTION DES INSCRIPTIONS:

Anne GAVORY, 03 62 53 99 35 / anne.gavory@institut-social-lille.fr ou eris@institut-social-lille.fr

LIEU:

Université Catholique de Lille, 60 Boulevard Vauban – 59800 LILLE

Colloque international texte

 

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Journée Internationale des Jeunes Chercheurs, 16 juin, Metz

La journée internationale des Jeunes Chercheurs se déroulera le 16 Juin 2017 sur le Campus du Saulcy à Metz entre 9h et 18h. Les inscriptions sont désormais ouvertes sur le site internet à l’adresse suivante:  https://jijc2017.event.univ-lorraine.fr/registration/index
Vous trouverez ci-dessous le programme de la Journée, qui a pour thème « Quelles questions pour quelles recherches ? Les Sciences Humaines et Sociales aux carrefours des disciplines. »

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire « La BD en question » 6 juin, de 16h à 18h 30, ENSSIB (salle 103)

Alec-SIC est partenaire de la prochaine séance du séminaire « La bande dessinée en questions » de Pascal Robert (PU, Enssib), qui aura lieu le 6 juin 2017, de 16h à 18h30 à l’Enssib (salle 103). Cette année, le séminaire propose une réflexion sur le rôle de la bande dessinée dans la médiation scientifique.
S’inscrivant dans la filiation de cette thématique, la séance est consacrée à Yasmine Bouagga (Directrice de la collection Sociorama, chez Casterman et sociologue au Cnrs)  et Tiphaine Rivière (auteure de « Carnets de thèse ») qui viendront parler de leurs expériences.
Pour de plus amples amples informations: http://alecsic.org/la-bd-en-questions-ce-6-juin-2017/2017/05/12

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Prochain CA de la Confédération des Jeunes Chercheurs les 24 et 25 juin 2017 à Nancy

La Confédération des Jeunes Chercheurs regroupe 40 associations locales de doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s. Elle est ainsi la voix nationale des jeunes chercheurs et chercheuses, apartisane et pluridisciplinaire. Elle est l’interlocutrice privilégiée des pouvoirs publics sur les questions concernant : la reconnaissance du doctorat comme expérience professionnelle ; les conditions de travail des jeunes chercheur-e-s ; les perspectives de carrière des docteur-e-s.

La CJC vous invite à son prochain CA à Nancy les 24 et 25 juin 2017 !Pour plus de renseignements ou pour confirmer votre venue, merci de nous écrire à contact@cjc.jeunes-chercheurs.org.En pièce jointe, vous trouverez le flyer de la CJC qui détaille nos valeurs et nos activités.

Le CA sera précédé d’une après-midi de tables rondes sur « Le bien-être au travail en doctorat », organisée le 23 juin à Nancy par l’association Par(en)thèse. L’après-midi s’articulera autour de deux tables rondes : la première sur le harcèlement moral ou sexuel au cours du doctorat, la seconde sur les conditions de travail des doctorant-e-s.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter directement les organisateurs et organisatrices : assoparenthese@yahoo.fr

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook