Représentations de la Russie entre 1919 et 1924 : constitution d’un corpus de textes littéraires et médiatiques

Communication de Zoé Commère lors du réunion mensuelle des Têtes Chercheuses le 29 avril 2015

            Les relations entre la France et la Russie ont connu des hauts et des bas de part et d’autre de la Première Guerre mondiale, et les enjeux diplomatiques ont eu des répercussions très nettes en terme de représentation de l’altérité. Sans entrer dans les détails, on peut dégager des ruptures majeures : entre la période des guerres napoléoniennes et 1873, la Russie est personnifiée pour les Français par la figure du cosaque sanguinaire originaire d’une contrée plus ou moins barbare. Mais en 1873, la signature d’un traité entre la République française et l’Empire du tsar entraine un rapprochement diplomatique et économique. Ce faisant, les représentations deviennent plus positives, comme en témoigne le héros Michel Strogoff de Jules Verne (1876), et plus généralement une vaste mode russophile qui voit notamment la traduction d’auteurs tels que Dostoïevski et Tolstoï, ou la venue des Ballets russes au théâtre du Châtelet (1909). La Révolution d’Octobre 1917 met fin toutefois à l’idylle entre la France et la Russie : le traité de Brest-Livosk, signé entre l’Allemagne et la Russie en 1918 et qui prévoit une paix séparée entre ces deux pays, est en effet considéré par la France comme une trahison de la part de son allié russe, tandis que le refus du régime bolchévique de prendre à son compte les dettes du régime tsariste corrobore l’image de bandits des nouveaux dirigeants. La France se refuse à reconnaître le nouveau régime russe jusqu’en 1924. La plupart des historiens[1] s’accordent pour dire qu’il faut une dizaine d’années, de 1917 à 1927, pour qu’advienne une certaine normalisation des relations entre les deux pays. Pendant cette période, les représentations de la Russie devenue l’URSS en 1922 restent un terrain miné sur le plan idéologique.

            C’est dans ce contexte français massivement anticommuniste mais assez curieux vis-à-vis cet ovni politique qu’est la Russie bolchevique –  ainsi qu’en témoigne l’extrême abondance de publications qui lui sont consacrées – que paraissent les cinq textes auxquels nous allons nous intéresser. Il s’agit d’une série de poèmes publiée dans la NRF en février 1920, « Les soirées de Pétrograd » de René Chalupt[2], qui fait allusion à la révolution russe au travers d’évocations galantes, d’un reportage d’Albert Londres, Dans la Russie des Soviets, paru en 1920 dans la revue Excelsior, d’un récit de voyage d’une sympathisante communiste, Madeleine Pelletier, Mon voyage aventureux en Russie communiste (Giard, 1922), qui dresse un portrait de la nouvelle société soviétique, d’un recueil de nouvelles de Joseph Kessel, La Steppe rouge (Gallimard, 1923) qui propose une image cauchemardesque de la Russie révolutionnaire et révolutionnée, et enfin d’un roman populaire de Gaston Leroux, Les Ténébreuses, pré-publié en feuilleton dans Le Matin entre avril et juillet 1924 et offrant une relecture romanesque des désordres de la cour du tsar. Choisir de rapprocher ces textes peut paraître un peu étrange, dans la mesure où ils présentent une grande diversité de genres, de situations d’énonciation, des degrés de référentialité et d’élaboration littéraire très différents, qu’ils ne traitent pas tous du même moment dans les mutations russes et que leurs auteurs ont des profils assez variés, même si quatre d’entre eux ont en commun une expérience directe de la Russie, ce qui est assez rare à l’époque. Mais ces textes, de par leur diversité même, sont intéressants en ce qu’ils proposent des visions de la perception de la Russie entre 1919 et 1924 et qu’ils appartiennent à un même discours social[3]. En tant que que tels, ils ont pu contribuer à donner une identité, un contenu en terme d’images et de représentations à une nouvelle entité géopolitique qui reste relativement mystérieuse pour les Français de l’après-guerre, d’autant que le pays reste assez inaccessible. On se placera donc ici dans la perspective du lecteur des années 1920, en tentant de comprendre comment de tels textes ont pu contribuer à confirmer son horizon d’attente concernant des évocations de la Russie, ou au contraire à le transformer, y compris sur un plan plus politique.

            Face à ces textes divers, se posent deux questions à ce stade de notre travail : tout d’abord, par-delà les différences évidentes entre ces textes, peut-on dégager des points communs, une certaine image de la Russie ? Ensuite, ces représentations d’une Russie nouvelle, au moins sur le plan de la gouvernance, sont-elles plutôt dans une logique de rupture ou de continuité par rapport aux images anciennes de la Russie tsariste, en d’autres termes a-t-on déjà inventé un nouveau visage pour ce nouveau pays qu’est l’URSS lorsqu’il est reconnu en 1924 ?

Á la lecture de ces textes, on est frappé par une méthode assez similaire, qui repose largement une dynamique de typification. Elle s’illustre tout d’abord par la présence importante de stéréotypes, qui visent autant le peuple que le territoire russe : on peut citer « La Russie est la terre de l’illimité. Ses plaines n’ont que le ciel pour bornes, ses forêts, la hache les a entamées à peine, ses fleuves géants, à la crue des eaux, s’étalent comme des bras de mer. Ses chansons, dont la joie a des accents de folie et dont la mélancolie touche aux termes de la tristesse humaine portent la marque d’un esprit tendu vers l’infini, vers l’inaccessible domaine de l’assouvissement complet » dans « Le chant de Fedka » de Joseph Kessel,  « le Russe n’a jamais travaillé » (Albert Londres p. 536), sans parler des abondantes mentions de l’ « âme slave » chez Madeleine Pelletier. Toutes ces généralités, très souvent exprimées dans un présent de vérité générale qui abolit tout ancrage historique, renvoient à une stéréotypie déjà ancienne et bien connue du lecteur de l’époque, et que mettent au jour les travaux de l’historienne Sophie Coeuré[4]. L’entreprise de typification concerne également largement les personnages : c’est particulièrement net dans les poèmes de Chalupt, qui portent des titres comme « La martiale » ou « La rusée », dans lesquels l’article défini manifeste clairement une référence générique. De la même manière, la présentation très fréquente de personnages par leur statut social, comme « l’étudiant Gilanine » de la nouvelle « Le bourreau fripier » de Joseph Kessel, ou l’étudiante anonyme qui fait visiter l’université de Moscou à Madeleine Pelletier (p. 112) contribue à une lecture assez sociologique de ces figures, a fortiori quand elles sont peu individualisées par une apparition très brève. Si ces stéréotypes sont bien sûr réducteurs, et cantonnent les possibilités d’interprétation à la thèse souvent explicite de l’auteur, ils correspondent cependant à une certaine curiosité, à une volonté de comprendre et surtout d’expliquer une situation politique complexe :  ils jouent en quelque sorte un rôle herméneutique. De la même manière, certaines scènes très frappantes des textes les plus fictionnels, de par leur symbolisme un peu massif, qu’il s’agisse des « Coups de pioche sous un empire » qui ouvrent Les Ténébreuses de Gaston Leroux ou de la scène finale de « La poubelle » de Joseph Kessel, qui voit une femme se battre avec son ancien chien pour le contenu d’une poubelle, jouent aussi un rôle presque démonstratif : il s’agit de faire voir un empire littéralement sapé de l’intérieur dans le premier cas et de faire toucher du doigt le dénuement et la perte d’humanité dans le second.

En terme d’image, les discours sont assez unanimement dysphoriques : de part et d’autre de la Révolution, ils dressent le portrait d’un pays en proie à la misère, en particulier les textes qui traitent ouvertement de la Russie soviétique : tous trois évoquent les vêtements en loques ou dépareillés des Russes, le froid qui les mord, la faim… On peut ici renvoyer aux premiers regards sur la Russie des témoins que sont Madeleine Pelletier et Albert Londres. La première écrit, à propos de Moscou : « Le quartier que nous traversons présente l’aspect de la désolation la plus lamentable. Les gens sont vêtus de guenilles et chaussés de chiffons retenus par des ficelles ; des femmes portent des robes en toile de sac. Beaucoup de ces gens ont sous le bras un énorme pain noir. Devant certaines maisons, de longues queues de femmes et d’enfants attendent je ne sais quoi. C’est cela, la Russie ? », et le second va même plus loin : « Alors, cela, Petrograd, c’est fantastique. On dit que c’est une ville assassinée, ce n’est pas assez : c’est une ville assassinée depuis deux ans et laissée là sans sépulture, et qui maintenant se décompose. » (p. 530). Le pays apparaît également comme très désorganisé, et ce dès avant la Révolution si l’on se fonde sur le texte de Gaston Leroux, en particulier sur le plan économique : dans les trois textes les plus référentiels, il est question du prix exorbitants de produits légaux, du marché noir, d’accapareurs enrichis, ce qui contribue à décrédibiliser un régime qui se réclame d’une doctrine marxiste mettant l’accent sur l’économie. Sur le plan politique, le propos est plus complexe : on remarque une nette valorisation de quelques figures de chefs (Tchitchérine chez Albert Londres, Lénine chez Madeleine Pelletier par ex) présentés comme des ascètes tout dévoués à la cause, mais l’ensemble de l’administration semble aller à vau-l’eau. Le fonctionnement du régime n’est abordé que par Albert Londres, qui parle de dictature et s’oppose à la thèse en vogue dans une certaine partie de l’opinion française qui associe URSS et pacifisme : à ses yeux, il y a plutôt un renforcement de l’armée et même une militarisation de la société tout entière. Les nouvelles de Joseph Kessel vont dans ce sens en évoquant un régime despotique qui n’hésite pas à faire fusiller des enfants et où les espions foisonnent, ce que semble confirmer Albert Londres, lorsqu’il écrit, adoptant pour sa part un ton beaucoup plus léger : « Si une nuit, par exemple, en compagnie d’un camarade d’aventures, de Charles Pettit, de l’écrivain Charles Pettit, qui, en même temps que nous, roulait sa bosse dans la RSFSR[5], vous fumez trop dans votre chambre, eh bien ! Ce n’est pas vous qui tousserez, c’est l’armoire. Ouvrez-la : une femme sur un matelas veille dedans. Elle peut supporter la gêne, non le tabac. On ne pense pas à tout ! Bref, où que vous soyez, vous n’aurez pas à craindre la solitude. » (p. 553). Á l’inverse, le récit de voyage de Madeleine Pelletier met en scène de nombreux Russes critiques du régime, rapportant même souvent leurs propos au discours direct comme pour souligner que la liberté de parole est possible en Russie soviétique. Autre point commun de ces textes : l’insistance sur l’extrême religiosité du peuple russe, trait traditionnellement intégré au stéréotype de l’ « âme slave » et qui s’incarne dans des pratiques sectaires sado-masochistes autour de Raspoutine chez Gaston Leroux. Selon Albert Londres, cette reliogisité russe est le ressort ultime du bolchevisme qui est pour le reporter une nouvelle religion (c’est sa grande thèse) tandis que pour Madeleine Pelletier, la « superstition » du peuple russe est un obstacle pour le bolchévisme. De ces cinq textes, malgré leurs différences,  se dégage donc l’image d’un pays au bord du chaos, miné par des dissensions internes qui s’incarnent dans une grande violence des rapports entre villes et campagnes, entre hommes et femmes, entre membres de tendances politiques opposées.

            Á ce tableau assez unanimement sombre, partagé d’ailleurs par la plupart des observateurs de l’époque, et qui ne devait pas surprendre outre mesure les lecteurs français sollicités en 1921 pour venir en aide aux Russes souffrant de famine, correspondent cependant des diagnostics assez différents qui engagent des positions idéologiques opposées. Les divergences de points de vue des auteurs transparaissent tout d’abord au travers de leur perception de l’espace russe : alors que Madeleine Pelletier, qui se revendique bolchevique (quoique critique) fait de nombreux parallèles entre la révolution russe et la révolution française, par exemple en comparant Trotsky et Saint Just (p. 164), et marque ainsi le caractère national et populaire de cette révolution, Albert Londres et Joseph Kessel insistent largement sur le caractère non-russe des nouveaux dirigeants de la Russie soviétique. Albert Londres stigmatise ainsi régulièrement la place centrale des minorités du pays au sein du gouvernement : « Au milieu de ces fanatiques, masqués tous de la cagoule rouge, de ces inquisiteurs sociaux à complaisances asiatiques, de ces parvenus en train d’apprendre, sans disposition, comment on fume un bon cigare, de ces Géorgiens, de ces Caucasiens et de ces israélites farouchement pendus aux mamelles déchirées de la Russie, qu’il est doux d’apercevoir le Russe Tchitcherine ! C’est un bouquet dans une prison. » (p. 538), tandis que Joseph Kessel se plaît à surnommer le bourreau d’une de ses nouvelles « le Chinois », comme pour présenter la violence soviétique comme étrangère. Ils font alors rejouer la vieille dichotomie entre Europe et Asie, qui doit en fait être interprétée en terme d’opposition entre civilisation et barbarie, ainsi que le fait comprendre Albert Londres lorsqu’il écrit : « En octobre 1917, les bolcheviques, prenant le pouvoir, ont saisi Petrograd, l’ont comme pendue à un crochet et écorchée de sa civilisation. » (p. 531). Par ailleurs, le rapport au temps constitue un autre point de cristallisation des divergences des auteurs : déterminer à quel point la révolution de 1917 a constitué une rupture avec le passé et quelles seront ses conséquences est un enjeu majeur de ces textes. Chez Gaston Leroux, l’état de corruption de la Russie impériale tel que tout le roman l’a mise en scène et la toute dernière phrase « Ah ! Non ! Un trône, par le temps qui court, ça n’est pas un cadeau à faire à un enfant ! » semblent justifier le changement de régime. De la même manière, la série de poèmes de René Chalupt prend acte de la rupture crée par la révolution : les textes sont séparés en deux parties intitulées « L’ancien régime » et « La Révolution ». Le dernier poème montre le capitaine Romanoff qui « erre dans le palais de songe » et paraît indiquer qu’aucun retour à l’ordre ancien n’est envisageable. Pour ces deux auteurs, c’est cependant le passé de la Révolution, ce qui y a conduit qui est au cœur du projet, et non la suite. Á l’inverse, c’est le futur de la Révolution qui concentre les espoirs de Madeleine Pelletier : la Révolution constitue le début d’un processus qui portera ses fruits à longs termes, d’où l’insistance sur les réalisations dans le domaine de l’éducation et du droit : à ses yeux, le futur radieux justifie la morosité du présent, comme elle l’explicite clairement dans sa conclusion intitulée « Que faire ? », reprenant le titre d’un essai de Lénine, preuve qu’elle ne renie pas son engagement au terme de son voyage. Par contre, chez Joseph Kessel, il n’est pas question d’avenir. L’impact de la Révolution est à mesurer dans le présent, et il coïncide avec une vaste entreprise de brutalisation et de déshumanisation, telle qu’elle peut se lire dans cette évocation de l’atmosphère d’une prison : « Alors ce fut dans la chambre une vaste plainte. Elle traînait sans arrêt, en une modulation de terreur, râle tenace et bas qui pénétrait toute ma chair, submergeait ma pensée, ma volonté, ma répugnance et qui me força bientôt à gémir comme les autres. Oh ! Le mortel hurlement de bêtes en détresse, ce halètement suprême devant le bourreau qui guette ! » (p. 171). Joseph Kessel thématise également cette perte d’humanité au travers des figures qui font signe du coté de la folie, du monstrueux ou du fantastique, tandis qu’il assimile la révolution à une forme de vengeance sociale voire d’exutoire à la frustration sexuelle[6]. Albert Londres exprime une pensée assez similaire lorsqu’il dresse le portrait de Lénine en savant fou ou qu’il décrit les soupes populaires : « C’est le dernier degré de la dégradation, ce sont des étables pour hommes. C’est la troisième Internationale. A la quatrième, on marchera à quatre pattes, à la cinquième, on aboiera. » (p. 532), même si le reporter, qui semble ici parodier Voltaire se moquant du Contrat social de Rousseau[7], conserve le goût journalistique pour la blague et les bons mots. Le reportage reste en effet dans une tonalité relativement léger qui ne fait pas complètement place au désespoir qui se dégage du recueil du Joseph Kessel.

            Nouvel objet géopolitique et nouvel objet du discours, la Russie soviétique suscite des images variées entre 1919 et 1924, au travers de textes qui ont partiellement renouvelé l’encyclopédie des lecteurs (dans le sens qu’Umberto Eco donne à ce terme dans Lector in fabula, à savoir la somme des connaissances linguistiques et culturelles dans un contexte donné) en ce qui concerne le monde russe. Cependant, les représentations de la Russie dans l’après-guerre restent encore largement tributaires de publications anciennes qui demeurent sur les rayons des librairies ainsi que dans les esprits, et les militants communistes eux-mêmes étaient assez ignorants des réalités russes à en croire les travaux récents sur la question. Les années 1920 constituent en fait un moment particulier dans l’histoire des représentations de la Russie en France, une période caractérisée par des images de manque et qui fait en quelque sorte transition entre l’imagerie assez bien dessinée de la Russie des tsars et celle de la Russie de Staline, qui aura sa mythologie officielle (faite de kholkoziennes, d’ouvriers stakhanovistes, de grands chantiers et de soldats de l’Armée rouge), ainsi que sa face  plus sombre, dont les stéréotypes[8] sont parfaitement identifiables dans le volume d’Hergé paru en 1930, Tintin au pays des Soviets.

Bibliographie

Marc FERRO, L’Occident devant la révolution soviétique. L’Histoire et ses mythes, Bruxelles, Éditions Complexe, 1980.

Sophie COEURÉ, La Grande Lueur à l’Est, Les Français et l’Union Soviétique 1917-1939, Paris, Seuil, 1999.

Sophie COEURÉ, « Hélène Brion en « Russie rouge » (1920-1922): Une passagère du communisme », in Le Mouvement social, 2003.

François HOURMANT, Au pays de l’avenir radieux. Voyages des intellectuels français en URSS, à Cuba et en Chine populaire, Paris, Aubier, 2000.

François HOURMANT « La croisière rouge, entre simulacre et théâtrocratie. Le système des privilèges des voyageurs aux pays de l’Avenir Radieux », in Revue historique, 2000

Fred KUPFERMAN (présentation), Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Paris, Gallimard/Julliard, 1979.

Brigitte STUDER « Le voyage en U.R.S.S. et son « retour » », in Le Mouvement social, 2003.

Hervé GUIHENEUF, « Voir plutôt que croire. L’expérience du travail d’Yvon en Union soviétique et les récits de ses désillusions », in Le Mouvement social, 2003.

[1]   Voir la bibliographie supra.

[2]   Poète qui a contribué  à trois reprises à la Nouvelle Revue Française  en 1911, 1920 et 1923.

[3]    «Le discours social : tout ce qui se dit et s’écrit dans un état de société ; tout ce qui s’imprime, tout ce qui se parle publiquement ou se représente aujourd’hui dans les média électroniques. Tout ce qui narre et argumente, si l’on pose que narrer et argumenter sont les deux grands modes de mise en discours. Ou plutôt, appelons « discours social » non pas ce tout empirique, cacophonique à la fois et redondant, mais les systèmes génériques, les répertoires topiques, les règles d’enchaînement d’énoncés qui, dans une société donnée, organisent le dicible – le narrable et l’opinable – et assurent la division du travail discursif. Il s’agit alors de faire apparaître un système régulateur global dont la nature n’est pas donnée d’emblée à l’observation, des règles de production et de circulation, autant qu’un tableau des produits. » (Marc ANGENOT, 1889. Un état du discours social, réédité sur le site Médias19 http://www.medias19.org/index.php?id=11003.

[4]   Sophie COEURÉ, La Grande Lueur à l’Est, Les Français et l’Union Soviétique 1917-1939, Paris, Seuil, 1999

[5]   République socialiste fédérative soviétique de Russie .

[6]   Voir la figure de lavieillefilledevenueespionnedans« L’enfantquirevient ».

[7]   Lettre de Voltaire à Jean-Jacques Rousseau à l’occasion de la réception du Contrat social :  « On n’a jamais employé tant d’esprit à vouloir nous rendre bêtes ; il vous prend des envie de marcher à quatre pattes, quand on lit votre ouvrage. » (Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Paris, Flammarion, 1992, p. 259).

[8]   Espions et assassins partout (qui cherchent à empêcher le reporter de faire son travail de dévoilement de la vérité), famine, vols perpétrés par l’armée, population qui cache sa récolte pour qu’elle ne soit pas réquisitionnée…

9 allocations doctorales à pourvoir

La Commission permanente de la Région Rhône-Alpes, qui a siégé le 7 mai 2015, a attribué 9 allocations doctorales de recherche (ADR) à l’ARC 5 Cultures, sciences, sociétés et médiations.
Ces ADR sont allouées pour une durée maximale de 3 ans à des titulaires d’un Master 2 qui s’inscriront en première année de thèse à la rentrée universitaire 2015-2016.
Les profils des candidats recherchés pour ces ADR sont dès à présent en ligne sur le site de l’ARC 5 Cultures, Sciences, Sociétés et Médiations.

Voir les sujets de thèse et postuler

 

 

 

Foire aux savoirs oct-nov. 2015 – APPEL

Annonce de la Villa Gillet :

Peut-être connaissez-vous Mode d’emploi : un festival des idées, organisé par la Villa Gillet. Il s’agit d’un festival de deux semaines consacré aux sciences humaines et à la philosophie qui rassemble des dizaines de penseurs du monde entier.
Un nouveau volet de programmation a vu le jour lors de l’édition 2014, la Foire aux savoirs, qui a connu un véritable succès. L’idée est de permettre à tout un chacun de valoriser ses connaissances et compétences, ses savoirs et savoirs-faire auprès du public, en proposant un “cours” de 20 minutes sur un sujet de son choix.
L’année dernière, les thématiques ont été aussi éclectiques que fascinantes, de la fabrication d’un violon, l’alphabet sanskrit, en passant par la danse du XVIII° siècle les mathématiques appliquées ou la philosophie morale, parmi tant d’autres… La Foire aux savoirs a conquis un public curieux qui a participé en nombre à divers parcours pour découvrir de nouvelles idées et techniques.  Vous pouvez trouver la programmation de l’année précédente sur cette page : http://www.villagillet.net/portail/mode-demploi/foireenspauxenspsavoirs/
Nous serions ravis de vous associer à cette édition 2015 de la Foire aux savoirs qui aura lieu les week-ends des 18 et 19 octobre à Saint Fons / les 21 et 22 novembre à l’Hôtel de Région à Lyon /  les 28 et 29 novembre aux Subsistances à Lyon.
Nous vous prions de trouver ici l’appel à projet sur lequel vous trouverez toutes les informations nécessaires et les modalités d’inscription. Vous pouvez le faire circuler auprès de vos membres, collègues, dans vos réseaux et devenir vous même un des “profs d’un jour”!
La date limite est le 25 juin 2015.

Concours photo : Concurrence(s) – Colloque 2013 des Têtes Chercheuses

 

PhotographeLes Têtes Chercheuses  organisent les 12, 13 et 14 décembre 2013 un colloque international sur le thème “Concurrence(s)”.
À cette occasion, nous mettons en place un concours photo sur le même thème pour photographes amateurs ou professionnels. Concurrence des formes, concurrence des regards, concurrence des médias, l’interprétation du terme est laissée à votre appréciation.

Le cliché gagnant servira d’affiche pour le colloque et son auteur sera invité au dîner de gala du colloque, le vendredi 15 décembre 2013. Outre ce cliché, une dizaine de photos seront choisies pour être exposées durant toute la durée du colloque dans les salles de conférence de l’université Lyon 2 et de l’université Lyon 3 où il se tiendra. Le jury de sélection sera composé des membres du Conseil d’Administration de l’association des Têtes Chercheuses qui compte, entre autres, des doctorants en photographie et arts visuels.

Pour participer, nous vous invitons à envoyer vos photos, exclusivement au format numérique .jpeg (résolution mini 300dpi) et en orientation “portrait”, à l’adresse teteschercheuses.colloque2013@gmail.com avant le 5 septembre 2013 à minuit. Chaque participant peut envoyer jusqu’à 6 photos. Merci de nommer chacun de vos clichés ainsi : NOM_PRENOM_XX (XX étant le numéro du cliché).

Votre envoi implique que vous soyez l’auteur de la photo et que vous acceptiez qu’elle soit utilisée à titre gracieux dans le cadre du colloque (affiches, flyers, communication de la manifestation sur le web). Votre nom sera stipulé sur tous les supports.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous joindre à cette même adresse (teteschercheuses.colloque2013@gmail.com).

Au plaisir de recevoir bientôt vos clichés,

Pour les Têtes Chercheuses, l’équipe organisatrice du colloque

Florence Bonifay
Marjorie Broussin
Pascale Deloche
Mélanie Guérimand
Stéphane Caruana

Amphis Lyon 2 – 2015-2016

Les Amphis Lyon 2 et les Têtes Chercheuses poursuivent leur partenariat !

L’idée :
Faire dialoguer le monde universitaire avec le monde qui lui est extérieur et mettre les doctorants au cœur de ce dialogue et de cette rencontre entre l’université et la société.

Le choix des thèmes met en lumière les implications actuelles des problématiques abordées dans les enseignements et les recherches universitaires, et espère montrer comment ces problématiques convergent avec les questionnements du grand public.

Chacun de ces « Amphis de Lyon 2 » réunit trois chercheurs issus de disciplines différentes et s’ouvre à un public de doctorants de l’université et à toute personne intéressée à débattre de ces sujets d’actualité.

Thèmes abordés en 2014-2015 :
– Les politiques de genre au théâtre
– La passion amoureuse
– La vie de Galilée
– Ville et crime

Le programme 2015-2016 est en cours d’élaboration, nous vous invitons à proposer un sujet de conférence en lien avec l’actualité et votre recherche !

N’hésitez pas à vous emparer de cette proposition en nous écrivant à teteschercheuses.lyon@gmail.com !

Journée d’étude Identité/Identités

Cette publication en ligne est le prolongement d’une journée d’études qui a eu lieu le 28 mars 2013 à l’Université Lyon 3-Jean Moulin et qui avait pour titre : Identité/Identités, la construction identitaire dans les arts et la culture.

Fort du succès de cette journée, qui a rassemblé des universitaires français travaillant dans des champs fort divers tels que le cinéma, la littérature, la philosophie, il nous a paru opportun de garder une trace des communications.

Ce projet éditorial sur le Net n’aurait pas pu voir le jour sans le partenariat mené avec l’association Les Têtes Chercheuses, nous tenons ici à les remercier chaleureusement.

Nous tenons aussi à remercier le Groupe Marge, l’école doctorale 3LA, le conseil de la Recherche de l’Université Jean Moulin- Lyon 3, ainsi que les membres du comité scientifique qui ont permis la réalisation de cette journée.

Enfin, que soient remerciés également pour leur communication et leur contribution :

Elodie Chamauret, Sophie Limare, Emna Mrabet, Marie-Julie Catoir-Brisson, Leonor Eutzenberger, Manuel Billi,  et Nicolas Balutet, ainsi que Djamel Benkrid et Claire Mille.

La notion d’identité, issue plus particulièrement de la sociologie et de la psychanalyse, s’entend comme un ensemble de données, conscientes ou non, valorisées ou pas, qui permet à un individu à la fois de se construire comme tel mais aussi de se différencier des autres. On assiste depuis une petite vingtaine d’années à des questionnements de plus en plus importants sur cette notion. Les récents débats sur l’identité nationale ou les différentes prises de position sur les replis communautaires et donc identitaires en sont les preuves les plus patentes.

L’identité d’une personne peut se penser en termes de génération, de sexe biologique, de lieu de naissance et d’appartenance à un pays. Mais le concept est bien plus large et ses contours plus flous. En effet l’identité, c’est-à-dire cette reconnaissance de moi en l’autre, de l’autre en moi, dans un aller-retour de correspondances et de différences, peut aussi se faire par rapport au genre ou sexe social, orientation sexuelle, ethnie, langue… Car c’est bien là, à la frontière de ces notions complexes que sont l’individu, le groupe et la société, que l’identité se joue. L’identité est en mouvement, elle est même un mouvement.

On sait, depuis Foucault, que l’individu est composé d’un nombre important de composantes identitaires, on peut aussi penser à L’Homme Pluriel de Bernard Lahire. Les lignes de force de telle ou telle caractéristique se croisent créant des lignes de force formant une identité souvent changeante et en tout cas temporaire.

Dans la construction identitaire (de l’appropriation au rejet) plusieurs éléments comme la famille, l’école, les médias, l’art et la culture jouent un rôle primordial.  Dans la condition de l’exil – espace existentiel particulier, lieu culturellement hybride de déracinement et de re-positionnement de soi – les identités se reconstruisent. L’exil devient ainsi importante inspiration de création littéraire et artistique. .

L’objet d’art ou le produit culturel sont en effet à la fois l’émanation et l’écho du milieu socioculturel dans lequel ils sont produits ou interprétés. Ils sont aussi une marque de la trajectoire personnelle de leurs créateur-s. Du point de vue des artistes qui les produisent comme de ceux  qui les  « consomme », la construction identitaire se nourrit des pratiques culturelles, de la plus légitime à la plus populaire

Les contributions suivantes, portant sur divers domaines, enrichissent ce cadre de réflexion.

Nicolas Balutet revient sur la notion de «post-modernité» développée en France par Lyotard dans son ouvrage La condition post-moderne. Rapport sur le savoir, et sur celle d’hybridité qu’il fait résonner entre elles. Il montre comment, ces concepts peuvent permettre de mieux penser la notion d’identité et comment une parole peut alors émerger.

Cette contribution théorique nous permet alors de penser les champs artistiques tels que le cinéma.

Emna Mrabet analyse les représentations cinématographiques des Maghrébins dans les derniers ans en France. Du personnage stigmatisé de l’ouvrier en cherche de travail, victime du racisme, vivant dans des conditions précaires, à l’émergence des figures féminines qui vivent un racisme implicite et suggéré, souvent doublé par un malaise identitaire dans les années 80, à une quête contemporaine plus universelle, comme les films de Abdellatif Kechiche démontrent.

Un cinéma différent, hybride et transnational, est pris en considération par Marie-Julie Catoir-Brisson. Son article illustre les identités tactiques des cinéastes ainsi que  les identités palimpsestes et l’hybridité culturelle dans les films d’Alejandro Gonzalez-Iñarritù et Carlos Reygadas. La culture cinématographique transnationale, emblématique au Mexique se reflète de diverses façons dans l’esthétique de leurs fictions et dans leur parcours artistiques. L’approche de recherche basée sur la “poétique de l’étonnement”  met en place un décentrage culturel, pour étudier un objet appartenant à un contexte culturel autre.

En se penchant sur des films de F. Ripploh et C. Ackerman, Manuel Billi mène une réflexion sur le continuum entre cinéma, identité et altérité. L’auteur structure sa pensée autour des notions de Personnage-Rôle et Personnage-Caractère et nous fait alors entrevoir comment peut apparaître dans l’art cinématographique une construction identitaire. Il illustre   comment le cinéma peut participer à la visibilité de personnages reconnaissables comme homosexuel.

Les arts plastiques ont également été abordés avec les contributions de Leonor Atzenberger et Sophie Limare.

De son côté Leonor Atzenberger, développe une réflexion sur la notion de Neutre dans l’œuvre photographique de Claude Cahun. Pour ce faire elle élucide tout d’abord comment l’artiste a affirmé dans son travail l’importance de l’autoportrait en tant que travail plastique visant à la singularité. Puis elle poursuit sur le sujet du Neutre comme trouble identitaire alliant les pôles féminins et masculins et cessant, de ce fait, de les isoler. L’auteure explique comment pour la photographe l’indétermination sexuée peut devenir une exigence.

Une autre déclinaison du portrait polymorphe, instable et ambigu, est étudiée par Sophie Limare, qui aborde la question du devenir identitaire en peinture et en photographie.  A travers l’analyse d’œuvres très différentes entre elles, telles celles de David Bailly et son dédoublement iconique, Marcel Duchamp, Esther Ferrer, Jacques Damez, Laurence Demaison, est illustrée une allégorie de la complexité de l’être (et du non-être).

Elodie Chamauret se focalise, quant à elle, sur la reconstruction identitaire des acteurs, à travers l’analyse des expériences théâtrales menées par Armand Gatti dans les années 80 et 90. Fondé sur la problématique du langage (acte d’écriture et de représentation, comme re-découverte du soi), ce travail avec les exclus et les marginalisés devient d’autant plus  intéressant, que la (re)construction identitaire passe par des “portraits polymorphes”. La mise en écriture des identités amène les acteurs à suivre l’enseignement gattien “deviens ce que tu es …. sois le maître et le sculpteur de toi-même”.

Daniela RICCI-Docteur en Littératures Comparées-Université Lyon 3-Jean Moulin.

Thomas CEPITELLI-Doctorant en en Littératures Comparées-Université Lyon 3-Jean Moulin.

Vidéos de la journée du 5 octobre 2012

Retrouvez ci-après les vidéos des interventions et des échanges de la Journée d’étude des Têtes Chercheuses qui s’est tenue le 5 octobre 2012 à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne.

Ouverture officielle

Intervention du bureau des Têtes Chercheuses (Stéphane Caruana, Aurore Fossard et Delphine Klein)
Intervention de Michel Rautenberg (Coordination doctorale de Saint-Etienne) et de Eliane Viennot (directrice-adjointe de l’ED3LA à l’ Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

La Pléïade et ses ambiguités (modératrice : Eliane Viennot – UJM)

Florence Bonifay, Lyon 2 – Littérature : “Petite étude du silence. Non-dits, noms tus, évitements et hostilités muettes au sein de la Brigade
Marjorie Broussin, Lyon 2 – Littérature : ” ‘Heureux qui comme un classique’ : Ambiguité(s) de la classicisation des poètes de la Pléïade dans les ouvrages scolaires du début du XXe siècle”

 

Le romantisme et sa résurgence (modératrice : Danièle Méaux – UJM)

Florent Brechet, Lyon 3 – Littérature : “Aspects politiques de la question du sublime dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand
Pauline Jurado Barroso, UJM – Arts plastiques/Photographie : “La photographie de ruine comme étude du paysage urbain actuel : un retour du pittoresque ?”

Citer et réécrire les classiques (modératrice : Patricia Desroches-Viallet – UJM)

Emeline Miller, Lyon 3 – Littérature : “Citations et pastiches homériques dans La Paix d’Aristophane”
Delphine Klein, Lyon 2 – Théâtre/Allemand : “De Schiller à Jelinek, de Jelinek à la scène. Réécritures de la rencontre des reines Elisabeth Ière et Marie Stuart”

Recréer, mettre en scène et mettre en voix (modératrice : Patricia Desroches-Viallet – UJM)

Aline Vennemann, Rennes 2/ FU Berlin – Théâtre/Allemand : “Lecture(s) du théâtre. Penser le ‘pli’ dans le texte et sur la scène

Contraintes et créations (modérateur : Kader Mokaddem – ESADSE)

Anne-Céline Callens, UJM – Photographie : “L’influence de la commande en photographie : Le cas de l’industrie au sein du fonds Paul-Martial”
Vladimir Lifschutz, Lyon 2 – Cinéma : ” ‘Series Finale’, une certaine idée de la fin

Vidéos de la journée du 21 septembre 2012

Retrouvez ci-après les vidéos des interventions et des échanges de la Journée d’étude des Têtes Chercheuses qui s’est tenue le 21 septembre 2012 à l’université Lyon 3.

Ouverture officielle

Intervention du bureau des Têtes Chercheuses (Stéphane Caruana, Aurore Fossard et Delphine Klein)
Intervention de Michèle Clément (directrice de l’ED3LA) et de Régine Jomand-Baudry (directrice-adjointe de l’ED3LA à Lyon 3)

Imaginaires féminins (modérateur : Martin Barnier – Lyon 2)

Aurore Fossard, Lyon 2 – Cinéma : “Paparrazza ?Approche genrée d’un personnage photographe dans Delirious (Tom DiCillo, 2006)
Annabelle Ruiz, Lyon 2 – Cinéma : “Gorgone, Sphinge, Vampire et autres imaginaires de la monstruosité au féminin à travers les arts plastiques et visuels”

L’homosexualité au théâtre (modérateur : Olivier Neveux – Lyon 2)

Stéphane Caruana, UPEMLV – Théâtre/Anglais : “Du patient expert au spectateur expert ? Le sida au coeur des luttes dans le théâtre gay américain des années 1980-1990″
Thomas Cepitelli, Lyon 3 – Littérature : “Ce que la fable ne dit pas : le personnage homosexuel au théâtre”

Regards sur l’Afrique (modératrice : Touriya Fili-Tullon – Lyon 2)

Daniela Ricci, Lyon 3 – Cinéma : “Les cinémas contemporains d’Afrique et de la diaspora : films transmationaux et écriture de ‘l’entre-deux‘”
Francesca Rondinelli, Grenoble 3 – Littérature : “L’avant-garde surréaliste en Egypte”

Art, jeunesse et société (modérateur : Jean-Pierre Esquenazi – Lyon 3)

Benoît Kastler, Lyon 3 – Cinéma : “Le matériel scolaire de l’élève, une manifestation du goût cinématographique”
Romain Perrin, Paris 1 – Art et Sciences de l’art : “Le graffiti à l’épreuve des disciplines. Pour une étude sociologique, historique et esthétique”

Et le spectateur dans tout ça ? (modératrice : Barbara Tillmann – Lyon 1)

Edith Magnan, Paris 1 – Arts plastiques : “Lorsque le spectateur plie l’espace
Carlos Henrique Silveira, Lyon 2 – Cinéma/Musique : “On entend et on attend : musiques de film et analyse des attentes du spectateur
Elodie Gaden, Grenoble 3 – Littérature : “Gueuler pour écorcher les règles de l’art : l’humour musical de Maurice Rollinat et Marie Krysinska sur la scène des Hydropathes et du Chat Noir

Nuit Sergio Leone

En marge de la rétrospective Coen, l’Institut Lumière organise le samedi 30 mai une nuit Sergio Leone ! Trois films pour revivre la grande histoire de l’Amérique, de la conquête de l’ouest par quelques Cow Boys aux colts sifflant, à la bataille pour le contrôle de New York, période prohibition.
Un opéra en trois actes pour une fresque monstre, marquée par la fascination du grand Sergio Leone pour le continent américain.
Une expérience de cinéphile unique.
Nuit Sergio Leone – Samedi 30 mai
20h00 – Il était une fois dans l’Ouest (1968, 2h50)
23h30 – Il était une fois la révolution (1971, 2h33)
2h30 – Il était une fois en Amérique (version intégrale inédite) (1984, 4h11)

Retrouvez des descriptifs complets des films sur :
http://www.institut-lumiere.org/actualit%C3%A9s/nuit-sergio-leone.html
Pour plus d’informations, contactez communication1@institut-lumiere.org

Confédération des Jeunes Chercheurs

La Confédération des Jeunes Chercheurs regroupe 40 associations locales de doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s. Elle est ainsi la voix nationale des jeunes chercheur-e-s, apartisane et pluridisciplinaire. Elle est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics sur les questions concernant :

  • la reconnaissance du doctorat comme expérience professionnelle ;

  • les conditions de travail des jeunes chercheur-e-s ;

  • les perspectives de carrière des docteur-e-s.

La CJC vous invite à son prochain CA à Nancy les 13 et 14 juin 2015 !

Pour plus de renseignements ou pour confirmer votre venue, merci de nous écrire à contact@cjc.jeunes-chercheurs.org.

En pièce jointe, vous trouverez le flyer de la CJC qui détaille nos valeurs et nos activités.

Le CA sera précédé d’une journée sur le thème “Les jeunes chercheur-e-s et l’entreprise”  organisée le 12 juin à Nancy par les associations A-Team of BioSe, Par(en)thèse, La So SJPEG et ADEMMa. Cette journée a pour but de réunir autour de tables rondes doctorant-e-s, docteur-e-s et acteurs et actrices du monde de l’entreprise afin de faire connaître et reconnaître les compétences transverses propres aux docteur-e-s auprès des représentant-e-s du privé ainsi que de discuter et de faire évoluer la perception des docteur-e-s dans le monde de l’entreprise.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter sur le site web les informations relatives à cette journée ou contacter les organisateurs et organisatrices : contact@docteurs-entreprises.net

SCUIO-IP de Lyon 2

Je vous propose au nom de l’équipe du SCUIO-IP de nous retrouver le vendredi 22 mai, de 9h30 à 11h30, salle CR09 (campus BDR) pour un temps d’échange autour de quelques questions non exhaustives :
Rapide présentation du service et de son organigramme actuel
Comment faire mieux connaître le SCUIO-IP de l’ensemble des étudiants?
Quelles suggestions pour le devenir de la Période d’Intégration dans les années qui viennent (sous réserve de subsides, mais on fait tout pour…)?
A la lumière de l’enquête menée par SESAP sur l’évaluation de la dernière édition de la Période d’Intégration, quelles suggestions pour améliorer les points faibles du dispositif, notamment ce qui concerne les informations portant sur l’explication du travail attendu, des crédits ECTS et des modalités de contrôle des connaissances?
Quelle participation de la part des associations à la prochaine édition de la Période d’Intégration (je n’ignore pas que vous avez eu des échanges sur ce sujet avec madame Marie Reverdy, qui est au titre de ses responsabilités l’interlocutrice de ces associations, mais il peut être intéressant de poursuivre la discussion et refaire un point sur ce sujet)?
J’espère vraiment qu’il vous sera possible de participer à ce moment partagé, que je n’ai pu, malgré mon souhait et celui de l’équipe, organiser plus tôt. Si votre emploi du temps ne le permet pas et que vous avez des suggestions à nous faire, n’hésitez pas à m’envoyer un message.
Au plaisir de vous rencontrer le 22
Cordialement
Katia Zakharia
Professeure à l’université Lyon 2
Directrice du SCUIO-IP

Yann Berriet de retour à l’Improvidence

Grand nom français de l’improvisation, Yann Berriet est un comédien qui n’a jamais aimé perdre son temps.

Alors même qu’il était étudiant en lettres à Nancy, Yann Berriet crée sa propre ligue d’improvisation, alors qu’il n’en a jamais fait lui-même ! Bien que les débuts soient difficiles, il n’attend pas longtemps pour en créer une seconde à Aix-en-Provence.  En 2010, l’artiste crée avec sa compagnie Crache-Texte La Semaine de l’impro à Nancy.

Cet événement est « une belle manière de s’enrichir des expériences et des pratiques des autres » analyse le comédien.

Son inventivité et son audace ne s’arrêtent pas là. Il crée également des concepts de spectacles d’improvisation qu’il met en scène avec sa troupe, dont il est le directeur artistique.

Après Tronches de Vies en octobre dernier, la compagnie Crache Texte revient à l’Improvidence avec un nouveau concept de spectacle d’impro : Direktor tchejov !

Direktor Tchejov est persuadé que sa pièce va être un succès ! Seul problème, aucun comédien n’a accepté de jouer ! Une seule solution, l’improvisation !

Ce spectacle improvisé évolue entre la littérature russe, les clowneries et une contre basse désinvolte.

Direktor Tchejov

Par Yann BERRIET

Les 15 et 16 mai 2015

Pour le pont de l’ascension bénéficiez de 2 euros de réduction sur votre place !

Saisissez le CODE PROMO : PONTIMPRO   –  Réservation : ici