A propos Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

Les objets de la ville et leur recomposition : Appréhension des objets de la ville et de leurs significations dans l’espace urbain grand lyonnais

Introduction

La notion de recomposition, aussi vague et vaste soit-elle, permet de questionner aussi bien la création artistique que des pratiques plus ordinaires, comme la parole. Notre usage du langage au quotidien peut être vu comme une manière de recomposer sans cesse le monde qui nous entoure en le mettant en mots, en discours, en désignant des sujets ou des objets. Ainsi, la description d’un objet dans l’ici et maintenant de l’énonciation permet de composer et de re-composer l’espace. Par ailleurs, lorsque nous cherchons à nous mettre d’accord avec notre interlocuteur sur la justesse de la description d’un objet, une signification communément construite de l’objet émerge de notre échange verbal.

Dans cet article, nous proposons ainsi d’observer plus en détail la manière dont cette signification commune émerge au cours de l’interaction. Pour ce faire, nous allons procéder à une analyse des pratiques descriptives de guides dans le cadre de la préparation d’une visite guidée, situation propice à la production de séquences descriptives collaboratives. En proposant une étude de corpus audiovisuel selon la méthodologie pratiquée dans le champ de l’analyse de la conversation et de l’interaction (de Fornel et Léon, 2000), nous nous proposons une réflexion interdisciplinaire, mêlant l’analyse conversationnelle et l’analyse sémiotique. Celles-ci permettent notamment de saisir des dynamiques de l’appréhension de la signification des objets de la ville, négociée par les locuteurs.

Nous présenterons tout d’abord (1) quelques éléments théoriques et méthodologiques afin de présenter nos perspectives de recherche. Nous aborderons ainsi dans ce premier temps la question de la prise de données et du corpus analysé pour notre étude. Une analyse conversationnaliste du corpus sera ensuite proposée (2), mettant en évidence les mécanismes langagiers et multimodaux mis en jeu dans la recomposition des objets de la ville dans le cadre de la promenade urbaine. S’ensuivra alors (3) une réflexion sémiotique, proposant un éclairage complémentaire de la complexité des mécanismes relevant de l’émergence de la signification, entre mimèsis et sémiosis.

1. Remarques préliminaires : analyser la pratique descriptive en tant que pratique conversationnelle et sémiotique

Lorsque l’on s’intéresse aux pratiques quotidiennes, la compréhension de l’organisation d’une interaction verbale apparaît comme une porte d’entrée particulièrement fructueuse. En effet, comme le montrent notamment les travaux de Goffman (1973, 1974a, 1974b, 1987), comprendre l’ordre dans lequel une interaction se déroule permet de rendre compte des différents éléments mis en jeu dans cette interaction. Ces éléments peuvent aller des simples « rites interactionnels » jusqu’aux identités construites ou négociées au cours de l’échange, mais relèvent aussi, comme nous cherchons à le montrer ici, de dynamiques liées à l’émergence de la signification.

Dans cette perspective, nous nous sommes intéressés à la pratique de la promenade urbaine : une visite guidée thématique dans la ville, ouverte à tous les publics. Pour la préparation de cette promenade, le guide effectue un repérage, accompagné souvent d’un(e) collègue, afin d’observer plus en détail les lieux choisis pour la visite à venir, en se focalisant sur des éléments pertinents pour le thème choisi. C’est précisément cette étape particulière du repérage qui a attiré notre attention. En effet, les deux guides mettent ensemble leurs compétences afin de mener une réflexion commune sur les endroits à montrer au public. Ils s’arrêtent à divers endroits afin de procéder à une description des objets de la ville en les inscrivant dans les questionnements thématiques de la promenade : ils recomposent ainsi les lieux et les objets qui les entourent et les mettent en relation les uns avec les autres.

En inscrivant notre travail dans la tradition ethnométhodologique (Garfinkel, 1967), nous avons procédé à la constitution d’un corpus audiovisuel de langue parlée en interaction, dans le cadre d’un repérage pour une promenade urbaine à Villeurbanne (Rhône) sur le thème de la signalétique. L’enregistrement a notamment eu lieu dans le cadre d’un travail de thèse portant sur l’appropriation narrative et affective de la ville (Thiburce, en cours) et met en scène deux guides : le guide pour la promenade à venir (GU1 dans ce qui suit), étudiant en sciences du langage, et une collègue plus expérimentée dans la pratique de la promenade urbaine (dorénavant noté GU2) et historienne de l’architecture. La prise de données a été effectuée grâce à deux caméras, rendant compte de deux points de vue : une vue globale, montrant les guides et les objets sur lesquels ils se focalisent (vue 1), et une vue subjective, simulée par une caméra fixée par un harnais au corps de GU1 (vue 2) :

colloque2016articlethiburcefig1

Fig.1 – Le dispositif d’enregistrement

Comme le préconise la méthodologie interactionniste (Traverso, 2008), nous avons ensuite procédé à la constitution d’une collection de séquences contenant des descriptions collaboratives entre les deux guides : au total, quatre séquences de ce type ont été retenues, chacune d’une durée d’une minute environ, dans un corpus de durée totale de deux heures. Nous avons ensuite procédé à une transcription de cette collection, en rendant compte de l’usage linguistique des participants, ainsi que de la temporalité de leurs contributions verbales.

L’observation des mécanismes régissant l’interaction sur des niveaux différents, conversationnel et sémiotique dans notre cas, s’est faite en relevant les éléments que les participants eux-mêmes marquent comme étant pertinents dans leur échange. Ainsi, la réflexion que nous proposons ici ne vise pas à émettre des hypothèses sur des dynamiques internes des participants, dans une perspective psychologisante. Nous nous intéresserons plutôt à décrire la manière dont ils organisent leurs contributions verbales et les ressources qu’ils mobilisent dans leur échange, afin de co-construire une signification commune d’un objet particulier de la ville.

Les indices de ce travail de co-construction ont notamment été relevés grâce à l’appareil théorique et méthodologique de l’analyse conversationnelle, en observant de près l’alternance des tours de parole (Sacks et al., 1974), l’organisation de l’échange en séquences (Schegloff, 2007), ainsi que la diversité des ressources mobilisées par les participants : le verbal, mais aussi le multimodal, c’est-à-dire le geste, la posture et le regard. De nombreuses études ont pu mettre en évidence la pertinence et l’intérêt de cette méthodologie dans l’analyse des séquences descriptives au cours des visites guidées (Traverso, 2014), mais aussi dans d’autres situations d’interaction (Mondada, 1999 ; 2012).

Une analyse des mécanismes conversationnels constitue ainsi une base pour une réflexion sur l’émergence et l’articulation des différentes significations lors du repérage pour la promenade urbaine. Dans cette perspective, la notion de cadre (frame, Goffman, 1973 ; 1974b) nous a paru particulièrement pertinente afin de rendre compte des relations établies à trois niveaux : (i) entre les deux locuteurs (cadre interactionnel et intersubjectif), (ii) les locuteurs et l’espace dans lequel ils se trouvent, mais aussi (iii) entre les objets décrits et la thématique de la promenade à venir (objets entrant « dans le cadre » de la thématique vs objets « hors-cadre »). L’analyse de l’interaction entre les deux guides représente ici une entrée pour une réflexion d’ordre sémiotique : comment les participants articulent-ils, par leurs discours, les différents signifiants et signifiés mis en jeu ? Comment font-ils émerger des plans de l’expression et du contenu (Hjelmslev, 1971) dans l’espace dans lequel ils se trouvent par leur interaction ? Quels sont les enjeux d’une telle description pour l’appropriation de cet espace ? C’est par ces questionnements que nous souhaitons aborder ici la recomposition, en tant que pratique langagière et sémiotique.

2. Mécanismes conversationnels mis en jeu dans la recomposition des objets de la ville

Décrire collaborativement un objet nécessite, dans un premier temps, de sélectionner cet objet comme étant pertinent pour la focalisation de l’attention collective. Ainsi, dans le cadre du repérage, les deux guides procèdent à cette sélection en la reliant à la thématique de la promenade urbaine à venir. Bien que cela puisse paraître anodin, désigner un objet comme étant pertinent pour la visite guidée relève déjà d’une première caractérisation de cet objet. En effet, les deux guides cherchent à saisir les limites de la portée de la thématique choisie en s’intéressant à des objets a priori « hors-cadre » pour le parcours proposé : les séquences de description collective représentent ainsi souvent des points de tension entre un cadre et un hors-cadre thématique que les interactants cherchent à résoudre par une négociation.

Une fois l’objet sélectionné par les guides, la description s’articule en trois temps : tout d’abord, les participants décrivent à proprement parler l’objet (la description), puis le comparent à d’autres objets similaires (changement de focus) et clôturent enfin la séquence en revenant sur le thème de la promenade (retour à l’activité de repérage). Nous allons ici présenter un exemple tiré de notre collection afin d’illustrer ces trois grands temps de la séquence descriptive et nous nous arrêterons plus particulièrement sur les ressources mobilisées par les deux guides dans leur travail collaboratif et de négociation.

L’extrait que nous avons sélectionné dans cet objectif correspond à un moment du repérage où les participants s’arrêtent afin de questionner les limites des objets pouvant être présentés au public dans le cadre de la promenade sur le thème de la signalétique. GU2 propose notamment de s’attarder sur la trace d’enduit sur le mur d’un immeuble afin de s’interroger sur la pertinence d’inclure ce type d’objets dans la promenade à venir.

colloque2016articlethiburcefig2

Fig. 2 – La trace d’enduit d’un immeuble détruit

La guide attire donc l’attention de son collègue sur cet objet et initie une séquence descriptive, en mettant cet objet en récit[1] :colloque2016articlethiburceextrait1

colloque2016articlethiburceimg1 colloque2016articlethiburceimg2 colloque2016articlethiburceimg3 colloque2016articlethiburceimg4 colloque2016articlethiburceimg5

GU2 ouvre la séquence descriptive en l’inscrivant dans la réflexion sur les objets à inclure dans le parcours de la promenade, et plus précisément dans une réflexion sur la notion de trace (lignes 1-2, 4). Remarquons qu’elle ne nomme pas dans un premier temps l’objet qu’elle décrit, mais mobilise des ressources diverses pour le désigner : des gestes de pointage (IMG1, IMG2) accompagné du déictique « là » (ligne 7) ; elle met l’objet en récit, d’une part en retraçant l’histoire de la trace d’enduit et, d’autre part, en explicitant les liens de cause à effet des différentes actions produites dans le passé (lignes 7-16). Tout au long de cette description qui ne mentionne à aucun moment les caractéristiques visuelles et plastiques de l’objet, qui seraient par exemple la taille ou la couleur, elle accompagne sa description de gestes divers, en mimant la destruction de l’immeuble (IMG3, IMG5) ainsi que la ligne de contact entre le mur présent et l’immeuble détruit (IMG4). La guide oriente ainsi sa description vers la réflexion sur la notion de trace : ce qui est pertinent pour elle, ce n’est donc pas ce que l’objet est en lui-même, mais ce pourquoi il est là. Autrement dit GU2 s’intéresse à la trace d’enduit en ce qu’elle convoque la présence passée d’un objet.

Pour ce qui est de GU1, celui-ci encourage dans un premier temps cet arrêt sur la trace d’enduit (lignes 3 et 5), puis se contente de produire de simples continuateurs[2], laissant GU2 développer sa description et confirmant son écoute (lignes 9, 12). Dans la suite de l’échange, il intervient pour produire une formulation[3] et une précision afin de compléter la description proposée par GU2 :

colloque2016articlethiburceextrait2colloque2016articlethiburceimg6

En effet, à la ligne 17, GU1 reformule ce qui a été développé par GU2 : « c’est du vide en fait ». En faisant cela, il montre sa compréhension de la description proposée par sa collègue, articulée autour d’un objet absent pour parler d’un objet présent, et la rejoint dans son point de vue. Cet alignement avec le point de vue de GU2 est également rendu visible par sa volonté de compléter le terme « béton banché » (ligne 21), qu’il met, en suivant la démarche de GU2, en lien de cause à effet : « béton banché à cause de petits trous pour euh ouais » (lignes 25, 27), tour de parole qu’il désambiguïse en mimant le geste de percer (IMG6). GU2 conclut ensuite la description de l’objet en revenant sur la temporalité de la construction des deux immeubles, insistant là encore sur les thèmes de l’absence et de la trace.

La clôture de cette séquence descriptive est marquée par la focalisation de l’attention collective sur un objet similaire, également présent dans l’environnement immédiat de l’interaction. C’est notamment GU1 qui propose ce changement de focus, en repérant une autre trace d’enduit :

colloque2016articlethiburcefig3 Fig. 3 – Trace d’enduit présente sur un autre immeuble

colloque2016articlethiburceextrait3colloque2016articlethiburceimg7

Pour initier ce changement de focus, GU1 pointe brièvement vers un autre immeuble (geste légèrement perceptible dans la vidéo, également accompagné par un changement de posture) : « mais là aussi// d’ailleurs\ hein » (ligne 33). GU2 le rejoint dans cette re-focalisation, en en validant la pertinence pour le thème de la trace (ligne 34), en produisant également un geste de pointage en va-et-vient entre les deux objets (IMG7). Elle revient ensuite sur le fil conducteur de l’échange en interrogeant le statut signalétique de ces traces d’enduit, et clôt ainsi la séquence (lignes 37 et 39, 42-44).

Le bref parcours de cet extrait permet de bien appréhender les trois phases des séquences descriptives que nous avons pu évoquer au début de cette partie : la description, le changement de focus et le retour à l’activité de repérage. Les ressources mobilisées par les participants dans ces trois séquences sont à la fois linguistiques et multimodales : l’emploi de déictiques et des gestes de pointage tout au long de l’échange montre à quel point cette description est ancrée dans l’ici et maintenant de l’interaction. L’accès visuel immédiat aux objets décrits lève l’ambiguïté sur certains termes employés et contribue à l’intercompréhension des deux guides sans que tout soit explicité. Les traits choisis comme pertinents pour la description de l’objet sont directement liés au pourquoi de cet objet dans le parcours de la promenade à venir.

De manière plus large, nous avons pu relever dans notre collection deux dynamiques de description collective : la collaboration et la négociation. L’extrait présenté ci-dessus relève du premier type. En effet, les deux guides collaborent par l’élaboration d’une description commune et parviennent à s’accorder sur une signification à donner à l’objet qu’ils décrivent. Cela est notamment visible dans la distribution de la parole tout au long de l’extrait : alors que GU2 développe une description sur plusieurs tours de parole, GU1 montre son accord avec les éléments évoqués en produisant des continuateurs et une formulation. Rappelons également qu’il complète la description de GU2 en s’attardant sur le terme « béton banché », en reprenant la même stratégie d’explicitation de liens de cause à effet. Ce même guide initie le changement de focus vers un objet comparable, ce qui montre, là encore, sa collaboration dans la co-construction de la description, dans la co-construction d’une signification commune. Contrairement à ce cas de figure, les situations où les deux guides entrent dans une dynamique de négociation est marquée par un désaccord, ou du moins une confrontation de points de vue et d’états de connaissance différents. Ainsi, dans ces configurations-là, la réaction à un tour de parole descriptif est souvent marquée par un désaccord ou un enchaînement visant à remettre en perspective ce tour de parole. Les deux dynamiques ont néanmoins comme issue un retour à l’activité de repérage pour la promenade, ce qui marque une clôture et donc une certaine forme d’accord.

En s’arrêtant sur des traits d’un objet de la ville et en les mettant en discours, les deux guides cherchent à saisir la signification de ces objets au sein de la ville, à travers le prisme de la thématique de la promenade. Ainsi, dans un premier temps, la description de l’objet permet de recomposer un état antérieur du paysage à partir d’éléments présents au moment de l’interaction. Dans un deuxième temps, au-delà de cette recomposition temporelle, les participants recomposent également une signification pour l’objet, en collaborant ou en négociant sa relation avec les autres objets de la ville. En revenant à l’extrait présenté ci-dessus, nous pouvons enfin observer que cette description s’inscrit dans une négociation plus large : celle de la signification de signalétique et des objets de la ville qu’elle recouvre. Les termes employés par la guide (« trace », « signe », « signalisation », « signalétique ») orientent la séquence descriptive vers une réflexion qui semble être au cœur de toute l’interaction dans le cadre du repérage : faire émerger une compréhension commune de ce que signifient les objets de la ville et dans la ville. La description apparaît ainsi comme indispensable dans une négociation sémiotique plus large, mêlant les liens paradigmatiques et syntagmatiques entre les sujets et les objets.

3. La sémiosis comme recomposition entre paradigme et syntagme

La sémiosis (ou sémiose) de l’espace urbain peut être appréhendée ici selon nous dans une forme de re-composition. Des objets dans l’espace se trouvent en co-présence, en synchronie, mais leur articulation reste à construire pour les passants de la ville et les guides, par une interaction linguistique et langagière

Cette articulation consistant en un processus de mise en conjonction d’un plan de l’expression et d’un plan du contenu (Hjelmslev, 1971) d’un signe / objet / discours met en jeu une articulation syntagmatique pour une appréhension des signes, des objets et des pratiques dans l’espace urbain, à un niveau paradigmatique. Il s’agit alors de créer des liens entre une multiplicité et une hétérogénéité d’objets selon des configurations particulières par des mises en relation selon des continuités et des discontinuités. Ces dernières, comme nous le verrons, se situent aussi bien au niveau figuratif qu’au niveau plastique (« eidétique » et « chromatique » selon la typologie de Thürlemann (1982), respectivement, des formes et des couleurs).

À ce niveau, la sémiotique de l’espace permet d’aborder une certaine phénoménologie de l’urbain en ce qui concerne les processus de catégorisation et de sélection d’unités (minimales) dans la ville. Comme nous venons de le voir par l’analyse conversationnelle de notre collection, cette phénoménologie agit tout aussi bien au niveau des types d’objets (architecture, signalétique, publicité) que des fonctions qu’ils remplissent (habitat, information, divertissement…) ou des valeurs qu’ils revêtent (politiques, sociales, économiques…). Quels sont en effet les liens effectués par les passants dans leur perception ? Comment, par le discours verbal, une perception à un niveau particulier (olfactive, visuelle, kinésique…) se manifeste-t-elle ? Comme nous pourrons en rendre compte, ces questions touchent aux rapports qu’entretiennent les passants aux objets de la ville de manière scalaire, du niveau micro- au macro- (cf. 3.1), et mettent en jeu un processus de ré-exotisation de l’espace urbain en passant de pratiques tacitement partagées à des formes d’appropriations plus spontanées de la ville (cf. 3.2).

3.1. Les objets de la ville et leur interprétation : passage de Sujet/Sujet à Sujet/Objet

En s’intéressant à la sémiose formulée par les participants au repérage de la promenade urbaine guidée, nous passerons d’un intérêt pour la relation que les sujets de l’interaction entretiennent l’un à l’autre (relations interactionnelle et intersubjective) à la relation qu’ils entretiennent à leur environnement, dans une perspective phénoménologique (Merleau-Ponty, 2010) par le discours verbal et mimo-gestuel qu’ils produisent sur/pour celle-ci. C’est donc un passage d’une relation de sujet à sujet vers une relation de sujet à objet qui s’opère dans cette deuxième phase d’analyse, pour une sémiotique de l’espace. Comment la négociation du sens – à prendre autant dans son acception perceptive que sémantique – et de la signification par le verbal fait-elle émerger un rapport particulier au monde ? Comment la catégorisation des objets du monde est-elle amplifiée ou réduite par un discours formé à plusieurs voix ? Ce sont là deux questions qui amorcent notre réflexion et pour lesquelles nous allons tenter de formuler quelques éléments de réponse.

Pour ce faire, nous nous focalisons sur deux moments assez significatifs et éclairants dans notre collection. Par ceux-ci, on peut saisir un phénomène que l’on pourrait dénommer recadrage ou reframing (Goffman, 1973 ; 1974b). De cette notion goffmanienne nous ne conservons ici que son signifiant ; son acception se trouve légèrement modifié. En effet, ce que nous apprécions par cette notion de re-cadrage, ce sont les plans de l’expression et du contenu des objets de la ville eux-mêmes, et non pas ceux de l’interaction. Notre propos ici est de saisir la manière dont on atteste d’une certaine plasticité du cadre dans l’appréhension des objets de la ville par rapport à la thématique choisie pour la promenade.

Nous nous intéresserons ainsi à un premier moment de l’extrait analysé précédemment. Celui-ci a retenu notre attention en ce qu’il marque une tension dans le rapport que les guides entretiennent aux objets de la ville et la nécessité de s’éloigner de la thématique du repérage. Ce passage fait suite à un autre où les guides s’attardent sur la présence d’une croix au sommet d’un clocher du bâtiment de l’École Nationale de Musique de Villeurbanne, autrefois un couvent : ils s’intéressent à la trace de pratiques passées dans la ville, ainsi qu’à la reconversion et la resémantisation du bâti par le passage d’une pratique cultuelle à une pratique culturelle.

colloque2016articlethiburceextrait4

Les guides s’intéressent à divers types de signes et d’objets afin de rendre compte de la spécificité des objets de signalétique. En effet, sur l’ensemble du repérage, ils basculent de la signalétique institutionnelle et tacitement partagée (comme celle du code de la route ou de la signalétique par le mobilier urbain) à un mode de signalisation plus hétérogène et spontané – où les guides s’intéressent par exemple à l’architecture-objet, au graffiti, à l’investissement d’espaces en friche et aux fonctions qu’ils suggèrent. Pour ce premier extrait à proprement parler, on voit que GU2 thématise plutôt un passage d’une pratique de signalisation à une non-signalisation afin de cerner les contours de la première par cette dernière.

Une forme d’aller-retour se met en place par un agrandissement ou un resserrement du cadre qu’ils posent autour des objets de la ville : GU1 et GU2 opèrent des mouvements de focalisation et de dé-focalisation. Ceux-ci sont à prendre, d’une part, selon une acception perceptive : l’attention est cadrée et les sens portent sur un objet particulier. D’autre part, se dessine une acception discursive : un discours s’étend en qualité et en quantité sur un objet donné et thématisé ; le cas échéant, il peut être repris sous d’autres formes, en vue d’élire une forme lexicale qui conviendrait le mieux à cet objet, aussi bien pour son signifiant (maison) que son signifié (‘habitat’). Pour cette seconde acception de la (dé)focalisation, on repère notamment dans notre extrait que GU2 mobilise le terme « maison » pour référer au bâti recomposé par la trace qu’ils en garde dans l’ici et le maintenant du repérage. S’impose alors aux participants la nécessité de balayer l’espace par le regard et le discours pour un processus de sélection et d’élection des objets pertinents dans la promenade à mettre en place, réalisée plus tard avec les participants.

colloque2016articlethiburceextrait4

Par analogie, nous pouvons dire ici que les deux guides font ainsi le tour de l’objet par leur discours verbal et en forment une image plastique de manière cubiste, faite de plusieurs matières et par différentes formes et depuis une multiplicité de points de vue visuels et discursifs.

Un autre moment de l’extrait analysé a retenu notre attention d’un point de vue sémiotique, notamment dans le processus de mise en relation des objets de la ville les uns par rapport aux autres.

colloque2016articlethiburceextrait5

S’il se produit un passage d’une relation intersubjective vers une relation des guides aux objets de la ville, il nous semble pertinent de s’attarder sur les phénomènes de caractérisation et de généralisation opérés par le discours sur les objets de la ville. Dans les analyses portant sur les interactions, Goffman (1974b) et ses successeurs ont pu rendre compte du fait que la conversation met en jeu un self des sujets de l’interaction[4]. Pour ce qui concerne les extraits de notre collection, nous constatons qu’est aussi en jeu le self et l’identité des objets : se manifeste alors un passage d’une caractérisation de la part de soi et de l’autre chez les locuteurs au soi et à l’autre des objets de la ville. La description collaborative dans l’interaction permet aux participants de négocier et, par là même, de tenter de saisir l’identité d’un objet selon une perspective particulière adoptée sur celui-ci.

Cette perspective se situe à deux niveaux au moins, à savoir (i) un premier qui est celui d’un point de vue perceptif adopté sur un objet selon une phénoménologie subjective traduite par un discours et (ii) un second où une connaissance et un savoir particuliers (architecturaux, linguistiques, praxiques, entre autres) sont mobilisés pour l’appréhension d’un objet parmi d’autres dans la ville (la « trace » d’une « maison » en contraste avec l’extension d’un bâti ancien par l’ajout d’une partie dans un style plus récent). Au sein de la diversité des objets de la ville sont repérés quantité de traits. Certains sont élus comme pertinents pour une promenade portant sur le thème de la signalétique et d’autres sont évacués. C’est à partir de cette élection rendue effective par le discours que se met en place une mise en contraste entre les objets de la ville.

L’identité de l’objet est alors mise en tension selon un rapport entre un type et ses occurrences (autrement connu sous les termes take / token), entre un soi-idem et un soi-ipse (Ricoeur, 1984) – si l’on veut bien étendre l’acception ricoeurienne du sujet à l’objet. On interprète un phénomène en générant une analyse en groupe, de proposition en proposition, pour se diriger vers un autre objet en vue de dresser des relations de continuité / discontinuité et de ressemblance / différence entre les objets de la ville. Par le tour de parole « mais là aussi// d’ailleurs\ hein » (cf. ligne 33) GU1 propose notamment un regard différentiel sur des éléments de l’environnement in praesentia, actualisés par l’analyse que GU2 vient d’en faire. La présence d’une maison a été reconstruite dans un ici spatial et un là-bas temporel, et ce à partir des traces mêmes conservées sur l’enduit de l’immeuble anciennement accolé ; un processus de lecture et d’interprétation étendu à un autre objet co-présent dans l’environnement, une autre maison ayant subi la même destruction. Un processus de décomposition / déconstruction et de recomposition / reconstruction s’instaure alors par cette mise en conjonction des objets de la ville.

3.2. Une ré-exotisation du rapport à la ville

Ce phénomène de déconstruction / reconstruction procède alors à une forme de ré-exotisation du regard, si nous pouvons dire : par une interprétation croisée en un temps et en un lieu donnés, il y a la possibilité pour les guides de s’entendre (ou plutôt de tendre vers une entente) sur des objets qui les environnent et pour lesquels ils se retrouvent engagés dans ce repérage.

Dans la pratique du repérage de la promenade urbaine, nous observons une nécessité de se déconditionner par rapport à des pratiques dans un là-bas spatio-temporel antérieur pour apprécier les objets ici et maintenant. Dans la confrontation des regards et des discours, des tensions s’instaurent entre les participants par rapport à leurs pratiques de la ville. Une évolution de ces dernières se produit petit à petit par une rhétorique de la confrontation à soi et à l’autre. Pour sélectionner des objets et des lieux pour une promenade, des ouvertures se créent sur des objets que l’on n’aurait pas choisis au premier abord, et une fermeture ou une suppression s’ils s’avèrent non pertinents ou suffisamment traités – comme nous l’avons vu plus haut.

Le statut de la ville oscille entre un espace où les pratiques discursives possèdent un ancrage fort et un espace que l’on regarde et que l’on analyse selon une perspective particulière. On peut voir par là une variation du statut de la ville en tant qu’espace d’implémentation (Goodman, 1990) d’objets hétérogènes et un espace modulé par des pratiques culturelles exerçant des pressions les unes sur les autres. Ainsi, l’espace urbain peut-il être appréhendé de manière dialectique entre un espace éthique – celui du faire de la promenade urbaine par rapport à d’autres pratiques – et un objet esthétique – l’espace caractérisé lors du repérage et de la visite guidée.

Le guide, pour préparer sa promenade, adopte un discours polyphonique et plastique afin de rendre compte de la variation du statut d’un même objet, selon diverses configurations mises en jeu par des articulations formulées par le discours. Un interstice se créée par cette variation du statut de la ville dans un ici et maintenant, entre les objets appréhendés aux contours labiles et poreux. C’est dans cet interstice que les discours des participants à la promenade finale peuvent trouver une place, notamment pour l’expression d’un point de vue personnel ou partagé sur les objets de la ville et les pratiques qu’ils s’en font dans leur quotidien ou dans l’ici et maintenant de la situation d’énonciation lors de la promenade.

D’un point de vue sémiotique, il nous semble finalement intéressant de questionner ce rapport qu’entretiennent les guides à la ville, dans leurs pratiques du repérage et de la visite, dans la relation de la langue verbale aux langages de l’urbain. En sociolinguistique, on parle de « paysages linguistiques » en référant à des signes verbaux présents dans un espace donné ainsi qu’aux contacts linguistiques et aux politiques linguistiques afférentes. Aussi nous demandons-nous si, pour les guides, on peut percevoir ici la mise en lumière d’un « paysage langagier » particulier par leurs pratiques discursives qui forment un espace tout autant qu’elles sont influencées par lui. Ce paysage langagier est formé selon nous par les multiples discours de, dans et sur la ville par le passage de la (co-)présence des objets à la (co-)textualité des objets de la ville même : en des termes linguistiques, nous pourrions dire qu’est alors marqué un passage d’une parataxe à une mise en syntaxe des objets de la ville. Une articulation syntagmatique particulière se crée alors entre ces objets dans l’ici et maintenant du repérage, paysage dont les teintes seront modifiées par la voix des participants à la promenade programmée. Une tension se joue alors sur un axe paradigmatique entre les voix des guides et des participants pour la sélection des traits permettant de sémiotiser et de s’approprier les objets de la ville. Une recomposition se joue tant pour le discours même déployé par les participants – par un processus de description linguistique – que pour le self des objets de la ville – dont le sens est négocié par la mise en contraste des objets les uns par rapport aux autres.

Conclusions

Par l’analyse de quatre extraits, nous avons pu rendre compte du processus de saisie des objets de la ville, basé sur une phénoménologie de la perception. La sélection de traits pertinents pour un repérage de la promenade est verbalement thématisée. Ces traits pertinents explicités permettent aux guides (i) de recomposer l’espace dans lequel ils se trouvent et (ii) de tisser des liens entre des objets présents immédiatement ou médiatement.

Nous avons également pu apprécier que dans les descriptions des objets de la ville, la modalité verbale n’est pas la seule à être mobilisée. Le mimo-gestuel intervient aussi pour rendre compte d’un geste ou d’une action effectuée : on actualise dans un ici et maintenant de l’interaction un geste réalisé dans un avant – comme dans le cas des mouvements de mains pour mimer la destruction de la maison (cf. extrait analysé).

Dans l’interaction, la saisie des objets de la ville dans le cadre d’un repérage mobilise non seulement une multimodalité langagière, mais aussi et surtout une articulation de savoirs (i) pour que les interactants s’entendent sur ce dont ils parlent et (ii) pour la (re)composition d’un espace où leur discours peut trouver un ancrage. La ville est alors en tension entre un espace d’implémentation de pratiques et un objet esthétique à percevoir, questionner et critiquer selon un discours propre aux guides (histoire des arts et sciences du langage, par exemple). À un niveau plus théorique, il s’agit alors pour nous de nous questionner sur les frontières de l’espace à (re)composer, aussi bien au niveau géographique et concret que symbolique, sémantique et abstrait. Cette frontière peut être saisie non seulement à un point spécifique du parcours du repérage, mais aussi entre les différents points du parcours. Quelles tensions et articulations s’instaurent alors entre les différents lieux parcourus ? Jusqu’où la projection et la rétrojection sont-elles convoquées pour la recomposition ? Quelles sont les mises à jour et les mises au jour ainsi opérées par les interactants au fur et à mesure de la marche ?

Il nous semble que l’on gagnerait à contraster et à augmenter un regard sur la notion de recomposition par une focalisation sur celle de reconfiguration. Si la recomposition a trait aux objets de la ville et à leurs articulations selon des (ré)assemblages particuliers, la reconfiguration ne permettrait-elle pas quant à elle un regard sur des dynamiques impliquant la structure interne des objets de la ville ? On voit dès lors que se tisse une dialectique entre des relations immédiates, dans une perspective de caractérisation, entre des objets et leurs implications à un niveau plus matriciel, dans un mouvement de généralisation.

Aussi nous semble-t-il indispensable de prendre en compte une étape de ce travail qui n’a pas été suffisamment questionnée ici et qui n’est pas des moindres : celle de la prise de données et de leurs traitements. Dans un mouvement prenant la forme d’une mise en abyme, quelle est la recomposition d’une interaction opérée par l’enregistrement vidéo ? Les éléments accessibles par la vidéo sont-ils suffisants pour recomposer la totalité des ressources mobilisées par les participants dans leur interaction ? Quels sont les moyens à mettre en place pour rendre effectif un enregistrement selon des besoins d’une étude bien identifiés en amont et d’autres toujours imprévisibles et imprédictibles, qu’il s’agisse d’une étude menée par soi ou par d’autres chercheurs ?

En effet, aussi bien dans le cadre de l’analyse conversationnelle que de la sémiotique dans lesquels nous nous situons ici, ce que nous avons tenté de faire, ce n’est que recomposer ce qui a eu lieu et en proposer un regard analytique, à partir d’un point de vue particulier. Quels sont alors les méthodologies et les outils les plus judicieux à mettre en place ? Un travail au croisement de ces deux disciplines ne permet-il pas d’accéder à une appréhension plus riche et plus fine de l’interaction dans l’espace urbain et des enjeux sémiotiques sous-jacents ? Le travail que nous avons présenté s’inscrit dans cette interrogation : il nous apparaît que la perspective et le travail multidisciplinaires adoptés nous auront permis de saisir des enjeux interactionnels et sémiotiques du repérage à la promenade urbaine guidée.

Auteurs

Elizaveta Chernyshova et Julien Thiburce
Université Lumière Lyon 2, Laboratoire ICAR (UMR 5191), Labex ASLAN

Bibliographie

A. Beyaert-Geslin, Sémiotique du design, Paris, PUF, Formes sémiotiques, 2012.
M. de Fornel, J. Léon, « L’analyse de conversation, de l’ethnométhodologie à la linguistique interactionnelle », Histoire Epistémologie Langage, tome 22, fascicule 1, 2000, Horizons de la grammaire alexandrine, pp. 131-155.
H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, Cambrigde, Polity Press, 1967.
E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : La présentation de soi, Paris, Editions de Minuit, 1973.
E. Goffman, Frame analysis : An essay on the organization of experience, Northeastern University Press Edition, 1974a.
E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, Editions de Minuit, 1974b.
E. Goffman, Façons de parler, Paris, Editions de Minuit, 1987.
N. Goodman, Langages de l’art : une approche de la théorie des symboles, trad. fr. de Jacques Morizot, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1990.
J. Heritage, R. Watson, « Formulations as conversational objects », Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, New York, Irvington, 1979, pp. 123-162.
L. Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Minuit, 1971.
M. Merleau-Ponty, Œuvres, Paris, Gallimard, Quarto, 2010.
L. Mondada, « L’organisation séquentielle des ressources linguistiques dans l’élaboration collective des descriptions », Langage et Société, 89, 1999, pp. 9-36.
L. Mondada, « Espaces en interaction : Espace décrit, espace inscrit et espace interactionnel dans un débat d’urbanisme participatif », Bulletin VALS-ASLA 96, 2012, pp. 15-42.
K. Pike, Language in relation to a unified theory of the structure of human behavior, The Hague, Mouton, 1967.
P. Ricoeur, Temps et récits II, La configuration dans le récit de fiction, 2ème éd., 1991, Paris, Points, Essais, 1984.
H. Sacks, E.A. Schegloff, G. Jefferson, « A simplest systematics for the organization of turn-taking in conversation », Language, 50 (4), 1974, pp. 696-735.
E. Schegloff, « Discourse as an interactional achievement: some uses of ‘uh huh’ and other things that come between sentences », D. Tannen (éd.), Analyzing Discourse: Text and Talk, Washington D.C., Georgetown University Press, 1982, pp. 71-93.
J. Thiburce, Le dialogisme urbain, De l’usage tacite des espaces publics aux formes d’appropriations narratives et affectives de la ville, Thèse de doctorat en sciences du langage, Université Lumière Lyon 2, en cours.
V. Traverso, « Analyser un corpus de langue parlée en interaction : questions méthodologiques », Verbum, XXX (4), 2008, pp. 313-328.
V. Traverso,  « Compétences montrées, compétences partagées, compétences situées : nomination et définition des objets dans les visites guidées », S. Bornand (éd.), Compétences et performances. Perspectives interdisciplinaires sur une dichotomie classique, Paris, Karthala, 2014, pp. 137-163.
[1] Les conventions de transcription ont été élaborées par le groupe ICOR du laboratoire ICAR (UMR 5191) (http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/2013_Conv_ICOR_250313.pdf). Certains phénomènes gestuels sont illustrés par des images et sont alignés à la production verbale des participants, précédés du symbole « # ».
[2] En analyse conversationnelle, un continuateur est une production verbale d’un locuteur signalant qu’il reconnaît que le tour de parole d’un autre locuteur n’est pas encore achevé (Schegloff, 1982). En français, il s’agit typiquement de productions telles que « hm », « oui », « ouais », etc.
[3] On appelle formulation un tour de parole visant à résumer ou à reformuler un tour de parole précédent (Heritage et Watson, 1979).
[4] La notion de self chez Goffman correspond à la construction et à la préservation d’un soi, par rapport à autrui, dans la participation à une interaction sociale située.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Conférence de Benjamin Orenstein

L’UEJF Lyon a l’honneur de vous inviter à assister au témoignage exceptionnel de Monsieur Benjamin ORENSTEIN, rescapé de la Shoah au sein de l’Université Lyon 3.

Cela fait quelques années que Monsieur ORENSTEIN témoigne de son histoire à l’Université Jean Moulin.

Ce témoignage aura lieu le Jeudi 27 Avril à 18h au sein du Campus de la Manufacture des Tabacs de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (Amphithéâtre F, 6 Cours Albert Thomas, Lyon).

Je vous remercie de bien vouloir faire passer l’information au sein de votre association.

événement facebook : https://www.facebook.com/events/1514802611866040/

formulaire pour l’inscription : https://docs.google.com/forms/d/151RaklKyojimfQOfD0UCyjn5z0xqnYglAnoHHYfH6MI/edit?ts=58eb6df8

Contacts:
UEJF Section de LYON

13 Quai Tilsit- 69002 Lyon – France

@ : uejf.sectionlyon@gmail.com

📞 07 68 95 70 26

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Tutorat mise en page d’une thèse

Denis Grepoly, imprimeur spécialisé pour étudiants propose des tutorats sur l’insertion de numéros de pages en chiffre romain et arabe dans le même document
La couverture sans numéros, puis en chiffres romains jusqu’au sommaire et
enfin en chiffres arabes jusqu’à la fin. Il imprime également thèses et mémoires sur demande.

Lien https://youtu.be/U3l7CRlsF6c

Contacts:
www.grepoly.com
06 42 36 52 25

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Réunion des Têtes Chercheuses – stress et gestion de l’oral

Ami.e.s, Adhérent.e.s, Doctorant.e.s : Têtes Chercheuses !
Vous êtes chaleureusement conviés à la prochaine réunion publique de l’association !

Elle aura lieu le mercredi 26 avril 2017, de 17h à 19h30,
ATTENTION ! Contrairement aux réunions précédentes
la réunion aura lieu en salle 308, au 3ème étage de la MILC, 35 rue Raulin.

Le volet méthodologique de la réunion sera consacré au stress et à la gestion des formes orales.
Quelle posture adopter à l’oral quand on est doctorant.e ? Et comment lutter contre les problèmes liés au stress en préparant communications, interventions, cours, entretiens et autres soutenances ?
Nous vous proposons de faire le point ensemble sur ces enjeux, à travers un espace de discussion ouvert et quelques ateliers pratiques.

Enfin, le volet scientifique sera lui aussi oral et interactif, puisque  Heather Dyche, doctorante en linguistique à Lyon 2 nous proposera une présentation de ses recherches sur l’acquisition des langues étrangères en partant des observations qu’elle fera sur les participant.e.s de la réunion ! Vous, et nous.

Cette réunion pas comme les autres est, comme toujours, ouverte à tous. Au plaisir donc de vous y retrouver !

Les organisateurs de la réunion et le bureau des Têtes Chercheuses. :
Louis Autin, Robin Cauche, Lauralie Chatelet, Aurore Desgranges,
Raluca Dinca, Heather Dyche, Valérie Lavigne & Bérénice Reynaud.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Premier Apéro-Thèse des Têtes Chercheuses

Le premier apéro-thèse aura lieu le mardi 2 mai au Bouillon Paradis (58 rue Salomon Reinach, 69007) à partir de 17h30 (accueil, choix des thèmes et constitution des groupes de discussion, début des échanges vers 18h, et jusqu’à 19h30-20h). Ce bar propose des planches (charcuterie/fromage/végétarienne), et si certain.e.s veulent prolonger la soirée, c’est tout à fait bienvenu !

Ces rendez-vous sont l’occasion d’échanges informels sur des enjeux de recherche ou d’enseignement.Il n’y a rien de particulier à préparer, en revanche il faut s’attendre à venir pour échanger, et non pour écouter quelqu’un faire une présentation. Au-delà du soutien que cela peut apporter face à une forme d’isolement dans son travail ressenti par de nombreu.x.ses doctorant.e.s, nous sommes convaincu.e.s que de tels échanges ont une portée scientifique et pédagogique réelle, et contribuent à l’amélioration, à l’enrichissement de l’enseignement comme de la recherche.

Les apéros-thèse qu’est-ce que c’est? plus d’informations, ici!

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Réunion d’information « Fund|it : plateforme d’internationalisation de la recherche » – 12 avril 2017, à Lyon (Centre Berthelot)

Fund|it : plateforme d’internationalisation de la recherche

Date :
Mercredi 12 Avril 2017 –

10:00 à 11:30
Lieu :
Centre Berthelot, 14 av. Berthelot, Lyon 7e (bât. L, rue Appleton, salle 303)

Réunion d’information organisée par l’Institut des Sciences de l’Homme, en collaboration avec la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

L’ISH accueille à Lyon la plateforme Fund|it, un outil national de la recherche en sciences humaines et sociales, pour une réunion d’information destinée aux laboratoires de la région, chercheurs, ingénieurs et doctorants.

Fund|it est une plateforme de recherche d’appels à projets en sciences humaines et sociales. Elle concourt à renforcer l’attractivité de la France auprès des chercheurs étrangers et à faciliter la mobilité internationale des chercheurs français. Elle centralise et diffuse toutes les opportunités de financement de la mobilité et de la recherche destinées aux chercheurs en SHS.

Programme
10h-10h45 : présentation générale de la plateforme, fonctionnement du portail fundit.fr ;
10h45-11h30 : questions, discusionn.

Intervenants
Plateforme Fund|it : Christiane Abele (responsable éditoriale) et Julien Ténédos (chef du projet)

Pour participer à cette réunion, merci de bien vouloir vous inscrire avant le 11 avril >> formulaire en ligne

Pour plus d’informations sur Fund It : www.fundit.fr/fr

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Recrutement enseignant français pour classes de 1ère

Lucas Reynaud, directeur d’un établissement privé à Lyon,cherche à recruter un enseignant en français pour le niveau 1ère au lycée, qui soit compétent pour préparer les élèves aux épreuves anticipées de français, écrites et orales, qui ont lieu dans quelques mois. Il s’agit d’intervenir quelques heures par semaine, sur un créneau qui peut être discuté.

Contacts: Lyon : 21 rue Longue 69001 Lyon

Directeur – Lucas RENAUD

www.newworldlyceum.com

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

5ème séance du séminaire MARGE 11 avril

La cinquième séance du séminaire de MARGE, organisé par Régine Jomand-Baudry et Cyril Frances, et portant sur « Pouvoir et écriture de l’Histoire dans la littérature féminine(XVIIIe-XXIe siècles) » aura lieu mardi 11 avril 2017 de 17h à 20h.
Eliane Viennot de l’Université Jean Monnet interviendra sur « Le recours à l’histoire des femmes illustres, au temps de l’âge d’or du pouvoir féminin », puis Laetitia Saintes, de l’Université catholique de Louvain interviendra sur « Polémique et bataille du genre : la réception des considérations sur la Révolution française de Germaine de Staël ».
La séance aura lieu mardi 11 avril 2017 de 17 à 20h en salle Chevreul 307.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire doctoral jeudi 6 avril

La prochaine séance du séminaire Les jeudis du GADGES (IHRIM-Lyon 3) portant cette année sur le thème Éditer une anthologie de prières subverties (XVIe – XVIIIe siècles) aura lieu jeudi 6 avril 2017 de 16 à 18h.

Cette séance sera animée par Marie-Hélène Servet et Pierre Servet, et portera sur

« L’énonciation dans les prières farcies : complexités/ambiguïtés ».Le séminaire aura lieu au 18 rue Chevreul, et la salle vous sera rapidement communiquée.

Éditer une anthologie-2016

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire « Pouvoir et écriture de l’Histoire dans la littérature féminine »- 4ème séance-Mardi 28 mars 2017-17h/20h

La quatrième séance du séminaire de MARGE, organisé par Régine Jomand-Baudry et Cyril Frances, et portant sur « Pouvoir et écriture de l’Histoire dans la littérature féminine(XVIIIe-XXIe siècles) » aura lieu mardi 28 mars 2017 de 17h à 20h.

Françoise Genevray (Université Lyon 3) interviendra sur le thème « Histoire de ma vie par George Sand : une écriture autobiographique de l’Histoire », et Guillaume Milet (Université Lyon 2) sur « »Le pseudonyme qui voile le sexe n’est un mystère pour aucun de ceux qui accordent quelque attention à nos écrits » » : étude de la posture de George Sand dans ses premiers écrits politiques (1843-1845) ».

Ci-jointe, vous trouverez l’affiche du séminaire présentant les différentes séances à venir.

La séance aura lieu mardi 28 mars 2017 de 17 à 20h et la salle vous sera précisée rapidement.

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Evénement culturel Université LYON 3

Dans le cadre d’un projet tutoré, quatre étudiantes en DUT GACO Arts de l’IUT Lyon III proposent une scène ouverte de talents artistiques étudiants, suivie d’une soirée conviviale autour d’un buffet participatif le 22 Mars 2017, à la Manufacture des Tabacs.
Lors de la soirée il sera question de jouer avec les mots, faire partager son mot coup de coeur, en découvrir… grâce à une fresque participative (ou à la participation d’une prestation sur scène si vos membres débordent de talent artistique ! Nous le dire au plus vite dans ce cas !)
Cet événement est en partenariat avec la Caravane des Dix mots et s’inscrit dans le cadre de la semaine de la Langue Française et la Francophonie.

Echange de bon procédés : buffet participatif & tombola culturelle
Participez au buffet en amenant une spécialité que vous souhaitez faire découvrir et en échange un ticket de tombola vous sera offert.
A la clé ? 80 places de concerts et spectacles sur Lyon !

En espérant vous voir !

Mail : francophonie.projet@gmail.com

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Réunion du 27 mars 2017 – doctorat et enseignement

La prochaine réunion des Têtes Chercheuses est annoncée !

Elle aura lieu le lundi 27 mars 2017, de 17h à 19h30,
en salle G123, 86 rue Pasteur (Lyon 2).

Il s’agit de la première réunion mensuelle organisée par le bureau fraîchement renouvelé, et nous prendrons d’abord le temps de présenter cette nouvelle équipe !

Le volet méthodologique de la réunion sera consacré à l’enseignement, grâce à la participation de Bertrand Marne et Jennifer Randall, enseignants à Lyon 2 et référents pédagogiques à la Cellule de Pédagogie du Supérieur (CPS).
Ils présenteront leurs missions et répondront à toutes nos interrogations vis-à-vis de l’enseignement, de la pédagogie, de la didactique et de la formation des doctorants chargés de cours.

Enfin, le volet scientifique sera proposé par Lauralie Chatelet autour d’un axe de sa thèse qu’elle ouvrira à la discussion : « L’auteur face à la durée : paradoxe et enjeux de l’écriture fragmentaire ».

La réunion est ouverte à tous. Au plaisir donc de vous y retrouver !

Le nouveau bureau des Têtes Chercheuses. :
Louis Autin, Robin Cauche, Lauralie Chatelet, Aurore Desgranges,
Raluca Dinca, Heather Dyche, Bérénice Reynaud

 

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque – La femme fatale

Les 24 et 25 mars 2017, le Centre de Recherche et d’Histoire Inter-médias organise un colloque consacré à La femme fatale, de ses origines à ses métamorphoses plastiques, littéraires et médiatiques.

Le colloque aura lieu à l’école Émile Cohl et au Musée des Beaux-Arts de Lyon (Télécharger le programme).

Valérie Lavigne, membre du CA des Têtes Chercheuses, y proposera une communication intitulée « Une si étrange fleur de volupté » : la fleur décadente, attribut et avatar de la femme fatale fin-de-siècle.

 

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Cin&Sciences – L’enfant sauvage, le lundi 13 mars

Pour le troisième film de cette troisième saison, Cin&Sciences vous propose d’interroger les rapports entre animalité et socialisation, autour du film L’enfant sauvage de François Truffaut (1970).

La projection sera précédée d’une introduction proposée par Robin Cauche, doctorant en études cinématographiques (Lyon 2), et suivie d’une discussion avec le public.

L’enfant sauvage (1970)
18h18 – Théâtre Astrée (campus Lyon 1 – Villeurbanne)
Entrée gratuite

Si la socialisation est un préambule à la poursuite d’un destin commun, en donnant une place fondamentale à l’enfant-sauvage comme figure de passage d’un état de nature au contrat social, les sociétés humaines se construisent en refoulant toute animalité. Quels regards portent les neurosciences sur la question des mythes fondateurs de la socialisation ? Le bien commun est-il le fruit exclusif du cerveau humain ?

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire du GADGES – Editer une anthologie de prières subverties

La prochaine séance du séminaire Les jeudis du GADGES (IHRIM-Lyon 3) portant cette année sur le thème Éditer une anthologie de prières subverties (XVIe – XVIIIe siècles) aura lieu jeudi 9 mars 2017 de 16 à 18h. La salle vous sera rapidement communiquée.

Celle-ci sera animée par Jean Vignes (Université Diderot-Paris 7, CERILAC), et portera sur « La versification des prières subverties ».

Télécharger le programme

Têtes Chercheuses

Association de doctorants en Lettres, Langues, Linguistique et Arts implantée en Rhône-Alpes, les Têtes Chercheuses organisent des réunions mensuelles et des manifestations scientifiques afin de permettre l'échange et l'émulation entre doctorants.

More Posts

Follow Me:
Facebook